• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 4 février 2019
( 4 février, 2019 )

Napoléon vu par le colonel Campbell (février 1815).

Campbell

 « … ce qui nous paraît le plus curieux, à la date du mois de février [1815], c’est que le commissaire de la Grande- Bretagne [le colonel Neil Campbell], à peine revenu de sa dernière excursion à Gênes, songe à s’absenter de nouveau après avoir constaté lui-même en ces termes le nouvel aspect que lui offre la capitale de l’île d’Elbe : « Il n’est guère possible de donner une idée de Porto-Ferrajo, qui est comme une grande caserne, étant occupée par des militaires, des gendarmes, des agents de police, des employés de la cour, des aventuriers, tous dans la dépendance de Napoléon et attachés à lui par des places d’honneur ou des emplois salariés. Le port est constamment rempli de navires de toutes les parties de l’Italie, apportant des provisions pour cet accroissement de population, car l’île ne produit que du vin. Des navires de toutes les nations jettent fréquemment l’ancre ici, les uns amenés  par des motifs de curiosité, les autres par des motifs de spéculation, ou retenus par les vents contraires. » Au milieu de cette vie active, dont Napoléon était le promoteur, sir Neil Campbell le voyait seul préoccupé de sa sécurité menacée, en même temps que de l’insuffisance de ses ressources : « Depuis quelque temps Napoléon a suspendu les travaux de la construction des routes et d’embellissement de sa résidence de campagne : c’est, je présume, à cause de la dépense. Il a rassemblé la municipalité de Porto-Ferrajo pour délibérer sur la vente de l’hôtel de ville, et en même temps il a logé deux détachements de sa Garde dans les ouvrages avancés qui ont été établis pour retarder l’approche des fortifications de la ville en cas de siège. «Dans l’entrevue que j’ai eue avec Napoléon à mon retour de Gênes, il m’a parlé de l’arrestation de plusieurs officiers à Milan, qu’on suppose les complices d’une conspiration en faveur de Murât. Il m’a répété plusieurs fois : « On ne trouvera rien contre moi. Au moins on « ne trouvera pas que je sois compromis du tout. » « Ces expressions et tout l’ensemble de sa conversation sur ce sujet témoignent évidemment d’une grande anxiété. «Il m’a parlé aussi cette lois des bruits qui ont couru sur sa déportation à Sainte-Hélène ou à Sainte- Lucie, d’une manière à me prouver qu’il y croit, et en disant : «Je ne consentirai jamais à me laisser enlever de  l’île d’Elbe; je résisterai par la force. Avant cela, il « faudra faire une brèche dans mes fortifications. » Autre sujet de réflexions graves pour un surveillant : « Dans le canal de Piombino, qui a de 4 à 5 milles de largeur entre la pointe nord-est de l’île d’Elbe et la côte la plus voisine d’Italie, se dresse un petit rocher appelé Palmaiola, situé à 1 mille environ de l’île d’Elbe et à un peu plus de 3 milles de Piombino. A son sommet est une surface de quelques mètres carrés sur laquelle, pendant la dernière guerre, les Français avaient placé deux canons et un obusier pour taquiner les vaisseaux anglais. Napoléon a voulu s’emparer de ce roc comme étant un appendice de l’île d’Elbe, aussi bien que Pianosa : il y a envoyé récemment un poste de soldats. Ce ne peut être que pour un de ces deux motifs : ou arrêter les déserteurs qui pourraient y aborder, ou entretenir des communications secrètes, soit personnellement, soit par intermédiaires, avec quiconque viendrait d’Italie. J’ai mentionné cette circonstance au général Bertrand en lui disant que l’observation en a été faite en Italie. Il a traité la chose légèrement et ne m’a pas donné la moindre explication. « Sans attacher trop d’importance à ce rocher ou aux faits ci-dessus, il est à remarquer qu’il est une autre île sans habitants, appelée Monte-Cristo, au sud de l’île d’Elbe et à un peu plus de 2 milles de Pianosa, où Napoléon peut s’établir aussi par caprice ou pour favoriser ses projets ; puis d’autres îles encore à égales distances vers le sud des côtes de Rome et de Naples; de sorte que son absence de l’île d’Elbe serait moins aisément connue, quelque prétexte qu’il aurait de la quitter. Il a fait trois visites à Pianosa depuis son arrivée ici et avant l’hiver. »

