( 25 août, 2019 )

La princesse Pauline arrive à l’île d’Elbe…

Pauline Bonaparte

« Le 1er novembre 1814, le brick l’Inconstant, expédié à Naples, ramena la princesse Pauline. L’arrivée de Son Altesse fut un jour de fête pour tous les habitants, et sa présence une source d’agréments et de jouissances pour la Cour de l’Empereur, pour les dames de la ville et pour la garnison. De jolis bals, des concerts, la comédie bourgeoise varièrent l’emploi des soirées ; une souscription fut ouverte pour trois bals travestis. Le dernier fut honoré de la présence de Son Altesse, travestie en paysanne de l’île Procida.

Les jours de mon travail avec Sa Majesté étaient fixés ; nous préparions les éléments du budget de 1815, et je présentai à Sa Majesté un projet sur la régie des tabacs à l’île d’Elbe. Pendant ces diverses séances, l’Empereur laissait percer l’humeur que lui donnait le refus que faisait la France d’acquitter la somme stipulée par le traité du 11 avril. M. de Talleyrand écrivait de Vienne à notre Grand-Maréchal, que Sa Majesté Louis XVIII ne reconnaissait pas le traité de Fontainebleau.

Les revenus de l’île et ma caisse eussent été insuffisants pour parer au budget futur, maintenu sur le pied du précédent, ce qui avait décidé Sa Majesté à arrêter que je ne payerais que la moitié des traitements fixés, et que je fournirais le surplus aux parties prenantes en bons sur le Trésor public français et à valoir. Cette situation, le projet de certaines réductions à imposer à la Garde, affectaient vivement Sa Majesté. C’était le secret de son cabinet. »

(Extrait des mémoires de Guillaume Peyrusse, trésorier de Napoléon à l’île d’Elbe).


« L’Empereur était allé à la rencontre de la princesse Pauline: il avait présidé à son débarquement. Ses soins portaient un caractère touchant de tendresse fraternelle. Les Porto-Ferrajais, qui se réjouissaient de tout ce qui faisait prendre au séjour de l’Empereur un caractère de stabilité, accueillirent la princesse Pauline avec amour. La population entière accourut sur son passage: la présence de l’Empereur n’intimida personne; tout le monde voulut voir la soeur bien-aimée du souverain bien-aimé. La princesse fut plusieurs fois arrêtée par les ondulations des masses. L’Empereur semblait se plaire à cette curiosité; il dit gaiement à la princesse, et de manière à être bien entendu: «Ah! madame, vous pensiez que j’étais dans un pays presque désert et avec des gens à demi sauvages. Eh bien ! regardez, regardez encore! et jugez si l’on peut être mieux entouré que je ne le suis!». Sans doute, l’Empereur était d’abord pour beaucoup dans la réception improvisée que l’on faisait à sa soeur; mais lorsque l’on eut vu la princesse, toutes les manifestations furent inspirées par elle. Tête, regard, sourire, corps, démarche, tout dans la princesse Pauline était perfection, et son caractère était plus parfait encore. »

(Extrait du témoignage d’André Pons de l’Hérault, administrateur général des mines de l’île d’Elbe).

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ La princesse Pauline arrive à l’île d’Elbe… ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|