( 17 février, 2019 )

Le Général Claparède, un « mauvais camarade » ?

claparde2.jpgDurant la guerre de Russie, le général Claparède commande la division polonaise. Mais cette division, n’appartenait pas au 5ème corps d’armée ou  corps polonais ; elle était portée à la suite de la Garde Impériale. Elle se composait des régiments de la Vistule. « Je donne, écrivait Napoléon le 8 mars 1812 au duc de Feltre, le commandement de la division polonaise composée des régiments de la Vistule au général Claparède », et le même jour Berthier écrivait au Ministre que les quatre régiments de la Vistule formeraient une division à la suite de la Garde Impériale. Brandt vit Claparède au dépôt de Sedan pour la première fois, le 5 avril. « Il était, écrit-il, imposant ; il avait tout à fait la marque d’un général français ; résolu, rude, brusque, et la campagne de 1809 lui valait bon renom. » Mais l’adjudant-major Rechowicz disait à Brandt : « Cet homme-là me paraît être un mauvais camarade ; nous le trouverons toujours en quête de sa proie ; quaerens quem devoret » et quelques mois plus tard, au sortir de Vilna, Brandt accuse Claparède de brutalité : «Nous avions appris à Paris par des officiers qui avaient servi sous Claparède en Allemagne et en Espagne que c’était un homme sans cœur, et nous avions sujet tous les jours de nous en convaincre. Dans nos conversations sa conduite était l’objet du blâme le plus amer. On lui reprochait d’être fier et hautain, de se tenir éloigné des officiers. Quelques-uns prétendaient même, et à tort, qu’il voulait ruiner les troupes polonaises pour en être débarrassé. On rappelait toutes les marches que nous avions faites depuis Vilna, ces nombreuses marches de nuit, ces bivouacs mal choisis » Le payeur Duverger rend le même témoignage ; il assure que  Claparède eut, pendant la retraite, « toute l’urbanité d’un cosaque » et qu’il fut au-dessous de lui-même, qu’il avait, comme tant d’autres, cédé à l’influence de la mauvaise fortune, qu’il n’était plus ce guerrier qui, dans la guerre d’Allemagne, avait mérité les éloges de Napoléon. Quoiqu’il en soit, la division Claparède se signala pendant la campagne, et durant la retraite, elle ne vit guère son général qui fut blessé. Le 28 novembre 1812, à la bataille de  la Bérézina. Aussi, le 12 décembre, à Kowno, Claparède se faisait-il donner par Berthier un congé de convalescence de trois mois « pour se rendre en France et s’y guérir de sa blessure. »  Près de trois mois après, il mande qu’il désire « entrer en campagne » et donner à l’Empereur des preuves nouvelles de son dévouement, mais qu’il est toujours souffrant et hors d’état de mettre ses bottes et de monter à cheval. Le 10 juin 1814, Ney écrivit en sa faveur cette lettre élogieuse au ministre de  la Guerre Dupont :  « M. le lieutenant général Claparède me demande une lettre de recommandation pour vous, et je la lui donne avec d’autant plus de plaisir que cet officier général qui a servi sous mes ordres avec une grande distinction pendant la campagne de 1812, et notamment à la bataille de la Bérézina, est tout à fait digne de votre bienveillance.

Je prie Votre Excellence de vouloir l’accueillir favorablement. » 

Arthur CHUQUET 

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ Le Général Claparède, un « mauvais camarade » ? ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|