• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 24 juin 2019
( 24 juin, 2019 )

Le capitaine Louis Bégos.

06-513498

Le Suisse Louis Bégos a tout juste seize ans, lorsqu’il embrasse la carrière des armes. Il s’engage dans un bataillon helvétique. « Les souvenirs de mes premières campagnes en Suisse n’ont rien de bien séduisants, car c’était la guerre civile, au nom de la République helvétique une et indivisible, et la guerre civile est toujours un malheur », peut-on lire au début de ses « Souvenirs des campagnes ». Au printemps de 1807, nous retrouvons l’auteur dans les rangs du 2ème régiment suisse, nouvellement créé. Nommé adjudant-majour avec rang de lieutenant, Louis Bégos et ses compagnons d’armes prennent la route du Portugal.

 « Partis de Marseille, vers la fin du mois d’août 1807, par une chaleur caniculaire, nous arrivâmes non sans peine, à Bayonne, vers la fin de septembre, après trente-six jours d’étapes. Pour ce qui me concernait, j’avais une lourde tâche, car ce n’est ni un petit travail ni un badinage que d’être adjudant-major d’un bataillon où soldats et officiers sont de nouvelles recrues », note l’auteur. Dès son entrée au Portugal, Louis Bégos décrit avec de nombreux détails les heurs et malheurs du soldat dans sa vie quotidienne. « Arrivant dans un village pillé, nous n’avions plus aucune ressource. Les premiers corps de l’armée française ayant passé plusieurs jours avant nous, il nous fallait, bien qu’exténués de fatigue, aller à la recherche de villages habités ». Plus tard, nous le retrouvons dans la place forte d’Elvas, assiégée par les anglais et les Espagnols.

 « Nous étions à peine 1400 hommes pour défendre Elvas. Ces forces étaient insuffisantes, puisque les forts contenaient plus de 800 pièces d’artillerie ». Étant tombé gravement malade, Bégos doit quitter son service et lorsqu’il retrouve la ville, la situation s’est considérablement aggravée « en raison des assassinats qui se commettaient à chaque instant sur les soldats ». S’en suit un long récit des événements qui émaillèrent ces journées. Le bombardement de la ville est décrit avec beaucoup de détails intéressants. Le 17 septembre 1808, Elvas capitule et après une dernière riposte très vive de la part des suisses, l’adjudant-major Bégos reçoit l’ordre formel de déposer les armes. « Le 1er octobre 1808, toute la garnison suisse et française quitta Elvas, au nombre de 1400 hommes, dont mille à peu près formaient l’effectif de notre bataillon, qui, en entrant au Portugal, comptait plus de 1200 combattants », et il ajoute : «  Nous sortîmes des forts d’Elvas avec tous les honneurs de la guerre : tambour battant, mèche allumée et aigles déployées. Les bourgeois d’Elvas étaient étonnés de nous voir en si bon état, après avoir été assiégés par une armée de huit mille hommes, qui ne nous laissaient aucun repos ni jour ni nuit ». Arrivés à Lisbonne début octobre, les troupes françaises sont expédiées en France par voie navale. Après quelques mésaventures, Bégos atteindra finalement les côtes de France en janvier 1809. L’année suivante, il est promu au grade de capitaine-adjudant-major. Après une période de calme toute relative, le 4ème régiment suisse est expédié en Russie ; nous sommes début 1812. Six mois plus tard il traverse le Niémen. Une nouvelle partie de son récit commence, avec toujours ce souci du détail :

 « La viande était abondante, mais, en septembre, le pain était rare, ainsi que les légumes et le sel… Nos quatre régiments suisses formaient encore un ensemble respectable, et, quoique nous eussions peu d’occasions de nous voir réunis, notre réputation n’en était pas moins parfaitement établie dans le second corps d’armée [duquel son régiment fait partie]. Nos avant-postes étaient à une demi-heure environ de nos bivouacs ; notre 2ème régiment était établi sous des baraques, car les bois ne manquaient pas. », écrit le mémorialiste.

Il participe à la bataille de Polotsk, le 18 octobre 1812, et l’évoque longuement : « Le feu de l’infanterie et l’artillerie russes portait la mort dans nos rangs. Notre colonel comprit que l’attaque à la baïonnette était le moyen le plus prompt et le plus énergique pour reprendre l’avantage. Il ordonna de battre la charge. J’étais à la tête de l’un de nos bataillons ; nous marchons droit à l’ennemi avec une impétuosité telle que nous reprîmes sur lui tout l’avantage qu’il paraissait avoir eu quelques instants auparavant. ». Au cours de cette mémorable bataille, l’aigle du régiment manquera d’être prise par les Russes.

