( 10 août, 2019 )

Le froid et la faim pendant la retraite de Russie…

Le froid et la faim pendant la retraite de Russie… dans TEMOIGNAGES campagnerussie1« Le 2 novembre 1812, j’ai bivouaqué dans un bois, à droite de la route, à une petite lieue de Viasma. Nous commencions à éprouver fortement le froid et manquer presque totalement de vivres. Les chevaux morts de fatigues ou de faim servaient déjà de nourriture à une infinité de soldats. Je dis « morts de faims ou de fatigue », parce qu’on n’en tuait pas pour faire des distributions, et que les hommes qui en mangeaient en coupaient en morceau quand ils en trouvaient sur ma route ; ce qui n’était pas rare. Ce jour-là, 2, je fus forcé par l’impérieuse nécessité de prendre, pour boire et pour faire la soupe de l’eau d’un petit lac dans lequel il y avait des cadavres d’hommes et de chevaux depuis notre premier passage. Elle infectait. 

Le 6, il tomba une grande quantité de neige et il souffla un vent très violent et très froid : sa rigueur et la faim commencèrent à débander l’armée. Déjà la famine et la misère avaient faire succomber beaucoup d’hommes. La plupart des officiers et soldats ne mangeaient plus que du cheval. Dès qu’il tombait un cheval, on allumait un feu à côté, chacun en coupait de quoi faire une grillade qu’il faisait cuire au bout d’une baguette de fusil. La famine devint tellement grande dans peu de jours, qu’on passait rarement près d’une de ces charognes sans  la voir entourée de militaires de tous les grades, s’en disputant les lambeaux comme les chiens le font à la voirie. Ce spectacle faisait horreur. Nous traversâmes Dorogobouï sans recevoir de distribution. Les magasins furent pillés, et les maisons que le premier incendie respecta n’échappèrent pas au second. Les milliers d’hommes et de chevaux que le manque de nourriture, la fatigue et le froid détruisaient journellement, firent sentir au capitaine Gegout, au sous-lieutenant Thomas, à moi et à nos six dragons combien il était très important de ne pas nous séparer tant que dureraient ces calamités. Quoique l’armée fût désorganisée et que chacun voyageât pour ainsi dire pour son propre compte, nous prîmes la résolution de nous secourir mutuellement et de ne pas calculer les dangers pour aller au loin nous procurer des subsistances. »

Pierre de Constantin, « Journal et lettres de campagne », in « Carnet de la Sabretache », n°299, juillet 1925. L’auteur était, depuis le 9 juin 1812, lieutenant au 23ème régiment de dragons.

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ Le froid et la faim pendant la retraite de Russie… ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|