• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 11 janvier 2019
( 11 janvier, 2019 )

A voir: « Waterloo » (S. Bondarchuk, 1970)

Waterloo

Un film qui se laisse regarder malgré la présence de plusieurs erreurs historiques non-négligeables !

Image de prévisualisation YouTube

Rod Steiger

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
( 11 janvier, 2019 )

L’Empereur a été assassiné à l’île d’Elbe (Décembre 1814) !

NN1

« Le bruit s’est tout à coup répandu, aujourd’hui, que Bonaparte avait été assassiné à l’Ile d’Elbe; il aurait reçu 4 ou 5 coups de poignard dans le  dos, mais ne serait pas mort. Il est possible que ce bruit, dont on n’indique pas la source, vienne des partisans mêmes de Bonaparte et que ce soit une ruse destinée à réveiller l’intérêt qu’ils voient se refroidir, chaque jour, pour leur idole. Ils ont cessé d’espérer obtenir quelque chose pour lui du Congrès de Vienne et la question, maintenant, se réduit tout au plus à savoir si on le laissera dans son île. .Ses fidèles n’osent le croire, tant ils sentent que l’intérêt de l’Europe commande d’en éloigner, à jamais, celui qui en a été si longtemps le fléau et auquel le repos sera si difficile après le bonheur qu’il trouvait à tout bouleverser et ruiner. »

(Georges Firmin-Didot, « Royauté ou Empire. La France en 1814. D’après les rapports inédits du comte Anglès », Maison Didot, Firmin-Didot et Cie, Editeurs, 1897. Extrait du bulletin en date du 13 décembre 1814, p.182)

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 11 janvier, 2019 )

Le sergent Réguinot (1812)

campagnerussie1.jpg« Mes camarades, j’ai pris la plume pour vous écrire ces mots : « Nous avons fait la campagne de Moscou, beaucoup y sont morts, peu en sont revenus, tous s’y sont couverts de gloire ; quant à moi, j’y ai cruellement souffert, mais je me porte bien, et désire ardemment que le présent livre vous trouve de même ». Ainsi commencent les « Mémoires » qu’i la laissées sur la campagne de Russie ; un ouvrage publié en 1831 « Au profit des Polonais » (La Pologne alliée de la France sous l’Empire, venant alors de se soulever contre les Russes). Avec son régiment, le 26ème d’infanterie légère, il passe le Niémen fin juin 1812. « Notre régiment particulièrement, reçut l’ordre de traverser Kowno, et de prendre position de l’autre côté de la Wilia. L’ennemi en battant en retraite, avait brûlé un pont qui devait servir de passage aux troupes. Il nous fut enjoint de le rétablir, et en quelques heures tout était terminé ».

Le témoignage du sergent Réguinot ne laisse aucun répit au lecteur. Avec lui, on suit le soldat dans son ravitaillement, à la préparation d’un bivouac. On est à ses côtés lors d’une halte nocturne dans les bois, ne pouvant aller plus loin sous peine d’être fait prisonnier par les cosaques…Rien n’est jamais acquis d’avance dans cette campagne de Russie qui a fait couler tant d’encre : « …nous trouvâmes pour la première les Russes disposés à se défendre. Les voltigeurs étaient près du château [celui de Jacobowo]. On fit faire à quelques-uns des battues dans le bois pour faire de la soupe ; mais les Russes ne nous laissèrent pas le temps de la manger : une grêle de biscayens et d’obus enlevèrent nos marmites. On nous donna l’ordre de nous former en tirailleurs. Nous exécutâmes ce mouvement avec la rapidité de l’éclair, et nous fîmes bientôt reculer les tirailleurs russes. »

Plus tard, Réguinot doit affronter la neige, à laquelle vient s’ajouter un froid intense, la faim, le typhus, et la mort omniprésente qui peut vous faucher d’un instant à l’autre…Sérieusement blessé par un éclat de mitraille, son témoignage prend alors une intensité supplémentaire. Dans cet « enfer blanc », il souffre comme un damné, en proie à une fièvre très virulente. Le 12 janvier 1813, Réguinot arrive à Dantzig comme par miracle : « On me donna un billet de logement. Les personnes chez lesquelles j’étais, s’empressèrent, à mon arrivée, de me prodiguer tous les soins qu’exigeait ma position. ». Après sa convalescence, mais encore faible, il demande à reprendre du service. Le sergent Réguinot rejoint les rangs du 2ème léger, troisième compagnie. Confiné à l’intérieur de la ville, alors assiégée par les russes, il écrit : « Je regrettais d’autant plus de n’avoir point assez de force pour combattre l’ennemi, et chercher une mort glorieuse, que dans la ville, on courait autant de dangers, en raison du grand nombre de bombes et de boulets qui y tombaient. C’était mourir dans se défendre ».

