( 17 décembre, 2018 )

Une lettre du comte Méjan à sa femme…

mjan.jpg

Ce personnage était conseiller d’État du Royaume d’Italie et secrétaire des commandements du Vice-Roi (Eugène).

Dorogobouje, le 7 novembre 1812.

Il m’est arrivé un malheur, qui me coûtera bien cher, ma tendre amie. On m’a volé mes meilleurs chevaux et ceux qui me restent ne peuvent plus mettre un pied l’un devant l’autre, de sorte que me voici à pied ou bien près de l’être, puisqu’il ne me reste qu’un seul cheval. Heureusement que si nous n’avons la paix nous aurons un peu de repos et que je pourrais trouver de quoi réparer cette perte en partie au moins, car je ne suis pas assez riche pour acheter les chevaux qu’il faudrait avoir.

Il faudra faire de fières économies pour boucher les trous qu’aura fait cette campagne. Adieu ma bonne et tendre amie.

MEJAN.

   

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ Une lettre du comte Méjan à sa femme… ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|