Le capitaine-adjudant-major Bégos en profite pour corriger au passage l’historien Adolphe Thiers qui sous-estime l’action des troupes suisses lors de la journée de Polotsk (et lors de la campagne de Russie en général). Plus tard, l’auteur assiste au passage de la Bérézina (où il sera blessé) qu’il évoque longuement. « Nous passâmes sur la rive droite de la Bérézina. Le pont me parut peu solide. Nous le traversâmes avec le vaillant régiment de cuirassiers, colonel Doumerc, et les Suisses des trois autres régiments, en tout environ huit mille hommes d’élite. C’était le 27 novembre [1812] au soir. En débouchant sur la rive droite, nous rencontrâmes quelques voltigeurs d’avant-garde russe, qui furent délogés dans la soirée », note Bégos. Il n’oublie dans cette partie de son livre le froid intense, la neige incessante et précise aussi par une nuit dans un bivouac de fortune : « La faim et la soif nous talonnaient, et nous sentions que, le jour venu, nous aurions de rudes combats à soutenir ».

Terriblement affaibli, l’auteur manquera de trépasser lors de ces journées douloureuses pour toute la Grande-Armée. Il sera sauvé par un groupe de lanciers mais devra subir l’amputation d’une partie du pied gauche, atteint par la gangrène. « Quarante-quatre ans se sont écoulés dès lors, mais je crois encore entendre ce bruit strident qui se communiquait à tous mes nerfs, car alors le chloroforme n’était pas inventé ! » déclare  Louis Bégos.

Laissons encore à l’auteur le mot de la fin : « Mes souffrances et les blessures que je reçus à la Bérézina n’ont rien changé à mon amour pour mon pays et à mon admiration de vieux soldat pour le grand capitaine, l’empereur Napoléon ». Il s’éteindra en 1859 [1].

C.B.


[1] C’est cette même année que seront publiés ses « Souvenirs des campagnes » (A Lausanne, Librairie A. Delafontaine [Place de la Palud]). Ce livre fit l’objet d’une souscription dont les bénéfices furent versés aux quatre petits-enfants de l’auteur, comme ce dernier l’avait exigé.

 

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
( 24 juin, 2019 )

Une écrite de Paris, par J. Hobhouse…

Hobhouse1« Paris, juin 1815.

« Le Moniteur du 17 est rempli par le rapport du duc de Vicence [général de Caulaincourt], qui contient un manifeste contre la conduite des alliés, accompagné de documents que la Chambre des représentants avait paru demander dans son adresse à l’Empereur , et qui tendent à prouver que Napoléon a fait tout ce qui était en son pouvoir pour conserver la paix en Europe, -qu’il avait enfin été forcé à faire une guerre déjà commencée par l’ennemi, et qui exigeait sa présence aux armées.» Les Anglais, dit le duc, les Prussiens, les Autrichiens sont en ligne; les Russes sont en pleine marche ; la tête de leur première colonne  a passé à Nuremberg le 19 mai, et est maintenant sur les bords du Rhin. L’empereur de Russie et le roi de Prusse ont quitté Vienne le 26 mai, et l’empereur d’Autriche le 27. Ces souverains sont maintenant à la tête de leurs armées, et votre Majesté est encore à Paris. Sire, tout délai ultérieur compromettrait les  intérêts de la patrie. »

Je présume bien que ni en France, ni en Angleterre, Napoléon ne manquera pas d’excuse pour avoir porté le premier coup, à moins que M. Grattan ne prétende qu’il eut dû se laisser saigner sans résistance. Le Moniteur contient un petit bulletin daté de Charleroi le 15 juin, à neuf heures du soir, et conçu en ces termes : « L’armée a forcé le passage de la Sambre près Charleroi, et chassé  les avant-postes à mi-chemin de Charleroi à Namur et de Charleroi à Bruxelles. Nous avons fait quinze cents prisonniers et pris six pièces de canon. Quatre régiments ont été taillés en pièces. L’armée de l’Empereur a peu souffert, mais il a fait une perte sensible par la mort du général Letort, son aide-de-camp , qui fut tué sur les hauteurs de Fleurus en conduisant une charge de cavalerie. L’enthousiasme des habitants de Charleroi et des autres pays que nous traversons ne saurait se décrire. »

Le journal du 18 donne enfin le détail officiel de ce premier combat et la proclamation de l’Empereur à son armée, datée d’Avesnes le 14 juin. Elle est modelée sur toutes les autres. Il dit à ses soldats qu’il leur parle le jour anniversaire de Marengo et de Friedland. Une dépêche du maréchal Suchet annonce l’affaire de Montmélian.

