• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 25 juin 2019
( 25 juin, 2019 )

Après Waterloo…

Sézanne, 25 juin 1815

J’ai reçu, mon cher ami, ta lettre du 22. Je ne mérite pas les reproches que tu m’adresses. Je t’ai écrit de Paris le 8 du courant et de Sézanne le 21 ; je ne suis donc pas resté plus de quinze jours sans te donner de mes nouvelles, et, dans cet intervalle, j’ai fait plus de cent lieues pour le service de mon régiment, puisque j’ai été successivement de Paris à mon dépôt, de là à Troyes, de Troyes à Paris, où je ne suis resté que 12 heures, et encore une fois de Paris à Sézanne. Les premières nouvelles que nous avons reçues de l’armée étaient désolantes. Hier, plusieurs de nos officiers blessés le 19 et le 20 du courant sont arrivés et nous ont consolés. Le corps du général Grouchy, après avoir battu complètement les Prussiens, s’est retiré en bon ordre derrière la Sambre, et nous espérons que les quatre corps qui ont pris l’épouvante à Waterloo offrent encore des masses assez imposantes pour arrêter l’ennemi. Les événements extraordinaires qui se sont passés à Paris auront sans doute des suites avantageuses pour notre malheureuse patrie ! Dans tous les cas, nous sommes décidés à nous faire tuer jusqu’au dernier pour la noble cause de notre indépendance. Les habitants de ces contrées sont animés du meilleur esprit. Je suis enchanté d’avoir quitté Paris.Après Waterloo... dans TEMOIGNAGES 207_001-233x300
Le 30 ème a perdu plus de la moitié de son nombre : il faisait l’avant-garde du général Gérard. Tous les officiers supérieurs ont été tués. Je m’attends à recevoir l’ordre d’aller commander environ 500 hommes qui nous restent encore et qui se trouvent maintenant commandés par un capitaine. Je me suis ruiné pour me monter comme il faut, et je suis prêt à tout événement. Dans mes courses de Troyes à Paris, je me suis trouvé à court d’agent. Gavoty m’a prêté 200 francs que je me proposais de lui renvoyer moi-même d’ici à quelques semaines. Comme je ne sais plus si nous serons payés exactement à la fin du mois, et que je serais désolé que ton ami pût concevoir quelques inquiétudes dans le moment actuel, fais-moi la grâce de te charger de cette dette, et dis-lui que je t’en ai prévenu. Pour peu que nos affaires prennent une tournure un peu favorable, je suis dans une fort belle passe. Il ne reste plus que moi de lieutenant-colonel au régiment. Je suis à merveille avec le colonel et avec M. Verdier, notre major en second. Quelque chose qui arrive, je me trouve infiniment heureux d’avoir quitté mes tirailleurs.
M. Verdier a étudié avec toi chez Ducrocq ; son père est maintenant à Tours, employé comme chirurgien-major dans la garde nationale. C’est un jeune homme de trente-quatre ans, charmant, parfaitement bien élevé et parlant toutes les langues de l’Europe. Il était de l’ambassade en Perse sous le général Gardanne ; il est décoré de l’ordre du Soleil. Nous sommes de grands amis.
J’ai annoncé à ma chère mère, avant mon départ de Paris, que je passais au 30 ème de ligne ; ma lettre ne lui est donc pas parvenue ? Fais-moi la grâce, mon ami, de lui faire entendre qu’il vaut bien mieux pour moi tenir à un brave régiment que d’être resté à battre le pavé de la capitale ! La chose est si simple que je ne conçois pas comment vous pouvez me savoir en quelque sorte mauvais gré de mon changement.
Adieu, mon ami. Donne-moi des nouvelles de nos provinces de l’Ouest. Je t’écrirai souvent, tu peux y compter ; mais, rappelle-toi, je t’en supplie, que les courriers ne partent d’ici que deux fois par semaine, et qu’il peut quelquefois m’arriver de manquer malgré moi le moment de la poste.
Je vous embrasse tous, et j’atends avec impatience de vos nouvelles. Un fourrier de la Vieille Garde m’annonce à l’instant que M. Faré, adjudant-major dans son bataillon, avait été fait prisonnier. Cette nouvelle mérite confirmation ; n’en parle point.

COUDREUX.

(« Lettres du commandant Coudreux à son frère, 1804-1815. Publiées par Gustave Schlumberger », Plon, 1908).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 25 juin, 2019 )

Lettre d’un garde d’honneur du 1er régiment…

1er régiment

Cette lettre, qui fut publiée en avril 1914 dans le « Carnet de la Sabretache », est signée « Serafino Carocci ». L’en-tête de cette dernière indique « 1er régiment, 6ème escadron, 12ème compagnie ». L’auteur faisait donc partie des quatre régiments de Gardes d’honneur (1er, 2ème, 3ème et 4ème, de 2.500 hommes chacun) crées par un sénatus-consulte du 3 avril 1813 et rattachés à la Garde Impériale. Carocci dans cette lettre adressée à ses parents, y évoque son arrivée récente à Versailles (le 1er régiment était cantonné dans cette ville), quelques renseignements uniformologiques, ses petits tracas financiers sa vie de garnison; et quelques détails encore, le tout dans un style simple et clair. Ajoutons que ce document fut traduit de l’italien lors de sa parution dans le « Carnet de la Sabretache ».
————-

A Versailles, le 13 septembre 1813.

