( 20 décembre, 2018 )

La bataille de Ligny

waterloo

Mai 1815. Napoléon sait que la guerre est inévitable, que les Alliés prévoient pour la fin de ce mois le rassemblement de 785.000 combattants sur ses frontières et que l’enjeu de ce rassemblement est de le jeter à bas de son trône impérial.

Alors, l’Empereur renforce à la hâte l’armée et la Garde Nationale, de façon à pouvoir disposer de 200.000 soldats dès les premiers jours de juin. S’il reste sur la défensive, d’ici quelques semaines il sera submergé par les forces quadruples. En effet près de 100.000 Anglo-Néerlandais, commandés par Wellington, demeurent sous les armes au Pays-Bas ; 135.000 Prussiens, sous Blücher, veillent le long de la Meuse ; les 225.000 Russes de Barclay de Tolly occupent le Rhin moyen et les 250.000 Austro-Bavarois de Schwarzenberg le haut-Rhin, tandis que 75.000 hommes (général Frémont) menacent la frontière des Alpes et 50.000 Espagnols celle des Pyrénées ! Napoléon estime que les coalisés ne se mettront pas en marche sur Paris avant le 15 juillet. Pour leur tenir tête, il prendra l’offensive, au plus tard le 15 juin. Car tel est son plan : prévenir l’invasion en attaquant lui-même en Belgique ; assaillir les deux armées ennemies les plus vulnérables, tant par le nombre que par l’effet psychologique que produirait leur défaite.

Blücher et Wellington totalisent 235.000 combattants. On peut aisément les vaincre avec une masse de manoeuvre de 135.000 soldats à condition de les battre l’un après l’autre et de les surprendre avant qu’ils n’aient réuni leurs forces.

Leur défaite entraînera le soulèvement d’une bonne part de la Belgique et la chute du Ministère Anglais. Il n’en faudra pas plus pour que les autres Alliés hésitent à franchir le Rhin et que l’ouverture de négociations devienne possible : Ainsi rêve Napoléon. Fort de ces espérances, il quitte Paris le 12 juin, pour rejoindre les régiments auxquels il a confié, quelques jours auparavant, des drapeaux neufs et de nouvelles aigles.

L’entrée en campagne.

Le 14 juin, 129.000 Français ont réussi à se concentrer dans le plus grand secret sur un front de trente kilomètres entre Philippeville et Solre-sur-Sambre. Face à eux, de l’autre côté de la frontière, 120.000 Prussiens sont dispersés dans leurs cantonnements, le Corps de Zeithen à Fleurus et Charleroi, celui de Pirch à Namur, celui de Thielman à Ciney près de Dinant, celui de Bülow à Liège ; ainsi que près de 100.000 Anglo-Néerlandais, aussi mal groupés, entre Ostende et Nivelles. Soixante-quatre kilomètres séparent le quartier-général de Blücher de celui de Wellington. L’effet de surprise aidant, Napoléon pourrait donc, dans les quarante-huit heures intercepter solidement la route qui, par Sombreffe et les Quatre-Bras, joint Namur à Bruxelles, consommant ainsi la séparation des deux armées alliées. En fait, l’Empereur est anxieux de deux réalisations : mettre les Prussiens hors de cause en leur livrant bataille les premiers ; parvenir par une marche foudroyante aux portes de Bruxelles. Sans cesse préoccupé par ces deux buts à atteindre dans les plus brefs délais, il s’en suivra une certaine incohérence des ordres donnés, qui, dès les premiers jours des hostilités, va compromettre l’issue de la Campagne.

Le 15 juin au matin, la Grande Armée, subdivisée en deux ailes et une réserve, pénètre en Belgique et se concentre devant Charleroi. L’aile droite a pour mission de marcher sur la position de Sombreffe et la gauche sur les Quatre-Bras.

Tout est prévu comme si l’occupation de ces deux points stratégiques ne supposait aucune difficulté, étant donné l’ignorance totale dans laquelle se trouvent les états-majors adverses. Mais, dès cette entrée en Campagne, les Prussiens déjà informés par quelques transfuges, reçoivent la confirmation de l’imminence de l’attaque qu’ils vont subir du fait de la désertion du général de Bourmont, divisionnaire du Corps de Gérard. En ce 15 juin, la Sambre est franchie par les Français presque sans combat en trois points, à Charleroi, à Marchienne et au Chatelet. Au début de l’après-midi, la plus grande partie des colonnes en marche se trouve encore au sud de la rivière, si bien qu’une affaire décisive contre les avants-postes ennemis reste impensable pour ce jour.

