( 21 juin, 2019 )

Vers l’abdication (1815)…

Napoléon 1er

Louis Marchand, premier valet de l’Empereur, assiste dans l’intimité, heure par heure, à l’enchaînement des faits qui conduisent à la seconde abdication de Napoléon, le 22 juin 1815.

L’Empereur, voulant faire connaître toute la vérité de la situation aux Chambres et au pays, rédigea le bulletin de la bataille, et l’expédia à Paris par un courrier. S’il eut l’intention, en ralliant son armée sous Laon, d’y rester, ce ne fut sans doute qu’une pensée d’un moment : car il me donna l’ordre de monter en chaise de poste et de me rendre à l’Elysée où il voulait être le lendemain. Je ne fis que le précéder de quelques heures.

Ses amis, craignant pour sa personne, ne virent pas sans danger une détermination qui le plaçait au milieu des factions où s’agitaient les passions et le trouvaient bien plus fort à la tête de l’armée, qu’il ne pouvait l’être à Paris. L’Empereur, uniquement occupé de sauver le pays et non sa personne, pensa qu’un exposé rapide et vrai des événements réveillerait les sentiments patriotiques des représentants, et qu’avec lui les Chambres ne désespéreraient pas du salut de la patrie. Secondé par elles, la nation se levait comme un seul homme et l’Empereur ramenait la fortune sous nos drapeaux. Fort de ce sentiment d’amour pour le pays, il ne craignit ni d’y perdre son trône, ni d’y laisser sa vie. La nation et l’armée ne lui manquèrent point, mais les Chambres manquèrent au pays.

 Le 21 juin, l’Empereur arriva à l’Elysée à 5 h30 du matin ; il y fut reçu au perron par le duc de Vicence [Caulaincourt] dans lequel il put épancher la douleur de son âme et l’énergie de son esprit. Il fit demander M. le comte de La Valette qui arriva aussitôt. L’Empereur ne s’était point débotté depuis la bataille, les officiers qui l’accompagnaient, et lui, succombaient à la fatigue. Je demandai si Sa Majesté voulait qu’on lui préparât son bain, il me dit qu’il en avait besoin pour se rafraîchir. Paris qui s’était endormi dans l’enthousiasme de la victoire de Ligny, ne comprenait rien à cette arrivée inopinée de l’Empereur. Dans toutes les bouches commençait à circuler le mot de « trahison » jusqu’au moment où le bulletin de Waterloo vint lui apprendre et nos malheurs et nos ressources. Le bulletin connu à Paris avait exalté toutes les têtes, et les passions que l’Empereur se promettait d’éteindre par une victoire se déchaînèrent aussitôt contre lui à son retour.

Le bain préparé, l’Empereur put se jeter dedans. Le duc de Vicence [Caulaincourt], le comte de La Valette l’accompagnèrent à la salle de bains. En se mettant au bain, l’Empereur dit au duc de Vicence de faire assembler le Conseil des ministres ; il adressait quelques reproches aux maréchaux Ney et Grouchy sur l’inexécution d’ordres qu’ils avaient dû recevoir, et qui n’eurent point leur exécution.

— Singulière destinée, dit-il, où trois fois j’ai vu s’échapper de mes mains le triomphe assuré de la France : sans la désertion d’un traître, j’anéantissais l’ennemi en entrant en campagne, je les écrasais à Ligny si la gauche eût fait son devoir, et je les écrasais à Waterloo si la droite n’eût pas manqué au sien. Enfin, dit-il, tout n’est pas perdu ; après des prodiges de valeur, une terreur panique s’est emparée de l’armée. Je vais rendre aux Chambres un compte exact de ce qui s’est passé, j’espère que la présence de l’ennemi sur le sol de la France, rendra aux députés le sentiment de leur devoir, que ma démarche pleine de franchise les ralliera autour de moi.

M. le baron de Méneval, au premier bruit de l’arrivée de l’Empereur, était accouru à l’Elysée ; il fut introduit chez l’Empereur au moment où Sa Majesté se disposait à rentrer dans sa chambre à coucher. Je croyais que l’Empereur allait se mettre un instant au lit comme il en avait l’habitude, mais il me dit qu’il allait s’habiller et faire sa barbe ; dans le même moment, on lui annonçait le prince Joseph et le prince Lucien qu’il entretint des événements précédents. Le prince Lucien lui dit que déjà avaient transpiré nos malheurs, que les esprits étaient agités, qu’il y avait tout à craindre de la délibération de la Chambre dans le mauvais vouloir de quelques membres :

— Il faut ranger dans ceux-ci, répondit l’Empereur, La Fayette qui ne manquera pas d’ameuter contre moi : ils s’imaginent que les Alliés n’en veulent qu’à ma personne, et ils ne voient pas qu’en se séparant de moi, ils perdent la France.

