( 11 mai, 2019 )

Napoléon vu par Betzy Balcombe…

3

« Vu de près, Napoléon paraissait plus petit, surtout à côté de sir George Cockburn [l’amiral], de haute stature et à la physionomie aristocratique ; il perdait aussi de ce grand air qui m’avait frappé à la première vue. Il était d’une pâleur de mort. Cependant ses traits, malgré leur froideur, leur impassibilité et quelque chose de dur, me parurent d’une grande beauté. Dès qu’il eut pris la parole, son sourire en chanteur et la douceur de ses manières firent évanouir jusqu’au moindre vestige de la crainte que j’avais jusqu’alors éprouvée. Il s’assit sur un de nos sièges rustiques, promena son regard d’aigle sur notre petit appartement et félicita maman sur l’heureuse situation des Briars. Pendant qu’il causait, je pus tout à loisir examiner ses traits : je ne me souviens pas d’avoir jamais vu une physionomie plus remarquable et plus frappante. Les portraits qu’on a faits de Napoléon donnent de lui une idée assez exacte; mais ce que nul pinceau ne saurait reproduire, c’est son sourire, c’est l’expression de son regard : tout ce qui, précisément, constituait son charme fascinateur. Les cheveux, d’un brun foncé, étaient aussi fins, aussi soyeux que ceux d’un enfant; ils l’étaient même peut-être un peu trop pour un homme, ce qui le faisait paraître légèrement chauve. Il avait les dents noires; j’ai su plus tard que cela provenait de son habitude de manger du suc de réglisse, dont il avait toujours une provision dans sa poche. »

(Mrs Lucia-Elizabeth ABELL (Betzy BALCOMBE), « Napoléon à Sainte-Hélène. Souvenirs…” Plon, 1898, pp.21-23)

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 10 mai, 2019 )

NAPOLEON SOUVERAIN en son ILE d’ELBE…

 NAPOLEON SOUVERAIN en son ILE d'ELBE... dans HORS-SERIE 06509460Lorsque Napoléon débarque à l’île d’Elbe, il entend se consacrer désormais à son nouveau royaume. Il s’en occupera d’ailleurs pleinement. Au travers du témoignage d’André Pons de l’Hérault, on retrouve l’Empereur en grand organisateur, tour à tour ordonnant la construction de nouvelles routes, de casernes, de fortifications, de ses résidences impériales ; décidant de la réparation d’une rue, analysant tel ou tel budget, s’occupant d’approvisionnement de bois pour Portoferraio. Pour mieux se rendre compte de l’activité  débordante de Napoléon, il suffit consulter l’ouvrage rassemblant les lettres et ordres édictés par le souverain de l’île d’Elbe et rassemblés par Léon-G. Pélissier, le publicateur de la première édition du « Souvenirs et Anecdotes » de Pons de l’Hérault. Toutefois, Napoléon restait attentif à ce qui se passait en France : un mécontentement s’installait peu à peu contre le gouvernement des Bourbons.  Recevant périodiquement des informations il est presque certain que l’idée d’un retour mûrit lentement dans son esprit. Plusieurs éléments sont à prendre en ligne de compte. Tout d’abord l’absence de Marie-Louise et de son fils. Mêle si cette dernière a été cruellement ressentie par l’Empereur, comme le notera Pons ce n’est pas ce qui motiva Napoléon. Le départ de l’île d’Elbe est dû à des causes politiques et matérielles. Politiques, car comment imaginer un seul instant que, connaissant l’échec du gouvernement de Louis XVIII, Napoléon soit resté confiné dans son île ?  L’Aigle se devait de relever le pari d’un nouvel envol. Les causes matérielles ont également leur importance et en particulier les difficultés financières qui commençaient à se faire ressentir dans le fonctionnement des institutions mises en place par Napoléon à l’île d’Elbe.  

« Le revenu  annuel de l’île était d’environ 470 000 francs, 120 par les droits fiscaux, 350 par le Domaine (mines de fer, salines, pêcheries). Ces rentrées équilibraient à peine le budget civil (fonctionnaires, clergé, justice, ponts et chaussés) fixé à 120 000 francs, et les dépenses de la maison de Sa Majesté qui engloutit 480 000 francs pendant les sept derniers mois de 1814, ramenées à 380 000 sur les évaluations du budget de 1815. Restait à combler le déficit béant du million annuel prévu pour les dépenses militaires, qu’aucune ressource ne pouvait équilibrer. Napoléon le préleva entièrement sur les débris de sa lite civile sauvée à Fontainebleau, chiffrée par Peyrusse à 3 980 000 francs le jour de son entrée à Porto-Ferrajo. Dix mois plus tard, ce trésor est déjà amputé de moitié : le 26 février [1815], en s’embarquant pour la France, il ne reste en caisse que 1 863 000 francs. Au plus juste, en multipliant les économies, Napoléon pourrait tenir encore deux ans, mais il ne disposerait plus de cette masse de manœuvre sur laquelle vivront ses cinq cent compagnons de Fréjus à Paris. » 

De plus, le pouvoir royal ne tient pas ses engagements. En effet, l’article 3 du Traité de Fontainebleau prévoyait à Napoléon le versement « d’un revenu annuel de 2 millions de francs en rente sur le Grand Livre de France, dont 1 million réversible à l’Impératrice ». Ni l’Empereur ni aucun membre de sa famille (car une disposition complémentaire prévoyait que ces derniers reçoivent également une compensation financière), ne percevront un centime. Louis XVIII ira même plus loin dans son mépris en décrétant le 18 décembre 1814, sur proposition de ses ministres, la mise sous séquestre de tous les biens de la famille impériale. Ainsi le trésorier Peyrusse, fidèle collaborateur de Napoléon écrit-il dans ses mémoires :

« Les jours de mon travail avec Sa Majesté étaient fixés ; nous préparions les éléments du budget de 1815, et je présentai à Sa Majesté un projet sur la régie des tabacs à l’île d’Elbe. Pendant ces diverses séances, l’Empereur laissait percer l’humeur que lui donnait le refus que faisait la France d’acquitter la somme stipulée par le traité du 11 avril [1814]. M. de Talleyrand écrivait de Vienne à notre grand maréchal [le général Bertrand], que Sa Majesté Louis XVIII ne reconnaissait pas le traité de Fontainebleau. Les revenus de l’île et ma caisse eussent été insuffisants pour parer au budget futur, maintenu sur le pied du précédent, ce qui avait décidé Sa Majesté à arrêter que je payerai que la moitié des traitements fixés, et que je ne fournirais le surplus aux parties prenantes en bons sur le trésor public français et à valoir. Cette situation, le projet de certaines réductions à imposer à la Garde, affectaient vivement Sa Majesté. C’était le secret de son cabinet » Et pendant ce temps, le gouvernement royal, faut de budget suffisant, licenciait 200 000 hommes de cette armée qui jadis avait fait trembler l’Europe, jetant sur les routes des hommes démunis de tout , réduit à la mendicité pour survivre.

Parallèlement, était crée une « maison du Roi », composé de  6000 hommes appartenant pour les trois-quarts à la noblesse. Cette armée d’Ancien Régime était une armée de parade et beaucoup de ceux qui en faisait partie, n’eurent jamais entendu tonner le canon.  De maladresse en maladresse, on pourrait souligner notamment la place exagérée faite à un clergé ranimant les divisions d’autrefois,  le régime de Louis XVIII en qui une partie des français avait apporté sa confiance, ne sut pas la conserver. « Le menu peuple souffrait comme il n’avait pas souffert depuis le Directoire ». Les yeux de bien des français étaient dorénavant tournés vers une certaine île d’Elbe… Napoléon est rentré « en triomphateur, parce qu’il incarnait, malgré son autorité despotique, le plus grand courant des idées révolutionnaires, l’opposition la plus ferme à la réaction nobiliaire et cléricale de l’Ancien Régime, incapable de s’adapter. Sans doute aussi parce que son génie rayonnant, son magnétisme personnel offraient aux Français de 1815 un saisissant contraste avec la médiocrité de leurs nouveaux dirigeants», comme l’écrit G. Godlewski dans son excellent petit ouvrage consacré au séjour elbois de l’Empereur. 

La décision du retour fut mûrement réfléchie ; l’Empereur prenant en ligne de compte tous les éléments dont il disposait. Mais il fallait agir sans tarder comme le souligne Guy Godlewski : « A l’automne de 1814, Napoléon entrevoyait donc l’avenir sous de tels auspices qu’à une échéance plus ou moins certaine il serait contraint d’opter entre la faillite certaine  et une aventure dont les chances de succès se précisaient de mois en mois ». A la date du 7 décembre 1814, le trésorier Peyrusse mentionne dans ses mémoires la visite d’un étranger « mystérieusement introduit dans le cabinet de Sa Majesté ». A la suite de cette entrevue, Peyrusse reçoit l’ordre de faire préparer L’Inconstant « pour un voyage » et « de mettre à son bord 100,000 fr. ». De plus, sans doute vers la fin de l’année 1814 ou au tout début de 1815, une nouvelle importante parvient jusqu’à l’Empereur. Elle est relevée par Pons : « …nous apprîmes par deux Anglais, venus exprès dans l’île pour donner cet avis qu’il avait été question au congrès de Vienne d’envoyer l’empereur Napoléon à Sainte-Hélène ». L’administrateur des mines en bon observateur écrit des ses « Anecdotes » que « A dater de cette époque, la conduite de l’Empereur prit une autre direction, et en l’observant il était permis de penser que Sa majesté ne se croyait plus liée par le traité de Paris qui la reconnaissait souverain de l’île d’Elbe ». Dès lors, Napoléon va demander à Pons « un rapport sur les moyens d’organiser une flottille expéditionnaire ».On note durant toute cette période une augmentation de préparatifs pouvant laisser penser que l’Empereur prépare son départ, même si aucune nouvelle officielle ne transpire : « …Sa Majesté préparait de grands moyens de défense pour l’île et les moyens nécessaires à une expédition militaire », ajoute Pons dans son « Mémoire aux puissances alliées ». G. Godlewski souligne à juste titre que « la facilité du débarquement reposa sur le secret absolu de sa préparation.Aucune parole, aucun ordre imprudent ne donnèrent l’éveil. Rien ne transpira pendant deux mois ». Le mameluck Ali, indique que « peu de personnes du dehors étaient dans la confidence». Peyrusse, lié à bien des confidences impériales, note encore que l’Inconstant qui revient à Porto-Ferrajo avec « quatre mille sacs de blés » est envoyé à Gênes avec à son bord deux officiers de la Garde chargés d’acheter des draps et de la toile. C’est vers cette période que le capitaine Taillade tentera de mettre ce navire hors d’usage. Il est  très probable que cela ne soit pas le fait du hasard… 

« Le 20 [février 1815], je reçus les premiers ordres pour les préparatifs », écrit Pons. 

Le 21 février, des caisses de munitions sont embarquées à bord de L’Inconstant, réparé de son avarie ; de l’artillerie est installée à bord du chébec L’Etoile . Deux jours plus tard, ces bâtiments reçoivent un stock de vivres et d’eau douce.

Précisons que Campbell, ne se doutant de rien, s’était embarqué pour Livourne le 16 février comme on le verra plus bas. 

« Quelques jours avant le 26 février, l’Empereur avait fait donner l’ordre à la Garde de faire un jardin d’un terrain inoccupé attenant à la caserne dans la partie ouest », précise encore Ali ; histoire de tromper les apparences. Il est fort  à parier qu’à cet instant les soldats ne se doutent pas de ce que leur prépare le Petit CaporalPuis vint le jour crucial ; le 26 février au matin, Peyrusse reçut l’ordre de réquisitionner le Saint-Esprit afin d’y embarquer les Polonais du chef d’escadron Jerzmanowski. « La générale battit ; les troupes s’élancèrent de leurs casernes. Bientôt la rade fut sillonnée de chaloupes ; quatre cents hommes de la Vieille Garde, grenadiers, chasseurs et canonniers furent embarqués sur le brick, armé de vingt-six canons : tout le reste de l’expédition prit place sur le Saint-Esprit, le chébeck de l’Empereur l’Etoile, la spéronnade la Caroline, deux bâtiments de Rio et une petite felouque d’un négociant elbois. Le peuple garnissait le port, faisant retentir [dans] les airs les cris prolongés de Vive l’Empereur ! » . 