Fin décembre 1813, intervient la chute de Dantzig, Réguinot y sera retenu prisonnier durant trois mois puis renvoyé en France. Après le débarquement de l’Empereur à Golfe-Juan, il rejoint les rangs du 5ème régiment de voltigeurs de la Jeune Garde.

C.B.

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
( 11 janvier, 2019 )

Bâtiments barbaresques (Ile d’Elbe,1814)

Drapeau ile d'Elbe

Un extrait du témoignage d’André Pons de l’Hérault…

« Depuis le renversement de l’empire français, les pirates des côtes ,d’Afrique parcouraient de nouveau la mer et effrayaient les marines marchandes des puissances riveraines de la Méditerranée. Les marins elbois n’étaient pas sans souci à cet égard, et l’Empereur partageait leur anxiété. On se rappelle que le brick « l’Inconstant » avait pris sous sa sauvegarde un convoi napolitain chassé par un chebec barbaresque, et qu’il l’avait préservé, du moins en partie, d’une prise presque certaine. Sur cela les marins avaient forgé des contes imaginaires. Aucun d’eux ne pouvait avoir vu le « ‘reis », capitaine du bâtiment turc qui avait donné la chasse au convoi napolitain; n’importe, on le faisait parler, on lui prêtait les paroles les plus extravagantes. Ces propos, en passant de bouche en bouche, prenaient un air de vraisemblance, et ceux qui en étaient les inventeurs avaient fini par y croire. D’ailleurs, le bruit du danger des Barbaresques faisait que la marine marchande demandait une augmentation de nolis, et l’appât de ce surplus de gain entrait pour beaucoup dans la crainte que l’on témoignait. L’Empereur me demanda, avec l’accent de la simple curiosité, de quelle manière je me comporterais avec la marine riaise; je lui répondis qu’en mon âme et conscience il ne me paraissait pas nécessaire d’accroître le fret de paix, d’abord parce qu’il n’y avait encore aucun fait positif, et ensuite parce que c’était aux propriétaires des hauts fourneaux de fonte à traiter pour le transport du minerai. L’Empereur fut très ,satisfait de ma réponse; il avait eu la pensée que mon affection pour les Riais me ferait saisir cette circonstance pour les faire gagner. Je lui fis observer «qu’il me connaissait mal», mais il m’interrompit net en me disant: «Cela pourrait bien être», et il parla d’autre chose. Il devenait urgent de faire cesser des bruits qui avaient au moins l’inconvénient d’intimider les voyageurs que la curiosité attirait à l’île d’Elbe. L’Empereur ne voulait en aucune manière avoir recours à l’autorité britannique des Bourbons; il lui répugnait également de demander protection aux puissances signataires du traité de Paris. Il s’adressa lui-même à tous les pouvoirs barbaresques de la Méditerranée; il leur fit connaître son pavillon, et il attendait les décisions mahométanes, lorsqu’un événement tout à fait imprévu vint assurer l’île d’Elbe qu’elle n’avait rien à craindre des Turcs. Un chebec barbaresque s’était montré dans le canal de la Corse; puis il avait poussé des bordées en dehors de la Pianosa, et tout à coup, après avoir parlé à un navire français, il alla mouiller sur la rade de Longone, le plus près de terre possible, ce qui le mettait dans la dépendance absolue de la place. Le reis, capitaine, n’attendit pas que l’intendance sanitaire le fît appeler; il s’y rendit de suite, et sans attendre qu’on l’interpellât, il demanda «si le Dieu de la terre était encore là». L’intendant sanitaire lui répondit qu’en effet l’Empereur était encore là, mais, ne songeant qu’à sa propre affaire, voulut lui adresser les questions sanitaires d’usage. Le reis le pria avant tout de lui faire vendre une bannière elboise, et pendant qu’on lui cherchait cette bannière, il fit le rapport qu’on lui avait demandé. Dès qu’on lui eut remis le pavillon elbois, qu’il paya sans marchander, il poussa au large, alla à son bord, fit hisser le drapeau acheté au bout de la grande antenne, et il le salua de trois salves de toute son artillerie, en ajoutant à cette salutation trois des _hourras_ en usage dans notre marine militaire; aucun bâtiment européen n’aurait pu avoir une politesse plus exquise. Le reis retourna à l’intendance sanitaire; son costume était visiblement un costume de parade, et avec un langage de respect il s’informa s’il ne lui serait pas possible «de courber la tête devant le grand Dieu terrestre». On lui répondit que comme il était, lui reis, en grande quarantaine, il ne pourrait pas approcher de l’Empereur, parce que les soins pour la conservation des jours précieux de Sa Majesté s’y opposaient, mais qu’il pourrait le voir sur le rivage lorsqu’il sortirait pour aller à la promenade, et il s’inclina profondément. Il fut de suite rendu à l’Empereur un compte exact de ce qui se passait, et l’Empereur fut charmé des merveilles mahométanes (sic) dont il était l’objet. Il ordonna qu’on répondît au salut par un autre salut de cinq coups de canon. Le bâtiment barbaresque n’était pas un bâtiment militaire, c’était un armement particulier de la Régence de Tunis.

