( 10 décembre, 2018 )

Le maréchal Ney royaliste…

Ney

Extrait du témoignage du chevalier de Villebresme, lequel est un royaliste de longue date. Villebresme a bien connu Ney durant la première Restauration (1814) : « Pour mon compte, je reçus le brevet de colonel à dater du 3 septembre 1814, la régularisation par la chancellerie de ma croix de Saint-Louis et la décoration du Lys. Enfin, sur ma demande, mon neveu Frédéric fut admis aux mousquetaires et je restai quelque temps à Paris pour le présenter à ses chefs. Lorsqu’il n’eut plus besoin de moi, je revins à Châteaudun où je passai mon hiver. C’est là que je connus le maréchal Ney qui habitait sa terre des Coudreaux qu’il avait achetée en 1808 à M. de Flers. Pendant l’Empire, bien que Moréville fût très rapproché des Coudreaux, nos relations avaient été froides, mais depuis qu’il avait embrassé chaudement les principes de la légitimité, j’éprouvais un vrai plaisir à fréquenter cet héroïque soldat, que le duc d’Angoulême vint voir au mois d’août. Je ne pensais guère alors qu’il allait bientôt oublier ses serments et tomber misérablement sous les balles d’un peloton d’exécution. Il était cependant devenu sincèrement royaliste et je ne peux m’expliquer comment il trahit ses engagements et apporta au Tyran le prestige de son nom, car je l’ai entendu déclarer maintes fois que Napoléon était le fléau de la France. Le maréchal Ney était un grand cœur, mais un caractère très faible et je suis convaincu qu’il s’est laissé entraîner sans trop réfléchir aux conséquences de sa conduite. Je ne suis pas de ceux qui approuvèrent sa mort, mais je dois reconnaître que, vu l’état des esprits au second retour du Roi, un exemple était nécessaire pour mettre fin aux menées et aux provocations des bonapartistes qui ne trouvaient sans doute pas suffisant d’avoir attiré deux fois le fléau de l’invasion. Lorsque la nouvelle du débarquement du Golfe Juan arriva à Paris, le maréchal Ney reçut l’ordre de rejoindre son gouvernement de Besançon j’allai lui faire mes adieux et lui demander des instructions, il me répondit textuellement « Ne vous inquiétez pas, car c’est une simple échauffourée, et quatre gendarmes suffiront pour arrêter ce Bonaparte dont la France ne veut plus. » Quelques instants après il quittait les Coudreaux par la porte dite d’Espagne qui avait vu passer tant de fourgons chargés de butin. Les généraux de la Révolution et de l’Empire s’enrichissaient facilement des dépouilles des vaincus. J’avais encore une vive sympathie pour un de nos voisins, le colonel de Bergeret, qui habitait le château de la Varenne. Pendant son séjour aux Coudreaux, le duc d’Angoulême avait signé à on contrat pour lui témoigner l’estime qu’il avait de son caractère chevaleresque, et il le méritait. Il avait fait toutes les guerres de l’Empire et avait échappé aux neiges de Russie. Ses récits militaires étaient extrêmement intéressants et instructifs; il est regrettable qu’il ne les ait pas écrits. Grand admirateur du maréchal Ney, sous les ordres duquel il avait longtemps servi, il ne pardonna guère sa mort au gouvernement de la Restauration auquel  il était cependant attaché. Il comparait volontiers la conduite au maréchal à celle du général de Bourmont qui, bien que général vendéen, avait aussi trahi ses serments au Roi, puis, la veille de Waterloo, avait abandonné son drapeau lorsqu’il vit que la défaite tait certaine. Pour celui-là, disait le colonel, il eût été de toute justice de le faire fusiller au lieu de le combler d’honneurs , et  était aussi mon avis. Il y a des gens qui tournent avec le vent et trouvent toujours le moyen de satisfaire leur ambition, mais si leur conscience ne leur reproche rien, l’estime des honnêtes gens leur est refusée. »

(« Souvenirs du chevalier de Villebresme, mousquetaire de la garde du Roi, 1772-1816… », Berger-Levrault et Cie, 1897, pp.191-193).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ Le maréchal Ney royaliste… ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|