Napoléon s’embarque en fin de journée à bord de L’Inconstant.  « A neuf heures à peu près, l’escadrille sortit du port ». Le 1er mars 1815, au matin, L’Inconstant et sa flottille sont en vue des côtes françaises. 

« L’Empereur ordonna alors de faire disparaître la cocarde de l’île d’Elbe et de la remplacer par celle aux trois couleurs (la cocarde de l‘île était rouge et blanche, le rouge au centre ; sur le blanc il y avait trois abeilles). En même temps que les soldats arboraient  la cocarde tricolore, M. Pons de l’Hérault donnait  lecture à haute voix de la proclamation de l’Empereur, laquelle fut accueillie par des transports de joie et des cris répétés de Vive l’Empereur ! ». Après un parcours mémorable, l’Empereur arrivera à Paris le 20 mars 1815, en début de soirée. « Neuf heures [du soir] venaient de sonner au pavillon de l’Horloge ; je me promenais et causais avec mes camarades le long du château. Tout à coup des voitures très simples et sans aucune escorte se présentent au guichet du bord de l’eau et l’on annonce l’Empereur. Décrire ce moment n’est pas en mon pouvoir, il est impossible que des mots  puissent le faire.

La grille est ouverte, les voitures entrent ; nousnous précipitons tous autour d’elles et nous en voyons descendre Napoléon. Oh ! Alors, toutes les têtes sont en délire : on se jette sur lui en désordre, on l’entoure, on le presse, on l’étouffe presque, et on finit malgré tout ce que peuvent dire et faire les généraux qui l’accompagnent, par l’emporter dans ses appartements », écrit le capitaine Routier, du 102ème de ligne, de faction aux Tuileries en ce soir historique».Le trésorier Peyrusse assiste aussi à la scène : « A son entrée aux Tuileries, Sa Majesté pouvait à peine traverser la foule des officiers qui l’entouraient ; elle  fut obligée de leur dire, presque suffoquée par son émotion : « Mes amis, vous m’étouffez ».

La nuit, la Garde arriva et bivouaqua dans la cour du Carrousel. Dès le matin, le drapeau tricolore avait été arboré sur la tour de l’horloge des Tuileries ». Napoléon est prêt à écrire une nouvelle page de son histoire. Dans quelques mois, le dernier acte se jouera sur une autre île : Sainte-Hélène…Le colonel Campbell s’était embarqué le 16 février 1815, sur la Partbridge pour Livourne et Florence. Quel voyageur ! « N’est-ce pas en dix mois la dixième escapade de Campbell en Toscane, cette fois sous le prétexte d’aller saluer le sous-secrétaire d’État Cooke, de passage à Florence ? ».

En fait, ses prétextes sont plutôt galants : c’est dans cette ville, qu’il retrouve sa maîtresse. Trois jours après, le colonel anglais est prévenu par un mystérieux Ricci qui lui écrit de l’île d’Elbe afin de l’avertir des préparatifs de Napoléon. Campbell va- t’il quitter précipitamment sa muse afin de  regagner son poste ? Non. Il se contente d’expédier sur place le capitaine Adye, commandant la Partbridge. On ne peut que s’étonner d’une telle légèreté. Adye arrive à Porto-Ferrajo le 24 février et regagne Livourne deux jours plus tard. Le capitaine peut rassurer Campbell : tout est tranquille. L’Inconstant est toujours là. L’île est paisible. Toutefois, Campbell ne désarme pas. Il sent monter une certaine inquiétude en lui. Il décide de quitter Livourne, le 26 février en fin de journée, avec l’idée de surprendre Napoléon à Porto-Ferrajo. Mais il est trop tard. Au même moment, l’Empereur s’embarque sur L’Inconstant. A dix heures du matin, le 27 février, la Partbridge est signalée au loin. On l’aperçoit de L’Inconstant. Mais les dés sont jetés…  Napoléon échappera à Campbell, tout comme aux deux autres frégates françaises de surveillance, la Fleur de Lys et la Melpomène. Lorsque le colonel Campbell arrive le 28 février à midi il ne peut sue constater la fuite de l’empereur. Puis chez Lapi, nouveau gouverneur de l’île d’Elbe. En réponse à ses questions, ce dernier annonce qu’il ne se soumettra ni aux anglais et encore moins aux Alliés. « Campbell à son retour va visiter Mme Bertrand, Pauline, Mme Mère qui affectent de n’avoir rien su et ignorer encore si c’est vers l’Italie ou vers la France que L’Inconstant s’était dirigé, mais de manière à lui persuader que c’était vers l’Italie. », écrit Amédée Pichot.

« Le colonel, ayant été informé de ce qui s’était passé, s’était transporté immédiatement chez les princesses, et, devant elles, il avait exhalé sa mauvaise humeur dans les termes les inconvenants, tant contre l’empereur que contre Leurs Altesses. On a rapporté qu’ayant son mouchoir à la main il l’avait déchiré avec les dents et que ce qui l’avait le plus exaspéré, c’était le calme avec lequel Madame Mère lui avait répondu. Il était ai désespoir que son active surveillance eût été mise si fort en défaut. », écrit le mameluck Ali dans ses « Souvenirs ».

Dépité, Campbell rédige alors une lettre à Lord Burgesh, ambassadeur d’Angleterre en Toscane, lui avouant son échec, puis s’embarque à nouveau sur la Partbridge avec l’espoir de retrouver trace de l’impérial fugitif ; mais en vain… 

Le colonel Neil Campbell se reprochera sans doute jusqu’à la fin de sa vie, en 1827, d’avoir été absent lors de l’envol de l’Aigle

C.B.

Sur cet épisode de l’histoire napoléonienne, lire mon édition des « Souvenirs » d’André Pons de l’Hérault que j’ai réalisé en 2005 pour le compte des Éditeurs Libres ; ainsi que l’édition complétée des « Mémoires » de Guillaume Peyrusse, parue en novembre 2018 aux Editions AKFG

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
( 9 mai, 2019 )

Une lettre du général Van Dedem au maréchal Berthier.

berthier.jpg

 Le maréchal Berthier.

Cette lettre du général hollandais Van Dedem de Gelder confirme un passage de ses « Mémoires » [Publié chez Plon en 1900]. Il fit en effet, dans ses « Mémoires » comme dans cette lettre, que le duc de Bassano [Maret] le mit à Vilna dans la bonne calèche d’un courrier qui se rendait à Varsovie, et il a joute-ce qu’il ne dit pas dans sa lettre- qu’on le tenait pour perdu, que le conducteur avait ordre de se faire donner par le bailli de l’endroit où le général serait enterré, un certificat qui serait envoyé à la famille. De Varsovie, Dedem écrivit à Berthier la lettre qu’on va lire ; il demandait un congé pour aller se guérir à Berlin, et nous apprenons par les « Mémoires » que Berthier lui envoya l’ordre formel de se rendre sans délai à Elbing pour y prendre un commandement.  

Arthur CHUQUET 

Varsovie, 20 décembre 1812 

Monseigneur, j’ai quitté Vilna et me suis rendu à Moscou d’après l’ordre du jour qui enjoignait aux officiers généraux, blessés et malades, de s’y transporter. Ayant perdu tous mes chevaux, j’ai été trop heureux de profiter de la place que Son Excellence le duc de Bassano m’a fait donner par un de ses courriers. Ma santé est tellement délabrée et j’ai un si grand besoin de repos et de me rapprocher de climats plus doux que, sur l’avis bien prononcé des médecins, je supplie Votre Altesse Sérénissime de m’envoyer un congé pour aller en France. Je souffre de la poitrine par suite de la chute que j’ai faite le jour de la prise de Smolensk, et des rhumatismes goutteux se sont portés sur mes mains et mes pieds, au point de n’être propre à aucun exercice. 

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 9 mai, 2019 )

Quelques lettres d’Espagne (1812).

82-001429

Cette correspondance fut publiée la première fois en 1933 dans le « Carnet de la Sabretache ». L’auteur de ces lettres, aide-major au 119ème régiment d’infanterie, n’a pu être identifié.

—————————

Armée du Portugal

8ème Division

Au camp devant Palenzuela, le 10 août 1812.

Mes chers parents,

Assis sur un peu de paille, dans le fond d’un mauvais pigeonnier que j’ai choisi pour demeure, si je ne respire pas un air aussi pur que celui du camp, il m’est au moins très agréable d’avoir un toit, ce qui n’est pas peu de chose dans ce pays dénué d’arbres et dans une saison où l’ardeur des rayons du soleil est extrême. Dans cet espèce de cachot je n’ai d’autre table que la caisse à amputations placée sur mes genoux, ce n’est pas du tout commode pour écrire une très longue lettre. J’ai tant de choses à vous dire et à vous demander que je ne sais réellement par où commencer.

Depuis les premiers jours de mai nous n’avons presque pas eu de repos. Nous passâmes par les Asturies où nous séjournâmes trois semaines. J’ai donc revu ce pays chéri, cette patrie de la division bonnet… Mais il a fallu l’abandonner et je crois pour longtemps. En passant  près de Santander, je rencontrai le fils de François Meulenaere des Brouques ; il me parla de vous autres et surtout de Louis. Cela me fit plaisir. Nous bûmes un coup à vos santés mais à la hâte et à la bouteille. Il est frais comme une rose et ne paraît avoir que vingt ans. Le fils de Jack Turek que je trouvai trois semaines après à La Nava del Rey, n’était pas de même, une couleur de pain d’épices et les cheveux tout couverts de poussière m’auraient empêché de le reconnaître s’il ne m’eut appelé par mon nom. Je n’eus que le temps de lui parler un instant parce qu’il faisait presque nuit et qu’il fallait absolument chercher mon garçon qui s’était perdu dans la foule. Toute l’armée était réunie à La Nava del Rey. Trois jours avant j’eus le plaisir de rencontrer Henri Lespagnol à Torro et depuis lors nous nous voyons quelquefois ; il se porte bien. Nous parlâmes du pays. Heureux mortel ! Il a au moins la satisfaction de recevoir régulièrement des nouvelles de ses parents ; mais moi depuis six mois et plus, j’ai le malheur d’en être privé. J’ignore si vous jouissez tous d’une bonne santé, si vous avez reçu les six lettres que je vous ai écrites depuis novembre 1811. Enfin, si vous m’avez répondu, il est probable que les lettres sont perdues.

Nous formons actuellement le 8ème division de l’Armée du Portugal et c’est le général Chauvelle[1] qui nous commande depuis que le comte Bonet[2] est blessé ; une balle lui traversa la cuisse à la bataille des Arapiles (entre Alba de Tormès et Salamanque). Ce fut ce 22 juillet (toujours au temps de nos ducasses[3], j’ai l’occasion de me trouver au bal), l’affaire fut très chaude et nous fûmes ce qui s’appelle parfaitement brossés. Les Anglais, Espagnols et Portugais réunis étaient soixante-dix mille hommes, et nous eûmes l’audace de les attaquer n’étant que trente mille, et peut-être même aurions-nous gagné la bataille si le duc de Raguse n’eut pas eu le bras fracturé d’un éclat d’obus avant le fort de l’affaire, vu qu’alors (à deux heures après-midi) nous avions déjà enlevé trois des plus belles positions de l’ennemi. Notre division s’est couverte de gloire ; ce sont nos voltigeurs commandés par le général de brigade Gauthier[4], qui prirent les deux villages d’Arapiles. Et sans la division, lors de la retraite, on ne sait pas trop comme cela ce serait passé. Enfin, nous n’en avons pas moins perdu la bataille. Mais l’ennemi éprouva beaucoup plus de pertes que nous. Je crois bien que le fils de Jacques Turek y a laissé ses os, à moins qu’il soit fait prisonnier, car je me suis informé après lui, quatre ou cinq jours après la bataille et il n’avait pas encore paru à l’appel. Son régiment a été entièrement détruit.

