• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 18 juillet 2019
( 18 juillet, 2019 )

« Eh bien ! Grognard, tu t’ennuies ? »

Sur le départ.

« L’Empereur [lors de son séjour à l'île d'Elbe] se plaisait à causer avec ses grenadiers, dont il avait si bien compris le cœur ; il les rencontrait souvent dans ses vignes, sous ses figuiers. Comme tous les vieux soldats, ils ne paraissaient jamais contents, et par une de ces expressions qui peignent au soldat l’affection qu’on lui porte, beaucoup mieux que les plus belles phrases, il les appelait ses grognards.

Un jour, vers les derniers temps, l’Empereur rencontra le sergent des sapeurs : – « Eh bien ! Grognard, tu t’ennuies ? Non, Sire, mais je ne m’amuse pas trop, toujours.Tu as tort, il faut prendre le temps comme il vient, et, lui mettant un napoléon dans la main, il s’éloigna en faisant sonner l’argent qu’il avait dans son gousset et en fredonnant l’air :

Ça ne durera pas toujours.

Ça ne durera pas toujours.

 Dans la cave de Saint-Martin, il se trouvait quelques pièces de vin. Ayant été admis, après mon travail avec l’Empereur, à l’honneur de dîner avec Sa Majesté et quelques Génois, Anglais et Toscans, elle nous fit, dans des petits verres, les honneurs de son vin, qui devait nécessairement être trouvé très bon ; et comme il était dans son caractère de marquer tout au cachet de l’extraordinaire, Sa Majesté voulut que son maître d’hôtel désignât son vin rouge sous le titre de Côte de Rio, et son vin blanc sous le nom de Monte-Jove. Ces noms pompeux ne les rendaient pas meilleurs. Au surplus, l’Empereur ne contribuait pas à la consommation de son vin, Sa Majesté ne buvant que du Chambertin. »

(Extrait des « Mémoires » du trésorier Guillaume PEYRUSSE, Editions AKFG, 2018.

Un GRAND témoignage sur NAPOLEON et ses campagnes.

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
|