• Accueil
  • > TEMOIGNAGES
  • > La CAMPAGNE D’ALLEMAGNE (1813) RACONTEE par le COLONEL VIONNET de MARINGONE (I).
( 29 décembre, 2018 )

La CAMPAGNE D’ALLEMAGNE (1813) RACONTEE par le COLONEL VIONNET de MARINGONE (I).

La CAMPAGNE D'ALLEMAGNE (1813) RACONTEE par le COLONEL VIONNET de MARINGONE (I). dans TEMOIGNAGES vionnet

« Le 30 mars à 4 heures, je reçus l’ordre de partir dès le lendemain avant le jour. J’arrangeai  en hâte mes affaires et celles du régiment et y employai toute la nuit.

Le 31 mars à 6 heures du matin, je partis avec le bataillon de fusiliers que je commandais encore. Nous fîmes halte à Bondy et couchâmes à Claye.

Le 1er avril, nous déjeunâmes à Meaux à l’Hôtel de la Sirène, renommé pour sa bonne chère, et couchâmes à La Ferté.

Le 2 avril, à Château-Thierry où nous fîmes séjour le 3. Je visitai cette ville qui est déparée en deux par la Marne. C’est la patrie de La Fontaine, on y voit encore la maison qu’il habitait.

Le 4, à Dormans. La journée fut courte et le temps charmant. Les soldats n’en étaient pas moins fatigués. On leur faisait faire une heure d’exercices en arrivant au cantonnement ainsi que pendant la route, durant chaque repos. Ces troupes d’ailleurs avant d’aller à l’ennemi n’eurent d’autre instruction que celle donnée à chaque étape.

Le 5, à Épernay, je fus logé à La Croix d’Or, mais je dînai avec le capitaine hilaire [capitaine de voltigeurs au 52ème régiment d’infanterie, compatriote de Vionnet] et sa famille qui m’accueillirent avec la meilleure grâce du monde.

Les 6 et 7 à Châlons, je fus logé au Palais impérial. On remarquera que les maires nous logeaient toujours dans des hôtels car grâce à notre nourriture on nous faisait payer fort cher.

Le 8, Auve, un des plus pauvres villages de France, aussi nous fûmes-nous dispersés dans les environs.

Le 9, nous déjeunons à Sainte-Menehould. Il y a un mets fort bon qui porte le nom de cette ville [les pieds de porc à la Sainte-Menehould]. Nous couchons à Clermont.

Les 10 et 11, à Verdun, je dînai chez M. de Marbeuf.

Le 12, à Mars-la-Tour.

Le 13, à Metz, je fus logé au Faisan. Je rendis visite au général Lorge qui commandait la division et au préfet.

Le 14, à Courcelles, le prince de Wagram [maréchal Berthier] dîna dans l’hôtel où j’ai logé.

Les 15 et 16, à Saint-Avold. Le 16, l’Empereur dîna à l’Hôtel de la Poste, il donna 50 napoléons pour son dîner et 100 francs à la fille qui l’avait servi.

Le 17, à Sarrebruck.

Le 18, à Homburg.

Le 19 à Landshut.

Le 20 et le 21, à Kaiserleutern.

Le 22, à Venweiller.

Le 23, à Alzey.

Le 24, à Mayence.

Les 25 et 26, à Francfort, je fus logé chez M. Bethmann, le fameux banquier, qui me reçut très bien. Là je reçus ma nomination de colonel dans la Garde.

Le 27, à Hanau.

Le 28, je partis pour rejoindre le 2ème régiment de Tirailleurs de la Garde dont on m’avait donné le commandement.

Le 29, à Shlüchtern.

Le 30, à Fulda, je logeai chez le père d’un colonel au service de la France.

Le 1er mai, à Vac.

Le 2, à Weimar.

Le 3, à Lützen. Cette ville était remplie de blessés et de prisonniers. Les maisons étaient dévastées et je ne pus rien trouver à manger. Mon régiment était à Pegau, jolie ville à droite de l’Elster. Le roi de Prusse et l’empereur de Russie y avaient leur quartier-général le jour de la bataille.