A 15 heures, près de Charleroi évacué par Ziethen, Napoléon est rejoint par le maréchal Ney. Il lui confie les Corps de Reille et d’Erlon pour s’emparer du carrefour des Quatre-Bras et ordonne à Grouchy de se placer à la tête du Corps de Vandamme pour marcher sur Sombreffe. « Le brave des braves » expulse les Prussiens de Gosselies puis atteint Frasnes à 17 h 30 où il se heurte aux fantassins de Nassau. La cavalerie légère de la Garde charge et contraint les Nassaviens à se replier dans le bois de Bossu. Le carrefour des Quatre-Bras n’est point gardé ; mais n’ayant pas son infanterie sous la main pour soutenir ses escadrons, Ney suspend le combat et replie ses troupes sur Frasnes, remettant au lendemain l’occupation du croisement entre les routes de Bruxelles et de Nivelles.

De son côté, Grouchy, intimidé par la vive résistance opposée par les soldats de Ziethen à Gilly, arrête devant Fleurus ses hommes fatigués et retardés dans leur progression par le passage de la Sambre. Si bien qu’en cette soirée du 15 juin aucun des deux objectifs stratégiques, dont l’atteinte eut gravement compromis la réunion des armées Alliés, n’est occupé par les Français. Aux Quatre-Bras, le Prince Bernard de Saxe Weimar fermement décidé à tenir la position appelle à lui des renforts, tandis que Ziethen replié dans Fleurus décide de faire face derrière le ruisseau de la Ligne en attendant l’arrivée des autres Corps Prussiens à sa rescousse. Quant à Napoléon, ne sachant pas trop ce qui se passe devant lui et ne semblant pas tellement anxieux de savoir ce que les heures qui passent vont lui apporter, il quitte Grouchy à Gilly, vers 20 heures, pour rentrer passer la nuit à Charleroi, au château Puissant. Le 16 juin à l’aube, il serait encore temps pour les Français de rattraper leur retard de la veille en occupant les Quatre-Bras, seulement défendus par quelques bataillons et en accablant le Corps de Ziethen encore seul devant Sombreffe.

Napoléon confie bien à Grouchy 45.000 hommes avec pour mission d’enlever Sombreffe, alors que lui-même se propose de gagner Fleurus et d’y rester à la tête d’une réserve de 36.000 combattants. Mais toute la matinée est perdue dans l’attente de l’arrivée des différents Corps en particulier de celui de Gérard dont la majeure partie se trouve encore sur la rive sud de la Sambre. Accouru de Namur Blücher est venu passer la nuit à Sombreffe. Il encourage les hommes de Ziethen à la résistance, leur promettant l’arrivée prochaine des Corps de Pirch et de Thielman. Les Prussiens se barricadent dans les villages de Saint-Amand et de Ligny. De son côté, Wellington, informé de l’offensive française dans la nuit du 15 au 16 juin alors qu’il assistait à Bruxelles au bal de la duchesse de Richmond, est parti derechef pour les Quatre-Bras. Parvenu en ce point à 10 heures du matin, il juge de la gravité de la situation et de l’importance de conserver la maîtrise de ce carrefour pour ne pas compromettre ses alliés Prussiens aussi, ordonne-t-il l’apport immédiat de renforts importants.

Le déroulement de la bataille.

Napoléon est arrivé à Fleurus vers 9 h 30. Il y constate que Grouchy n’a pas progressé depuis la veille et que Blücher reste bien accroché sur la position Saint-Amand-Ligny-Sombreffe. Ayant établi son observatoire au moulin du bourg (le moulin Naveau), il décide d’attaquer dès que le Corps de Gérard, très en retard dans son cheminement, sera entièrement disponible. Cependant, Wellington, rassuré par le calme qui règne aux Quatre-Bras, décide une concertation directe avec le vieux « Vorwarts ». A 13 heures il le rencontre au moulin de Bussy et lui laisse espérer l’intervention de l’un de ses Corps sur le flanc de « Bony », « à moins qu’il ne soit lui-même attaqué » d’ici là. Mis en confiance par cette entrevue, Blücher espère pouvoir tenir jusqu’au milieu de l’après-midi en attendant que 40.000 Anglo-Néerlandais viennent prendre à revers l’aile gauche française.

