• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 23 janvier 2019
( 23 janvier, 2019 )

Maréchaux et généraux tués en Allemagne, en 1813…

coehorn.jpgCette liste est extraite de l’ouvrage de Georges BERTIN et intitulé « La campagne de 1813 » (E. Flammarion, 1895).   

MORAND, général de division, tué au combat de Lunebourg (Saxe), le 2 avril 1813, à l’âge de 55 ans.

BESSIERES, maréchal, duc d’Istrie, tué d’un boulet de canon au combat de Poserna, le 1er mai 1812, à l’âge de 44 ans.

GOURE, général de brigade, tué à la bataille de Lützen, le 2 mai 1813, à l’âge de 45 ans. 

GRILLOT, général de brigade, meurt le 19 mai 1813, des suites de blessures reçues à la bataille de Lützen, à l’age de 47 ans. 

DUROC, duc de Frioul, général de division, grand maréchal du palais, est emporté par un boulet de canon au combat de Reichenbach, le 22 mai 1813. Il était âgé de 41 ans. 

KIRGENER DE PLANTA, général de division, tué à la même affaire et par le même boulet qui emporta Duroc. Il était âgé de 45 ans. 

PASTOL, général de brigade, tué au combat de Narkirch, le 31 mai 1813, à l’âge de 43 ans. 

BRUGNIERE, dit BRUYERE, général de division, tué au combat de Gorlitz, le 5 juin 1813, à l’âge de 41 ans. 

SICARD général de brigade, meurt le 13 juin 1813 des suites de blessures reçues à la bataille de Lützen, le 2 mai 1813, à l’âge de 40 ans. 

SIBUET, général de brigade, tué dans un combat sur le Bober, en avant de Loewemberg, le 29 août 1813.

VACHOT, général de brigade, tué le 23 août, en enlevant la position de Wolfberg aux Prussiens. Il était âgé de 50 ans. 

REUS, général de brigade, tué à la bataille de Dresde, le 26 août 1813. 

DUNESME, général de brigade, tué  à la bataille de Kulm, le 30 août 1813, à l’âge de 46 ans. 

COMBELLE, général de division, meurt le 15 septembre 1813, des suites de blessures reçues à la bataille de Dresde le 26 août. Il était âgé de 39 ans. 

LABOISSIERE, général de brigade, meurt le 15 septembre 1813, des suites de blessures reçues à la même bataille (26 août) ; il était âgé de 32 ans. 

AZEMAR, général de brigade, tué au combat de Gross-Drepnitz, le 17 septembre, à l’âge de 47 ans. 

CACAULT, général de brigade, meurt à Torgau le 30 septembre 1813, des suites de deux amputations pour blessures reçues à la bataille de Interbock ou de Dennewitz (Prusse), le 6 du même mois. Il était âgé de 47 ans. 

FERRIERE, général de brigade, tué au combat de Wachau (Saxe), le 16 octobre 1813, à l’âge de 42 ans. 

BACHELET-DAMVILLE, général de brigade, tué au combat de Goslar, le 16 octobre 1813, à l’âge de 42 ans.  

FREDERICKS, général de division, tué à la bataille de Leipzig, le 18 octobre 1813, à l’âge de 40 ans. 

MAURY, général de brigade, tué à la même bataille, à l’âge de 48 ans. 

ESTKO (SIXTE d’), général de brigade, tué à la même bataille, à l’âge de 39 ans. 

CAMUS-RICHEMOND, général de brigade, tué à la même bataille, à l’âge de 39 ans. 

VIAL, général de division, tué à la même bataille, à l’âge de 47 ans. 

COEHORN, général de brigade, tué devant Leipzig, le 19 octobre 1813. Il était âgé de 47 ans. 

PONIATOWSKI (maréchal prince) se noie dans l’Elster, le 19 octobre 1813. il était âgé de 47 ans. 

BAVILLE, général de brigade, tué devant Magdebourg, le 24 octobre 1813, à l’âge de 56 ans. 

COULOUMY, général de brigade, meurt le 29 octobre 1813 des suites de Blessures reçues le 19 du même mois. Il était âgé de 43 ans. 

DELMAS, général de division, meurt le 30 octobre 1813, des suites des blessures reçues à la bataille de Leipzig, à l’âge de 43 ans. 

BOYER, général de brigade, meurt le 30 octobre 1813, des suites de blessures reçues devant Leipzig, le 19 du même mois. Il était âgé de 38 ans. 

MONTMARIE (LEPELLETIER de), général de brigade, meurt le 2 novembre 1813, des suites de blessures reçues à la bataille de Leipzig, le 19 octobre. Il était âgé de 40 ans. 

AUBRY, général de brigade, meurt à l’hôpital de Leipzig, le 10 novembre 1813, à la suite de l’amputation ce la cuisse droite, à l’âge de 40 ans. 

