• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 24 février 2019
( 24 février, 2019 )

Talleyrand en 1814…

Talleyrand

Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord (1754-1838) ; prince de Bénévent, personnage controversé ayant traversé bien des régimes, est nommé le 23 janvier 1814, par Napoléon, au Conseil de Régence. Après le départ de l’impératrice Marie-Louise et de la cour, le 27 mars 1814, de Paris, il jouera une nouvelle fois sa propre partition. Talleyrand parvient à rester dans la capitale, le 30 mars au soir, puis dirige les négociations avec les Alliés pour la capitulation de la ville. Son objectif prioritaire étant le retour des Bourbons afin de remplacer le régime impérial. Le lendemain, 31 mars, les troupes ennemies pénètrent dans Paris. Le prince de Bénévent met son hôtel particulier de la rue Saint-Florentin, près de la place de la Concorde, à la disposition des souverains alliés. Le tsar Alexandre y résidera. Le 1er avril le Sénat conservateur élit Talleyrand à la tête d’un gouvernement provisoire. Une nouvelle constitution est rapidement rédigée. Elle n’est toutefois pas acceptée par Louis XVIII qui lui préfère une Charte constitutionnelle. Au bout d’un mois d’existence, le gouvernement provisoire est dissous. Talleyrand est  nommé ministre des Affaires étrangères. C’est en cette qualité  qu’il signe le Traité de Paris le 30 mai 1814,  avec les puissances alliées, entraînant pour la France un retour à ses frontières de 1792 (avec quelques petits aménagements compensatoires). Puis le prince de Bénévent représente la France au Congrès de Vienne, tout en étant plutôt favorable à l’Angleterre. En 1815, il est en exil en Belgique et rejoint tardivement Louis XVIII à Gand, avec lequel il entretient à présent des rapports difficiles. Talleyrand rentre en France après la chute de l’Empereur. Il est nommé en juillet 1815, président du Conseil des Ministres, puis Grand Chambellan de France en septembre de la même année.

C.B.

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
( 24 février, 2019 )

1814: NAPOLÉON, ce GRAND ORGANISATEUR…

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

Plus que jamais, alors que la France est menacée de toutes parts.

Sans date [janvier 1814].

Gourgaud ira voir les ateliers de confection de l’administration de la guerre; ateliers d’habillement. Combien d’habits de faits ? Combien en fait-on par jour ? Combien d’étoffes reçues ou à recevoir ? Savoir combien on peut habiller d’hommes avec habits et combien d’hommes sans habits, mais avec des capotes. Il verra la fabrique des schakos, celle des bottes, celle des selles, celle des voitures, l’équipage, caissons d’artillerie, il verra les bureaux d’artillerie, pour me faire connaître s’l n’y aurait pas moyen d’envoyer mille fusils dans les Vosges, mille du côté de Langres, enfin, si bous avons des piques pour armer les vétérans, et combien de fusils cette mesure donnerait. Gourgaud verra le ministre de la Guerre pour savoir si on ne pourrait pas faire venir à Paris tous les vétérans ou invalides qui ont moins de quarante ans et qui seraient capables d’être caporaux. Il faut ordonner une visite à ce sujet dans les places de Louvain, etc., et diriger tous les hommes qui seront jugés disponibles sur Lyon, Fontainebleau et Lille, ce qui donnerait les moyens de réorganiser les cadres.

J’ai ordonné un appel dans les départements, à tous les hommes qui sortent de la Garde ; Gourgaud me rapportera l’état détaillé de tous les canons qui sont à Vincennes, et aux Invalides, et ceux qu’on pourrait faire venir du Hâvre et de Cherbourg sans nuire à l’armement de ces places ; mon but serait d’en envoyer quelques uns à Langres et à Auxonne, afin d’en avoir sous la main quelques pièces pour garnir quelques redoutes. Les pièces des Invalides sont sur affûts marins, ainsi que celles de Vincennes, je crois. Il faut avoir des affûts de siège afin d’employer ces pièces selon les circonstances ; Gourgaud demandera au Conseil de défense si La Fère peut être mis à l’abri d’un coup de main. Gourgaud verra quelle est l’artillerie de la garde qui se trouve à La Fère, et celle destinée pour le premier corps. Il faudra rapprocher de Vincennes les batteries qui sont prêtes, connaître les batteries qui sont prêtes à Douai, pour le premier corps. Comme j’espère qu’il aura sous peu dix à douze mille hommes, il faudrait trois batteries, afin que si je retirais la division Roguet, il y eût l’artillerie près d’Anvers.

Gourgaud verra le comte Daru, pour savoir où sont tous les dépôts des équipages militaires. La guerre se rapprochant des Vosges, il faut en éloigner tous les dépôts, ainsi que tous ceux du train d’artillerie, afin d’éviter ce qui est arrivé près de Trèves.

NAPOLÉON.

(« Lettres, Ordres et Décrets de Napoléon 1er, en 1812-13-14. Non insérés dans la « Correspondance ». Recueillis et publiés par M. le Vicomte de Grouchy », Librairie Militaire Berger-Levrault et Cie, 1897, pp.87-88).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
|