Mais, je ne sais plus quelle position prendre, les reins me font mal, je suis contraint de laisser la lettre.

Un jour, il me sera plus facile de vous conter au juste comme l’affaire s’est passée. Je m’en conviendrai bien, parce que j’eus le loisir de la contempler pendant dix heures à une demi-portée de canon. Adieu.

Villa Muriel, près Palencia, le 14 août [1812].

 Je suis si content de la journée d’hier qu’il m’est impossible de vous dire deux mots si je ne vous ne rends compte. Depuis trois jours, nous étions sans vivres (excepté un peu de mouton). En arrivant dans ce village, comme de coutume nous ne trouvâmes aucun habitant. Nous n’eûmes rien de plus empressé que d’enfoncer les portes des maisons. Dans celle que je choisi, se trouvait un certain cochon, quatre poules, de la graine rance, du miel et du blé, mais pas de pain. De remplir un sac, le charger sur mon âne, et de fermer la porte en recommandant au garçon de garder la maison, fut l’affaire d’un instant. Avec plus de vitesse encore, je me suis acheminé vers le moulin à eau où après avoir attendu quatre heures, j’obtins de moudre à mon tour. De retour au logis, j’expédiai maître cochon avant la rentrée du patron. Le garçon avait mis une poule au pot, nous la mangeâmes à demi cuite avec de la bouillie fait d’un peu de beau son délayé dans de l’eau. Le parmen [sic] dont se servent nos tisserands pour coller leurs tailles vaut mieux. Et cependant jamais mets ne me parut meilleur. Ce fin repas terminé, je tamisai et fis le pain tandis que mon garçon chauffait le four. Il est inutile de vous dire que deux galettes furent faites et avalées en un clin d’œil ; cela se suppose. Enfin pendant que le pain cuisait, je partageai le cochon par morceaux. Un instant après on battit la berloque[5] pour distribuer un peu de vin qu’on avait trouvé dans quelques caves. J’y fus, encore tout couvert de farine, dans la crainte de perdre ma part, ce qui m’aurait infiniment peiné, attendu que j’en avais grand besoin, pour aider la digestion lente et laborieuse d’aliments dévorés à demi cuits et à la hâte. Après cela je hachai à la manière du pays la tête du cochon que le garçon avait fait cuire avec l’origan et du thym ; j’espère qu’elle sera bonne, du moins l’odeur l’annonce ainsi. J’obtins aussi un grand port de saindoux. Enfin, voilà des provisions précieuses et qui m’exempteront bien des corvées pendant quelque temps. Car dans cette armée du Portugal on ne fait aucune distribution. Chacun fait pour soi, et sinon est paresseux, on meurt de faim. On doit faucher le bé, le battre, le moudre, tamiser la farine, faire cuire le pain dans un four, sur des tailles ou sous la cendre, selon l’occasion. Souvent même il faut se contenter de la bouillie dont je vous ai parlé ! Vous allez sans doute dire, comment emporte-t-il tout cet attirail ? Eh bien voici : j’ai un âne. Il a sur son dos deux grands paniers pleins de farine, [de] blé ou [d’] orge ; sur ces paniers se placent deux sacs longs, pleins de pain, biscuit (bien entendu lorsqu’on a le temps d’en faire), lard, pot de graisse, peau de bouc pleine de vin ou d’eau selon la circonstance, etc., etc., etc. au cordes qui maintiennent les sacs, s’attachent la marmite, les poêle, a gamelle, les faucilles, la hache, le tamis, le crible, deux gros bâtons pour battre le blé et chacun à son tout le moulin à bras, etc., etc. C’est une vraie caricature, qu’un âne ainsi chargé surtout lorsque le garçon est dessus. Mais il est nuit et je ne vous ai encore rien dit ; il faut cependant me coucher car je suis fatigué. A demain.

—-

Valladolid, le 4 septembre 1812.

Enfin depuis dix-huit jours nous sommes ici en garnison. Nous avons d’excellents vivres, fourrages, la comédie, des marchands ; et moi j’ai de l’argent parce que j’ai vendu une de mes montres d’or, et mon baudet. Je vais au théâtre, je bois et mange bien.  Je jouis d’une assez bonne santé et j’ai entièrement oublié le mauvais temps passé. Il me fallait réellement cette garnison pour me remettre un peu. A la vérité, il fait trop cher à vivre, mais au moins pour son argent on trouve quelque chose. Enfin patience. , cela ne durera pas toujours.  J’espère aller bientôt dans un meilleur pays et où on nous payera, dit-on, les dix-neuf mois qu’on nous doit. Vous serez sans doute étonné de cette manière d’écrire à un mois de distance sur la même lettre, mais je ne puis faire autrement. Je veux une occasion sûre, et cela ne se rencontre pas tous les jours ; par le courrier, les lettres se perdent toujours. Un ami intime remettra celle-ci à  Dax, et j’espère qu’elle vous parviendra et que vous me donnerez de suite de vos nouvelles.

Vous adresserez vos lettres comme-ci : « A M. Faveur, officier de santé au 3ème bataillon du 119ème régiment, poste restante à Dax. » Cet ami qui doit rester au dépôt, est chargé de prendre les lettres à mon adresse et de me les faire passer par une occasion. Mandez-moi ce que vous me disiez dans vos lettres antérieures car il  est à croire qu’elles sont perdues pour toujours.

Le chirurgien en chef de cette armée (M. Favre) m’a ordonné de rester à l’ambulance, toujours comme aide-major provisoire, en promettant de me faire commissionner. Le général Bonet qui me connaît depuis longtemps, et à qui  je rendis des soins il y a quelque temps, pour une chute qu’il fit sur la tête, me promit de demander quelque chose pour moi au duc de Raguse si la bataille près [de] Salamanque eut tourné à notre avantage. Mais comme je vous ai dit, les affaires ne nous furent pas favorables, et puis il fut blessé, d’en est allé d’un côté, moi d’un autre, et ainsi il est à croire que rien ne s’est fait. Je me déplais souverainement à cette ambulance, attendu que le chirurgien-major est parti pour la France, et qu’un jeune homme le remplace. Il est plein d’ambition et d’orgueil. Il voudrait déjà avoir acquis la réputation que je me suis faite à la Division depuis quatre ans. Il est extrêmement jaloux de me voir étroitement lié avec tous les officiers de la Division et de ce que j’ai leur confiance. La mauvaise humeur qu’il manifeste et son ton hautain fait qu’à chaque instant nous avons des mots, cela me cause d’autant plus de peine que depuis quatre ans j’ignorais ce que c’est qu’une querelle.

Depuis que M. Celliac m’a proposé au ministre pour aide-major je n’ai pas reçu de ses nouvelles, malgré que je lui ai écrit quatre à cinq fois, les lettres parviennent si difficilement. Enfin, j’en ignore les résultats et désirerais bien à savoir ce qu’on a décidé au ministère. C’est-à-dire si les propositions ont été ou non acceptées. Je vous ai déjà écris concernant cet article. Suppliez, je vous prie, M. de Messange, qu’il écrive à Paris afin de savoir si je suis ou non commissionné, et qu’ainsi je sache à quoi m’en tenir.

Du 6 septembre [1812].

Enfin cet ami part. Adieu, je ne vous dis rien de plus. Écrivez de suite, poste restante à Dax. Il pourrait bien se faire que j’aille moi-même y chercher la lettre, des circonstances se présentent, adieu, n’oubliez pas de me mander ce que vous m’avez écrit dans vos lettres antérieures.                                

Votre dévoué

HYPPOLITE.


[1] Le général François Chauvel (1766-1838).

[2] Le général Bonet (1768-1857).

[3] Fête traditionnelle de village, à caractère religieux.

[4]  Le général Etienne Gauthier (1761-1826).

[5] Il s’agit d’une batterie de tambour servant à rassembler la troupe pour les repas ou autre distribution.

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 8 mai, 2019 )

Le point de vue des Alliés sur la bataille de Ligny.

Knotel. Prussiens.

Je n’ai ni la prétention ni le temps de raconter ici, la bataille de Ligny, d’autres, l’ont fait avant moi, et que pourrais-je ajouter, après Houssaye, Charras, Navez, Siborne, Aerts et le regretté commandant Lachouque. C’est d’ailleurs à eux que j’emprunterais les quelques réflexions qui feront l’objet de cette causerie. Le champ de bataille s’étend entre Fleurus et la chaussée de Nivelles à Namur, la route de Gembloux à Charleroi le traverse.

Aux environs de cette ville, sur une région valonnée, sur la rive gauche de la Sambre, un petit village a eu, peut-être, dans l’histoire le privilège unique de voir se livrer sur son sol quatre batailles, cinq, si l’on compte celle livrée par les Légions de César sur les Nerviens de Boduognat, qui, en face de 120.000 Romains se défendirent héroïquement. En 1622, le comte Tserclaes-Tilly, général de Ferdinand, livra bataille aux Protestants de Mansfeld, Saxe et Christian de Brunswick, déjà deux noms que nous reverrons en 1815. Pour nous Français, plus connues sont celles que livra en 1690, le maréchal de Luxembourg, aux troupes Hollando-Allemandes du Prince de Waldeck et surtout celles de 1794 gagnées par les armées de la République. Coïncidence de l’histoire, c’est au mois de juin, entre le 16 et le 26 que furent livrées ces batailles, la première, celle Charleroi ou des Gosselies, qui opposa Jourdan au Prince d’Orange, déjà ! La seconde, le 26 juin gagnée par Jourdan, Soult et Kléber sur les Impériaux, la plus éclatante victoire de la jeune armée républicaine. Si l’on veut continuer le jeu de coïncidences, il est curieux de noter que la victoire du maréchal de Luxembourg fut une victoire sans lendemain, que celle de Charleroi en 1794 ne tourna pas à l’avantage des Français, et que celle de 1815 ne fut pas non plus une victoire définitive, mais une « victoire platonnique » comme l’écrit Barral, le mot est joli !

Les adversaires en présence.

Vingt et un ans après la bataille de Fleurus, une nouvelle fois Français et Allemands vont se trouver face à face. Le soleil est brûlant, la chaleur est suffocante, le sol poudreux. Dans ce décor de fin de printemps, voyons où sont les acteurs du drame qui se prépare Napoléon. Le 14, l’Empereur est à Beaumont, il couche au château, à cette époque, propriété du Prince de Caraman-Chimay. Le 15, il franchit la frontière, le 16 il est à Fleurus. Là, descendu de voiture, il s’installe au Moulin de Naveau. Ce moulin, situé en face de Ligny, appartenait à un émigré français ayant fait partie de la Maison de Marie-Antoinette. Lui-même, ouvrit la porte à l’Empereur, qui, après avoir pris congé de lui, monta sur le toit aménagé en observatoire, accompagné du géomètre Simon. De là, l’Empereur voyait à peu près ce que nous voyons aujourd’hui. À droite Sombreffe, Ligny, dont on distingue le clocher, à gauche Saint-Amand, entre les deux, le clocher de Brye. Ces villages étaient occupés par les Corps Prussiens de Pirch, Thiclman et Zieten. Napoléon, avec sa longue-vue, distingue un moulin au pied duquel se trouvaient deux cavaliers : c’étaient Wellington et Blücher. Les mouvements sont imprécis, et Napoléon, impatienté, s’écrie : « Le vieux renard ne débuche pas ! ».

Blücher. Pouvait-il penser que le vieux renard était en face de lui prenant ses dispositions pour essayer de le vaincre.
Le plateau de Fleurus s’abaisse en pente douce jusqu’à un petit ruisseau, la Ligne, sur sa rive opposée, sur un point culminant un moulin aussi historique que celui de Fleurus, théâtre d’un conseil de guerre célèbre mais resté obscur. Ce moulin c’est celui de Bussy appelé aussi de Winter, démoli en 1895. Là se trouvent Blücher, Gneisenau, Grolman et le colonel Hardinge, attaché militaire anglais, qui, sera d’ailleurs grièvement blessé dans la bataille. Si nous nous mettons face au sud-est, nous voyons le panorama que voyaient les Prussiens ce jour-là. A gauche, Sombreffe, en face le moulin de Fleurus, à droite Saint-Amand, enfin Longpré et Wagnelée, dont on voit le clocher.