BRESSAND (ou BREISSAND), général de brigade, meurt à  Dantzig, le 2 décembre 1813, des suites de blessures reçues pendant la campagne. Il était âgé de 43 ans.       

ESCLEVIN, général de brigade, tué au combat de Schemetz (Bohême), le 28 décembre 1813, à l’âge de 48 ans. 

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
( 23 janvier, 2019 )

Des nouvelles en provenance de l’île d’Elbe…

1815

« 22 Janvier 1815. — Les départs des Français de la garde de Bonaparte, m’écrit-on de l’Ile d’Elbe, se succèdent de manière qu’il ne conservera bientôt plus que les deux tiers de ceux qu’il avait emmenés; douze grenadiers se sont embarqués pour Gênes il y a trois mois, sur un des bâtiments napolitains qui étaient abordés à Portoferraio. » Ce n’est pas là une preuve de grande espérance autour de Bonaparte. On y voit, en effet, plutôt de l’inquiétude et de la défiance. Aussi, l’espionnage devient-il plus actif contre tout ce qui aborde du dehors à l’Ile d’Elbe. On parle, même, de l’arrestation d’un général, accusé d’avoir engagé les Polonais à repasser sur le continent. Bonaparte vient de recevoir des lettres de Marie- Louise avec son portrait et celui de son fils. Il n’a pas manqué de le répandre, à cause des bruits qui couraient sur son divorce. Il sent bien, d’ailleurs, que ce n’est que par l’influence de Marie-Louise sur son père qu’il peut espérer rester à l’Ile d’Elbe; si tout entre eux était rompu, il ne serait plus considéré, à Vienne, que comme un odieux aventurier, trop heureux qu’on lui offrît, après avoir été le fléau de l’Europe, un asile sur quelque point que fût du globe. Mais, Bonaparte se flatte que la vanité de la maison d’Autriche, tant qu’il sera mari d’une Archiduchesse, combattra, en sa faveur, contre les intérêts de la politique la plus évidente et ne permettra pas sa déportation. »

(Georges Firmin-Didot, « Royauté ou Empire. La France en 1814 d’après les rapports inédits du comte Anglès », Maison Didot, 1897, pp.232-233).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 23 janvier, 2019 )

Attention aux « trois mouches » !

Grenadier Garde

Le grenadier Vraincourt, de la 5ème compagnie du bataillon Napoléon est allé chercher la princesse Pauline. Il écrit à une amie de Verdun (Mme veuve Georges Chermer) et lui adresse un exemplaire de la cocarde elboise; gare aux trois abeilles !

Porto-Ferrajo [Portoferraio], 1er décembre 1814.

La princesse Borghèse nous aime comme ses yeux, car c’est nous qui l’avons été chercher à Naples. Le roi Murat a très bien reçu les grenadiers ainsi que son peuple; l’on a reçu différents cadeaux de la cour de Naples ; les uns ont reçu des schalls [châles] de la  princesse, les autres, des bagues, des tabatières; mille caresses ont été faites. Nous avons toujours la même solde de 23 sous par jour ; nous sommes payés exactement. Nous n’ayons [avons] pas la même cocarde ; nous la portions blanche et rouge ; vous remarquerez trois mouches dedans le tour du blanc qui piqueront un jour.

(Arthur CHUQUET, « L’Année 1814. Lettres et Mémoires », Fontemoing et Cie, Éditeurs, 1914, p.439)

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 23 janvier, 2019 )

Arrestation d’un officier de l’ex-Garde…

Grenadiers à cheval

« J’ai fait arrêter aujourd’hui un sieur Bertrand, officier de grenadiers à cheval de l’ex-Garde Impériale, maintenant à la demi-solde, logé rue des Vieux-Augustins à Paris. Il sera interrogé avec le plus grand soin, parce que je le faisais observer depuis plusieurs jours, et que c’est un des militaires les plus dangereux qu’il y ait à Paris. C’est un homme hardi et entreprenant, tenant les propos les plus effroyables contre le Roi et la famille royale, proclamant comme inévitable une révolution prochaine en faveur de Bonaparte, cherchant à se faire des prosélytes, se disant en relations étroites avec plusieurs généraux, mais déclarant qu’il subirait la mort plutôt que de les nommer, parlant de millions dont il connaît le dépôt, de deux cents hommes dont il serait déjà sûr. Son arrestation même n’a point abattu son audace. Il se montre plus menaçant que timide ; il fait le mystérieux et prétend que s’il voulait dire un mot, il obtiendrait de suite sa liberté. J’aurai l’honneur de rendre compte au Roi du résultat de ses interrogatoires et des renseignements qu’on en tirera. »

(« Napoléon et la police sous la Première Restauration. D’après les rapports du comte Beugnot au roi Louis XVIII. Annotés par Eugène Welvert », R. Roger & F. Chernoviz, Libraires-Editeurs, s.d., p.298, extrait du bulletin en date du 2 décembre 1814).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
|