Dans une lettre du 16, l’Empereur a écrit de sa propre main: « Letort va mieux. » Les Français savent apprécier cette sollicitude. Dans la Chambre des pairs il y a eu le 16 une chaude discussion au sujet du règlement intérieur. Ce corps commence à prendre une attitude indépendante; et le comte de Pontécoulant dit que, s’il ne voulait pas être insignifiant, il fallait se résoudre à déplaire souvent. Le rapport du duc d’Otrante a été lu aux deux Chambres. Il offre un tableau peu flatteur et peu flatté de la situation de l’Empire, et porte le cachet de la vérité qui, il faut l’avouer, est empreint sur tous les actes publics du ministère impérial; les institutions anglaises y sont citées souvent pour justifier la suspension des lois constitutionnelles et la restriction des abus de la presse; mais le ministre avoue avec candeur que jusqu’ici la liberté individuelle n’a pas été suffisamment garantie contre les efforts de l’autorité ; que des divers ordres et mesures qu’elle se croit autorisée à employer contre les individus suspects, « il résulte une inquiétude générale y dit-il, un mécontentement secret, un affaiblissement actuel et progressif du pouvoir; car le pouvoir ne commande pas toujours l’obéissance; l’obéissance au contraire est la mesure et la limite du pouvoir: elle résulte , chez tous les peuples civilisés, du consentement national.  Lorsqu’un ministre ose tenir un tel langage à son souverain, et le faire retentir aux oreilles de la Nation, l’établissement du despotisme n’est certainement pas ce qu’on a le plus à craindre. Dans la séance du 16 de la Chambre des représentans, après la lecture du rapport du duc de Vicence, faite par M. Boulay de la Meurthe, conseiller d’état, il s’éleva une vive discussion sur la proposition faite par M. Jay, pour qu’à l’avenir les rapports des ministres fussent adressés à la Chambre, et pour qu’ils fussent prêts à répondre aux questions qui pourraient leur être faites par les députés. M. Roy alla jusqu’à proposer que, comme le rapport du ministre avertissait que la guerre était inévitable, cette communication, d’après l’article 50 de la constitution de l’an 8, qui porte, que « toute déclaration de guerre sera proposée, discutée, décrétée et promulguée comme une loi », soit renvoyée à un comité spécial. Cette proposition fut combattue par plusieurs membres, et surtout par le général Sébastiani ; la proposition que fit ce général, de déférer la question importante de la méthode à suivre-dans les relations entre le Corps législatif et le pouvoir exécutif, à une commission spéciale, fut adoptée à l’unanimité. M. Pouilly annonça l’intention de proposer que le Gouvernement communiquât les actes en vertu desquels certains départements de l’Empire étaient mis hors de l’action de la constitution, et que ces actes fussent discutés. Le rapport du ministre de la police a donné lieu à une discussion sur la nécessité de prendre des mesures pour réduire les insurgés. M. Dumolard proposa une commission de neuf membres à cet effet; mais on s’y opposa parce que ce serait prendre l’initiative que la constitution donne au Gouvernement. M. Barrère dit cependant que les circonstances avaient démontré, de la manière la plus péremptoire, la nécessité-de deux initiatives; l’une pour le pouvoir exécutif, l’autre pour le législatif. La proposition de M. Dumolard fut rejetée, et la Chambre passa à l’ordre du jour. Le même Moniteur contient en six lignes la nouvelle suivante cachée dans un coin de colonne:

Derrière Ligny, le 16 juin, à 8 heures et demie du soir.

« L’Empereur vient de remporter une victoire complète sur les armées prussienne et anglaise, réunies sous les ordres du duc de Wellington  et du maréchal Blücher. L’armée débouche en ce moment par le village de Ligny, en face de Fleurus, à la poursuite de l’ennemi. » « 

(J. HOBHOUSE, « Histoire des Cent-Jours ou Dernier règne de l’Empereur Napoléon. Lettres écrites de paris depuis le 8 avril 1815 jusqu’au 20 juillet de la même année. », Paris, chez Domère, Libraire, 1819, pp.358-362)

 

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
|