( 25 avril, 2019 )

Un malheureux colonel…


Ombre 3François-Joseph Tavernier, né à Colmar en 1769, chasseur à cheval en 1788, maréchal des logis en 1792, sous-lieutenant en 1793, lieutenant en 1796, capitaine en 1796, capitaine en 1797, chef d’escadron en 1807, fut promu le 16 mai 1809 adjudant commandant chef d’état-major de cavalerie et le 15 août 1809 de la même année baron de l’Empire. Mais la campagne de Russie marqua la fin de sa fortune. Il y reçut, le 25 juillet, à Ostrowno, un coup de feu, et, comme il dit, il y perdit tout. Depuis lors, il fut malheureux et, à son avis, le plus malheureux de tous les officiers. Il n’obtint pas le grade de maréchal de camp ou, s’il l’obtint, ce fut à titre purement honorifique, le 23 octobre 1822, lorsqu’il prit sa retraite. Dans la lettre que nous publions et qu’il adresse à un ami,-elle ne porte pas de date, mais elle doit être de 1830- il retrace ses déboires qui commencent en 1812, lorsqu’il servait dans cette « malheureuse armée » qui fit la campagne de Russie. 

Arthur CHUQUET. 

Je suis, mon ami, l’officier supérieur le plus maltraité de l’ancienne armée et peut-être le plus malheureux. J’ai fait toutes les campagnes de la Révolution ; j’ai reçu sept blessures et j’ai obtenu tous mes grades sur le champ de bataille jusqu’à celui de maréchal de camp honoraire que j’occupe et dont on a bien voulu me gratifier après dix années de grade de colonel. A la campagne de Russie, j’ai perdu vingt-deux chevaux, fourgon, équipages, effets, argent, enfin tout. Je n’en ai reçu aucune indemnité, pas même les 1.500 francs qui avaient été accordés comme gratification à tous les officiers supérieurs de cette malheureuse armée. Arrivé à Brunswick, le général Belliard me donna l’ordre d’y rester pour réunir tous les cavaliers qui revenaient de cette campagne, ce qui, sans doute, a été cause, ce qui, sans doute, a été cause que je n’ai point obtenu le grade de maréchal de camp, à l’instar de tous mes collègues.  Je fus donc obligé de me remonter en tout, et le malheureux sort me poursuivit tellement que je fus fait prisonnier de guerre à la capitulation de Dresde, où j’étais encore obligé de laisser chevaux et fourgon et de me défaire à vil prix de mes autres chevaux de selle, ayant été conduit en Hongrie où je restai six mois.  Rentrant en France, j’y trouvai l’ennemi qui m’avait tout pillé, au point que, pour la sustentation de ma famille, je fus dans le cas de vendre ma maison et de me mettre en loyer. Pendant les Cent-Jours, en 1815, je reçus l’ordre d’aller à Toulouse, de là à Bordeaux. J’y achetai des chevaux pour faire cette nouvelle campagne. A peine les avais-je depuis quinze jours que je reçus l’ordre de me rendre en poste à Strasbourg sous les ordres du général Rapp qui ‘avait demandé pour sous-chef de son état-major. Encore, d’après cela, obligé de me défaire de mes chevaux à Bordeaux et d’en acheter d’autres à Strasbourg ! Eh bien, je n’ai reçu encore une fois aucune indemnité de toutes ces pertes !

Pas une obole ! 

Enfin, mon ami, pour en finir, je vous dirai qu’il me reste pour toute fortune ma seule pension de retraite de colonel et que j’ai femme et trois enfants, dont un garçon de quinze ans pour lequel je paie déjà 1.000 francs de pension. 

—————

Ce personnage figure dans le « Dictionnaire des colonels de Napoléon » de Bernard et Danielle Quintin (SPM, 1996, pp.820-821).

 

  

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ Un malheureux colonel… ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|