A 15 heures Napoléon attaque. Tandis que Gérard se heurte à une vive résistance dans Ligny, Vandamme, aidé par le mouvement en potence de la division Girard contre « le Hameau », réussit à occuper le village de Saint-Amand. A l’est de Ligny, le maréchal Grouchy s’oppose avec sa cavalerie au déboucher du Corps de Thielman contre la droite française. La division Hulot assaille les postes Prussiens de Tongrinelle et Mont-Potriaux. Partout les soldats de Blücher se défendent avec une rare énergie quand ils ne contre-attaquent pas vigoureusement. Ils savent qu’il faut tenir coûte que coûte jusqu’à l’intervention des forces envoyées par Wellington et jusqu’à l’arrivée de leurs propres renforts accourus au bruit du canon. Maintenant ses espoirs dans les Anglo-Néerlandais, le feld-Maréchal jette toutes ses réserves pour renforcer sa droite au fur et à mesure qu’elles parviennent sur le terrain. Vandamme rejeté de Saint-Amand subit les charges réitérées de 47 escadrons ; le général Girard tombe mortellement frappé tandis que ses hommes abandonnent « le Hameau ».

Vers 18 heures, au moment où les Français sont à nouveaux expulsés des villages reconquis, l’état-major impérial découvre à l’horizon une colonne supposée ennemie progressant de Villers-Perwin sur Fleurus. L’Empereur inquiet envoie sa jeune Garde conduite par Duhesme au secours de Vandamme et se tient prêt à intervenir avec le reste de sa Garde. Une demi-heure plus tard, on s’aperçoit que cette colonne n’est autre que le Corps d’Erlon rappelé de Frasnes. Comptant sur l’intervention imminente de 20.000 Français sur les arrières droits de Blücher Napoléon décide de rompre le centre prussien par une attaque principale sur Ligny. Sur ce point les brigades Henkel, Jagow et Krafft s’accrochent farouchement aux réduits que constituent le château de Looz, la ferme d’« En-Haut », l’église et la ferme d’« En-Bas » et empêchent les soldats de Pécheux, conduits par le brave Gérard de franchir le ruisseau de la Ligne.

A 19 h 30, sous le couvert d’une violente préparation d’artillerie, la Garde à pied et à cheval, appuyée par les cuirassiers de Milhaud déborde Ligny de droite et de gauche et fait brèche dans la ligne de résistance adverse. Blücher, ne voyant toujours pas venir les Anglais, se dégage en faisant charger les 32 escadrons de Röder et ordonne la retraite sur Sombreffe. Aux flancs des coteaux voisins, les deux cavaleries s’entrechoquent jusqu’à 21 h 30 en une violente mêlée au sein de laquelle le vieux « Vorwärtz » renversé sous son cheval, échappe par miracle aux cuirassiers français, qui dans l’obscurité passent à ses côtés sans le voir.

Avec 65.000 hommes, Napoléon a réussi à refouler 87.000 Prussiens en les réduisant à 67.000 combattants, au prix de la perte de 13.000 des siens. Proportionnellement les pertes sont donc équivalentes pour les deux armées. La rencontre a fait figure de grande bataille : en effet, elle a mis en présence des forces comparables à celles d’Austerlitz (71.000 Français face à 93.000 Austro-Russes), mais elle demeure une demi-victoire, et par ses résultats évoque plus Eylau qu’Austerlitz  !

Blücher pourra rapidement compenser ses pertes par l’arrivée du Corps de Bulow parvenu le soir même à moins de 10 kms de Sombreffe et rien ne s’oppose formellement à la retraite de ses divisions vers le nord-est.

Conséquences d’une demi-victoire.