(« Napoléon à l’île d’Elbe. Chronique des événements de 1814 et de 1815. D’après le Journal du colonel sir Neil Campbell., le Journal d’un détenu et autres inédits peu connus pour servir à l’histoire du Premier empire et de la restauration. Recueillis par Amédée Pichot », E.Dentu, Éditeur [et la] Revue Britannique, 1873, pp.208-211 ).

———–

Quelques mots à propos du colonel Campbell…

La postérité à conservé le nom du colonel Sir Neil Campbell (1776-1827),  par ses fonctions de commissaire anglais chargé de la surveillance de l’Empereur à l’île d’Elbe. Le 15 avril 1814, à Fontainebleau, il fait partie des commissaires étrangers présentés à l’Empereur.

La fuite de Napoléon de son exil elbois restera pour Campbell le drame de sa vie. Il est absent de son poste lors de cet événement historique : parti dès le 16 février 1815 à Livourne, pour un voyage diplomatique et galant (il allait retrouver sa maîtresse, une aristocrate italienne). Persuadé que Napoléon ne songe qu’à mener une existence tranquille, il ne pourra que constater à son retour à Portoferraio, l’envol de l’Aigle et entrer dans une colère noire : « Plus tard, j’ai appris qu’après le départ de la petite flotte [celle de Napoléon], la corvette anglaise qui avait à bord le colonel Campbell était venue à Porto-Ferrajo [Portoferraio]. Le colonel, ayant été informé de ce qui s’était passé, s’était transporté immédiatement chez les princesses [Madame Mère et Pauline], et, devant elles, il avait exhalé sa mauvaise humeur dans les termes les plus inconvenants, tant contre l’Empereur que contre Leurs Altesses. On a rapporté qu’ayant son mouchoir à la main, il l’avait déchiré avec les dents et que ce qui l’avait le plus exaspéré, c’était le calme avec lequel Madame Mère lui avait répondu. Il était au désespoir que son active surveillance lui eût été mise si fort en défaut », écrit le mameluck Ali dans ses « Souvenirs sur Napoléon 1er ».

Campbell, figure à demi-caché, sur le tableau des « Adieux de Fontainebleau » (par Horace Vernet) en uniforme rouge un bandeau noir lui enserrant la tête, levant son chapeau de la main droite. Il fut blessé accidentellement par deux cosaques, le prenant pour un officier français, le 25 mars 1814.  Le colonel Campbell apprit le 14 avril 1814 que Lord Castlereagh (secrétaire d’État britannique aux affaires étrangères) l’avait désigné pour accompagner Napoléon jusqu’à sa nouvelle résidence. Il accepta volontiers cette mission malgré l’avis du docteur Chricton qui soignait ses blessures. Il partit le 16 pour Fontainebleau avec M. Planta, le secrétaire du Ministre… ». Ajoutons que Campbell participa à la campagne d’Espagne (Fuentes de Onoro, Almeida, Ciudad-Rodrigo, Salamanque), à celle d’Allemagne de 1813 (Lützen, Bautzen, siège de Dantzig). En 1814, il est présent au début de la bataille de Brienne ; puis à Troyes, Méry-sur-Seine, Nogent-sur-Seine, Arcis-sur-Aube. Campbell capture à Fère-Champenoise le général Pacthod, cité plus haut.  Enfin, le colonel Campbell est présent à la bataille de Waterloo, mais pas en service. Il finira sa vie en tant que colonel du «Royal Africain », gouverneur et commandant en chef de la Sierra-Léone.

C.B.

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 4 février, 2019 )

1815, la DESERTION de BOURMONT… (1ère partie). Article de Winand Aerts.

bourmontlahonte.jpg Le corps de Gérard. 