On vint prévenir l’Empereur que le Conseil des ministres était assemblé. L’Empereur y passa suivi des princes Joseph et Lucien. Il était facile de voir, m’a-t-on dit, sur le visage de quelques ministres la consternation, la crainte et le découragement dans ce conseil où se débattaient de si grands intérêts. Le mot d’abdication en faveur du roi de Rome se fit entendre. L’Empereur qui voulait avant tout sauver la France et qui apprenait l’état d’insurrection de la Chambre, laissa entrevoir la possibilité qu’il y consentît, mais confiant encore dans le patriotisme de beaucoup de ses membres, il envoya comme commissaire le prince Lucien et les ministres Carnot, Fouché, Caulaincourt et Davout qui quittèrent l’Elysée à 3 heures de l’après-midi :

— Allez, leur dit l’Empereur, parlez de l’intérêt de la France qui doit être cher à tous ses représentants ; à votre retour, je prendrai le parti que me dictera mon devoir.

Le prince Lucien, chargé de rendre compte des événements et des résultats de la bataille, demanda à la Chambre son concours pour les mesures nécessaires à prendre dans ce moment de danger. La Chambre paraissait se rallier à l’éloquence de cet orateur, lorsque La Fayette ramena la discorde au point de ne pouvoir plus compter sur elle. Le prince Lucien, plein d’une noble indignation contre les représentants qui méconnaissaient à ce point tout ce qu’il y avait de grand, de généreux et de dévoué dans la conduite de l’Empereur, qui pouvait aux termes de la loi dissoudre cette Chambre en état d’hostilité contre lui, lui conseilla de la renverser. L’Empereur n’en fit rien, mais il était indigné de la violence qui lui était faite.

Le peuple inquiet s’était porté en foule dans l’allée de Marigny. Je rentrais en voiture par les Champs-Elysées, lorsque, au tournant de cette allée, la foule m’empêcha de pénétrer plus avant, je mis pied à terre et je dis au cocher de se rendre aux écuries. Je me laissai porter par la foule jusque sous la terrasse où se promenait l’Empereur avec le prince Lucien. La foule était immense et chaque fois que l’Empereur apparaissait au bout de la grande allée où il se promenait, c’était des cris de : « Vive l’Empereur ! » qui sortaient de poitrines qui avaient la rage dans le cœur et qui demandaient des armes et un mot pour écraser l’ennemi intérieur et marcher vers celui qui s’avançait sur Paris. Un mot, et certes, les victimes étaient choisies et tombaient sous la vengeance du peuple. Il a, certes, fallu un courage surhumain chez l’Empereur pour ne pas se laisser entraîner à cet enthousiasme populaire. Sa grande âme resta calme, la France lui en sera à jamais reconnaissante : car, c’était la guerre civile ajoutée à la guerre étrangère.

Je me rappelle parfaitement d’un moment où le prince Lucien et l’Empereur, arrivant au bout de l’allée, le prince Lucien semblait lui dire :

— Laisserez-vous tant de cris impuissants sans en profiter pour servir la France.

Ce prince, dans une brochure publiée par lui en 1835, intitulée : La Vérité sur les Cent-Jours, nous apprend ce qui se passait alors dans son âme et dans celle de son frère :

« En face, vingt mille cris de : “Vive l’Empereur ! et la sublime expression qui éclatait dans les traits de Napoléon ; subjugué par la circonstance, j’interrompis un silence de plusieurs minutes en lui disant :

« — Eh bien ! vous entendez ce peuple ? Il en est ainsi par toute la France ! l’abandonnerez-vous aux factions ?