De cet observatoire, l’État-Major prussien voyait distinctement déboucher les colonnes françaises, certains officiers, braquant leur lunette sur le moulin de Fleurus, pouvaient distinguer l’Empereur au milieu de son État-Major. Jamais les adversaires n’avaient été aussi près, qu’en ce court moment de l’histoire, peut-être, cherchaient-ils à s’épier avant la bataille. Wellington. Parti de Bruxelles à six heures, le Duc arriva vers 10 heures aux Quatre-Bras ; aux environs de Frasnes il écrit au maréchal Blücher la lettre fameuse qui est, peut-être, la cause de la méprise de ce dernier, qui comptera sur l’arrivée des Anglais, troupes qui lui firent tellement défaut au cours de la bataille.

« Mon cher Prince,
Mon armée est disposée, comme suit :
Le Corps du Prince d’Orange a une division aux Quatre-Bras, l’autre à Nivelle. La réserve est en marche sur Genappe, où elle arrivera à midi. La cavalerie Anglaise sera à la même heure à Nivelle. Le Corps de Lord Hill est à Braine-le-Comte ».
Vous avez bien entendu, tout indique que l’armée anglaise se dirige vers le champ de bataille.
La lettre se poursuit :
« Je ne vois pas beaucoup d’ennemis devant nous et j’attends des nouvelles de votre Altesse pour décider des opérations pour la journée. Du côté de Binche on a rien vu.
Votre très obéissant serviteur : Wellington ».

Cela est daté : des hauteurs de Frasnes : le 16 juin 1815, 10 h 30.

13 heures. – Au lieu d’attendre des nouvelles, Wellington, préfère s’entretenir directement avec le maréchal Blücher ; accompagné de Muffling et Dornberg, il rejoint Blücher au moulin de Bussy. Le lieutenant-colonel Ludwig Von Reich, Chef d’État-Major du 1er Corps Prussien nous relate cette rencontre : Le Duc, écrit-il portait une simple tunique bleue sans distinction et un bicorne, orné de trois cocardes : une noire et deux rouges (espagnole et portugaise) et une plume rouge et blanche. Il était habillé de la plus simple façon. Le Duc quitta le moulin vers 13 h 30. Von Reich remarque que son cheval n’avait qu’un petit porte-manteau fixé à l’arrière de la selle, qui contenait de quoi changer de vêtements, quant aux fontes de pistolets, elles contenaient… tout ce qu’il fallait pour écrire.

Que se passa-t-il au cours de cette entrevue ?

On ne le saura jamais exactement. Clausewitz, Wagner, Damitz, Loben-Sels et Charras pensent que Wellington promit son appui au maréchal prussien, d’autres auteurs pensent que ce dernier ne fut pas si affirmatif. Essayons de reconstituer cette conversation qui se déroula en français :
Wellington, brusquement : « Que voulez-vous que je fasse ? » Gneisenau : « Dirigez vos troupes sans tarder comme réserve de l’armée prussienne, tandis que Muffling, lui conseille de déborder l’aile gauche française. C’est ça, s’écrie le Duc, je culbuterais ce que j’ai devant moi à Frasnes et je monterais sur Gosselies. À cela, Gneisenau répond : que la manoeuvre est imprudente et bien longue, et qu’il vaudrait mieux marcher sur Sombreffe. Ce qui présentait moins d’inconvénient. Il est certain que cette manoeuvre plaçait l’armée anglaise sous les ordres de Blücher, le Duc en fut-il irrité ? Quoiqu’il en soit Wellington quitte brusquement Blücher, en disant : Et bien, je viendrais si je ne suis pas attaqué moi-même ».

Cette promesse était-elle formelle, ou simplement conditionnelle ? De toute façon, Blücher, comme Wellington, se trompaient de bonne foi, sur la répartition des troupes françaises. Blücher pensait avoir en face de lui toute l’armée ennemie et, dans ce cas il avait besoin de l’appui anglais. Wellington, lui, commettait une erreur d’appréciation, certainement involontaire. En effet il avait sous les yeux un tableau de l’emplacement des troupes hollando-belges et anglaises, établi par le Quartier-Maître général Delancey, or, ce tableau était inexact, car ce n’est que dans la soirée que les troupes mentionnées furent réunies en nombre suffisant.

Y avait-il, comme l’écrit Houssaye, un peu de diplomatie dans ces promesses ? Wellington a-t-il trompé volontairement Blücher ? Cette duperie n’est pas dans le caractère du Duc. A-t-il dit à Hardinge en quittant Bussy : « If old Vorvarts fights here, he will get most damnably liked » ou, si l’on préfère : « si le vieux Blücher combat ici, il sera honteusement rossé ! ». D’après Lord de Ross, Wellington avait prévu l’inconvénient de la disposition des troupes prussiennes, et il en avait averti Blücher : « Si j’étais à votre place, avec mes troupes, j’en placerai un plus grand nombre derrière la crête pour les abriter, car si les Français les canonnent, ils peuvent les mettre en pièces avant de franchir les ponts, mais il ajoute, personne ne voulait m’entendre, et je n’avais plus qu’à m’en aller, et tout se passa comme je le craignais ! ».

Tout ceci se passait entre 13 heures et 15 heures. Tous les acteurs du drame sont maintenant en place.

L’armée prussienne.

Puisque nous nous intéressons aux armées alliées, voici en résumé la composition de l’armée prussienne :
Commandant en Chef : Field Maréchal Prince Blücher Von Wahlstatt Chef d’État-Major : Lieutenant-général Comte Von Gneisenau.
Quartier-Maître général : Général-Major Von Grolman.

Ier Corps : Lieutenant-général Von Zieten : 1re, 2e, 3e et 4e brigades d’infanterie. Une division de cavalerie et de l’artillerie.
IIe Corps : Général Von Pirch : 1er, 5e, 6e, 7e et 8e brigade d’infanterie. Une division de cavalerie et de l’artillerie.
IIIe Corps : Lieutenant-général Baron Von Thielmann : 9e, 10e, 11e et 12e brigades d’infanterie. Une division de cavalerie et de l’artillerie.

La cavalerie était répartie dans les Corps d’armée. En principe chaque brigade d’infanterie avait un régiment de cavalerie à sa suite, chaque Corps d’armée avait une division de cavalerie. La cavalerie prussienne comprenait des dragons, des cuirassiers, des uhlans et des hussards, tous à quatre escadrons. La cavalerie portait en général la « litewka » en Campagne, les hussards le dolman et la pelisse, le casque ou le shako. Les cuirassiers ne combattirent pas à Waterloo. L’infanterie était à trois bataillons : les deux premiers de mousquetaires, le dernier de fusiliers. Tous les régiments étaient à 4 compagnies. Ils avaient deux numéros : celui du rang et celui de la province. Les régiments d’infanterie légère avaient deux bataillons de chasseurs (Jagers) et deux de tirailleurs (Schutzen), également à 4 compagnies. L’artillerie était répartie en brigades : elle avait des batteries à pied de 12, des batteries à pied de 6 et des batteries à cheval de 6, plus une batterie d’obusiers. L’infanterie comme l’artillerie avait l’uniforme bleu, le pantalon gris. Les régiments se distinguaient par la couleur distinctive différente pour chaque province. L’artillerie avait cette couleur noire. L’armée prussienne avait en plus des régiments de landwehr en bataillons et en escadrons, et quelques formations de chasseurs volontaires (Frewillige Jagers).

La retraite prussienne.

Mais revenons au champ de bataille. Environ 150.000 hommes sont en présence. Un silence profond et inquiétant s’abat sur la plaine.Soudain trois coups de canon tirés par une batterie de la Garde Impériale à intervalles réguliers donnent le signal de l’attaque. Il est 15 heures. La tragédie commence, elle ne se terminera qu’à la nuit ; à minuit on se battait encore près du moulin de Bussy. Le récit de la bataille de Ligny n’entre pas dans le cadre de cette causerie, elle a été maintes fois racontée par des historiens combien prestigieux ! Disons seulement qu’elle fut meurtrière, acharnée, que l’on se battit au corps à corps… dans l’église, dans le cimetière on se bat à coups de baïonnettes, à coups de crosse, et quand les armes manquent, à coups de poing ! Les pertes furent très lourdes, bien qu’elles varient selon les auteurs : de 10 à 20.000 hommes pour les Prussiens ; pour les Français de 6 à 7.000 selon Gourgaud, 13.000 selon Mauduit. Où en sont les adversaires, maintenant que les canons se sont tus, et que l’on relève les blessés trop nombreux pour les ambulances. Blücher hors de combat, Gneisenau prend le commandement de l’armée prussienne.

Le voici à cheval, entraîné lui aussi par le flot des fuyards, il arrête son cheval sur un chemin, qui relie la route de Namur, au nord de Brye, nous dit Houssaye. Profitant de la clarté de la lune, il consulte sa carte. C’est dans cette attitude que le représente un très beau portrait, dont j’ignore l’auteur. Gneisenau est en tenue de Campagne, aussi simple que celle de Wellington, col et parements rouges, sans aucune broderie, pantalon gris boutonnés jusqu’au pied, il est coiffé d’une petite casquette à visière, coiffure chère à l’Etat-Major prussien. Son cheval ne porte qu’un tapis de selle de fourrure noire et des sacoches de cuir clair. Il a posé ses brides sur l’encolure de son cheval, lunette à la main, et carte dans l’autre, il réfléchit quelques instants, puis il lance son ordre resté célèbre : « Ruczug nach Tilly und Wavre ». « Retraite sur Tilly et Wavre ». Il est probable, qu’en ce moment même, en ordonnant la retraite, le général vient de sauver l’armée prussienne, et, permis sans le savoir la victoire alliée à Waterloo. Ainsi au lieu de se replier sur ses bases d’opérations, il choisit d’aller vers le nord rejoindre les armées anglaise et tendre ainsi la main à Wellington. Ce dernier écrira, d’ailleurs quelques jours plus tard avec une certaine exagération que la décision de Gneisenau a été le moment décisif du siècle ! Pourquoi les Français stratégiquement vainqueurs n’ont pas exploité leur avantage en poursuivant l’armée ennemie. Cette erreur a permis à l’armée prussienne éparpillée sur les différents champs de bataille de se rassembler sans aucune menace. C’est ainsi que les deux brigades Heinkel et Steinmetz, dispersées, purent tranquillement rejoindre leur Corps d’armée en retraite. Cette armée battue n’avait l’air d’être aucunement désorganisée. Contraste frappant, entre ses deux armées. Alors que les vainqueurs se reposent sur leur victoire, les vaincus, eux, sont continuellement en alerte, profitant de cette passivité et de l’obscurité pour organiser leur retraite. Le Quartier-Général est replié à Mellery, en arrière de Ligny. Thielmann conserve sa position initiale, Jagow, lui, avec des éléments du Corps de Zieten occupe Brye et ses environs. Cette évacuation durera jusqu’à 3 heures du matin.

Et les Anglais ? Eh bien, au matin du 17 ils ignoraient encore le sort de la bataille et l’on pensait même que les Prussiens étaient victorieux, Lord Fitzroy-Somerset, (futur lord Raglan) secrétaire du Duc de Wellington écrivait à sa femme : « Les Prussiens et les Anglais ont refoulé les Français ? ». C’était chanter trop tôt victoire ! Wellington lui-même, ne disait-il pas de Blücher qu’il croyait vainqueur : « He his a fine old fellow ! ».
A l’aube du 17, Wellington se trouvait aux Quatre-Bras, lorsqu’arriva à brides abattues, un aide de camp qui dit quelques mots à l’oreille du Duc, celui-ci se tourna alors vers le capitaine Bowles du 28e Regiment of Foot, et lui dit : « Le vieux Blücher a reçu une sacrée rosée et s’est replié sur Wavre, nous devons reculer aussi, je suppose qu’en Angleterre on dira que nous avons été battus… ». Vous remarquez que Wellington ne dit pas « nous avons été battus, mais on pensera que nous l’avons été, il y a là toute une nuance qui sépare une défaite d’une bataille perdue ! Puis il ajoute : « Je n’y peux rien, nous devons reculer aussi ».

