• Accueil
  • > TEMOIGNAGES
  • > « Aujourd’hui que je crois avoir le droit de parler librement… »
( 6 janvier, 2019 )

« Aujourd’hui que je crois avoir le droit de parler librement… »

« Aujourd’hui que je crois avoir le droit de parler librement… » dans TEMOIGNAGES campagne-1812

Pierre de Constantin, était depuis le 9 juin 1812, lieutenant au 23ème régiment de dragons. Il revient sur cette campagne de Russie encore proche et qui a tant marqué les esprits et les hommes… Voici quelques mots sur cet officier :En janvier 1807, l’auteur (âgé alors de 21 ans) est admis aux gendarmes d’ordonnance de la Garde Impériale avec le grade de brigadier. C’est dès cette époque que débute son récit. Il participe au combat de Guttsdadt (son premier fait d’armes), aux batailles d’Heilsberg et de Friedland. En août de la même année, Pierre de Constantin passe aux escadrons de guerre du 23ème dragons ; il est sous-lieutenant. Après un passage en Italie, le voilà en Autriche, faisant le coup de feu sans hésitation. Il est présent à la bataille de Raab, puis début juillet, Constantin rejoint avec son régiment la Grande-Armée située dans l’île Lobau. Il est présent lors de la bataille de Wagram. Les années 1810 et 1811, le voient au milieu de sa famille, se reposant des tourments de la guerre. Puis en 1812, il est en route pour la campagne de Russie et traverse le Niémen le 25 juin. Son récit devient alors plus précis, plus détaillé. Pierre de Constantin participe à la bataille de Smolensk. « Le 5 [septembre 1812] ; j’étais au fort combat qui précéda la bataille de La Moskowa, où la division Compans perdit près de mille hommes en s’emparant de la fameuse redoute qui était sur notre droite », écrit-il. Il aura un cheval tué sous lui lors de la fameuse bataille du 7 et bivouaque le soir même « au milieu des morts et des blessés ». Puis après l’incendie de Moscou, commandité par le perfide Rostopchine, il prend avec son 23ème dragons la direction de Malojaroslavets, fameux pour son violent combat auquel le jeune chasseur participe.

A partir de début novembre, l’auteur connaît le froid, la faim. Il faut se battre non seulement contre les éléments déchaînés mais aussi contre les hourras de cosaques harcelant l’armée… Il décrit parfaitement toute cette période difficile y compris le passage de la Bérézina. Son récit est suivi par plusieurs lettres à sa famille couvrant les années 1812, 1813 et 1814.

C.B.

————————————————-

Le 18 janvier 1813.

A Madame Saint-Georges Vallette.

Aujourd’hui que je crois avoir le droit de parler librement, écoute, mon amie, les maux que j’ai soufferts pendant la campagne, mais surtout pendant la retraite : d’abord une grande et constante disette jusqu’à Moscou, un peu plus grande après Moscou, sur la route de Kalouga, où nous mangions déjà du cheval. Mais figure-toi toutes les horreurs de lap lus affreuses des famines, réduit à ne manger que du cheval mort de fatigue, de maigreur ou de maladie, souvent se pousser avec des soldats pour ne couper un morceau. Pour boisson souvent rien. D’autres fois, de l’eau de marais où il y avait des chevaux et des cadavres. Voilà comment nous avons dû voyager depuis nos positions de Moscou jusqu’à Smolensk. Aussi l’on n’a pas besoin de guide pour être conduit dans ces déserts. Les cadavres morts de faim sur la route, de distance en distance, vous indiquent assez le chemin que vous voulez parcourir. J’ai dit « ces déserts », parce que les cent et quelques lieues  qui séparent Moscou de Smolensk sont entièrement dépourvues d’habitants et de maisons.

Les Russes en se retirant, ont brûlé villes, villages et campagnes sur la route, et à  trois ou quatre lieues à droite et à gauche, ils ont tout réduit en cendres, et le peu qu’ils avaient épargné a été incendié par nous quand nous nous sommes retirés. Aussi, il en reste pas de quoi abriter un homme.

