• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 4 septembre 2019
( 4 septembre, 2019 )

Découvrez un blog dédié à celle qui incarna le rôle de l’impératrice Joséphine dans le film « Austerlitz » d’Abel Gance (1960)…

Publié dans INFO par
Commentaires fermés
( 4 septembre, 2019 )

Le 4 septembre 1870: un coup d’état républicain…

« Faut-il rappeler les événements de cette journée du 4 septembre que les Républicains n’ont cessé de glorifier, et qui, pour l’historien impartial, demeurera un véritable crime de lèse-patrie : une révolution faite devant l’ennemi triomphant. »

Maurice QUENTIN-BAUCHART.

—————————————-

« La révolution du 4 septembre, qui désorganisa tout le mécanisme gouvernemental, au moment où ses ressources allaient être le plus nécessaires à la défense du pays, fut un acte tellement coupable que ceux qui en ont profité se sont constamment défendus de l’avoir fomentée. »

Emile OLLIVIER.

Le 4 septembre 1870: un coup d'état républicain… dans HORS-SERIE 4-sept-1870-300x187Dans le domaine de l’Histoire, il est toujours préférable d’avoir un certain recul par rapport aux événements passés. Le Second Empire, Napoléon III et l’impératrice Eugénie sont des sujets qui furent longtemps mis aux oubliettes par certains historiens orientés… Il y a eu 1870, la guerre franco-prussienne, déclarée le 19 juillet, tant désirée par le perfide Bismarck, puis la journée dramatique de Sedan, et ce fut le 4 septembre, l’effondrement tant voulu et désiré par l’opposition républicaine… Loin de vouloir refaire un historique complet de cette année-charnière, d’autres s’en sont chargés avec succès dans des ouvrages plus ou moins récents dans le temps (tels Adrien Dansette, François Roth, Stéphane Audoin-Rouzeau). Le 28 juillet 1870, Napoléon III quitte le château de Saint-Cloud pour Metz, ayant nommé l’impératrice Eugénie, régente. Leurs fils, le Prince impérial, accompagne son père sur le front des opérations. A Paris, l’Impératrice doit faire face à certains problèmes. Selon l’historien William Smith : « Selon la nouvelle Constitution et selon les Lettres parentes [celles données par l’Empereur et laissant les pleins pouvoirs à Eugénie, du moins en théorie], c’étaient des ministres qui gouvernaient. Comme les Chambres étaient prorogées et que le commandement de l’armée incombait à l’Empereur et à ses généraux, il ne restait aux ministres qu’à prendre les mesures de routine pour administrer le pays. L’Impératrice devait donc se contenter de les écouter, et ils ne souciaient guère de la mettre au courant. »  Eugénie s’est fixée des objectifs. Augustin Filon, familier des Tuileries et précepteur du Prince Impérial indique dans ses souvenirs, que la souveraine « dédaignait les paperasses, la broutille administrative, la routine du Cabinet ; mais elle s’est tracée nettement un double but, qu’elle espérait atteindre avec son intelligence et ses ressources de femme : 1°/ Obtenir  des adhésions dans les rangs des diverses oppositions et rallier les partis dans un souci commun, un élan d’enthousiasme national ; 2°/ Susciter des alliés à la France parmi les puissances étrangères. » Afin s’atteindre ces objectifs, il était tout d’abord nécessaire de calmer la presse. En effet, lors des semaines qui précédèrent la déclaration de la guerre, les journaux contribuèrent à l’effervescence générale, adoptant une position clairement belliciste. Il n’en faut pas plus pour entraîner une foule qui va jusqu’à se masser devant l’ambassade de Prusse, boulevard Saint-Michel, à Paris, et qui hurle : « A Berlin ! »N3-205x300 1870 dans HORS-SERIEDu côté diplomatique ce fut un échec complet : ni l’Italie, ni l’Autriche, ni même la Russie ne bougèrent ni avant, ni durant le conflit ; même cas pour l’Angleterre. L’amitié entre la reine victoria et les souverains français n’y fit rien. On peut s’en étonner quelque peu… Pour décider les puissances amies de la France à s’engager, il aurait fallut dès le début de la guerre une victoire éclatante ; encore fallait-il s’en donner les moyens. L’armée française non dépourvue de soldats courageux était toutefois en proie à une impéritie incroyable. Lorsque le conflit éclata, lorsque la paix partit en fumée au premier coup de canon tiré, l’armée n’était pas prête, et encore moins organisée. Napoléon III lors de son arrivée à Metz confia à l’Impératrice dans une lettre : « Rien n’est prêt. Nous n’avons pas suffisamment de troupes. Je nous considère d’avance comme perdus. » Spicheren, Wissembourg, Frœschwiller, furent autant de batailles perdues. Eugénie prit connaissance de ces mauvaises nouvelles au château de Saint-Cloud dans la nuit du 4 au 5 août 1870. Le 6, ce fut la défaite du maréchal Mac-Mahon à Reichshoffen. Ce jour-là, l’Impératrice quitte Saint-Cloud pour lesTuileries où elle reste jusqu’au dimanche 4 septembre 1870… Dans l’ombre, les Républicains