Conclusion.

Victoire stérile ou défaite victorieuse, Ligny aura été la bataille des occasions perdues ou gâchées, des hésitations et des fausses estimations. Il semble que les événements se soient ligués pour déjouer les projets des adversaires ! A Napoléon il manqua d’Erlon, à Blücher il manqua Bülow et  l’armée anglaise pour transformer une défaite, peut-être, en victoire. Si Napoléon avait engagé la bataille à 8 ou 9 heures du matin, si Wellington avait concentré ses forces avec 24 heures d’avance… si, si… Le général Vivian a été sévère pour son chef, il a jugé cette décision, comme une véritable bévue,

« A sad blunder » dira-t-il !Le destin, toujours le destin. J’ai été frappé par ce petit fait – souvent contesté par les historiens – mais que j’aime à croire authentique ! Il est raconté par le capitaine Georges Bowles, du régiment des « Coldstreams guards ». Peut-être le sort de la Campagne fut-il marqué pendant la soirée de la duchesse de Richmond. Après le départ du Prince d’Orange, Wellington qui se trouvait avec Richmond lui demanda une carte de la région. Comme ce dernier lui en présentait une, Wellington, après l’avoir examinée, s’exclama : « Napoléon m’a roulé » – (he has humbegged me), il a 24 heures d’avance sur moi. Que ferez-vous demanda Richmond ? Wellington répondit : « J’ai ordonné de résister aux Quatre-Bras, mais, sauf imprévu nous ne pourrons l’arrêter là, c’est ici que nous livrerons la vraie bataille, et le Duc marqua avec son ongle un point sur le carte que Richmond entoura d’un cercle rouge, ce point c’était Mont-Saint-Jean. Quoiqu’il en soit les faits devaient donner raison à Wellington, déjà Ligny annonçait Waterloo. Dramatique cheminement du destin inexorable : Ligny, magnifique victoire française serait une victoire sans lendemain, ou plutôt elle en aurait un terrible, l’Histoire le connaît sous le nom de Waterloo !

 

Baron Louis de BEAUFORT

(« Revue du Souvenir Napoléonien » , n°271, septembre 1973 pp.14-18).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 8 mai, 2019 )

Au Congrès de Vienne…

La Garde Chanbonnas

Les extraits qui suivent sont tirés du témoignage du comte de La Garde-Chambonas, « Souvenirs du Congrès de Vienne, 1814-1815. Publiés avec introduction et notes par le comte Fleury », Librairie historique et militaire Henri Vivien, 1901 (pp.433-440). Portrait de l’auteur (1783-1853) ci-contre.

« Le prince Koslowski me confirma la grande nouvelle qu’Ypsilanti m’avait annoncée le matin. Napoléon avait effectivement quitté l’ile d’Elbe le maître et le prisonnier de l’Europe, ainsi qu’on l’a énergiquement appelé, était sorti de sa prison, armé de sa gloire, et avait confié à une frêle barque César et sa fortune. « La nouvelle, me dit Koslowski, a été apportée ici par un courrier que lord Burghess avait expédié de Florence. Le consul anglais à Livourne la lui avait transmise. Lord Stewart, qui l’a reçue, en a prévenu M. de Metternich et les souverains. Les ministres des grandes puissances en ont été informés aussitôt. On ignore quelle route Napoléon a prise. Se rend-il en France? Veut-il, comme on l’a pensé, gagner les Etats- Unis ? On se perd en conjectures. Mais, qui le préservera de l’orage, amoncelé et grondant sur sa tête? La fortune pourra-t-elle placer sur son front le fil conducteur pour en détourner l’orage?  Les hauts arbitres du Congrès désirent que cette nouvelle ne soit pas ébruitée avant qu’ils aient pu prendre quelques mesures  dictées par la gravité des circonstances. » Soit que le secret eût été gardé, soit que l’ivresse du plaisir l’emportât encore, la ville de Vienne avait conservé son aspect accoutumé. Les remparts et le faubourg de Léopoldstadt, qui conduit au Prater, étaient couverts de promeneurs impatients de jouir des premiers rayons du soleil. Rien n’annonçait encore que le coup de tonnerre eût retenti partout l’insouciance, partout la joie. Le soir, la troupe des comédiens amateurs devait donner, dans une des salles du palais, une représentation composée du « Barbier de Séville », et, je crois, d’un vaudeville alors fort à la mode et intitulé : « La Danse interrompue ». Le prince Koslowski m’avait offert de l’accompagner à la résidence impériale. Curieux d’étudier la physionomie de l’illustre assemblée, dans l’espoir aussi de recueillir quelques nouveaux détails sur ce grand événement, j’avais accepté. L’assemblée était aussi nombreuse, aussi brillante que de coutume. Mais ce n’était déjà plus le calme insouciant de la journée quelques nuages, légers encore, chargeaient les fronts. Des groupes s’étaient formés ça et là on y discutait avec chaleur sur les conséquences probables de ce départ. » Il ne peut échapper aux croisières anglaises, disait l’un.

-M. Pozzo di Borgo a affirmé, répondait l’autre, que, s’il mettait le pied en France, il serait pendu à la première branche d’arbre Ainsi chacun semblait vouloir se dérober à la réalité du réveil. « Félicitons-nous, disaient quelques partisans des Bourbons de Sicile. En vérité, Bonaparte nous sert à souhait. Il ne peut se diriger que sur Naples. Le Congrès va se trouver dans la nécessité de prendre enfin des mesures pour expulser Murat, cet usurpateur, cet intrus. »

———–

Inquiétudes.

« On étudiait les visages, d’ordinaire si impassibles, des notabilités diplomatiques on interrogeait leurs regards, on scrutait leurs pensées. Tous affectaient une confiance sans doute bien loin de leur coeur. On remarquait l’absence de M. de Talleyrand, et l’air profondément préoccupé de l’empereur Alexandre. Quelles causes avaient amené chez Napoléon cette grande résolution dont les suites furent si fatales pour la France ? Espérait-il, malgré l’affaiblissement de son pays, tenir encore une fois tête à l’Europe coalisée? S’aveuglait-il sur la possibilité de vivre désormais en paix avec tous ces souverains auxquels il avait jadis dicté des lois, et qui avaient appris à connaître la route de Paris? Ou plutôt, le départ de l’île d’Elbe ne fut-il pas de sa part un coup de désespoir pour échapper à la captivité qui, six ans plus tard, le consuma sur le rocher de Sainte-Hélène? II est certain que la présence de l’empereur des Français au milieu de la Méditerranée, l’indépendance, l’ombre même de puissance qui lui étaient laissées, avaient, au Congrès de Vienne, excité des alarmes. On n’ignorait pas qu’il existait à Paris un vaste foyer de correspondance et d’intrigues, et qu’on y travaillait a préparer le retour du régime impérial. La reine Hortense était l’âme de ce complot que l’aveugle gouvernement des Bourbons était seul à ne pas voir. Pendant le séjour que l’ex-reine de Hollande avait fait au mois d’août 1814 Mme de Krudner, si célèbre depuis par sa liaison mystique avec l’empereur Alexandre, lui avait prédit le retour de Napoléon. Aussi, dès l’ouverture grand secret, de lui choisir un autre lieu d’exil ou plutôt de déportation? L’île de Sainte-Hélène ne fut indiquée que vers la fin de janvier par M. Pozzo di Borgo. Il  prétendait avoir reçu des lettres qui annonçaient qu’on avait arrêté à Gênes, à Florence, et sur toute la côte, des émissaires de Napoléon. « L’Europe, avait-il dit, ne sera tranquille que lorsqu’elle aura.mis l’Océan entre elle et cet homme. » On assure que le prince Eugène dut à son intimité avec l’empereur de Russie la révélation de cet important secret, et qu’il s’empressa d’en avertir Napoléon. Celui-ci ne balança plus. Son retour en France fut décidé. A partir de ce moment, Alexandre ne témoigna plus à Eugène que de la froideur et de l’éloignement. Vienne resta près de cinq jours sans nouvelles. Les réceptions, les fêtes reprirent leur cours. La préoccupation générale semblait se dissiper peu à peu. Mais enfin, il ne fut plus possible d’en douter: le tonnerre éclatait Napoléon était en France. Cet aventurier, ainsi que l’avait osé appeler Pozzo di Borgo, était reçu par les populations enthousiasmées. Les soldats se précipitaient au-devant de leur général: rien ne s’opposait à sa marche triomphale. La chute du colosse, qui avait paru incompréhensible, était moins étonnante que la résurrection de son pouvoir. On était au bal chez M. de Metternich quand on apprit le débarquement à Cannes et les premiers succès de Napoléon. L’annonce de cette nouvelle fut comme le coup de baguette ou le sifflet du machiniste qui change en un désert le jardin d’Armide. En vérité, les milliers de bougies semblèrent s’être éteintes toutes à la fois. La nouvelle se propage avec la rapidité d’une étincelle électrique la valse est interrompue; en vain l’orchestre continue la mélodie commencée on se regarde, on s’interroge ces quatre mots : « Il est en France ! » sont le bouclier d’Ubalde qui, présenté aux yeux de Renaud, détruit en un clin d’oeil tous les enchantements d’Armide. L’empereur Alexandre s’avance vers le prince de Talleyrand « Je vous avais bien dit que cela ne durerait pas. » Le plénipotentiaire français reste impassible, et s’incline sans répondre.

Le roi de Prusse fait un signe au duc de Wellington tous deux sortent de la salle de bal. Alexandre, l’empereur Francois et M. de Metternich les suivent aussitôt. Le plus grand nombre des invités s’éclipse et disparaît. Il ne reste dans les salons que quelques discoureurs effrayés. »

———

Et Talleyrand…

 « Dans ces circonstances graves, M. de Talleyrand déploya une habileté et une force de volonté qui surent tout entraîner. Jamais rôle ne fut plus difficile. Placé à la fois entre le gouvernement qu’il représentait, la France dont il voulait sauver les intérêts et la nationalité, et les puissances ennemies qui confondaient dans une même proscription et Napoléon et le pays qui venait de l’accueillir. Je n’étais pas à Paris lors de la première restauration je n’ai pu connaître sa conduite à cette époque que par des récits contemporains, souvent mensongers. Mais, témoin à Vienne de ce qu’il fit au mois de mars 1815 pour son pays et les Bourbons, je ne balance pas un instant à dire que, si ceux-ci lui durent une seconde fois la couronne, la France lui a dû peut-être son existence comme nation. Il avait merveilleusement compris que ces deux faits se tenaient intimement et découlaient l’un de l’autre. De là, sa conduite et ses efforts pour obtenir la déclaration du 13 mars. C’est ici que vient se placer cet acte fameux, si diversement apprécié. L’irritation à Vienne était au comble, entretenue par la perspective d’une guerre acharnée. L’enthousiasme que la présence de Napoléon avait excité, l’accueil des populations, la défection de l’armée, tout faisait considérer la nation française entière comme complice de la rupture de cette paix tant désirée. On s’effrayait aussi du retour des idées révolutionnaires, dont le délire avait épouvanté l’Europe. L’empereur d’Autriche s’adressant au czar lui avait dit « Voyez, Sire, ce qu’il arrive d’avoir protégé vos jacobins de Paris. C’est vrai, avait répondu Alexandre, mais pour réparer mes torts, je mets ma personne et mes armées au service de Votre Majesté. » La querelle allait donc s’engager entre la France d’une part, et d’autre part l’Europe tout entière, duel  à mort qui ne pouvait finir qu’avec la vie d’un des deux combattants. J’ai entendu aussi prononcer le mot de partage, et l’exemple de la Pologne était là pour apprendre qu’une nation peut être rayée du livre de la famille européenne. M. de Talleyrand, au contraire, posa en principe qu’en 1815, comme un an auparavant, l’Europe ne pouvait être en guerre qu’avec Napoléon, et non pas avec la France. II manœuvra avec une telle adresse ou un tel bonheur, qu’il triompha de tous les obstacles, changea complètement les dispositions hostiles à la France, et obtint la consécration de ce principe. Vingt fois le Congrès fut sur le point de se séparer sans rien décider, si ce n’est une guerre aveugle vingt fois il rallia les opinions qui se choquaient entre elles. Je sais que des esprits absolus ne peuvent admettre ces transactions de la prudence. Mieux eût valu pour la France, a-t-on dit, une déclaration de guerre, une menace d’extermination qui se fût adressée a elle-même le pays eût trouvé dans son désespoir une force surnaturelle il eût succombé à l a lutte, ou il eût triomphé avec gloire. M. de Talleyrand avait dans l’esprit une trop haute modération, il appréciait trop bien les ressources de la France affaiblie pour la jeter dans ces partis violents et extrêmes. Il voyait l’Europe soulevée il la dirigea contre un homme et non contre un peuple. En cela il fit bien. Sa conduite fut, a Vienne, appréciée et admirée comme le triomphe de la raison et d’un patriotisme éclairé. »

