• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 23 mai 2019
( 23 mai, 2019 )

Le fameux café Montansier au Palais-Royal (en 1815).

Le fameux café Montansier au Palais-Royal (en 1815). dans TEMOIGNAGES jeux_de_dames_au_cafe_lamblin_au_palais-royal-300x192

« Les gardes du corps avaient été réorganisés. Leur première campagne fut contre le café Montansier, aujourd’hui le théâtre du Palais-Royal. Ils s’y portèrent militairement, en occupèrent toutes les issues et brisèrent les glaces, les cristaux, renversèrent les tables et se retirèrent la tête haute et l’oeil fier. Les journaux blancs ne manquèrent pas de célébrer cet exploit et d’en publier un magnifique bulletin. Or, voici ce qui avait excité la colère de ces braves soldats officiers. La salle Montansier était un café-spectacle qui, en 1811,  devint le rendez-vous de tous les officiers accourus à la suite de Napoléon. Un soir, une des filles du Palais-Royal chanta à demi-voix un couplet qui ne fut pas seulement entendu des officiers avec lesquels elle était attablée, mais des voisins qui poussèrent de bruyants éclats de rire. Cette fille, bon gré mal gré, fut forcée de monter sur un tabouret et de répéter son couplet, qui fut couvert d’applaudissements. Comme pièce historique, je transcris ici ce couplet, chanté sur l’air Vive Henri IV :

Duc d’Angoulême (bis) Et vous, comte d’Artois (bis), Louis dix-huitième,

Je vous p… au c. tous trois, 

          Duc d’Angoulême et vous comte d’Artois.                                                                                                               

Cet incident grotesque devint l’origine de toutes les chansons, bonnes ou mauvaises, chantées au café Montansier pendant les Cent-Jours. Tous les soirs, de six heures à minuit, on chantait. Officiers, sous-officiers, chacun arrivait avec sa chanson dans sa poche. Toutes roulaient sur l’empereur, les Bourbons, sur les malheurs de la France, le regret du passé, l’espoir de l’avenir. Elles n’ont pas été recueillies, c’est dommage : elles seraient pour l’histoire un document précieux. Pour en donner une idée, je citerai deux fragments de couplets que j’y ai entendus et qui sont restés dans ma mémoire. Le premier fait allusion au duc de Berry qui, brutalement et sans raison, dans une revue au Carrousel, arracha lui-même les épaulettes d’un brave capitaine signalé comme un partisan de Napoléon :

Comme ce prince aux mains indiscrètes,

Il n’arrache point d’épaulettes.

Au contraire, dans les combats,

Il en donne à nos braves soldats.

Vive, vive Napoléon !

 

(Docteur POUMIES DE LA SIBOUTIE (1789-1863), « Souvenirs d’un médecin de Paris… », Plon, 1910, pp.175-176)

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
|