A Smolensk, on a commencé à trouver quelques ressources. Peu, à la vérité, mais assez pour que ce ne fut plus famine. Seulement disette extraordinaire, et peu d’hommes mouraient de faim. Cependant, il fallait encore manger du cheval. Nous avons marché dans cet état de misère jusqu’au passage de la Bérézina. Après quoi, sans être dans l’abondance, on n’a pas extrêmement souffert. Mais une autre chose peut-être plus pénible nous tourmentait. A Smolensk, déjà deux pieds de neige couvraient la terre et la glace était assez forte pour qu’on pût passer le Dnieper sans bateau ; et il fallait pourtant bivouaquer malgré la rigueur de la saison. Heureux quad nous avions du bois à discrétion ! Ce n’étai rien. Les chevaux mouraient, mais les hommes résistaient encore. Ce n’est qu’après le passage de la Bérézina que le froid est devenu trop rude pour pouvoir le supporter, et quel les officiers et les soldats ont commencé à mourir gelés sur les routes. Peu cependant avant le 5 décembre, mais les journées des 5, 6, 7, 8 et 9 ont coûté bien cher à l’armée. J’ai vu dans la journée du 7 un régiment wurtembergeois employé à l’escorte des équipages de l’Empereur perdre environ trois cents hommes gelés. Et, malgré cela, il fallait bivouaquer.

Aussi, le matin, quand il fallait partir, on laissait toujours bien du monde dans les bivouacs. Cependant (chose incroyable pour ceux qui ne l’ont pas vue), malgré nos fatigues, nos misères et nos privations, sans canon, tous les chevaux de l’artillerie étant morts, sans avoir  dans toute l’armée mille cavaliers montés pour éclairer nos marches, chaque fois que l’ennemi nous a attaqués ou a voulu s’opposer à notre passage, on l’a battu et on lui a fait des prisonniers, et l’on voyait le soldat, quoique faible par le manque de nourriture, rappeler toutes ses forces pour courir à la baïonnette. Cependant, il était certain de rester au pouvoir des Russes, s’il avait le malheur d’être blessé. La cavalerie a beaucoup souffert, au point qu’elle a été totalement démontée par le manque de fourrage, la fatigue ou le froid. Elle a été si fortement détruite que, pour former la garde de l’Empereur, l’on a té obligé de réunir tous les officiers qui avaient encore conservé un cheval. On en a formé quatre compagnies dont les capitaines étaient les généraux qui commandaient en chef les corps de cavalerie. Les généraux de division et de brigade faisaient fonction de lieutenant et de sous-lieutenant, les colonels de maréchal des logis et de brigadier, les chefs d’escadrons et les officiers de tout grade servaient comme soldats. Cet Escadron sacré (car c’est ainsi qu’on le nomme) a toujours été auprès de l’Empereur. J’étais à pied, comme presque tous les officiers de l’armée. J’avais eu un cheval tué à la bataille du 7 septembre, à Mojaïsk [celle de La Moskowa], et deux autres chevaux m’étaient morts de faim et de fatigue. Cependant à Toloczyn (Tolotchine), quand on a formé la Garde d’honneur, mon colonel, voyant le grand désir que j’avais d’y être, me fit donner un des chevaux de troupe qui restaient encore. Nous avons voyagé avec Sa Majesté jusqu’à trois ou quatre jours avant d’arriver à Vilna, époque de son départ pour Paris.

Voilà à peu près, ma chère amie, tous les maux que j’ai soufferts, si tu y ajoutes que, depuis le 20 juin jusqu’au 15 décembre, je n’ai pas couché une fois dans une maison et que dans ces six mois on a fait des marches forcées, des marches de nuit, que j’ai été couvent privé de sommeil et de repos, que j’ai constamment voyagé, et de la pluie, des chaleurs et des froids excessifs.

Voilà les pertes que nous avons faites : notre général de division et un de nos généraux de brigade morts gelés sur la route ; mon colonel a eu les deux pieds, les mains et la figure gelés, depuis on ne sait pas ce qu’il est devenu ; un chef d’escadrons, deux capitaines et trois officiers tués… Je ne parle pas de ceux qui restent ici. Ils ont presque tous été légèrement blessés ou ont eu leurs chevaux tués. Nous sommes entrés en campagne six compagnies formant environ cinq cents hommes montés. Nous avons reçus le 4ème escadron fort de deux cents et quelques hommes montés. Il nous reste ici quatre-vingt et quelques hommes et une quarantaine de chevaux. Encore ces derniers ne sont venus qu’à Vilna, car s’ils étaient venus à Moscou il n’en resterait pas un.

Adieu, le papier me manque ; reçois l’assurance de mon éternelle amitié. Embrasse pour moi ta mère et ton mari. Dis-leur de m’écrire ; Je n’ai pas reçu de lettre depuis ta réponse à la mienne de Vilna. Sans faire une liste de mes connaissances, rappelle-moi au souvenir de celles qui te demandent de mes nouvelles. Ne m’oublie pas auprès de ta belle-sœur. Adieu. Réponds-moi de suite. 

P. de CONSTANTIN.

(Pierre de Constantin, « Journal et lettres de campagne », in «Carnet de la Sabretache», n°299, juillet 1925, pp. 461-466).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ « Aujourd’hui que je crois avoir le droit de parler librement… » ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|