 

 

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 8 mai, 2019 )

1815… Le Père la Violette…

« L’hiver fNapoléon le Grand2uyait ; un soleil plus chaud faisait fermenter à la fois et la nature et les jeunes têtes ; à l’une il rendait les fleurs, aux autres leurs rêves de gloire et leurs espérances guerrières. La conviction que le gouvernement royal ne pouvait longtemps se soutenir avait entraîné, comme conséquence, la certitude du retour de Napoléon. Ses nombreux partisans souriraient de pitié en voyant les organes du pouvoir vanter la force et la stabilité d’un édifice qu’un souffle pouvait renverser ; ils imaginèrent enfin, pour mieux se compter de faire comme dans l’Orient, de rendre un bouquet l’interprète apparent d’une pensée secrète. Ce fut ainsi que la violette qui, jusqu’alors, n’avait annoncé que le retour du printemps, vit sa fleur devenir l’emblème du retour si ardemment attendu de l’Empereur.

Elle, humble symbole de modestie, annoncer la venue d’un Messie de gloire et de destruction ! Malgré le contraste, le bouquet emblématique brillait à une multitude de boutonnières, et en style populaire, Napoléon ne s’appela plus bientôt que le Père la Violette. »

(Émile Labretonnière,  « Macédoine [sic]. Souvenirs du Quartier Latin dédiés à la jeunesse des écoles. Paris à la chute de l’Empire et pendant les Cent-Jours. Correspondance avec Béranger », Lucien Marpon, Libraire- Éditeur, 1863).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 8 mai, 2019 )

Les Polonais à la Bérézina…

illustrationltchevallier.jpg

Les Polonais se distinguèrent sur la rive droite de la Bérézina dans le combat que Ney livrait à Tchitchagov et qu’un contemporain a justement qualifié de « combat animé et glorieux ; le général Dombrowski retrace ainsi, dans un rapport à l’Empereur, le rôle qu’il joua dans l’affaire ainsi que ses deux compatriote Kniaziewicz et Zayonchek.

A.CHUQUET 

Le 28 novembre 1812, le 2ème corps fut attaqué par le corps du général Tchitchagov sur la rive droite de la Bérézina. Une partie du 5ème corps, commandée par moi et par le général Kniaziewicz, se trouva en réserve sur l’aile gauche. L’ennemi attaqua avec force. Le combat était opiniâtre des deux côtés et ne se décidait point Je fis alors avancer ma troupe, et, l’épée dans les reins, nous poussâmes l’ennemi jusque derrière son camp en lui portant une perte considérable. Emporté d’ardeur et d’enthousiasme, je ne sentis pas même la blessure que j’avais reçue à la main, jusqu ‘à ce que la perte considérable de sang me forçât de quitter le champ de bataille au moment où l’ennemi fuyait. Le général Kniaziewicz, me remplaçant, continua de poursuivre l’ennemi avec l’intelligence et le courage qui lui sont si propres. Il fut grièvement blessé au pied. Quand ceci se passait sur l’aile gauche, le 17ème d’infanterie, deux bataillons du 14ème et la cavalerie appartenant à ma division combattaient sur la droite sous les ordres du général Zayonchek. Ces régiments, encouragés par l’exemple de leur commandant , combattant avec le plus grand acharnement et repoussèrent à plusieurs reprises les attaques vigoureuses de l’ennemi, lorsque, par un coup fatal, le général Zayonchek eut une jambe emportée. La nuit mit fin aux combats de cette journée mémorable où tous les trois généraux de division commandants furent couverts de blessures qui les retiennent jusqu’ici hors de combat et où les troupes se couvrirent de gloire.

DOMBROWSKI. 

Article publié dans le 1er volume de la série d’Arthur Chuquet et  intitulée : « 1812, la guerre de Russie », Fontemoing et Cie, 1912 (3 volumes).  

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 7 mai, 2019 )

La mission d’Apollinaire Emery, lors du retour de l’île d’Elbe…

elbe.jpg

Apollinaire EMERY, alors âge de trente ans, né à Grand-Lemps, dans l’arrondissement de La Tour du Pin, avait, comme chirurgien de la Garde, suivi Napoléon à l’île d’Elbe. Il accompagnait l’Empereur dans la marche sur Paris. Le 3 mars 1815, il reçut à Castellane un des passeports en blanc que Napoléon avait exigés du maire de cette ville et il partit en avant, comme s’il avait un congé et rentrait dans sa famille. Sur son chemin, il rencontra le général Mouton-Duvernet et lui assura que la garnison d’Antibes et que Masséna même s’étaient déclarés pour l’Empereur. Mouton écrivit au général Marchand qu’Emery allait à Grenoble et qu’il fallait l’arrêter.  Mais Emery se cacha et il avait eu le temps d’annoncer l’arrivée de Napoléon et de distribuer ses proclamations. Sous la Seconde Restauration il fut enfermé à la prison militaire de Besançon où le chef de bataillon Prétet, rapporteur au procès intenté au général Marchand lui fit subir, le 23 février 1816, l’interrogatoire suivant. 

EMERY.- Je suis passé à l’île d’Elbe comme chirurgien de la Garde de Bonaparte et j’y suis resté jusqu’au 26 février 1815, époque à laquelle je suis partie avec cette même Garde. J’ai débarqué le 1er mars au Golfe-Juan, je me suis mis en route le 2 mars au matin, et je suis arrivé le au matin à Castellane.  A midi du même jour, j’ai quitté la Garde par ordre de Bonaparte, pour venir à Grenoble où était ma famille. Arrivé à Laffrey, le 5 à 9 heures du matin, j’y ai trouvé le général Mouton-Duvernet à qui j’ai dit, sur sa demande, que Bonaparte arriverait ce même jour à Gap.  Le général m’avait reconnu parce qu’il m’avait vu dans la Garde.  Il a d’abord défendu de me donner des chevaux, mais il a ensuite levé cette défense ; il a pris la route de Gap et moi, celle de Grenoble où je suis arrivé le 5 à midi.  A 5 heures du soir du dit jour, j’ai appris dans mon auberge que le général Mouton-Duvernet avait rétrogradé sur Grenoble et qu’il avait invité le général Marchand à me faire arrêter.  Le général Marchand fit faire des recherches de son côté et en fit faire par le préfet.  Mais j’avais été averti à temps par mes amis ; je me cachai jusqu’à l’arrivée de Bonaparte, le 7 mars 1815, au soir.  En conséquence, je n’ai été témoin d’aucun des événements qui se sont passés dans la place jusqu’à ce moment.  Mais j’ai appris que le général Marchand était sorti de Grenoble avec une partie du 11ème régiment, par la porte Saint-Laurent, au moment où Bonaparte entrait dans la place par celle de Bonne, et j’ai été témoin que Bonaparte, dès le soir même et pendant tout le temps qu’il est resté à Grenoble, a envoyé plusieurs personnes au général Marchand pour l’engager à venir le joindre, propositions qui furent constamment rejetées.  Bonaparte a même fait appeler Mme Marchand pour l’engager à faire revenir son mari ; mais le général s’est retiré à  la campagne à quelques lieues de Grenoble. 

PRETET.- Quels ordres vous avait donnés Bonaparte à Castellane, et n’étiez-vous pas chargé de quelque mission pour le général Marchand ? 

EMERY.- Bonaparte m’a dit : « Va t’en à Grenoble, tu diras que j’arrive », et il ne m’a chargé d’aucune mission, ni pour le général Marchand, ni pour aucune personne. 

PRETET.- Est-ce que votre famille a quelques relations avec celle du général Marchand ? 

EMERY.- Non. 

PRETET.- Avez-vous annoncé à Grenoble l’arrivée de Bonaparte, ainsi qu’il vous en avait chargé ? 

EMERY.- La nouvelle était connue avant mon arrivée, et je n’ai vu que quelques anciens camarades qui m’on dit qu’on était à sa poursuite. 

PRETET.- Avez-vous vu à Grenoble, dans la journée du 5 mars 1815, le général Mouton-Duvernet ? 

EMERY.-  Je ne l’ai vu qu’à Laffrey et à Lyon où je suis venu le rejoindre Bonaparte

PRETET.- Quelle opinion avaient les personnes que vous avez vues à Grenoble, sur la conduite que pourrait tenir le général Marchand quand Bonaparte se présenterait devant la place ? 

EMERY.- Le général Marchand passait pour un partisan du Roi et on croyait qu’il se défendrait certainement s’il était secondé par les troupes ; en ce moment encore, le général Marchand passe dans son département pour un bon royaliste. 

(Document extrait de l’ouvrage d’Arthur CHUQUET, « Lettres de 1815. Première Série [seule parue] », Paris, Librairie Ancienne, Honoré Champion, Editeur, 1911) .

————–

A noter que le général Marchand (1765-1851) dont il est question plus haut est celui qui essaya de résister à Napoléon dans la place de Grenoble après le débarquement de l’île d’Elbe. Marchand évacua finalement la place le 7 mars 1815. Il sera accusé par le pouvoir royal, lors de la seconde Restauration, d’avoir livré la cité grenobloise à Napoléon. Cet officier sera traduit devant un conseil de guerre à Besançon en juin 1816 puis finalement acquitté. Sur le sieur Emery, personnage fort intéressant, il faut lire le petit ouvrage d’Albert Espitalier et intitulé : « Deux artisans du Retour de l’île d’Elbe. Le chirurgien Emery et le gantier Dumoulin » (Grenoble, B. Arthaud,1934).  Enfin la sépulture d’Emery a été restaurée en 2011 sous les auspices de l’Académie Napoléon, dirigée par Ronald Zins. Une cérémonie a eu lieu le 16 avril de cette même année au cimetière de Grand-Lemps (Isère) où repose le chirurgien bonapartiste. 

C.B. 

 

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 7 mai, 2019 )

L’Ordre Impérial de la Réunion…

12.jpg

Après l’annexion de la Hollande, Napoléon supprima l’ordre de l’Union créé en 1807 par le roi Louis comme il avait supprimé tous les ordres qu’il avait trouvés en Piémont, en Toscane, dans les Etats romains et dans les différents pays successivement réunis à l’Empire.  Mais pour dédommager les Hollandais, l’Empereur crut devoir fonder une nouvelle décoration qui, tout en leur étant particulièrement destinée, pourrait également être accordée aux sujets des pays annexé.  La création de cet ordre semblait d’ailleurs devenue nécessaire. 

« L’extension de notre Empire, lit-on dans le préambule du décret du 18 octobre 1811, a fait croître le nombre de nos sujets qui se distinguent dans l’exercice des fonctions judiciaires, dans l’administration et dans les armes ; les services de tout genre que nous nous plaisons à récompenser se sont ainsi multiplié au point que les limites de la Légion d’honneur ont été déjà dépassées et que notre institution de l’Ordre des Trois Toisons d’Or ne peut y suppléer que d’une manière partielle, attendu qu’elle est spécialement destinée à récompenser les services militaires. » 

Le décret d’institution de l’Ordre Impérial de la Réunion est daté du palais d’Amsterdam. Le duc de Cadore  fut nommé archichancelier de l’ordre, M. Van der Goes van Dirland, trésorier.  La nouvelle décoration était destiné (article 2) à récompenser les services rendus par tous les sujets de l’Empire dans l’exercice des fonctions judiciaires ou administratives et dans la carrière des armes : services rendus à l’Empereur ou aux anciens souverains, « ce qui donnera lieu à des chefs de vieilles familles de se croire des droits à cet ordre, chose qui est politique et convenable ». 