L’ordre du 13 juin 1815 portait que le 4ème corps devait prendre position le 14, en avant de Philippeville. L’ordre de mouvement du 14 ajoutait que, si ce corps était arrivé en position, il devait se mettre en marche sur Charleroi le 15, à 3 heures du matin et se tenir à la hauteur du 3ème corps. Tous les bagages devaient être laissés à Philippeville.Les cuirassiers de la division Delort suivraient le mouvement. D’après Charras, le général Gérard ayant dû attendre l’arrivée de l’une de ses divisions, restée la veille à 12 ou 15 km de Philippeville, quitta cette localité vers 5 heures. D’après Henry Houssaye, il arriva vers 7 heures à la hauteur de Florennes. C’est là que l’on apprit la désertion du commandant de l’avant-garde. Le lieutenant général de Bourmont venait de passer à l’ennemi…

Bourmont. 

Louis-Auguste-Victor comte de Ghaisne de Bourmont, né au château de Bourmont (Anjou) en 1773. Ministre de la Guerre en 1829, commandant en chef de la première expédition d’Algérie et maréchal de France en 1830. Bourmont était surnuméraire à la Compagnie du Régiment colonelle [sic] des Gardes-Françaises, lorsque éclata la Révolution. Il émigra, fit partie de l’armée de Condé, puis rentra en France, prit part à la guerre de Vendée sous les ordres de Scépeaux d’abord, ensuite comme général dans le Maine et les pays adjacents. Ses services lui valurent d’être reçu chevalier de Saint-Louis par le comte d’Artois, bien qu’il n’eût pas l’âge voulu. En 1799, on put croire qu’il s’était rallié àla République. Il parut même, dit-on, dans la loge du Premier Consul lors de l’explosion de la Machine infernale (24 décembre 1800). Mais son zèle parut excessif et le fit même incarcérer au Temple en 1803, puis à Dijon, à Besançon enfin, d’où il s’évada au mois de juillet 1805 avec d’Andigné, son compagnon de captivité, son complice dans la matinée du 15 juin 1815.  Il devait être protégé par quelque puissante influence. Bourmont obtint l’autorisation de se retirer au Portugal, et l’ordre fut donné de lever le séquestre mis sur ses biens. De plus, lors de la prise de Lisbonne par Junot, il offrit son épée qui fut agréée.

Suivent quelques années de service de loyaux. Adjudant commandant chef d’état-major de la division Loison en 1807, colonel à l’armée d’Italie, puis général de brigade en 1813, Bourmont se fit remarquer à Dresde et défendit en 1814 la ville de Nogent avec une telle bravoure-il était blessé et avait sous ses ordres douze cents hommes à peine- que Napoléon le nomma général de division et le décora. Lors du débarquement de Napoléon, en février 1815, Bourmont faisait partie du petit corps d’armée réuni par le gouvernement de Besançon, sous les ordres du maréchal Ney, dans le but d’opérer sur le flanc de la colonne impériale. Invité à quelques jours de là, par le préfet du Doubs, M. Capelle, à aller rejoindre avec lui les Bourbons en Belgique, Bourmont s’y refusa, retenu qu’il était, par l’espoir de conserver Besançon au Roi. Cette ville reconnut le pouvoir impérial et, bien que Bourmont eût déclaré à M. Capelle que les étrangers étaient le seule ressource sur laquelle la cause royale pût compter, et qu’on ne devait pas hésiter à les appeler, il n’en tarda pas moins à solliciter un emploi de son grade dans l’armée du Nord.

Mais avant cela, il était accouru de Lons-le-Saunier à Paris auprès du Roi qu’il eût pu alors accompagner à Gand. Ney le fit arrêter, puis se ravisa et sollicita pour lui un commandement. Gérard aussi, qui avait eu Bourmont sous ses ordres en 1812 et en 1814, le demanda comme divisionnaire. Davout, Ministre de la guerre, refusa brutalement et dit à Napoléon :-« Gérard en répond. Il a tort. Moi je ne réponds de personne. »- Le duc d’Auerstaedt dut toutefois s’incliner devant l’expresse volonté du maître. « Bourmont est une de mes erreurs », disait Napoléon à Sainte-Hélène.

A suivre…

 

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
|