• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 22 août 2019
( 22 août, 2019 )

Dans les flammes et le chaos de Moscou…

Moscou

Lettre de Beyle [Stendhal] à l’un de ses amis de jeunesse, Félix Faure [1782-1859].

« Moscou, 4 octobre 1812.

J’ai laissé mon général [Mathieu Dumas] soupant au palais Apraxine. En sortant et prenant congé de M. Z. [Comte Martial Daru, son cousin] dans la cour, nous aperçûmes qu’outre l’incendie de la ville chinoise, qui allait son train depuis plusieurs heures, nous en avions auprès de nous ; nous y allâmes. Le foyer était très vif. Je pris mal aux dents à cette expédition. Nous eûmes la bonhomie d’arrêter un soldat qui venait de donner deux coups de baïonnette à un homme qui avait bu de la bière ; j’allai jusqu’à tirer l’épée; je fus même sur le point d’en percer ce coquin. Bourgeois le conduisit chez le gouverneur, qui le fit élargir.

Nous nous retirâmes à une heure, après avoir lâché force lieux communs contre les incendies, ce qui ne produisit pas un grand effet , du moins pour nos yeux ; De retour dans la case Apraxine, nous fîmes essayer une pompe. Je fus me coucher, tourment d’un mal de dents; il paraît que plusieurs de ces messieurs eurent la bonté de se laisser alarmer et de courir vers les deux heures et vers les cinq heures. Quant à moi, je m’éveillai à sept heures, fis charger ma voiture et la fis mettre à la queue de celles de M. Daru.

Elles allèrent sur le boulevard, vis-à-vis le club. Là, je trouvai Madame B… [Bursey, directrice du Théâtre français de Moscou], qui voulut se jeter à mes pieds ; cela fit  une reconnaissance très ridicule. Je remarquai qu’il n’y avait pas l’ombre de naturel dans tout ce que me disait Madame B… [Bursey], ce qui naturellement me rendit glacé. Je fis cependant beaucoup pour elle, en mettant sa grasse belle-sœur dans ma calèche et l’invitant à mettre ses « droskis » à la suite de ma voiture. Elle me dit que madame Saint-albe lui avait beaucoup parlé de moi.

L’incendie s’approchait rapidement de la maison que nous avions quittée. Nous voitures restèrent cinq ou six heures sur le boulevard. Ennuyé de cette inaction, j’allai voir le feu et m’arrêtai une heure ou deux chez Joinville. J’admirai la volupté  inspirée par l’ameublement de sa maison; nous y bûmes, avec Gillet et Busche, trois bouteilles  de vin qui nous rendirent la vie.

J’y lus quelques lignes d’une traduction anglaise de « Virginie » qui, au milieu de la grossièreté générale, me rendit un peu de vie morale.

J’allai avec Louis [Joinville] voir l’incendie. Nous vîmes un nommé Savoye, canonnier à cheval, ivre, donner des coups de plat de sabre à un officier de la Garde et l’accabler de sottises. Il avait tort, et fut obligé de finir par lui demander pardon. Un de ses camarades de pillage s’enfonça dans une rue en flammes, où probablement il rôtit. […] Mon domestique était complètement ivre; il entassa dans la voiture les nappes, du vin, un violon qu’il avait pillé pour lui, et mille autres choses. Nous fîmes un repas de vin avec deux ou trois collègues. Les domestiques arrangeaient la maison, l’incendie était loin de nous et garnissait toute l’atmosphère, jusqu’à une grande hauteur, d’une fumée cuivreuse ; nous nous arrangions et nous allions enfin respirer, quand M. Daru, rentrant, nous annonce qu’il faut partir. Je pris la chose avec courage, mais cela me coupa bras et jambes. […] Nous  sortîmes de la ville, éclairée par le plus bel incendie du monde, qui formait une pyramide immense qui avait, comme les prières des fidèles, sa base sur la terre et son sommet  au ciel. La lune paraissait au-dessus de cette atmosphère de flamme et de fumée. C’était un spectacle imposant, mais il aurait fallu être seul ou entouré de gens d’esprits pour en jouir. Ce qui a gâté pour moi la campagne de Russie, c’est de l’avoir fait avec des gens qui auraient rapetissé le colisée et la Mer de Naples.

Nous allions, par un superbe chemin, vers un château nommé « Petrovski », où Sa Majesté était allé prendre un logement. Paf ! Au milieu de la route, je vois, de ma voiture, où j’avais trouvé une petite place par grâce, la calèche de M. Daru qui penche et qui, enfin, tombe dans un fossé. La route n’avait que quatre-vingt pieds de large. Jurements, fureur ; il fut fort difficile de relever la voiture.

Enfin, nous arrivons à un bivas ; il faisait face à la ville. Nous apercevions très bien l’immense pyramide formée par les pianos et les pyramides de Moscou, qui nous aurait donné tant de jouissance sans la manie incendiaire. Ce Rostopchine sera un scélérat ou un Romain; il faut voir comment cette action sera jugée. On a trouvé aujourd’hui un écriteau à un des châteaux de Rostopchine; il dit qu’il y a un mobilier d’un million, je crois, etc., etc., mais qu’il l’incendie pour ne pas en laisser la jouissance à des brigands. Le fait est que son beau palais de Moscou n’est pas incendié.