Bénéficiant d’une absence de poursuite immédiate de la part d’une armée française épuisée, conduite par un Napoléon devenu négligent, les soldats de Blücher, repris en main par le chef d’état-major Gneisenau, ont pu abandonner le champ de bataille de Ligny en toute quiétude, restant d’ailleurs maîtres une bonne partie de la nuit des points d’appui de Brye et de Sombreffe. Treize heures de tranquillité quasi totale avant de subir une poursuite en règle. De quoi organiser une retraite méthodique qui ne ressemble en rien à une déroute. Gneisenau a désigné comme lieu de rassemblement Wavre, situé à une cinquantaine de kilomètres au nord de Sombreffe, au point où la Dyle coupe la route de Namur à Bruxelles. Les différentes divisions s’y rendent au plus vite en empruntant deux routes, l’une passant par Gembloux et Corbais, l’autre à l’ouest par Gentinnes et Velleroux

Du côté français, dès le 16 au soir, Grouchy avait bien eu des velléités de talonner les vaincus mais Napoléon lui avait refusé toute instruction dans ce sens. Respectivement, à 4 heures et 6 heures, les cavaliers de Pajol et d’Exelmans réussissent à prendre contact avec les arrières-gardes prussiennes, les uns sur la chaussée de Namur, les autres près de Gembloux. Cependant, à Fleurus, puis au cabaret des Trois Burettes, l’Empereur attend d’avoir des nouvelles de Ney qu’il sait devant les Quatre-Bras, pour enfin se décider, vers 11 heures seulement, à organiser la poursuite des vaincus de la veille. A cet effet, il place sous le commandement de Grouchy les Corps de Vandamme et de Gérard ainsi que les cavaliers de Pajol et Exelmans, soit 32.000 hommes accompagnés de 96 canons.

Mais la poursuite en question débute sous un orage violent, si bien que les fantassins, pataugeant dans la boue au rythme de moins de 2 kms à l’heure, ne parviennent, à la nuit tombante, qu’à Gembloux. Grouchy y établit son quartier-général alors que Blücher, remis de sa chute, a rejoint ses troupes à Wavre. Le matin même les Prussiens étaient à moins de 20 kms de leurs vainqueurs et le soir même ils ont réussi à s’en éloigner de plus de 40 kms. Autrement dit, ils n’ont pas été poursuivis.

A 22 heures, Grouchy, qui commence à s’apercevoir que « Vorwartz » ne cherche rien d’autre qu’à se dégager en se rapprochant au maximum des Anglais, écrit à l’Empereur pour lui annoncer que l’ennemi se retire « mi parti sur Liège, mi parti sur Wavre ».Dans la matinée du 17, Blücher et Wellington ont échangé plusieurs dépêches. Informé de l’échec de Ligny et de la retraite des Prussiens sur Wavre, le chef des Anglo-Néerlandais  ordonne aussitôt le repli sur Bruxelles des troupes occupant les Quatre-Bras. A 10 heures du matin, l’évacuation du carrefour commence, sans être nullement gênée par les soldats de Ney toujours au bivouac devant Frasnes. Il faut attendre 14 heures pour voir les Français sortir de leur apathie au moment où leur Empereur, accouru de Fleurus, survient par Marbais à la tête des escadrons de sa Garde.

Trop tard ! Il ne reste plus aux Quatre-Bras que la cavalerie de Lord Uxbridge laissée en arrière-garde. Napoléon la fait charger et la poursuit vivement malgré une violente pluie d’orage. A Genappe, la résistance anglaise reste éphémère, si bien qu’à 19 heures les Français arrivent face au plateau de Mont-Saint-Jean sur lequel Wellington a finalement concentré la majeure partie de son armée, 14 kilomètres au nord des Quatre-Bras.

De son quartier-général, installé dans le bourg de Waterloo, le généralissime anglais écrit alors à Blücher pour le convaincre d’effectuer une marche de flanc, risquée mais décisive, destinée à surprendre Bonaparte, le lendemain, au moment où il se trouvera engagé contre lui. « Vorwartz » accepte d’envoyer le Corps de Bulow. Ce dernier, qui vient de rejoindre Wavre par Wahlain et Dion le Mont, marchera dès l’aube du 18 sur Plancenoit, pour y tomber sur les arrières des Français.

Ainsi, tandis que Napoléon croit les vaincus de Ligny hors de cause pour plusieurs jours et rêve d’entrer le lendemain soir à Bruxelles, Blücher s’apprête à lui apporter en plein flanc un coup fatal !

Jean-Claude QUENNEVAT.

(Revue du Souvenir Napoléonien, n°271, septembre 1973, pp.5-8).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ La bataille de Ligny ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|