• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 5 août 2019
( 5 août, 2019 )

Une lettre du commandant Poincaré au maréchal Berthier…

La retraite de Russie

On nous permettra de renvoyer le lecteur, qui demandera ce qu’était ce Poincaré, à notre étude « Le commandant Poincaré » parue dans la 2ème série de nos « Etudes d’histoire », pp. 3-28. Son vrai nom est Poincaré, bien qu’il signe Pontcarré, et il était commandant d’armes à Viazma depuis la fin d’août 1812 ou le commencement de septembre. Il devait disparaître pendant la retraite. Sa lettre montre, comme il dit, que la révolte des paysans « prend une consistance qui mérite attention ».

A.C.

Viazma, 16 octobre 1812.

Votre Altesse,

Exceptée l’époque où j’ai eu l’honneur de vous rendre compte que sept caissons avaient été brûlés par les Russes, la route de Smolensk à Viazma avait été assurée. Mais aujourd’hui, 16 du courant trois événements qui se sont succédés rapidement prouvent évidemment que le noyau des insurgés prend une consistance qui mérite attention. Un détachement de 50 hussards du 1er régiment westphalien, commandé par un officier chargé d’une somme de 18.000 francs et de beaucoup d’effets pour son régiment, a été pris à trois lieues de cette place. 6 prisonniers de guerre, partis ce matin de cette place, escortés par 60 Illyriens et rétrogradant sur Smolensk ont également été pris. Un parc de bœufs est aussi tombé entre les mains des insurgés, et trois soldats ont été tués. J’ai envoyé de suite 50 hommes du régiment de Hesse-Darmstadt sur le lieu même où ce parc a été enlevé. Ce détachement n’étant pas encore rentré, j’en ignore le résultat, et ferai part à Son Altesse de ce qui se sera passé, dans mon rapport de demain.

P.S. On dit aussi, mais je ne l’affirme pas, que le commandant du poste de Semlewo, instruit que la route n’était pas libre, a envoyé à la découverte et que sa reconnaissance a été prise.

Arthur Chuquet, « 1812. La Guerre de Russie. Notes et Documents. Troisième série », Fontemoing et Cie, Editeurs, 1912, pp.31-32.

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 5 août, 2019 )

Une lettre du capitaine Bro…

 06502480.jpg

Louis Bro, dont les excellents mémoires sont parus en 1914 (Plon), puis en 2001 (A la Librairie des Deux Empires), est né en 1781. Capitaine dans la vieille Garde (chef d’escadron dans la ligne) aux chasseurs à cheval de la Garde Impériale. Il sera maréchal de camp en 1832, puis lieutenant général en 1843.  Bro s’est éteint le 8 décembre 1844. Cette lettre est adressée à son épouse. Nous sommes en pleine campagne de Russie… 

5 novembre 1812.

Par un hasard bien heureux, chère amie, j’ai ce soir pour gîte la maison ou plutôt la hutte d’un paysan. Je suis à l’abri de la neige et du vent et mes doigts vont se dégourdir ; une feuille de mon calepin et mon crayon, voilà de quoi tranquilliser ta pauvre âme souffrante… Va, je souffre bien plus de ton inquiétude que de la rigueur de la saison, pauvre chère petite… 

Sur cet officier, lire la notice ci-contre: http://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_Bro

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
|