( 28 février, 2019 )

Une lettre d’un colonel en avril 1815…

lisezlestafette.jpg

La guerre est inévitable. La France aura sûrement à lutter, comme l’année précédente, contre l’Europe.De toutes parts se montrent des faiseurs de projets, et le 14 avril 1815, le « Journal de l’Empire » insérait un communiqué, invitant « les bons citoyens à faire un noble usage de leurs loisirs en faisant parvenir la vérité à ceux qui environnent le monarque ».Voici une lettre qu’un colonel adresse sans doute au Ministre de la Guerre ou à quelques très hauts fonctionnaires. Dit-elle vrai ? Les colonels étaient-ils despotes à ce point ? Y avait-il une telle corruption dans l’armée ? La lettre, en tout cas, est curieuse. L’auteur avait raison de soutenir que les officiers subalternes et les soldats avaient entraîné les chefs supérieurs à se déclarer contre les Bourbons et il donnait un avis salutaire que Napoléon aurait bien fait de suivre : rajeunir le commandement

Arthur CHUQUET.

 Le 24 avril 1815.

Au moment où nous allons engager peut-être une lutte sanglante avec toute l’Europe conjurée contre la liberté d’un seul peuple, permettez à un vrai Français, à un homme dont l’unique pensée fut toujours dirigée vers la gloire et la prospérité de sa patrie, de vous soumettre quelques observations qu’il croit importantes au salut de l’Etat. En général, les officiers supérieurs et les généraux sont usés et éteints, ils ne désirent que la paix et un repos honorable qui les laisse jouir des traitements qu’ils ont acquis par vingt-cinq années de combats et de travaux. La paix leur paraît le souverain bien et peut-être consentiraient-ils volontiers à la cession de quelques provinces pour obtenir l’objet de leurs désirs. Il y a sans doute d’honorables exceptions, surtout parmi les plus jeunes. Mais je n’envisage ici que les masses. Il n’est malheureusement que trop vrai que les grades supérieurs qui devraient donner l’exemple du dévouement à la Patrie, sont bien loin d’avoir l’élan et la noble énergie des officiers subalternes et des soldats. Ce sont ces derniers qui ont entraîné le mouvement de l’armée en faveur de l’empereur Napoléon, malgré la résistance des chefs qui se sont décidés au dernier moment et en obéissant à l’impulsion des événements. Il est probable qu’ils obéiraient encore, sans résistance, à une impulsion contraire.Ce n’est pas qu’ils soient attachés aux Bourbons ; mais ils soupirent après le repos et l’Empereur leur paraît peu propre à le leur procurer.

Les grades supérieurs ne comptent donc plus que des êtres purement passifs qui ne s’occuperont que de saisir un des débris du vaisseau brisé par la tempête, afin de sauver leurs personnes et leurs fortunes, mais incapables de ces mesures vigoureuses qui pourraient le conduite dans le port et le préserver du naufrage. Cependant les chefs de corps exercent le despotisme le plus affreux dans leurs régiments. Ils sont les uniques dispensateurs des grâces et des punitions. Un officier qui a le malheur de leur déplaire est sûr de n’avoir jamais d’avancement. Dès lors, plus d’envie de bien faire, plus d’émulation. Les corps se peuplent de flatteurs et de complaisants. Un colonel au milieu de ses officiers, n’est plus qu’un souverain absolu entouré de sa cour. Chacun brigue sa faveur, sans rien faire pour le bien du service et de l’Etat. Depuis sept ou huit ans que ce despotisme militaire pèse sur l’armée française, il ne s’est pas élevé un seul homme qui promette de remplacer ces fiers enfants de la Révolution, ces illustres maréchaux qui nous ont si souvent conduits à la victoire. Si je jette les yeux sur l’administration, je découvre des abus plus criminels encore. Il est très peu de chefs de corps qui ne fassent de leur régiment une métaierie qui leur rapporte dix, quinze et jusqu’à trente mille francs de rente, plus ou moins.

Les Conseils d’administrations ne sont plus que les très humbles valets des colonels, et un membre qui s’opposerait aux mesures dictées par le chef serait un homme noyé.Aussi ce dévouement ne se rencontre plus, et tous les Conseils d’administrations ne servent qu’à donner une sorte de sanction aux mesures arbitraires et rapaces des chefs de corps. Croyez-moi, la corruption est générale. Interrogez secrètement tous les officiers des régiments, tous les quartiers-maîtres et vous saurez bientôt qu’en penser. Il est temps de mettre un terme à ces scandales. Nous avons besoin de rendre à notre armée toute son énergie et de lui donner les grades aux talents et au courage et non pas à l’intrigue et aux basses complaisances. Il faut ôter aux colonels et chefs de corps le pouvoir absolu dont ils ont fait un si mauvais usage et laisser désigner par leurs égaux tous les sujets susceptibles d’avancement à un grade supérieur et faire réduire ce choix à trois candidats par l’assemblée des officiers déjà pourvus de ce grade supérieur.Ces trois candidats seront présentés à l’Empereur qui en désignera un pour remplir la place vacante. Un individu présenté trois fois de suite serait élu de droit. C’est-à-dire qu’il faut remettre ne vigueur la loi du 14 septembre an 3. 

Je ne signe point cette lettre.Ce n’est pas que je craigne que l’on me conteste la vérité et l’impartialité des observations qui y sont contenus.

Mais je ne veux pas que l’on me soupçonne de chercher à déprécier mes chefs et mes égaux pour m’élever au-dessus d’eux. Je propose de remettre en vigueur une loi à laquelle je crois qu’est attaché le salut de la patrie. Si je puis être utile à mon pays, ce sera ma plus douce récompense et la seule que j’ambitionne.Mais je le répète, cette mesure est des plus importantes et mérite toute l’attention de Sa Majesté.

Signé: Un colonel de l’armée française.

(Document extrait des « Lettres de 1815. Première Série [seule parue] », par Arthur Chuquet. Paris Librairie Ancienne Honoré Champion, Editeur, 1911).

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ Une lettre d’un colonel en avril 1815… ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|