Le 4, je rejoignis le régiment au bivouac près de Borna.

Le 5, la division fut bivouaquée en avant de Golditz et le 6, à Waldheim.

Le 7 mai, toute la Jeune garde bivouaqua en colonne par brigade près de Rosen.

Le 8, à Ober-Covitz, face à Dresde, dont nous n’étions éloignés que d’une petite lieue, sur le terrain même où Frédéric-le-Grand gagna une bataille en 1745. Je ne pouvais concevoir comment l’empereur de Russie et le roi de Prusse dont les plus grandes forces consistaient en cavalerie, avaient pu choisir un pays à la fois aussi coupé et aussi couvert pour y livrer une grande bataille, l’armée française n’ayant pas un cavalier à leur opposer. La victoire de Lützen fut la conséquence de cette grande faute. On la dut entièrement à l’infanterie française. Nos ennemis croyaient avoir aisément raison de cette infanterie qu’ils savaient mal instruite et inexpérimentée, il n’en fut rien. Si au contraire le terrain avait été mieux choisi, si la cavalerie russe avait pu se déployer et manœuvrer, l’armée française aurait été complètement anéantie. Le champ d’action des Russes était si resserré qu’ils s’embarrassèrent continuellement les uns les autres tout ne étant beaucoup plus exposés au feu de notre artillerie qui les atteignait partout où ils se trouvaient. Ils se retirèrent néanmoins en bon ordre et se trouvèrent au bout de quelques jours en état de livrer une seconde bataille. 

Le 10, nous entrâmes en ville entre huit heures et neuf heures du soir, juste au moment où les cornées étaient aux distributions, ce qui occasionna la perte de beaucoup d’effets. L’Empereur y était déjà depuis le 8, l’ennemi occupant la Ville neuve, S.M. logea au château du roi de Saxe tout près de l’Elbe et à fort peu de distance de l’ennemi qui nous envoya encore force mitraille, ce qui nous causa beaucoup de pertes.

Le régiment se reposa les 11, 12 et 13.

Le 14, il alla avec toute la Garde Impériale recevoir le roi de Saxe, près du château de Grosse-Garten sur la toute de Prague.

Le 15 mai à minuit, nous reçûmes l’ordre de prendre les armes immédiatement. L’armée entière resta en bataille jusqu’à 7 heures du matin. Nous nous mîmes alors en marche sur la route de Dresde à Berlin. Le régiment bivouaqua en avant de Reichenbach.

Le 17, on se remit en route et nous marchâmes jusqu’à une heure fort avancée de la nuit.

Le 18 après avoir fait un peu d’exercice, nous repartîmes pour nous arrêter à Bischofswerda où nous prîmes nos cantonnements.

Le soir on apprit qu’un détachement de lanciers de la Garde avait rencontré un gros de Cosaques et avait eu plusieurs hommes blessés. Le général Lanusse reçut l’ordre de s’en assurer. Il emmena le régiment qui partit le 19 à la pointe du jour. Mais on dit bientôt que les Cosaques s’étaient retirés et se trouvaient au moins à cinq lieues [environ 20 km] de nous. Le général alors nous fit rentrer au camp.

En y arrivant nous ne trouvâmes plus personne. L’armée était partie ; aussi après avoir fait rapidement la soupe nous nous remîmes en marche.  Nous rencontrâmes bientôt la Jeune Garde campée devant Bautzen sur trois lignes, la droite au village où se trouvait l’Empereur, la gauche face aux montagnes de Bohême. »

A suivre.

—-

Général Vionnet de Maringoné, « Mes Campagnes. Russie et Saxe (1812-1813) », A la Librairie des Deux empires, 2003, pp.69-74).

Sur ce personnage :

http://jeanmichel.guyon.free.fr/monsite/histoire/vionnet/generalvionnet.htm

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ La CAMPAGNE D’ALLEMAGNE (1813) RACONTEE par le COLONEL VIONNET de MARINGONE (I). ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|