s’activent. Pour ceux qui s’imaginent être les héritiers de 1792, « Le premier pas était encore à franchir : il fallait terrasser l’Empire. Le meilleur moyen fut de maintenir l’Empereur à distance et de manipuler l’Impératrice en tant que régente », écrit W. Smith, déjà cité plus haut et qui a donné une excellente biographie consacrée à Eugénie, publiée en 1989 ( chez Olivier Orban). Le 9 août 1870, le gouvernement du libéral Emile Ollivier fut renversé et un autre fut formé, dirigé par le général Cousin-Montauban, comte de Palikao, qui prit le portefeuille du ministère de la Guerre. Napoléon III en apprenant ce changement fut atterré. Emile Ollivier suggéra à l’Impératrice l’idée suivante : pourquoi l’Empereur ne rentrerait-il pas à  Paris, supprimant la régence et reprenant les rênes du pouvoir ? Eugénie repoussa cette option. Selon W. Smith : « Pour ses ennemis, l’explication est simple et claire : elle s’accrochait au pouvoir. Une telle interprétation serait satisfaisante si l’on ignorait dans quel contexte elle exerçait ce pouvoir, quelles furent les circonstances précises de ce moment décisif. » Selon ces mêmes ennemis, n’avait-elle pas déclaré : « C’est ma guerre ! », paroles totalement inventées comme le souligne l’écrivain et témoin Lucien Daudet. Il convient de pas oublier que pour les Républicains, l’impératrice Eugénie est l’Espagnole, l’Etrangère, la responsable de tous les maux, des défaites militaires. Des accusations non dénuées d’un racisme qui rappellent une autre souveraine de France : Marie-Antoinette, l’Autrichienne« Elle pensait, selon W. Smith, que le retour de Napoléon III à Paris provoquerait inéluctablement une guerre civile. ». Pour l’Impératrice, l’objectif prioritaire est de « maintenir un gouvernement qui tiendrait tête à l’ennemi et servirait à tous de point de ralliement. » Mais pour les Républicains, point d’union nationale ! Et plutôt que de faire front dans un réflexe patriotique qui aurait été tout à leur honneur, ils préfèrent saisir l’occasion : renverser le régime impérial ! Le 14 août 1870, des républicains partisans d’Auguste Blanqui, attaquèrent la caserne des pompiers de La Villette, à Paris, afin de s’emparer de leurs armes (ce corps était à cette époque armé, contrairement à aujourd’hui).Entre temps, le général Trochu, personnage si peu faible, pris contact avec Adolphe Thiers, parfait opportuniste. De cet entretien la décision fut prise d’envoyer Trochu pour Châlons afin de formuler deux propositions à l’Empereur : « les forces armées devaient être ramenées à Paris dont Trochu devait être nommé gouverneur. » Trochu, encore lui, « breton et catholique », comme il aime à se définir, serait alors nommé responsable du maintien de l’ordre dans la capitale avec, en appui, les forces armées disponibles dans Paris. Cet officier supérieur revint à Paris et se présenta à l’Impératrice avec le titre de « Gouverneur de Paris » et annonça l’arrivée imminente de Napoléon II dans la capitale. Eugénie stupéfaite télégraphia sur-le-champ à son époux de ne pas rentrer. « La dynastie était prise au piège », écrit W. Smith. Nous passerons sous silence les agissements douteux du Prince Napoléon (1822-1891), « Plon-Plon », lequel, à Châlons après avoir soutenu le général Trochu, « suggéra à l’Empereur de rentrer non à Paris mais à Saint-Cloud, d’où il demanderait la dictature au Corps Législatif. Si la Chambre ne voulait pas l’accorder, le souverain abdiquerait en faveur de son fils. Dans ce cas, il serait mit fin à la régence actuelle, et un autre régent serait nommé : on devine à qui le Prince réservait ce rôle ! », écrit W. Smith. Napoléon III, loin d’être un demeuré, ne donna aucune suite favorable à cette idée fantaisiste. A Paris, l’Impératrice et le gouvernement Palikao géraient au mieux la crise.La ville s’apprêtait à être mise en état de siège et l’Impératrice fit transformer une partie du palais des Tuileries en hôpital… Ce fut le 21 août 1870 que le général Trochu rencontra les tribuns républicains : Jules Favre et Ernest Picard. « Ils décidèrent de proposer à Palikao [le général Cousin-Montauban] la participation du Corps législatif à la direction des affaires. » Sept jours plus tard, l’Impératrice envoya le corps d’armée du général Vinoy renforcer l’armée du maréchal de Mac-Mahon. Paris comprenait désormais trop peu de troupes. Le 28 août se déroula la bataille de Beaumont, perdue par le général Failly… L’Impératrice dans la tourmente continue de représenter le pouvoir légal, celui qui lui a été remis des mains de Napoléon III, avant son départ pour l’armée. Eugénie achevait de préparer la ville à un siège qu’elle considérait comme inévitable ; elle envisageait de continuer le combat ailleurs si la ville capitulait. Le 3 septembre 1870, en fin d’après-midi, Eugénie reçoit une dépêche transmise par le ministre de l’Intérieur : la