• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 12 juin 2019
( 12 juin, 2019 )

LETTRE du général PETIT au général PELET à propos des JOURNEES de LIGNY et de WATERLOO…

 97018706.jpgCette lettre porte en suscription : « Lettre du général Petit, commandant en 1815 le 1er grenadiers de la Garde à M. le lieutenant-général Pelet, directeur du Dépôt de la Guerre ». Elle fut publiée en 1905 dans le « Carnet de la Sabretache », en annexe à un article consacré à l’infanterie de la Garde à Waterloo. 

C.B. 

Bourges, le 18 mai 1835. 

Mon cher Général, 

Si j’ai tardé à répondre à la lettre que vous m’avez fait l’honneur de m’écrire le 28 [avril ?] dernier, c’est que je me trouve ici tout à fait dépourvu de documents propres à vous donner les renseignements que vous désirez. Je vous avouerai même que le peu de papiers que j’ai conservés sur la fatale journée de Waterloo, se trouvent à Paris, mêlés avec d’autres sur lesquels il me serait impossible de faire mettre les mains pendant mon absence. J’ai donc dû en écrire à monsieur Friant, pour avoir au moins le relevé des situations et des rapports qui furent adressées à son père avant et après la bataille, et pour lui demander quelques-unes de ses souvenirs. Monsieur Friant ne m’a pas envoyé le chiffre du 1er régiment de grenadiers, comme je le désirais ; mais je puis vous assurer que ce régiment, assez fort à son effectif, n’avait plus que quinze cent baïonnettes lorsque nous avons passé  la Sambre. A l’affaire du 16, le 1er régiment de grenadiers déboucha du village de Ligny à la suite des autres régiments de grenadiers vers sept heures du soir. Il se forma ainsi que le 1er régiment de chasseurs à pieds, sur la droite et en avant  du village, faisant face à l’ennemi qui occupait encore les hauteurs, et qu’il n’évacua qu’à la nuit, lors de l’arrivée du corps du comte de Lobau qui prit position en avant des deux régiments. Le 1er de grenadiers n’éprouva la perte que de quelques hommes. La nuit du 17 au 18 juin 1815, le 1er régiment bivouaqua sur la droite de la route, à un quart de lieue de la Ferme du Caillou, ainsi que les autres régiments de la Garde. Le temps était affreux, la troupe en souffrit beaucoup. Le 18, à trois heures de l’après-midi, les huit régiments de la Vieille Garde que les sapeurs et marins étaient en position derrière le centre de l’armée, en avant de la Ferme du Caillou, d’abord à droite puis ensuite à gauche de la route, formés tous en colonne par régiment déployé. Le 1er régiment de grenadiers formait la gauche de la colonne. La Garde resta ainsi jusqu’à quatre heures. En ce moment, l’ennemi faisait des progrès sur notre droite qu’il débordait par le corps du général Bülow qui entrait en ligne. Le corps d’armée de la Jeune Garde, aux ordres des généraux Duhesme et Barois, ayant dû faire  un mouvement rétrograde, les 2èmes régiments de chasseurs et de grenadiers détachèrent chacun un bataillon qui marchèrent à l’ennemi, et le chassèrent du village de Plancenoit. Ce mouvement avait lieu vers six heures. A cette même heure, le 1er régiment de grenadiers se forma en deux colonnes par division, puis plus tard en deux carrés, un par bataillon, qui furent placés, le second bataillon à la droite de la chaussée, sur le sommet de la position dominant le petit chemin qui débouche du village de Plancenoit et vient regagner la route. Il dut jeter des tirailleurs à l’extrémité droite du village pour observer l’ennemi. Plusieurs de ces hommes y furent pris avec l’adjudant-major Farré, dont le cheval s’était abattu dans un fossé ; cet officier  fut blessé.  Le carré du 1er bataillon se forma à la gauche de la grande route, sur le mamelon où était d’abord l’Empereur. Il y fut joint par six pièces de 8 et par les marins et les sapeurs de la Garde. A sept heures, l’ordre fut donné de porter en avant les deux derniers régiments de grenadiers et les deux derniers régiments de chasseurs, et de les former en carrés par bataillon, à la gauche de la route. Un bataillon de grenadiers fut détaché à une portée de canon sur la gauche, pour y observer l’ennemi qui prononçait un mouvement de ce côté. L’Empereur même s’y porta de sa personne, et ce bataillon forma sa gauche. Les 4èmes de grenadiers et de chasseurs, dont l’effectif était faible, et qui avaient souffert dans la journée du 16, ne formèrent chacun qu’un seul bataillon.  Ce fut donc seulement cinq bataillons qui s’avancèrent alors contre le fort de l’armée anglaise, ils étaient ainsi disposés : Le 1er bataillon du 3ème de grenadiers avait sa droite appuyée à  la grande route : en arrière et à sa gauche, les 4èmes de chasseurs et de grenadiers et ensuite le 3ème de chasseurs. Ainsi formés par carrés en échelons, ils se portèrent en avant, le général Friant à la tête du 1er bataillon du 3èmede grenadiers, marchant parallèlement à la route, les autres suivant dans le meilleur ordre, conservant leurs distances jusqu’au-delà de La Haie-Sainte qu’ils dépassèrent, poursuivant l’ennemi au pas de charge, malgré les pertes qu’un grand feu d’artillerie et de mousqueterie leur faisait éprouver. Dans ce moment, le général Friant fut grièvement blessé, et dut se retirer. Le général Michel, peu d’instants après, fut tué, ce qui occasionna de l’hésitation parmi la troupe. Elle s’arrêta, mais à la voix du général Poret, elle continua son mouvement en avant aux cris de « Vive l’Empereur ! ». Le maréchal Ney était à pied, l’épée à la main, en tête du bataillon du 3ème régiment de grenadiers. L’ennemi se retirait en désordre ; sa première batterie un moment fut en notre pouvoir. Cependant le général anglais faisait avancer de nouvelles forces en infanterie, cavalerie et artillerie, qui firent bientôt éprouver de grandes pertes à nos troupes. Le général Roguet arriva alors avec les deux deuxièmes bataillons des deux deuxièmes régiments de grenadiers et de chasseurs ; comme vous vous y trouviez, mon cher général [Erreur : le général Pelet était à Plancenoit avec le 1er bataillon de son régiment, 2ème chasseurs (Note du « Carnet de la Sabretache »)], le résultat du reste de ce mouvement vous est connu. Pendant que ceci avait lieu, les divisions de  la Jeune Garde, sur notre droite, avaient dû abandonner leur position ; le général Duhesme, commandant en chef, était resté sur le champ de bataille ; le général Barois, grièvement blessé, s’était retiré. En avant, sur notre gauche, le 2ème bataillon du 3ème régiment de grenadiers avait été joint par le 2ème bataillon du 1er chasseurs (le 1er était détaché au quartier-général) ; mais les efforts de l’ennemi les obligèrent à la retraite, le général Cambronne laissé pour mort sur le champ de bataille.

