• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 8 janvier 2019
( 8 janvier, 2019 )

Une lettre du baron Bacler d’Albe à sa femme

BaclerRappelons que le méconnu Louis Bacler d’Albe (1761-1824) était alors adjudant commandant chef du cabinet topographique de l’Empereur.

En 1813 il est nommé général de brigade. 

[Au] Kremlin, 15 octobre [1812] 

Tu manges probablement, ma bonne gloutonne, du bon raisin de Fontainebleau, ou plutôt de ton jardin, tu ranges tes pommes, tes poires d’hiver, etc., et nous ici nous calculons combien de temps encore nous aurons des pommes de terre et des choux pour aider à avaler la vache. Il y a aujourd’hui trois pouces de neige sur la terre. Je ne dirai pas sur les toits. Il n’y en a plus. J’ai heureusement trouvé un grenadier qui a bien voulu faire de nouvelles doublures chaudes à mes habits. J’ai fait ajuster une bonne pelisse (quoique vieille) pour monter à cheval, mon chapeau a été aussi dégraissé par un hussard fort adroit, un chasseur raccommode mes bottes et m’a même promis une paire de bottines de peau pour mettre par-dessus ces bottes.

 J’ai fait couvrir de petit-gris ma casquette de Paris ; ainsi, me voilà réhabilité chaudement. Joson [son fils aîné Joseph-Albert, alors capitaine aide de camp du général Philippe de Ségur] est aussi assez bien avec une bonne fourrure de loup, et nous voilà prêt à tout événement. J’ai de nouveaux domestiques français pour remplacer les prisonniers, de bons cognats [petit cheval russe très résistant et utilisé habituellement par les cosaques]. Sappe peut faire du pain pour quinze jours, on ramasse un peu d’avoine, on emballe du rhum et du vin, du sucre, du thé, voire même du café et du chocolat. 

Il reste encore un peu de tablettes de bouillon avec quelques jambons ; tu vois qu’avec tout celle on peut faire 150 lieues [environ  600 kilomètres] dans un sens ou dans l’autre. Nous saurons probablement à quoi nous en tenir dans deux jours. Il serait très possible que notre mouvement soit tellement combiné et si singulier que nous soyons pendant quelques jours sans recevoir si sans envoyer d’estafettes.  Connaissant ta bonne tête, je dois te prévenir de cela parce que je ne veux pas qu’elle batte la campagne. Nous serons en bonne et nombreuse compagnie ; ainsi sois sans inquiétude et ne t’étonne pas de notre silence. Aussitôt que je le pourrais j’écrirai, et probablement nous serons plus voisins.

Buvez à notre santé en attendant, sans impatience surtout, cela fait de mauvais sang et il n’ y a  raison d’en avoir. 

Joson ne peut t’écrire, il est à présent à 20 lieues d’ici avec plusieurs autres officiers et un petit service dela Maison. Il a un bon domestique et trois bons chevaux ; il suivra le mouvement du roi de Naples qui le connaît et l’aime. S’il peut m’écrire il le fera, mais j’en doute, je connaîs les difficultés ?

Nous nous rejoindrons dans quinze jours, alors nous pourrons causer librement avec toi et rire surtout. En attendant mon tout je te gronde, ainsi que Marc, de ta paresse. Voilà douze jours que je n’ai de tes nouvelles. Si c’est ta faute, c’est mal, sinon tu vois que tous ces morceaux de papier appelés « lettres » ne courent pas comme on veut. 

Bonsoir tous ; une claque pour toi, des baisers pour tout le monde. 

BACLER. 

Sur ce personnage, n’hésitez pas à consulter l’excellente notice biographique que lui a consacrée Wikipédia. 

C’est ici :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_Albert_Guislain_Bacler_d’Albe 

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 8 janvier, 2019 )

Le comte Dorsenne…

dorsenne.jpg

Né à Ardres (Pas-de-Calais) en 1773, Dorsenne partit comme volontaire en 1792 et fut bientôt élu capitaine. Après avoir fait avec distinction les campagnes de 1792, 93, celles de l’an II, III, IV et V, il fut nommé chef de bataillon sur le champ de bataille, le 3 germinal an V, et fit, dans ce grade, les campagnes de l’an VI, et de l’an VII en Egypte. Il y fut nommé chef de la 61ème demi-brigade en l’an VIII. Il revint en France après être resté encore en Egypte jusqu’à l’évacuation et fit les campagnes de l’an XII et XIII. Il fut nommé général de brigade le 14 nivôse an XIV après s’être signalé à Austerlitz. A Eylau, il repoussa l’ennemi à la tête d’un bataillon de la Garde. Colonel des grenadiers dela Garde en 1808, il passa avec eux en Espagne, puis revint à la Grande-Armée et se fit remarquer à Ratisbonne, puis à Essling, où il soutint par sa ferme attitude les efforts des Autrichiens, qu’il contint pendant que nos troupes rentraient à l’île Lobau. Il eut là deux chevaux tués sous lui et reçut à la tête, en tombant avec l’un d’eux, une contusion qui devait plus tard amener sa mort.

Après Wagram, il fut nommé général de division. Envoyé en Espagne avec 20.000 hommes de la Garde, il fut nommé, le 8 juillet 1811, commandant en chef de l’armée du Nord. Il fit reculer les Anglais, battit l’armée espagnole de Galice et rétablit l’ordre en Navarre et en Biscaye, mais depuis Essling, il ressentait des douleurs de tête qui, augmentant sans cesse, le contraignirent de rentrer en France, où il succomba, à Paris, le 24 juillet 1812, des suites de l’opération du trépan, à peine âgé de trente-neuf ans.

 G. COTTREAU 

Article paru en 1910 dans le « Carnet de la Sabretache ». 

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
|