• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 7 avril 2019
( 7 avril, 2019 )

Reconnaissance de la région de Waterloo par Hudson Lowe en mars 1814.

Hudson_Lowe

Ce document a été publié la première fois dans la « Revue des Etudes napoléoniennes », en 1935 (Janvier-juin, pp.352-353).

Pendant la campagne de France, le colonel Hudson Lowe était attaché à l’état-major de l’armée prussienne. M. Emile Brouwet a possédé une lettre adressée à  Lord Bathurst, de Fismes, le 21 mars 1814, rendant compte de la position et des forces de Blücher (« Napoléon et son temps, I, n°214 [catalogue de la collection Brouwet]).

M. Emmanuel Fabius [grand antiquaire des années 1920/1930, à Paris] nous signale un autre document de haut intérêt. C’est un rapport autographe en anglais envoyé à sir Bunbury, le 17 juillet 1814, à la suite d’un voyage de reconnaissance le long des frontières belges, de Liège à Tournai.

Les renseignements donnés sont relatifs aux fortifications de Liège, Huy, Namur, Charleroi, Mons, Ath, Tournai et à leur valeur stratégique.

Au sujet de la défense de Charleroi-où précisément Napoléon devait franchir la Sambre, le 15 juin 1815, -Hudson Lowe écrit notamment : « Here the works have been completely destroyed and the are the strongest difficulties of nature to struggle against. Its proximity to Brussels and its central position along the frontier however will not admit it to be overlooked ».

Il est facile de traduire: “Ici les ouvrages fortifies ont été détruits en totalité et il faut lutter contre les obstacles naturels les plus rudes. La proximité de Bruxelles et la position centrale sur la frontière ne permettent pas que ces travaux soient négligés.

Hudson Lowe précise l’ordre d’urgence des travaux à effectuer, conseille l’établissement de relais télégraphiques le long des grands chaussées qui vont droit d’une ville à une autre et qui, pavées en leur milieu, offrent le seul moyen de communication utilisable pour les opérations d’une grande armée.

Il ajoute quelques considérations d’ordre politique sur l’importance pour l’Angleterre de la défense des Pays-Bas…

Ainsi, par une double coïncidence, c’est le futur geôlier de l’Empereur à qui échoit, en 1814, le soin d’établir ce rapport militaire sur la région de Waterloo; quant au destinataire du dit rapport, Sir Henry Bunbury, c’est à lui qu’incombera la mission, comme sous-secrétaire d’état, de notifier à Napoléon la décision du Gouvernement anglais de l’envoyer à Sainte-Hélène.

G.M. [Georges MAUGUIN ?]

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
|