capitulation de Sedan a eu lieu la veille ! L’Impératrice réunit alors un conseil des Ministres à 18 heures alors qu’à la Chambre et dans les rues circule déjà le bruit alarmant d’une défaite. Les Républicains peuvent alors déclencher leur prise de pouvoir ; toutes les circonstances favorables sont réunies : éloignement définitif de l’Empereur de la capitale, une défaite cuisante qui entraîne une capitulation de l’armée. « Les leaders de l’opposition, voulant maintenant brusquer les choses, s’étaient rendus au domicile de Schneider, le président du Corps législatif, pour lui demander de convoquerla Chambre en séance de nuit. » on contacta dans le même temps le général Cousin-Montauban afin de lui proposer de prendre la tête d’un gouverneEugénie-202x300 Impératrice Eugéniement. Celui-ci refusa. Jules Favre passe à l’attaque en demandant la déchéance de l’Empire mais la majorité la repoussa.Le dimanche 4 septembre 1870, l’Impératrice se leva à sept heures et entendit la messe dans on oratoire privée. A 8 huit heures et demie, elle présida la séance du Conseil. Certains, à l’issue de ce dernier, lui apportèrent une proposition d’abdication qu’elle refusa en affirmant : « La meilleure solution serait de se serrer autour de mon gouvernement, de laisser de côté quant au présent, toutes les questions intérieures et d’unir étroitement nos efforts pour repousser l’invasion. Quant à moi, je suis prête à aller n’importe où, avec le Corps législatif, pour continuer la lutte. » Un désordre commençait à s’installer dans Paris. Le matin, des bandes d’émeutiers organisées et non le peuple répondant à un soulèvement spontané, avaient envahi les alentours du corps législatif aux cris de « Déchéances ! » ou encore d’ « A bas l’Empereur ! » ; mais le bâtiment restait protégé par sa garde. Vers 15 heures, le chef de service d’ordre reçut un message de… Trochu !  Ce dernier lui ordonnait de laisser entrer la foule massée sur le quai. La salle de séance fut envahie. La déchéance fut à nouveau réclamée et fut prononcée par Léon Gambetta, si farouchement hostile au régime impérial. Jules Favre proposa de se rendre à l’hôtel de ville afin d’y proclamer la République. Rencontrant le général Trochu, à cheval, il l’invita à le suivre ; ce qu’il fit sans hésiter. Chevreau, le ministre de l’Intérieur informa l’Impératrice de ce qui s’était passé au Corps législatif. Eugénie, voulant connaître l’état d’esprit de la capitale, expédia le comte de Lezay-Marnésia chez Piétri, le préfet de Police, le priant de venir aux Tuileries. Vers 16 heures, ce dernier arriva au palais et conseilla sans hésitation à Eugénie de s’en aller. Le palais des Tuileries possédait une petite garnison commandée par le fidèle général Mellinet.  « Comme la foule menaçante s’était massée jusque devant la grille, le général alla voir l’Impératrice pour prendre ses ordres. Elle répéta qu’en aucune circonstance on ne devait tirer sur le peuple et elle ordonna au général de retirer ses soldats », écrit W. Smith. Un peu avant 16h30, l’Impératrice quitta les Tuileries accompagnée seulement de madame Lebreton, sa lectrice, du prince de Metternich, ambassadeur d’Autriche et comte Nigra, ambassadeur d’Italie. La foule approchait du palais. Eugénie sortit par la grande porte donnant face à l’église Saint-Germain l’Auxerrois. Un gamin la reconnut et s’écria « Voilà l’Impératrice ! », il eut à peine le temps de lancer son exclamation que le comte Nigra le fit taire sans ménagement. Mme Lebreton hèle un fiacre et indique au cocher l’adresse d’un conseiller d’État, M. Besson, qui demeure boulevard Haussmann. En lisant l’excellent « Mémoires » du docteur T.-W. Evans, dentiste du couple impérial, on peut connaître la suite des événements. Le dénommé Besson absent, l’Impératrice décide de se réfugier chez Evans. C’est lui qui assure la fuite de la souveraine vers l’Angleterre, après un parcours plein d’inattendus passant par Évreux et se terminant à Trouville-sur-Mer, avant une traversée par gros temps au cours de laquelle l’Impératrice crut sa dernière heure arrivée… Le 4 septembre 1870, la République, troisième du nom, fut donc proclamée. Le 5 septembre, Victor Hugo, qui avait espéré un temps un portefeuille ministériel lors de l’accession au pouvoir en 1848 du futur Napoléon III, alors Prince-Président,  rentre en France, de son exil de Guernesey ; proscrit en 1851, le célèbre écrivain avait refusé l’amnistie de 1859. Le 8 septembre, l’impératrice débarque en Angleterre, meurtrie, blessée, mais ayant échappée la tourmente révolutionnaire. Les Thiers, Gambetta, Favre, Ferry et autres Jules Simon pouvaient régner en maître désormais, entraînant dans leur sillage les oublieux qui se plurent tant à rabaisser Napoléon III, Eugénie, quitte à les salir par la calomnie, à détruire les aspects positifs de ce Second Empire encore méconnu de nos jours.

