• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 4 janvier 2019
( 4 janvier, 2019 )

Un blog à visiter !

Napoléon1

Publié dans INFO par
Commentaires fermés
( 4 janvier, 2019 )

Massacres de mamelucks à Marseille en 1815 !

s-l500 (6)

« A Marseille, le 25 juin 1815 au soir, les troupes commandées par le général Verdier évacuent non sans peine la ville ; des soldats sont tués, quelques cavaliers s’échappent en criant « Vive l’Empereur ! » ; et la nuit venue, l’émeute royaliste se déclenche, la foule enfonce les portes des maisons habitées par des bonapartistes, jette le mobilier par les fenêtres et massacre les occupants : au bilan, une douzaine de morts. Le lendemain, c’est mieux ; après avoir tué onze personnes suspectes de républicanisme, une bande attaque le quartier où se sont installés les débris d’une colonie de mamelouks et d’orientaux venus d’Égypte à la suite de Napoléon ; on les poursuit dans les maisons où ils se sont réfugiés et on les égorge sous prétexte qu’ils auraient tenue des propos séditieux pendant les Cent-Jours ; des femmes, des enfants sont massacrés dans le fort ; une vieille négresse servante des mamelouks, sommée de crier « Vive le Roi ! » répond : « Non, Napoléon me fait vivre… Vive Napoléon ! » Jetée à l’eau et déjà blessée, elle s’enfonce, reparaît en criant : « Vive…,» une balle l’atteint, elle disparaît mais son bras s’agit un instant au-dessus de l’eau « comme si elle voulait achever par signe le cri commencé ». En vérité, on s’attendait peu à trouver là des fidélités aussi tenaces. Treize Égyptiens payèrent… Mais il n’y eut pas seulement des assassinats en série ; un vieux soldat aux cheveux blancs est froidement abattu « devant le café Ricard » ; ailleurs un père et son fils liés dos à dos servent de jouets au peuple qui les tue lentement, avec raffinement, à coups de bâton, de pierre, de crosse qui « font jaillir le sang de l’un sur l’autre » ; un notable Anglès-Capefigue, homme doux, inoffensif, mais ancien ami de Masséna, de Barras et du maréchal Brune, est  écharpé, traîné dans une écurie derrière sa maison où on l’achève à coups de sabre ; sa mère entend ses crois.-Un tambour de la Garde nationale se vante d’avoir avec son sabre donné « un bon tour de clé » dans le ventre d(‘un officier bonapartiste caché entre deux tonneaux… ; des farandoles s’esquissent autour des cadavre et dans le pays les 25 et 26 juin 1815 seront connus sus le nom de Jour[s] de la Farce ».

(J. LUCAS-DUBRETON, « Le Culte de Napoléon, 1815-1848 », Editions Albin Michel, 1959,pp.29-30)

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 4 janvier, 2019 )

Le général Bertrand à l’île d’Elbe…

Général Bertrand

Un extrait du témoignage d’André Pons de l’Hérault, directeur des mines de l’île d’Elbe (depuis 1809): « Le général Bertrand, grand maréchal, était chargé des affaires civiles, ce qui équivalait au ministère de l’intérieur. Le général Bertrand était un homme de bien, dans toute l’étendue du mot. Il se serait dévoué pour l’Empereur au moment où son dévouement aurait pu sauver l’Empereur, mais ce moment ne s’était pas présenté, et il ne l’avait suivi que par un sentiment d’honneur. Les événements qui avaient brisé le trône impérial avaient aussi brisé l’âme du général Bertrand. Sans cesse en proie aux souvenirs déchirants de cette immense catastrophe, ce n’était plus un homme de travail, c’était un homme de repos. Son coeur était tout entier à sa famille; sa femme et ses enfants absorbaient toutes ses pensées. Que si l’on exigeait rigoureusement mon opinion sur l’essence des liens qui avaient attaché Napoléon au général Bertrand, je dirais, d’après tout ce que j’ai vu: les deux natures, celle de l’empereur Napoléon et celle du général Bertrand, n’étaient pas sympathiques, et le resserrement de leur union, plus apparent que réel, était plutôt une affaire d’habitude qu’une affaire de sentiment. Jamais leurs premières opinions n’étaient les mêmes; elles commençaient toujours par se heurter, et le général Bertrand ne cédait pas facilement.

J’ai vu, plus d’une fois, l’empereur Napoléon renoncer aux débats. Cela n’empêchait pas que le général Bertrand n’aurait jamais eu une pensée contraire aux intérêts de l’empereur Napoléon. »

(« Souvenirs et Anecdotes » de Pons l’Hérault , Plon, 1897)

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 4 janvier, 2019 )

Paysans et cosaques (1814)…

1814...

De tous côtés, l’invasion, Le maire de Phalsbourg, Parmentier, écrit au préfet de la Meurthe qu’il a vu arriver dans la ville nombre d’Alsaciens qui fuient devant l’ennemi. Les Cosaques approchent, mais, conclut Parmentier, s’ils viennent, les Phalsbourgeois sauront les recevoir.

4 janvier 1814.

Hier nous avons eu l’idée de la désolation. Un grand nombre d’habitants du Bas-Rhin sont arrivés dans nos murs, traînant à leur suite leurs femmes, leurs enfants : ils étaient chassés par l’inquiétude, que leur inspiraient les Cosaques qui, hier soir, ont eu l’impertinence de se glisser jusqu’à Haguenau où ils ne sont restés que quelques heures. Ils avaient passé le Rhin entre Beinheim et Seltz, mais dans l’intention seulement de favoriser un passage plus sérieux qui s’effectuait à Mannheim. Le maréchal Marmont s’est porté à la rencontre de l’ennemi ; mais il n’était point en force et on dit qu’il a été obligé de se rejeter sur Mayence. Le duc de Bellune [maréchal Victor] vient de prendre position sur la côte de Saverne avec son corps d’armée. Si ce passage est bien défendu, J’espère que ces Messieurs ne viendront pas jusqu’à nous. Dans tous les cas je vous promets que nous les recevrons en Phalsbourgeois, je veux dire en patriote. Car il serait difficile de manifester un meilleur esprit que celui dont je suis journellement témoin.

(Arthur CHUQUET, « L’Année 1814. Lettres et Mémoires », Fontemoing et Cie, Éditeurs, 1914, p.7).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
|