Le reis avait deux renégats pour interprètes, un Français et un Italien, et l’Empereur m’ordonna d’aller les interroger: j’y fus. Mais le reis voulut être de la conférence. Je restai une heure avec ces trois personnages. Le Français était du département du Gard, l’Italien était de Venise. Le Français me dit qu’il avait été fait prisonnier, puis esclave, et qu’en définitive il avait mieux aimé renoncer à sa religion qu’aux jouissances de la liberté; cet homme avait tout l’air d’un flibustier. L’Italien était plus réservé. Le reis ne me parla que par des questions; jamais il ne me donna la faculté de l’interroger. Il ignorait à peu près les causes et les effets des malheurs de la France. À chaque instant il me demandait «pourquoi les Français s’étaient séparés de leur Dieu». Je lui répondais du mieux qu’il m’était possible; toutefois mes réponses ne le contentaient pas, et il en revenait toujours à ses pourquoi. Une seule de ses pensées me parut remarquable; je l’engageais à ne pas avoir une mauvaise opinion de la nation française; je l’assurais que le peuple français aimait toujours l’Empereur, et il me fit dire par l’interprète italien: «Ce ne sont pas les petits qui trahissent, ce sont les grands.» Au moment de me séparer de lui, je lui demandai «s’il continuerait à être de nos amis», et en joignant parallèlement les deux doigts index, il m’adressa vivement ces mots qui résonnèrent ainsi à mon oreille: «Schim, schim»

L’Empereur s’était arrangé pour passer sur le port pendant que je serais encore avec le reis; il passa; sa suite avait une tenue de fête. Dès que l’Empereur parut, je le montrai au reis, et, sans exagération aucune, le reis se prosterna en croisant ses bras sur la poitrine. L’Empereur s’arrêta sur le rivage, se fit indiquer le reis, et il le salua plusieurs fois de la main. Lorsqu’il ne fut plus en vue, je demandai au reis ce qu’il en pensait, et le reis, rayonnant, me répondit directement comme si je devais le comprendre. L’interprète italien le traduisit ainsi: «Ses yeux reflètent comme du cristal.» Le reis demanda ensuite à l’interprète s’il m’avait bien expliqué ce qu’il avait voulu me dire.