L’ordre comprenait (article 4) : 200 grands-croix ; 1,000 commandeurs; 10,000 chevaliers. La croix, dont l’article 11 indiquait le modèle, n’avait pas été trouvée sans quelque difficulté. Il avait fallu, en effet, modifier entièrement la décoration hollandaise dont la devise ne plait pas à l’Empereur : « Fais ce que dois, advienne que pourra  ». 

« C’est la devise d’un preux, écrit Napoléon. Un grand état ne peut pas la prendre. Il faudrait chercher une devise qui fit sentir les avantages de l’union de la Baltique, de la Méditerranée, de l’Adriatique et de l’Océan, ce grand événement qui caractérise vraiment l’Empire…, il faudrait quelque chose qui fit comprendre les limites actuelles de l’Empire. » 

Plusieurs projets furent soumis à l’Empereur. On lui proposa diverses légendes : « Indissolubiliter », « Unita fortior » ; les devises auxquelles Napoléon s’arrêta furent : Sur l’exergue : Tout pour l’Empire. Sur le revers : A jamais.  La formule du serment (article 9) était inspirée par ces légendes : « Je jure d’être fidèle à l’Empereur et à sa dynastie ; je promets sur mon honneur de me dévouer à Sa Majesté, à la défense de sa personne, et à la conservation du territoire de l’Empire dans son intégrité ; de n’assiste à aucun conseil ou réunion contraire à la tranquillité de l’Etat, de prévenir Sa Majesté de tout ce qui se tramerait à ma connaissance contre son honneur, sa sûreté ou de tout ce qui se tramerait à ma connaissance contre son honneur, sa sûreté ou de tout ce qui tendrait à troubler l’union et le bien de l’Empire. » 

Quant à l’insigne même, les projets dessinés par Denon et par le peintre d’histoire attaché à la Monnaie, M. Lafitte, furent plusieurs fois modifiés avant d’arriver à satisfaire l’Empereur. Le modèle adopté répond bien à l’idée qui avait présidé à la création de l’ordre :  « Les flèches, au nombre de quarante-deux, réunies en six faisceaux, avec un bandeau sur lequel on lit la devise, sont l’emblème des départements formés par les Etats qui ont été réunis à l’Empire.

Le bas-relief de l’écusson présente le trône impérial, dont le dossier est parsemé d’abeilles. Sur le siège un coussin surmonté d’une couronne de laurier. Les bras du trône sont supportés par deux lions, l’un est l’emblème de la Hollande, l’autre est l’emblème de Florence. Le premier a des flèches sous ses pattes, le second a la fleur symbole célèbre de la capitale de l’Etrurie.  Les deux tridents groupés derrière le trône désignent les villes maritimes de Gênes et de Hambourg.  La louve romaine repose tranquillement au pied du trône et la draperie qui tombe de la foulée du siège est ornées des armes du Piémont » (Extrait d’une note au Conseil d’Etat. Voir aux Archives nationales (AF IV 4682) les rapports de Cambacérès, observations de l’Empereur, projets de dessins, etc.)  Les premières promotions qui eurent lieu les 22 févier, 29 février et 7 mars 1812, ne comprirent guère que des étrangers.  Ainsi, sur 65 grands-croix, il n’y eut que 8 Français, les autres étant Piémontais (4), Romains (8), Toscans (2), Belges ou Allemands (9), Hollandais (33, tous anciens grands-croix de l’Union).  Dès 1813, l’Empereur donna la nouvelle décoration aux Français de tout rang et de tout grade dans l’armée ; il ne s’en montra cependant pas très prodigue, car il n’y eut que 125 grands-croix nommés sur 200 ; 127 commandants sur 1,000 et environ 1,300 chevaliers sur 10,000. Ces chevaliers se répartissaient à peu  près de la manière suivante :  506 Hollandais, précédemment chevaliers de l’Union. 61 Italiens. 91 étrangers. 642 Français. Parmi les commandeurs et les grands-croix, il n’y eut que 2 » commandeurs et 64 grand-croix Français. 

En voici la liste : 

Grands-Croix. 

Fonctions civiles.- Duc de plaisance, comte d’Arjuzon, comte de Beauharnais, comte Bigot de Préameneu, duc de Cadore, comte de Croix, duc de Dalberg ; comtes Daru, Mollien, de Montalivet, de Montesquiou ; archevêque de Malines ; comte de Sussy, Roederer, Régnauld, de Fermon, Boulaye, Muraire, Caffarelly [Caffarellli], Orro, de la Forest ; cardinal Maury ; archevêque de Tours ; comtes de Pélusse, de Saint-Vallier, Garnier, de la Place, Chaptal, Clément de ris, Berthollet, Abrial, Sieyès, de Nicolaï, Roger-Ducos. Services militaires.- Comtes Gassendi, Hullin, Belliard, Ornano ; baron de Latout-Maubourg ; comtes Lefebvre des Nouettes, Gazan de La Ferière, Compans, Molitor, Bonnet ; baron Pernety ; comtes Dulauloy, Souham, Decan ; baron Roguet ; comtes Reille, de Lobau ; Rapp ; duc de Padoue ; comtes Maurice Mathieu, Harispe ; barons Clause, Gérard, ; duc Charles de Plaisance ; comte Chasseloup-Laubat, Morand, Le Marrois, Emeriau, de Missiessy, Beurnonville, Maison, de La Borde, Charpentier ; baron Clausel ; Dupont-Chaumont. 

Commandeurs. 

Baron Corvisart, comte de Villeneuve, l’évêque de Nancy (faisaient tous trois partie de la maison du roi de Hollande et étaient commandeurs de l’ordre de l’Union) ; Bernard , major du 24ème dragons ; de Marçay, général de brigade ; l’évêque de Versailles ; comtes Duchâtel, Français (de Nantes), Béranger, Pelet, Réal ; baron Pasquier ; comtes de la Vallette, Merllin, Martet, Molé, Jaubert ; général Vichery, comte Veiser, général Frésia, barons Fain, Mounier, Habert. 

A la chute de l’Empire, le sort de l’Ordre de la Réunion ne pouvait qu’être douteux. Il était impossible au Gouvernement de la Restauration de conserver une décoration dont l’insigne rappelait trop le régime précédent et dont le ruban était le même que celui d’un des ordres royaux. On chercha cependant une solution qui permît, tout en supprimant la décoration, de donner satisfaction à ceux qui l’avaient reçue, et, dans un projet d’ordonnance rédigé en 1814, on proposa au Roi de les autoriser à se pourvoir auprès du grand chancelier de la Légion d’honneur « a l’effet d’obtenir des brevets de nomination pour être qualifiés dans cette légion et dans les grades correspondants à ceux qu’ils avaient obtenus dans l’Ordre de la Réunion ». 

Les événements de 1815 empêchèrent sans doute cette proposition d’aboutir, car le 28 juillet 1815, une ordonnance du Roi abolit l’Ordre de la Réunion et fit défense à tout Français d’en prendre les titres et d’en porter la décoration. 

Etude publiée en 1900 dans le « Carnet de la Sabretache ». 

———-

J.-L. STALINS, avait fait paraître, aux Editions Bloud et Gay, dans les années 1950 une étude sur cette décoration. Cet ouvrage avait été préfacé par le commandant Henry LACHOUQUE.

 

 

 

 

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
( 7 mai, 2019 )

Les étapes d’un volontaire de 1803…

1803.jpg

L’auteur de ce texte est Alphonse Guichard. Engagé volontaire au 17ème léger, le 4 août 1803, il servit successivement au 7ème, puis au 17ème léger. Il fut nommé sous-lieutenant en 1813, décoré en 1822, lieutenant en 1824. Guichard fut admis à la solde de retraite en 1834, après avoir quitté l’armée depuis quelques années. Son texte porte le titre original de « Récapitulations des lieues de France ». Il est à noter qu’une lieue d’alors valait à peu près 4 kilomètres, ce qui donne la mesure des distances parcourues à pied… Il fut publié la première fois dans la « Revue Rétrospective » en 1886.

MARCHES A PIED.

(Sac à peau, fusil, sabre, giberne, vivres, cartouches et papiers de la comptabilité d’une compagnie).

En France, à diverses époques (1803, 1806, 1808, 1813) : 1.325 lieues

Campagne d’Autriche : 800 lieues

Prusse et Pologne (1807) : 975 lieues

Espagne et Portugal (1807, 1813) : 1.055 lieues

Avec l’épée seulement.

En France, à diverses époques : 1690 lieues

(Sac à peau, fusil, etc., ou l’épée seulement).

Contre-marches, détachements, changements de position, de campement, de cantonnement : 1.180 lieues

Service des gardes, patrouilles, exercices, manœuvres, revues, promenades militaires, corvées : 1.975 lieues.

TOTAL GENERAL pour le service de la France : 9.000 lieues.

Observations.

Cet officier a été reconnu impropre aux fatigues de la guerre par défaut de conformation des jambes et par une hernie inguinale du côté droit, qui l’obligerait à porter en route un bandage herniaire. Malgré ces infirmités, afin de cacher la plus apparente, pour être admis au service de l’armée, tant au sixième arrondissement de Paris pour être enrôlé, qu’à Strasbourg pour son incorporation au 17ème règlement d’infanterie légère, il a refusé, dans les deux visites des docteurs, de descendre son pantalon plus bas que les genoux. Avec d’aussi puissants motifs d’être exempté du service militaire, on ne peut se refuser de convenir qu’il lui a fallu un courage extraordinaire, d’avoir parcouru, à pied et chargé, sans être entré plus souvent aux hôpitaux, pour le service de la France, autant de terrain qu’il y a d’étendue dans la circonférence des quatre parties du monde.

 

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 7 mai, 2019 )

A propos du drapeau de l’île d’Elbe…

Drapeau ile d'Elbe

Dans ses « Mémoires » (Editions AKFG, 2018) Guillaume Peyrusse se trompe à  propos du drapeau de l’île d’Elbe (les mots « fond bleu » figurent bien sur le manuscrit d’origine que nous avons consulté à Carcassonne). On sait que le drapeau de l’île d’Elbe comportait un fond blanc. Le reste de la description faite par Peyrusse est conforme. « C’est à bord de l’Undaunted, dans la journée du 3 mai 1814, que l’Empereur, en route sur [pour] l’île d’Elbe, discuta avec le général Dalesme, commandant supérieur de l’île, le sous-préfet, le commandant de la Garde Nationale et l’administrateur général des mines Pons de l’Hérault, et détermina quelles seraient la forme et les couleurs du nouveau drapeau de l’île d’Elbe ; Napoléon s’inspira d’armoiries de l’ancienne Toscane, datant de Cosme 1er et qui étaient d’argent à bande de gueules [rouge] ; il y ajouta trois abeilles d’or. Le nouvel emblème fut arboré sur Porto-Ferrajo [Portoferraio] le 4 mai [1814], jour de l’arrivée de l’Empereur, et le 9 dans toutes les communes de l’île. »

(Jean Brunon, « Le Pavillon de l’Empereur à l’Ile d’Elbe… », Moulins, Crépin-Leblond, 1932, p.1).

C.B.

