• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 12 juillet 2019
( 12 juillet, 2019 )

Rappel de la carrière du général HEYMES….

Marechal_Ney_à_Waterloo

« Pierre-Agathe Heymès, voit le jour à Besançon le 29 décembre 1776 et mort à Auteuil (Seine) le 29 avril 1842.

Il est le fils de Jean Heymès, capitaine au 7ème régiment d’artillerie à pied, tué à la bataille de Neerwinden, et de Marie-Louise Capet.

Entré dans l’armée à l’âge de 15 ans, il fait les campagnes de la Révolution française aux armées de la Moselle, de la Sambre, du Nord, de l’Ouest, du Rhin et de la Hollande. En 1802, il part avec l’expédition de Saint-Domingue. N’étant encore que lieutenant, il est fait prisonnier par les Anglais, puis s’échappe de la Jamaïque et s’embarque à New York, d’où il parvient à rentrer en France pour reprendre ses fonctions de lieutenant dans son régiment à Strasbourg. Il fait les campagnes du Tyrol, de Prusse, de Pologne, et en 1808, d’Espagne, avec le 6e corps et sous les ordres du maréchal Ney.

Il fait ensuite la campagne de Portugal avec Soult et il est promu en 1809 au grade de capitaine au 5e régiment d’artillerie à cheval.

En 1810, il est employé à la manufacture d’armes de Mutzig (Bas-Rhin). En 1812, il fait la campagne de Russie. Ney se l’attacha comme aide de camp à la retraite de Smolensk et le nomme bientôt chef d’escadron, colonel et premier aide de camp. Il fait en cette qualité les campagnes de 1813 et 1814.

À la première Restauration, le colonel Heymès est nommé sous-chef d’état-major du prince de la Moskowa, commandant la cavalerie royale. Il le suit pendant les Cent-Jours et charge à ses côtés à Waterloo. Il est mis à la retraite après le retour des Bourbons.

Le colonel Heymès vit retiré jusqu’en 1830. Le 28 juillet, il est à Paris, se mêlant à l’insurrection ; le 29, il enlève les 5e et 53e régiments d’infanterie en bataille sur la place Vendôme et les entraîne dans les rangs des insurgés. Le 30, il accompagne le duc d’Orléans lorsqu’il se rend dans la nuit de Neuilly au Palais-Royal.

Le nouveau roi établi, Heymès est nommé son aide de camp. Il est promu maréchal de camp le 11 décembre 1830, commandeur de la Légion d’honneur le 20 avril 1831 et lieutenant-général le 24 août 1838.

Il meurt en 1842, à l’âge de 65 ans, et il est inhumé au cimetière d’Auteuil. »

Source : « Pierre-Agathe Heymès », dans Charles Mullié, Biographie des célébrités militaires des armées de terre et de mer de 1789 à 1850, 1852.

——–

Heymès a rédigé une « Relation de la campagne de 1815″, publiée en 1829. 

Elle est en ligne sur Gallica: 

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k733390.image

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
( 12 juillet, 2019 )

Les PERTES FRANCAISES durant la CAMPAGNE d’ESPAGNE (1808-1814).

06505620.jpg

« L’écrivain Léon Meyniel, très bien disposé à l’égard de tout ce qui touche Napoléon estime que, dans l’affaire d’Espagne, les morts français s’élèveraient à 70 000. A quoi il y aurait lieu d’ajouter ceux des contingents étrangers, plus évidemment ceux de Cadix et de Cabrera. En tout donc à peu près 100 000. La proportion normale donnerait 200 000 blessés. Ce qui finalement aboutirait à un total de 300 000 hommes. Le lieutenant-colonel Clerc, lui, pense que nos pertes se sont élevées à 473 000 Français. Ce chiffre me paraître être trop fort pour les effectifs engagés.  Marbot est un témoin plus direct, au surplus sans aucun motif de partialité dans un sens ou dans l’autre.  Voici ce qu’il écrit : « Dans la péninsule ibérique, les français ont eu 200 000 hommes tués ou morts dans les hôpitaux ; auxquels il faut joindre les 60 000 perdus par nos alliés de diverses nations ».  A titre de comparaison, il est intéressant de remarquer que la guerre d’Espagne nous aurait, à nous seuls Français, coûté exactement deux fois plus que la guerre de 1870 alors que, au début du XIXème  siècle, notre pays était d’un tiers moins peuplé.  Quant aux Espagnols, ils calculent que, pour eux, ils auraient, d’une manière ou d’une autre, perdu 5 000 000 des leurs.  Pour une population total de douze millions d’âmes, la saignée se trouverait ainsi être très supérieure à celle de la France de 1914 à 1918.

On comprend qu’elle ait laissé un terrible souvenir ». 

Georges ROUX, (« Napoléon et le guêpier espagnol », Flammarion, 1970). 

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
|