( 23 janvier, 2019 )

Des nouvelles en provenance de l’île d’Elbe…

1815

« 22 Janvier 1815. — Les départs des Français de la garde de Bonaparte, m’écrit-on de l’Ile d’Elbe, se succèdent de manière qu’il ne conservera bientôt plus que les deux tiers de ceux qu’il avait emmenés; douze grenadiers se sont embarqués pour Gênes il y a trois mois, sur un des bâtiments napolitains qui étaient abordés à Portoferraio. » Ce n’est pas là une preuve de grande espérance autour de Bonaparte. On y voit, en effet, plutôt de l’inquiétude et de la défiance. Aussi, l’espionnage devient-il plus actif contre tout ce qui aborde du dehors à l’Ile d’Elbe. On parle, même, de l’arrestation d’un général, accusé d’avoir engagé les Polonais à repasser sur le continent. Bonaparte vient de recevoir des lettres de Marie- Louise avec son portrait et celui de son fils. Il n’a pas manqué de le répandre, à cause des bruits qui couraient sur son divorce. Il sent bien, d’ailleurs, que ce n’est que par l’influence de Marie-Louise sur son père qu’il peut espérer rester à l’Ile d’Elbe; si tout entre eux était rompu, il ne serait plus considéré, à Vienne, que comme un odieux aventurier, trop heureux qu’on lui offrît, après avoir été le fléau de l’Europe, un asile sur quelque point que fût du globe. Mais, Bonaparte se flatte que la vanité de la maison d’Autriche, tant qu’il sera mari d’une Archiduchesse, combattra, en sa faveur, contre les intérêts de la politique la plus évidente et ne permettra pas sa déportation. »

(Georges Firmin-Didot, « Royauté ou Empire. La France en 1814 d’après les rapports inédits du comte Anglès », Maison Didot, 1897, pp.232-233).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ Des nouvelles en provenance de l’île d’Elbe… ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|