« — Suis-je plus qu’un homme, me dit-il en s’arrêtant, et répondant par un salut de la main aux cris d’enthousiasme de la foule, suis-je plus qu’un homme pour ramener mille députés égarés à l’Union qui peut seule nous sauver ? ou suis-je un misérable chef de parti pour allumer inutilement la guerre civile ? Non, jamais. En Brumaire, nous devions tirer l’épée pour le bien de la France, pour le bien de la France nous devons aujourd’hui jeter cette épée loin de nous. Allez essayer de ramener les Chambres, je puis tout avec elles, je pourrais beaucoup sans elles pour mon intérêt, mais je ne pourrais pas sauver la Patrie. Allez, je vous défends surtout de haranguer en sortant ce peuple qui me demande des armes, je tenterai tout pour la France, je ne veux rien tenter pour moi.

« Telles sont les paroles, dit ce prince, qui sortirent de la bouche de Napoléon. Mes yeux se remplirent de larmes, et pour la première fois de ma vie, je tombai à ses genoux, admirant du fond du cœur ce Père de la Patrie, trahi, méconnu par des représentants égarés. »

Ajoutons que cette sublime abnégation valut à ce grand homme le rocher de Sainte-Hélène pour prison.

Puisque j’ai cité les paroles de l’Empereur que ce prince nous a conservées, disons aussi que, dans la même brochure, il repousse avec indignation une accusation assez répandue alors, qu’il poussait à l’abdication de l’Empereur en faveur du roi de Rome pour en avoir la régence :

« Ai-je jamais fait une lâcheté pour acquérir un trône ? dit ce prince. Si Napoléon II eût succédé à son père, quelle prétention pouvais-je avoir à la régence ? Notre famille n’avait-elle pas pour son chef mon aîné, le prince Joseph, l’un des esprits les plus éclairés, ce frère qui m’a servi de père dans mon enfance ? Nous ne sommes pas d’un sang à répondre à la tendresse par l’ingratitude, à supplanter lâchement par de sourdes menées notre chef de famille et à sacrifier souvenirs et conscience à la triste rage du pouvoir.

« Personne n’ignore que pendant ma retraite en Italie, je reçus plusieurs fois l’offre d’être rappelé au pouvoir, ou en France ou sur un trône étranger, les lettres de ma famille, celles de Talleyrand et de Fouché qui furent tour à tour chargés de me faire accepter les offres de Napoléon, il n’est pas que je pense très commun de faire de pareils refus, et c’est du moins une présomption assez probable qu’on n’est pas dévoré d’ambition. »

Après avoir rapporté cet article qui réfute le bruit répandu alors, et par lequel il se disculpe de cette calomnie, je reviens à la Chambre des Députés où il avait été envoyé par l’Empereur. Qui trouva-t-il ? La permanence établie en violation de la Charte : la crainte d’une dissolution lui avait fait prendre cette détermination à l’instigation du général La Fayette dont le patriotisme égaré lui faisait servir la cause de l’ennemi au lieu de celle de son pays. La Chambre des pairs dans laquelle le maréchal Ney avait porté le trouble par un récit exagéré de nos malheurs à Waterloo ne se montra pas plus sage. Fort de nos divisions et d’assurances données, l’ennemi s’avança à tire-d’aile sur Paris.

A 11 heures du soir, il y eut conseil sous la présidence du prince Lucien ; la résolution qu’on y prit fut portée à la Chambre et fut combattue par M. de La Fayette, il dit qu’elle ne répondait point à l’attente générale et qu’une abdication seule pouvait faire cesser la crise où se trouvait la France. C’était ainsi que, tandis que Carnot voyait la perte du pays dans l’abdication de l’Empereur, d’autres la pressaient de tous leurs pouvoirs.

L’Empereur, n’usant pas de son droit de dissoudre les Chambres, ne recula que devant la guerre civile. Comme magistrat suprême du peuple français, dans ses pensées d’ordre et de bonheur pour la France, il ne pouvait marcher qu’avec le concours que les Chambres lui refusaient. Il abdiqua, rien n’était plus constitutionnel, et prouve mieux que le but de sa politique était une monarchie appuyée sur ces principes. S’il eût agi autrement, et que la guerre civile s’en fût suivie, on eût appelé l’anathème sur sa tête, et on l’avait rendu responsable de tout le sang versé dans cette occasion.

Lorsque l’Empereur eut connaissance de la résolution prise par la Chambre, et qu’on méconnaissait son offre de dévouement au pays, il dit au prince Joseph :

— Ce sont des fous, et La Fayette et ses amis des niais politiques : ils veulent mon abdication et tremblent que je ne la leur donne pas. Je la leur donnerai en les rendant responsables des maux qui vont fondre sur la France. On veut que j’abdique en faveur de mon fils, c’est une dérision quand les ennemis sont aux portes de Paris et les Bourbons derrière eux. Unis, nous pouvions nous sauver ; divisés, nous sommes sans ressources.

