( 11 décembre, 2018 )

Réflexions (Vilna, 1er décembre 1812)…

Réflexions (Vilna, 1er décembre 1812)… dans TEMOIGNAGES retraite-de-russie

Cette anecdote est extraite des « Mémoires » du général de Dedem de Gelder. Nous sommes à Vilna.

« Le 1er décembre [1812], il y eut concert chez le duc de Bassano [Maret], pour célébrer la veille de l’anniversaire du couronnement. Le lendemain, il y eut grand bal chez le général van Hogendorp. J’entendis les dames polonaises se demander en me montrant : « Qui est-ce que ce squelette ambulant ? »  Et, parus qu’elles eurent appris que j’étais le premier arrivant de l’armée, plusieurs d’entre elles me demandèrent des nouvelles de leurs maris ou de leurs parents. Nonobstant la défense du duc de Bassano, je conseillai à quelques –une d’entre elles de faire leurs paquets et de partir pour Varsovie. Je fis aussi prévenir le général Friant, qui profita un des premier de mon avis, et il s’en trouva fort bien. Pendant qu’on dansait chez M. le Gouverneur [le général van Hogendorp], les malheureux de l’armée commençaient à arriver, et le 6 décembre, Napoléon lui-même parut. Il ne s’arrêta que peu d’heures à Vilna. Bientôt on sut qu’il laissait le commandement de l’armée au roi de Naples, et qu’il avait pris le chemin de Paris. Un cri d’indignation générale se fit entendre. Je vis des hommes d’un caractère calme ne plus se posséder, et certes, si dans ce moment quelqu’un eût le courage d’annoncer sa destitution, elle eut été proclamée. Cependant, soyons justes, la présence de l’empereur à l’armée n’était pour le moment d’aucune utilité pour lui, pour l’Empire, et surtout pour tout ce qui avait tenu à la Révolution. Si le duc d’Orléans [le futur roi Louis-Philippe] se fût montré en France dans ce moment, peut-être eût-il été appelé au trône, mais c’eût été proclamer la guerre civile. Les royalistes auraient voulu la légitimité, mais en trop petit nombre, sans moyens, et trop éloignés de leur siècle, ils ne pouvaient atteindre d’autre résultat que celui de causer de trouble. Les chefs de l’armée se seraient divisés, mais les principaux, ainsi que toute l’armée, n’eussent point voulu des bourbons à cette époque. Il n’y aurait eu qu’un moyen de se défaire de Napoléon sans recouvrir aux armes, c’était de proclamer son fils empereur sous la régence  de sa mère, de demander la médiation de l’Autriche et de la Prusse et de faire la paix. Qui nous dit que quelques hommes forts n’y aient point songé ? Napoléon, en s’en allant, leur en ôta les possibilités, et j’avoue que si, à Vilna et même avant, il m’eût demandé un avis, je lui aurais donné celui de décamper et de faire ce qu’il a fait. »

(« Un général hollandais sous le Premier Empire. Mémoires du général baron de DEDEM de GELDER (1774-1825) », Plon, 1900, pp.291-292. En 1812, cet officier commandait une brigade sous les ordres du maréchal Davout. Plus tard, lors de la retraite, il se trouve à l’avant-garde sous les ordres de Murat).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ Réflexions (Vilna, 1er décembre 1812)… ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|