( 23 juin, 2019 )

Napoléon à l’île d’Elbe, vu par Guillaume Peyrusse.

NN1

Rappelons que Peyrusse occupait depuis le 11 mai 1814 les fonctions de « Trésorier général des revenus de l’île d’Elbe et payeur de toutes les dépenses ».

«Pendant mon séjour à l’île d’Elbe, ayant eu souvent l’honneur d’être admis à travailler, à dîner, à jouer avec Sa Majesté l’Empereur, j’ai pu facilement contempler cet homme extraordinaire. A cette époque de sa vie Napoléon avait quarante-six ; sa taille était de cinq pieds un ou deux pouces, sa tête était grosse ; ses yeux bleu clair ; ses cheveux châtain foncé et rares ; les cils de ses paupières étaient plus clairs que ses sourcils, qui étaient comme ses cheveux ; il avait le nez bien fait et la forme de la bouche gracieuse et d’une extrême mobilité » ; ses mains étaient remarquablement belles et éclatantes de blancheur, il avait le pied petit, il était bien fait et bien proportionné à sa taille ; ses gants étaient simples ; sa seule recherche se bornait à une extrême propreté, ses vêtements n’avaient rien de remarquable. On a parlé de son goût pour le tabac, j’ai souvent remarqué qu’il en perdait plus qu’il n’en prenait ; c’était plutôt une manie, une sorte de distraction qu’un besoin réel ; ses tabatières étaient fort simples, ovales, en écaille noire doublées d’or, toutes parfaitement semblables, et ne différant entre elles que par les belles médailles antiques et en argent qui étaient encastrées sur le couvercle.S.M. portait presque toujours l’uniforme des chasseurs de la Garde, veste et culotte blanches. On a beaucoup parlé du goût passionné de l’Empereur pour les femmes : sans doute S.M. ne fut pas exempte de ces faiblesses amiables ; mais je crois que l’on a singulièrement exagéré leur nombre. L’Empereur trichait au jeu ; souvent nous voulions bien ne pas nous en apercevoir, mais S.A. Madame Mère, dont j’avais souvent l’honneur d’être le vis-à-vis, usait quelque fois d’un droit que nous ne pouvions nous permettre. « Napoléon, vous vous trompez ». S.M., se voyant découvert, passait sa main sur la table, brouillait tout, prenait nos napoléons, rentrait dans son intérieur où nous ne pouvions le suivre, et donnait note argent à Marchand, son valet de chambre, qui, le lendemain, le rendait aux volés.

L’Empereur, qui connaissait les hommes, ignorait les femmes ; il n’avait pas vécu parmi elles : aussi ne les comprenait-il pas ; il dédaignait une si futile étude ; ses sensations étaient matérielles, il n’aimait pas les femmes savantes, ni qu’elles sortissent de leurs attributions de famille ; une femme était à ses yeux une gracieuse créature, mais l’amour une folle préoccupation ».

 Écrit à Porto-Ferrajo [Portoferraio], le 17 janvier [1815].« On aime en général à connaître jusqu’aux moindres habitudes de ceux qu’un grand talent ou une vaste renommée ont élevé au-dessus de leurs semblables. L’Empereur avait le crâne proéminent, figure pâle et allongée, habitude méditative de la physionomie, mobilité dans le regard, yeux vifs, perçants, tantôt doux, tantôt sévères. Il avait une physionomie pour chaque pensée. Il avait de belles mains, il tenait beaucoup à cette beauté, il en avait un soin extrême ; en causant il les regardait avec complaisance. En [se] promenant, il marchait un peu courbé, les mains croisées derrière le dos. Quand il était de bonne humeur, ses petites caresses ordinaires consistaient en petits soufflets ou à pincer légèrement le bout de l’oreille. Il ne croyait pas à la médecine ni à l’efficacité des remèdes qu’elle ordonnait. Il en parlait comme d’un art parfaitement conjectural. S.M. n’avait d’opinion arrêtée que pour la chirurgie. Il avait une raison forte qui n’admettait que les vérités démontrées. »

 Guillaume PEYRUSSE.

(« Lettres inédites de Guillaume Peyrusse écrites à son frère André.. », Perrin et Cie, 1894, pp.231-234).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ Napoléon à l’île d’Elbe, vu par Guillaume Peyrusse. ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|