Il était près d’une heure lorsque la déclaration ci-jointe, « Déclaration au peuple français » fut portée aux deux Chambres, à celle des Pairs par le comte Carnot, à celle des Représentants par le duc d’Otrante [Fouché] :

Le 22 juin.

« Français ! en commençant la guerre pour soutenir l’indépendance nationale, je comptais sur la réunion de tous les efforts, de toutes les volontés et sur le concours de toutes les autorités nationales, j’étais fondé à en espérer le succès, et j’avais bravé toutes les déclarations des puissances contre moi. Les circonstances me paraissent changées. Je m’offre en sacrifice à la haine des ennemis de la France. Puissent-ils être sincères dans leurs déclarations, et n’en avoir voulu réellement qu’à ma personne. Ma vie politique est terminée, et je proclame mon fils sous le titre de Napoléon II, empereur des Français. Les ministres formeront provisoirement le Conseil du gouvernement, l’intérêt que je porte à mon fils, m’engage à inviter les Chambres à organiser sans délai la régence par une loi. Unissez-vous tous pour le salut public et pour rester une nation indépendante. »

Napoléon.

Pendant qu’on mettait au net l’acte d’abdication, l’Empereur se promenait dans le jardin de l’Elysée, avec ses frères ; l’allée de Marigny comme la veille était pleine de peuple faisant entendre les cris mille fois répétés de : « Vive l’Empereur ! » Sa Majesté saluait cette multitude empressée de le voir, lorsqu’on vint le prévenir qu’il n’avait plus qu’à signer, il y fut avec empressement et revint dans le jardin trouver ses frères et continuer sa promenade. Quelques cris : « A bas les prêtres ! » se faisaient aussi entendre. Les Chambres reçurent donc cette abdication tant désirée, elles délibérèrent sur cette communication, et dans l’après-midi, une députation de chacune d’elles vint lui exprimer la reconnaissance avec laquelle elles acceptaient son noble sacrifice.

L’Empereur répondit à l’une et à l’autre de ces députations :

« Je vous remercie des sentiments que vous m’exprimez, je désire que mon abdication puisse faire le bonheur de la France, mais je ne l’espère point, elle, l’Etat sans chef, sans existence politique ; le temps perdu à renverser la monarchie, aurait pu être employé à mettre la France en état d’écraser l’ennemi, je recommande à la France de renforcer promptement les armées. Qui veut la paix doit se préparer à la guerre. Ne mettez pas cette grande nation à la merci des étrangers, craignez d’être déçus dans vos espérances. C’est là qu’est le danger. Dans quelque position que je me trouve, je serai toujours bien si la France est heureuse ; je recommande mon fils à la France, j’espère qu’elle n’oubliera pas que je n’ai abdiqué que pour lui. Je l’ai fait aussi, ce grand sacrifice, pour le bien de la nation. Ce n’est qu’avec ma dynastie qu’elle peut espérer être libre, heureuse et indépendante. »

Le soir à son coucher, l’Empereur me demanda quel effet produisait dans Paris, son abdication :

— Sire, lui dis-je, avec la plus profonde tristesse et la plus vive émotion, on ne la comprend pas, on est étonné que Votre Majesté ne renverse pas la Chambre et qu’Elle ne prenne pas la dictature dans un moment aussi grave. Paris est effrayé de l’approche de l’ennemi, il est sans confiance dans les hommes qui sont à la tête des affaires et toutes les personnes que j’ai vues aujourd’hui disent que c’est les livrer poings et mains liés. On accuse le ministère de trahison, les esprits sont tellement irrités qu’ils semblent vouloir des victimes, et il ne faut qu’un mot de Votre Majesté pour qu’ils en trouvent dans le ministère et dans la Chambre. Chacun, Sire, est bien convaincu de n’avoir point le roi de Rome, et qu’il va falloir en passer par la vengeance des Bourbons.

— L’abdication, m’explique l’Empereur peut seule sauver la France, en présence de l’abandon des Chambres ; agir autrement que je ne le fais serait amener une guerre civile dont j’aurais le sang versé à me reprocher : je ne le veux pas.

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ Vers l’abdication (1815)… ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|