Arrivé au bivac, nous soupâmes avec du poisson cru, des figues et du vin. Telle fut la fin  de cette journée si pénible, où nous avions été agités depuis sept heures du matin jusqu’à onze heures du soir. Ce qu’il y a de pire, c’est qu’à ces onze heures, en m’asseyant dans ma calèche pour y dormir à côté de cet ennuyeux de B… [Busche], et assis sur des bouteilles recouvertes d’effets et de couvertures, je me trouvai gris par le fait de ce mauvais vin blanc pillé au club. Conserve ce bavardage ; il faut au moins que je tire parti de ces plates souffrances, de m’en rappeler le comment. Je suis toujours bien ennuyé de mes compagnons de combat. Adieu, écris-moi et songe à t’amuser; la vie est courte. »

 

(STENDHAL, « Correspondance (1812-1816). IV », Le Divan, 1934, pp.70-80).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 22 août, 2019 )

Les TRANSMISSIONS dans la GRANDE-ARMEE (III et fin).

Les TRANSMISSIONS dans la GRANDE-ARMEE (III et fin). dans TEMOIGNAGES snb14972

La poste aux armées.

Quant à la façon dont les militaires pouvaient communiquer par lettre avec leur famille, le « règlement sur le service des « Postes militaires » nous  précise qu’à partir de septembre 1809 il existait pour eux :

-  à l’intérieur de l’Empire, une correspondance par l’intermédiaire des bureaux des villes de garnison.

-  en campagne un service de transmission et de remise assuré par des courriers et des postillons aidés d’employés sous la surveillance des commissaires des guerres.

La franchise est acquise pour le courrier des militaires aux armées durant les campagnes seulement. Chaque arme a son papier à lettre illustré d’une vignette coloriée, de facture naïve, représentant un soldat dans l’uniforme correspondant.Ce sont les lettres dites « de cantinières », car généralement fournies et vendues par ces dernières. Celles destinées à la Garde Impériale ajoutent de chaque côté de l’effigie du combattant celles de l’Empereur et de l’Impératrice en médaillons. Ordres verbaux, roulements de tambours, sonneries de trompettes, envois d’estafettes, telles étaient donc les grands moyens de communication de la Grande Armée.

Le canon.

Tirant « à blanc », il pouvait doubler l’effet du tambour. C’était le cas dans les camps comme celui de Boulogne, lorsque par exemple il ponctuait chaque jour le réveil et l’extinction des feux. En campagne, il annonçait le début d’une grande bataille : trois coups caractéristiques tiré à intervalles égaux par une compagnie de la Garde. Autre type de liaison acoustique par l’intermédiaire du canon, cet ordre de Soult quelques jours avant Austerlitz : « En cas où l’adversaire ferait des mouvements aux avant-postes, il sera tiré quatre coups de canon d’alarme par une batterie établie sur la hauteur de la chapelle… et à ce signal la division Vandamme rejoindra aussitôt celle de Legrand pour se mettre en bataille sur la hauteur située à… »

Et la grande distance, soit 35 kilomètres à vol d’oiseau dans le cas présent, la liaison entre l’Empereur et Davout le 22 avril 1809 : « Si vous êtes prêt à attaquer, écrit Napoléon, tirez à midi, une salve de douze coups à la fois, une pareille à 1 heure, une autre à 2 heures ». dans ces conditions le gros de l’armée accourant de Landshut pourra surprendre l’adversaire engagé contre Davout, donc compromis dans sa liberté de manœuvre. L’utilisation visuelle de fusées d’artifices semble n’avoir existé sous l’Empire que dans la guerre de siège. Elle eut été pourtant réalisable sans appareillage particulier et sans utiliser d’artificiers spécialisés, puisque nous savons que n’importe quel fantassin pouvait, sans aucune modification de son fusil, envoyer des étoiles lumineuses. L’exemple nous est donné par la soirée du 16 août 1804 à Boulogne, au cours de laquelle furent tirées, à la nuit tombante, 45.000 cartouches à étoiles, éclairant pendant quelques secondes la ville et la rade d’une lumière si intense que ce jeu lumineux fut aperçu de la côte anglaise.

N’oublions pas le télégraphe Chappe. Son rôle militaire supposait bien souvent l’utilisation complémentaire d’estafettes. Ce fut le cas le 10 avril 1809 lorsque, des Tuileries, Napoléon voulant communiquer d’urgence avec Berthier  qui se trouvait à Donauwerth, envoya un message télégraphique de Paris à Strasbourg (perturbé dans sa transmission par le brouillard) et que ce dernier fut repris par un cavalier de Strasbourg à Donauwerth. Bilan : cette missive d’importance avait mis cinq jours pleins pour franchir 700 kilomètres  à vol d’oiseau.

Fin.

Jean-Claude QUENNEVAT

(Article paru dans la revue du Souvenir Napoléonien en 1975).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
|