• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 21 avril 2019
( 21 avril, 2019 )

Une LETTRE du LIEUTENANT Fernand de CHABOT à son père…

06-513473

Fernand, comte de Chabot, prince de Léon et duc de Rohan, naît à Paris le 14 octobre 1789. Il fut lieutenant aide-de-camp du comte Louis de Narbonne [-Lara]. Ce jeune officier est décoré à Valoutina le 3 octobre 1812 et sera blessé de six coups de lance sur la route de Kalouga le 18 octobre suivant. Maréchal de camp en 1824, il s’éteint le 10 décembre 1869. La lettre qui suit est extraite du très intéressant volume déjà cité ici et qui contient un certain nombre de lettres interceptées par les Russes durant la campagne de 1812. 

C.B. 

Smolensk, 10 novembre 1812. 

Nous voici à Smolensk, mon cher papa, depuis hier et je continue à me porter assez bien ainsi que tous mes camarades ; il fait un  triste temps, huit ou neuf degrés de froid, de la neige en quantité et un verglas affreux ; nous sommes obligés de faire la route à  pied ce qui est assez fatigant. Je crois que nous ne resterons pas longtemps. L’auditeur qui a apporté le portait de maman est ici ; je n’ai pas pu encore le rejoindre, mais j’espère que ce sera pour aujourd’hui. Je suppose que la chère Adèle est bien de changer de nom [Adèle de Rohan-Chabot épousa le 24 novembre 1812 le comte de Gontaut-Biron, chambellan de l’Empereur]. Je pense bien à elle au milieu de mes fatigues, j’espère que Culman vous verra et vous parlera de moi. Quand aurais-je le bonheur de vous embrasser ?

Parlez de moi à toute la famille, mon cher papa, et agréez ainsi que maman l’assurance de mon bien tendre respect. 

Fernand. 

P.S. Aimery de Fezensac [colonel du 4ème de ligne] se porte bien ; il a eu deux balles dans ses habits [le 7 novembre 1812]. 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 21 avril, 2019 )

INOUBLIABLES «ADIEUX DE FONTAINEBLEAU» !

INOUBLIABLES «ADIEUX DE FONTAINEBLEAU» ! dans TEMOIGNAGES 20-avril-1814

Une page de l’histoire de Napoléon se tourne. Après son abdication, l’Empereur doit partir pour l’île d’Elbe. Nous sommes dans la cour du château de Fontainebleau, le 20 avril 1814, vers 11 h30. Napoléon descend le grand escalier (Peyrusse se trompe quand il indique 1 heure [13 heures]) et s’apprête à faire ses adieux à la Garde. Moment solennel mais aussi émouvant. Le payeur Guillaume Peyrusse, qui suivra le souverain dans son exil, assiste à la scène. Écoutons-le :

« 20 avril. A midi, les voitures de voyage viennent se ranger dans la cour du Cheval Blanc.La Garde Impériale prend les armes et forme la haie. A une heure, Sa Majesté sort de son appartement et s’avance au centre de la Garde. Tout le monde se tait et l’Empereur fait ses adieux en ces termes : « Officiers, sous-officiers et soldats de ma Vieille Garde, je vous fais mes adieux. Depuis vingt ans que je vous commande, je vous ai trouvés constamment sur le chemin de l’honneur et de la gloire. Dans ces derniers temps, comme dans ceux de notre prospérité, vous n’avez cessé d’être des modèles de bravoure et de fidélité. Avec des hommes tels que vous, c’eût été la guerre civile, et la France n’en serait devenue que plus malheureuse. J’ai donc sacrifié tous nos intérêts à ceux de la patrie ; je pars : vous, mes amis, continuez de servir la France. Son bonheur était mon unique pensée ; il sera toujours l’objet de mes vœux ! Ne plaignez pas mon sort ; si j’ai consenti à me survivre, c’est pour servir encore à votre gloire. Je veux écrire les grandes choses que nous avons faites ensemble !… Adieu, mes enfants !… Je ne puis vous embrasser tous, mais je vais embrasser votre chef… Venez, général ! » A ces mots, le général Petit, saisissant l’aigle, s’avance. Napoléon reçoit le général dans ses bras et baise le drapeau. Le silence d’admiration que cette grande scène inspire, n’est interrompu que par les sanglots des soldats et des assistants. L’Empereur, dont l’émotion est visible, fait un dernier effort et reprend d’une voix plus ferme : « Adieu, encore une fois, mes vieux compagnons, que ce dernier baiser passe dans vos cœurs. »

Il dit, et s’arrachant au groupe qui l’entoure, il s’élance dans sa voiture, au fond de laquelle le général Bertrand avait déjà pris place. Le lieutenant général comte Drouot, le général Cambronne, M. Foureau de Beauregard, médecin, M. Rathery, secrétaire de Sa Majesté ; MM. Baillon et Deschamps, fourriers du palais, et moi, montons dans les voitures qui nous ont été destinées. Les voitures partent ; des troupes françaises les escortent et l’on prend la route de Lyon. Mille cris de Vive l’Empereur ! retentissent dansla Cour et dans les rues que le cortège traverse. Nous couchons à Briare. »

(Guillaume Peyrusse , « Mémoires », Editions AKFG, 2018)

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
|