L’Empereur arriva alors au carré du 1er bataillon du 1er régiment de grenadiers. Dans ce fatal moment, il ne restait plus en ordre que les deux carrés de ce régiment, placés, comme il a été dit plus haut, à droite et à gauche de la route. Tout fuyait de toutes parts. Par ordre de l’Empereur, je fis battre la Grenadière ; un assez grand nombre des hommes de la Garde vinrent se rallier à mes carrés qui, de trois rangs qu’ils étaient, se trouvèrent sur huit et dix de hauteur. La batterie de 8 faisait feu, mais n’arrêtait pas le mouvement de l’ennemi. L’Empereur ordonna alors le mouvement de retraite qui eut lieu dans le meilleur ordre, faisant des haltes fréquentes, ou marquant le pas comme à l’exercice pour laisser arriver les dernières faces ou les tirailleurs qui nous couvraient. Plus loin, les deux carrés s’étant réunis sur la route, furent rompus et formés en colonne. L’ennemi suivait, mais sans beaucoup nous inquiéter. Comme le 1er régiment arrivait sur Genappe, une terreur panique avait saisi les soldats du train d’artillerie. Ils avaient coupé les traits de leurs chevaux, renversant leurs pièces et leurs caissons, faisant feu sur nous, de manière à ce que le village et les chevaux se trouvèrent tellement encombrés qu’il fallut tourner le village par sa gauche. Le 1er régiment marcha à travers champs par des sentiers et chemins divers pendant toute la nuit. Arrivé aux portes de Charleroi, nous trouvâmes cette ville tellement encombrée, qu’il fallut que le 1er régiment défilât homme par homme pour la traverser. On se reforma à portée de canon de l’autre côté de le Sambre. Vers midi, on se remit en marche pour se rendre à Beaumont où le général Roguet réunit tout ce qui arriva sur ce point de la Garde, et il fit prendre position le soir, à environ trois quarts de lieue de l’endroit, à ces tristes débris de tous les régiments qui avaient suivi cette même route. Une partie avait pris sur Philippeville.  Le 20 juin, la colonne se dirigea sur Avesnes d’où elle gagna Soissons les jours suivants, en s’arrêtant quelques jours à Laon où se reformait l’armée. La perte du 1er régiment sur le champ de bataille ne fut pas considérable ; il ne perdit du monde que le soir. 

Agréez, mon cher général, mes sentiments les plus dévoués. 

Le lieutenant général commandant la 15èmedivision militaire. 

Signé : PETIT. 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
|