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
( 6 mai, 2019 )

« Napoléon aux Cent-Jours… »

07-513187

« Le Napoléon qui revenait en mars 1815 était très différent de celui qui était parti en avril 1814. De gros, il était devenu presque obèse ; c’était un autre homme. Nous avons, par bonne fortune, un portrait tracé, on peut le dire, de main d’artiste, par un peintre-poète, qui maniait la plume mieux que le pinceau. Voici comment Théophile Gautier, qui avait vu Napoléon une seule fois, nous a restitué sa physionomie en 1815 : « J’avais 4 ans alors, et pourtant mon souvenir m’est demeuré très précis. Il était monté sur un petit cheval, à qui les pans d’une grande redingote constituaient une sorte de houssine, recouvrant la croupe et la selle. Il se tenait mal et avait l’air effondré d’un maraîcher qui a voyagé toute la nuit; il avait sur la tête une sorte de chapeau… gris, peu élevé. Il passait devant l’éléphant de la Bastille. Je l’ai bien regardé. Le nez était affaissé et était devenu crochu. Le menton se relevait en pointe de sabot… Les traits étaient, ce jour-là, bouffis et gras. La maladie de foie avait badigeonné son masque d’une teinte jaune  ».

« Je ne puis m’empêcher de croire, consignait de son côté le chancelier Pasquier dans ses Mémoires, que son génie, comme sa force physique, était dans une décadence profonde. » Sa lassitude éclatait manifestement à tous les yeux. « Les incertitudes de la traversée, les risques du débarquement, les palpitantes péripéties de la marche sur Paris, la réorganisation du gouvernement et la réfection de son armée, la préparation de la campagne de Belgique, enfin la reprise de ce travail acharné et écrasant dont il avait depuis un an perdu l’habitude », toutes ces causes réunies suffiraient à expliquer cet épuisement de son système nerveux. On a rapporté que Napoléon avait à cette époque des somnolences fréquentes, qu’on le trouvait sans cesse assoupi sur un livre, et cependant il dormait jusqu’à quinze heures de suite, alors qu’autrefois il avait le sommeil constamment interrompu. On avait remarqué son air préoccupé, triste souvent, indiquant tantôt l’indifférence, tantôt le découragement. C’est un des points qu’a le mieux mis en lumière le brillant historien de 1814 et 1815. « A la fin de mai, écrit Henry Houssaye, il n’était plus l’homme du 20 mars. Il avait gardé intactes les qualités maîtresses de son vaste génie, mais les qualités complémentaires, la volonté, la décision, la confiance avaient décliné en lui. La nature éminemment nerveuse de

Napoléon était soumise aux influences morales… L’esprit influait sur le corps, qui réagissait alors sur l’esprit. « Pendant ces crises, d’une durée assez longue, l’Empereur tombait dans un profond abattement. Il perdait tout espoir et toute énergie. Il avait des heures d’angoisse, où d’horribles visions lui montraient la France vaincue et démembrée. En plein jour, il cherchait dans le sommeil l’oubli momentané de ses souffrances et de ses pensées. Lorsqu’il était seul, il lui arrivait de pleurer. Carnot le surprit en larmes devant le portrait de son fils. L’Empereur n’avait plus en lui le sentiment du succès. Il ne croyait plus à son étoile. »

Le lieutenant-colonel de Baudus, qui fut aide de camp des maréchaux Soult et Bessières, et qui approcha souvent Napoléon en cette qualité, écrit que Napoléon n’était plus, en 1815, l’homme qu’il avait connu auparavant, « si vigilant, si actif, si prompt à profiter de ses  succès, si admirable dans les rapides déterminations de son génie guerrier… On assurait, à cette époque, que Napoléon qui, pendant toute sa vie, avait fait un grand usage du café, en prenait davantage encore en 1815, sans pouvoir parvenir à vaincre totalement l’état de somnolence qui lui était devenu habituel ».

A son retour de l’île d’Elbe, son frère Jérôme lui avait trouvé l’air fatigué; un autre de ses frères, Lucien, déclarait son état plus grave qu’il n’y paraissait ; et, au dire d’un ancien ministre anglais, qui a consacré les loisirs de sa retraite à rédiger le récit « de la dernière phase » de la vie de Napoléon, Lucien aurait consigné par écrit, à ce sujet, certains détails qui n’ont pas été imprimés.

II assura plus tard à M. Thiers, que son frère souffrait alors d’une maladie de vessie. Savary, qui le vit le soir où il quitta Paris pour la Flandre, dit qu’il souffrait cruellement de l’estomac. »

 (Docteur CABANES, « Au chevet de l’Empereur », Albin Michel, Editeur, sans date, pp.258-262).

—-

N’oublions pas que Th. Gautier n’avait que quatre ans !

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
( 5 mai, 2019 )

Une vengeance d’Hudson Lowe ?

hudsonlowe3.jpg

Le fils de l’auteur du « Mémorial de Sainte-Hélène », a été un des plus jeunes témoins de la captivité de l’Empereur. Né en 1800, il  avait donc quinze ans au début de l’épisode hélénien. Le 30 décembre 1816, son père et lui furent expulsés de l’île. Le texte qui suit est un des rares à aborder l’acte de violence à laquelle se livra Emmanuel de Las Cases sur la personne d’Hudson Lowe, en 1822 à Londres. Ecrit par un certain Gabriel Vauthier, il parut la première fois en 1923, dans la « Revue des Etudes Napoléoniennes ».      

On sait quel rôle Hudson Lowe joua auprès de Napoléon. L’Empereur ne fut pas le seul qui eut à souffrir de l’esprit mesquin et agressif de ce personnage. Ses plus dévoués serviteurs ne tardèrent pas à devenir suspects à ce geôlier. Las Cases et son fils âgé de quinze ans furent bientôt éloignés de Sainte-Hélène et envoyés au Cap comme prisonniers. Ils y restèrent huit mois. Revenu en Europe, le jeune homme séjourna successivement en Belgique et en Allemagne ; en 1819, il put rentrer en France sous un nom supposé. Il avait toujours sur le cœur la conduite d’Hudson Lowe à l’égard de son père, de sa propre personne, et surtout de l’Empereur. En 1821, Hudson Lowe était revenu d’Angleterre, où on le mit à la tête d’un régiment, et où il fut bien accueilli par le public. Mais la vérité avait fini par filtrer, celle d’O’Meara, ‘Bonaparte en exil ou la voix de Sainte-Hélène’. Cette même année, le fils de l’auteur ‘Mémorial ‘, Emmanuel, se rendit à Londres, et de sa cravache frappa Hudson Lowe en plein visage. Cet affront sanglant appelait une réparation : l’Anglais se tient coi. Or, le 13 novembre 1825, les journaux publiaient dans les faits divers le récit suivant : « La commune de Passy près Paris, a été hier le théâtre d’un horrible attentat. M. Emmanuel de Las Cases, fils de M. le comte de Las Cases, y a été frappé la nuit de deux coups d’une arme à deux tranchants, l’une sur le cœur, auquel n’a échappé que par un bienfait tout particulier de la Providence, le coup ayant traversé son portefeuille et ne s’étant arrêté que sur un paquet de cartes de visite  dont plusieurs sont percées ; le second coup a produit une blessure grave à la cuisse droite, mais qui ne laisse à craindre néanmoins aucune suite fâcheuse. « M. Emmanuel de Las Cases sortait vers les huit heures et demie de chez son père, où il avait dîné, et retournait à Paris. Il avait fait à peine deux cents pas lorsqu’au coin d’une rue isolée -celle du Haut-Moulin et en communication avec la plaine, il s’est trouvé subitement assailli par deux scélérats. Il en a terrassé un, et allait atteindre l’autre, quand le mauvais état des chemins l’a fait tomber lui-même et a facilité l’évasion des meurtriers. La justice, saisie de cette affaire, est à la poursuite des coupables. » Le ‘Journal des Débats’, d’où est tirée cette citation, termine par ces mots : « M. de Las cases, n’ayant point d’ennemis, pense qu’on s’est trompé. » Cette dernière phrase est bien discrète ; il semble qu’elle ait été écrite à dessein pour empêcher de prononcer un nom que l’on ne tarde pas à avoir sur les lèvres. ‘Le Constitutionnel’ donne des détails plus circonstanciés : « M. de Las Cases se traîna vers la maison de son père, mais son sang coulait avec abondance ; il perdit ses forces et s’évanouit à quelques pas de la porte. Avant de sortir, il avait vu deux hommes à vingt pas auprès la maison. On ignore encore quel a pu être le motif de ce crime. La famille l’attribue à une vengeance particulière, et M. de Las Cases rapporte que l’homme qui l’a frappé parlait à peine français. Le maréchal des logis de la gendarmerie s’est aussitôt rendu sur les lieux pour dresser son procès-verbal et a ordonné une patrouille extraordinaire. Des détachements de la Garde nationale ont aussitôt parcouru les rues de Passy. Jusqu’à présent toutes les recherches ont été infructueuses. » Cette vengeance particulière, la famille n’en ignorait pas l’auteur. Une citation empruntée par ‘Le Constitutionnel’ au  ‘Courrier français ‘ donne ce nom en toutes lettres : « Sir Hudson Lowe, logeant à Paris, rue de Rivoli, Grand hôtel de Paris, avait en même temps un appartement à  Passy, rue Franklin, n°21, qui a occupé depuis le 29 octobre jusqu’au vendredi soir 11 novembre. Il a pris en  personne lundi 14 chez M. Laffitte des lettres de crédit sur la Turquie, et il a quitté Paris mardi 15 entre 6 et 7 heures du soir. La veille de son départ, il disait que, puisque la calomnie le poursuivait, il retarderait le voyage qu’il avait projeté jusqu’à ce qu’on eut reconnu les coupables. Le soir même du 12 novembre, jour de l’assassinat de M. Emmanuel de Las Cases, deux hommes de mauvaise mine se présentent plusieurs fois chez M. Emmanuel, rue Neuve-du-Luxembourg, n°13 [actuellement rue Cambon, Paris 1er], et demandèrent à son portier s’il était allé à Passy, et à quelle heure.

Tous ces détails sont rigoureusement exacts. » Ce qui est singulier, c’est que l’enquête judiciaire n’eut lieu que le 17 novembre :

« Le procureur du roi et M. Brière-Valigny, juge d’instruction, dit ‘Le Moniteur’, se sont rendus hier à Passy auprès de M. le baron de Las Cases, et ont procédé conjointement avec M. le baron Dupuytrens et M. le docteur Marc à l’examen des blessures de M. de Las Cases. Les cochers de cabriolets avaient été appelés hier à la préfecture de police pour faire leur déposition sur un fait qui se rattache à la tentative d’assassinat sur la personne de M. de Las Cases. Il paraît que l’on a su que, le 12 octobre, un cabriolet avait amené deux personnes à la porte de Franklin et qu’il les y avait attendues depuis trois heures jusqu’à huit heures et demie. » Le départ précipité d’Hudson Lowe entraîna la presse à penser qu’il était l’auteur du guet-apens. Il fuit, mais ce n’est pas en Angleterre qu’il se rend ; il va en Allemagne, et le 19 novembre, les journaux signalent sa présence à Francfort. Il suivit un singulier chemin pour aller prendre possessions de ses nouvelles fonctions. En effet, il avait été nommé commandant des forces militaires à Ceylan, ce qui était un poste secondaire et une disgrâce. Ce n’était pas la première qu’il éprouvait, car on lui avait refusé une pension après son retour de Sainte-Hélène. Il voulait se venger avant de partir pour un pays où il était difficile de le poursuivre. Les journaux anglais cités par les nôtres s’occupèrent de l’affaire. « L’un d’eux, le ‘Star’, rejette sur ceux qu’il appelle ‘les bonapartistes’  l’assassinat [terme un peu fort car l'intéressé ne fut "que" grièvement blessé] de M. de Las Cases, parce que, dit-il, on voulait faire tomber les soupçons sur Hudson Lowe ». 

L’affaire fut classée, et la presse ne parla plus de cet attentat. Les meurtriers restèrent donc inconnus. Rappelons qu’Emmanuel de Las Cases fut député du Finistère sous Louis-Philippe et sénateur en 1852. Il mourut rue de la Pompe, le 8 juillet 1854. 

Gabriel VAUTHIER.  

 


Cet incident a peut-être eu lieu dans la rue Scheffer actuelle (16ème arrondissement), appelée à cette époque rue du Moulin, une voie de l’ancien village de Passy.

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
1234
« Page Précédente  Page Suivante »
|