Le 11 de ce mois, nous sommes heureusement arrivés à Versailles, mais je suis sans nouvelles de vous depuis Turin. En vous répondant de Turin, je vous demandais de m’adresser une lettre à Lyon, mais je n’y ai rien trouvé. J’ai pensé que vous l’aviez envoyé à Pippo pour qu’il me la remette à Versailles et je n’ai rien trouvé ici non plus ; j’en suis fort mélancolique parce que qui sait si et quand je recevrai et vos lettres et l’argent dont je suis tout à fait dépourvu. Et l’on dit que nous allons bientôt partir pour la Grande-Armée, où l’on a déjà envoyé plusieurs escadrons de notre régiment qui se sont même déjà battus.M. le sous-préfet Borgio m’avait recommandé de ne faire aucune dépense. Et voilà qu’à peine arrivés, on nous a adressé l’ordre de nous faire confectionner un grand uniforme, une veste rouge à boutons d’argent à la hussarde, une paire de pantalons longs, un chapeau, un bonnet de police brodé ; le tout se monte à la somme de 200 francs. Quant à ceux qui ne voudront pas se faire faire ces objets, on les mettra hors des Gardes d’honneur. J’ai répondu que pour le moment je n’avais pas d’argent, ayant dépensé en route ; mais que dans 25 jours j’en aurais certainement reçu. Je vous prie de faire cet effort. Car ce serait un grand déshonneur si on me rayait de ce corps et si on m’incorporait comme petit soldat dans un régiment de ligne. Je vous prie aussi de penser au voyage que j’aurais à faire sous peu. Les vivres sont très chers et il est impossible de s’en procurer rien qu’avec notre paye. Pour vous faire comprendre le prix des choses, le vin : une bouteille de gros verre noir, pleine d’un liquide qui ressemble à de l’eau, et moitié moins grande que les nôtres, coûte 25 sous. Mais nous ne buvons que de l’eau parce que nous n’avons pas de vin. Seulement l’eau est très mauvaise et, de temps à autre, il faut bien boire de la bière qui coûte 7 sous la bouteille. C’est du reste à peine si on peut la boire, car c’est un breuvage fait d’un mélange d’orge et d’eau. Du reste je me résignerai et me ferai à tout. Maintenant je veux vous faire une analyse de notre vie et une description de la ville ; Versailles est une belle ville, on l’appelle le village de l’Empereur. Napoléon y a un palais et je vous assure que ce palais est plus grand et plus beau que celui de Monte-Cavallo à Rome. Vous n’y trouverez rien de pareil. Au milieu du jardin, il y a un grand lac et plus bas un autre jardin tout plein de plantes du Portugal aussi hautes que des noyers et enfin un coup d’œil magnifique de tous côtés. Chacune des rues de la ville est trois fois aussi large que le Corso de Rome. Je ne peux vous parler de tout puisque je ne suis arrivé qu’avant-hier. Mais Versailles est beaucoup plus beau que Lyon. Je ne peux rien vous dire de Paris parce que je n’y ai pas été faute d’argent. Mais j’espère bien recevoir un de ces jours les 50 francs que je vous demandais par ma lettre de Turin, à laquelle vous ne m’avez pas encore répondu comme je vous l’ai dit plus haut, mais que je compte bien voir arriver un de ces jours.

Maintenant voici quelle est notre vie. 

A 5 heures du matin la trompette sonne et on va panser les chevaux, puis on leur donne à boire et ensuite l’avoine. Après on va faire l’exercice soit à pied soit à cheval jusqu’à 10 heures du matin. Ensuite, on va déjeuner. Ce repas se compose de la soupe et d’un mets bien accommodé et bien propre, préparé par une femme dans notre chambrée. On est libre jusqu’à 2 heures. A 2 heures, on panse de nouveau les chevaux et après le pansage, on nous rend notre liberté jusqu’à 8 heures, même où l’on va se coucher. Le lit n’est pas mauvais, la chambre non plus et nous ne pouvons pas nous plaindre. Je vous prie de me répondre courrier per courrier, d’autant plus que nous devons partit sous peu et que j’ai mis 25 jours en route. Mais si je partais, je dirais au maître de poste de me faire suivre la lettre sur telle ou telle ville par laquelle nous passerions, ainsi que la lettre de change ou l’argent qu’elle contiendrait. Par charité, je vous prie de ne pas m’abandonner. Je pourrais sans cela faire quelque mauvais coup. Aussi, je vous recommande de m’écrire de suite. Saluez pour moi les amis, M. Gaetano Moronti, le père, le maître de chapelle. Et si vous voyez le comtesse, dites-lui qu’à 3 étapes de Versailles, un capitaine français qui parlait italien et qui avait été à Ruti et qui me dit que ses fils devaient arriver dans 2 heures. J’ai beaucoup regretté de n’avoir pu les voir parce qu’il m’a fallu partir avec le détachement, et qu’eux ils allaient à la Grande-Armée ; mais ils étaient en bonne santé. 

Saluez pour moi Luigi, Peppe, Antonio et sa femme. Je vous souhaite bonne santé à tous, à Mamare et à Nonna, et suis, 

Votre fils bien affectionné, 

Serafino CAROCCI.[/aligner]

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
|