Avant la fin de ce jour, l’Empereur fit envoyer au reis des approvisionnements considérables pour lui, ainsi que pour son équipage, et il lui fit souhaiter un bon voyage. Le reis m’avait retenu; enfin je le quittai, et il me cria plusieurs fois: «Addio, moussiou!_» Je ne voulus pas être moins aimable que lui; je m’arrêtai, et je lui répondis par les deux seuls mots grecs que je savais « Calismère, calispère !» (Bonjour, bonsoir!) Et ensuite l’intendant sanitaire m’apprit que mon langage helléniste avait beaucoup amusé le marin musulman. L’Empereur aurait voulu que j’eusse insisté «pour arracher des paroles» à mon interlocuteur. Il fut frappé de ces mots: «Ce ne sont pas les petits qui trahissent, ce sont les grands», et le « Schim, schim », lui fit plaisir. Puis, assuré qu’il ne serait pas troublé par la piraterie africaine, il me dit d’un air de contentement: «Voilà une épine de moins dans le pied, et pour nous c’est quelque chose.» Ces paroles échappées à une conversation d’épanchement me prouvèrent que l’Empereur n’avait pas été sans souci à l’égard des Barbaresques, et de bien bon coeur je partageai sa satisfaction. Lorsque l’Empereur se présenta sur le rivage, le renégat français, quijusque-là n’avait pas du tout paru embarrassé, qui même avait peut-être affecté d’être sans gêne, devint blême en voyant le cortège impérial, et dans un sentiment indicible d’orgueil national, il m’adressa ces paroles en patois: «Il n’y a rien au monde comme les militaires français!» Et à dater de ce moment, sombre, rêveur, toujours pâle, il ne prit plus la parole. C’était un double remords qui s’était emparé de cet homme: la vue de Français et de chrétiens avait malgré lui pénétré dans sa conscience. On ne renonce pas impunément à sa patrie et à son Dieu. Cet événement presque inconnu aujourd’hui eut cependant alors un grand retentissement pour l’Empereur et pour les Elbois, puisqu’il les débarrassa des craintes de guerre avec les puissances barbaresques. Aussitôt que l’on sut à Gênes, à Livourne, à Civita-Vecchia, à Naples, qu’un bâtiment barbaresque était allé à l’île d’Elbe, qu’il avait salué, qu’on l’avait salué, et que l’Empereur lui avait envoyé des approvisionnements, les marines marchandes de la Méditerranée s’empressèrent de demander le pavillon elbois, et ces demandes multipliées ne laissèrent pas que d’embarrasser l’Empereur. Le premier mouvement de l’Empereur fut d’accorder sa bannière à tous ceux qui la lui demanderaient; il souriait à l’idée que cette bannière flotterait ainsi sur toute la Méditerranée, peut-être même sur tout l’Océan.

Une autre chose le séduisait dans l’intérêt des Elbois: c’était de faire pour l’île d’Elbe ce que la France avait fait pour Port-Vendres, obliger les propriétaires des bâtiments qui prendraient la bannière elboise à établir un domicile sur l’île, à y acheter une propriété, à confier les expéditions maritimes à un capitaine de la marine elboise, et à faire armer et désarmer leurs bâtiments à Portoferraio ou à Longone. Sans doute ce système aurait pu avoir de bons résultats pour l’île d’Elbe, mais il était presque impossible que les puissances barbaresques s’y prêtassent volontairement, et si elles l’avaient considéré comme une tromperie, chose probable, elles auraient compris la bannière elboise dans la proscription qu’elles faisaient planer sur toutes les bannières de la chrétienté, ce qui aurait été un principe de mort pour la marine elboise. L’Empereur décida qu’il ne s’exposerait pas à sacrifier les Elbois pour favoriser les étrangers: c’était de toute justice. Lorsque la France pour peupler Port-Vendres avait prêté le pavillon français aux Génois, la France avait des armées navales pour faire respecter ce pavillon, et l’île d’Elbe n’avait rien pour se faire craindre.

La marine marchande génoise avait un noble représentant auprès de l’Empereur, l’honorable Laurent Chighizola, ancien capitaine, qui avait à la sueur de son front acquis une fortune importante, et dont la parole d’expérience et de vérité se faisait écouter. Ce digne Ligurien était allé trouver l’Empereur à la Pianosa. L’Empereur l’avait reçu avec bonté; il l’avait entretenu avec plaisir, et, ne pouvant pas lui accorder le pavillon de l’île d’Elbe, il l’avait destiné à en être le consul. Je connaissais beaucoup cet excellent homme depuis le temps déjà reculé où je commandais la marine militaire à Gênes; j’avais été heureux de pouvoir l’accueillir affectueusement. Aux jours de malheur, lorsque  la proscription me poursuivait avec acharnement, le fils Chighizola, devenu un grand armateur, paya la dette morale de son père, et il me tendit une main amie. C’est ainsi que les braves gens se retrouvent. »

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
|