Soixante-dix ans plus tard, cette IIIème République s’effondrera dans une défaite ; et quelle défaite ! Celle de 1940, entraînant cinq ans d’occupation allemande, laissant la France exsangue, à l’issue de la deuxième guerre mondiale.

Capitaine Paul MATZYNSKI

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
( 4 septembre, 2019 )

Wellington et ses Anglais…

wellington.jpg

Un extrait du témoignage du si observateur Poumiès de la Siboutie. Il se situe durant la seconde Restauration.

———

« En général, les Anglais, à quelque rang qu’ils appartinssent, se montraient ce qu’ils sont toujours et partout : rogues et hautains. Wellington leur donnait en cela l’exemple. Il ne parlait de la France, de notre armée, de Napoléon, qu’avec mépris. Cependant, comme il faut être juste avec tout le monde, même avec ses ennemis, on ne peut s’empêcher de reconnaître en lui de grandes qualités militaires. Pendant la guerre d’Espagne, nos officiers étaient les premiers à reconnaître sa grande habileté. Il n’acceptait le combat que lorsque toutes les chances étaient pour lui; lorsqu’elles lui paraissaient contraires, il ne craignait pas de se retirer devant l’ennemi. Avant tout, avare du sang de ses soldats, il ne les exposait jamais inutilement, bien différent en cela de mauvais généraux qui attaquent toujours. Dans sa retraite de Miranda, il ne laissa sur la route qu’une charrette dont l’essieu était cassé. Ses soldats étaient toujours parfaitement nourris, habillés, entretenus de tout, tandis que ses adversaires n’avaient pas même le strict nécessaire. Est-ce une raison pour comparer Wellington à Napoléon, pour le mettre au-dessus comme le font les Anglais ? Il ne lui va pas à la cheville. »

(Dr POUMIES DE LA SIBOUTIE, « Souvenirs d’un médecin de Paris … », Plon , 1910, p.171)

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
( 4 septembre, 2019 )

Massacres de mamelucks à Marseille en 1815 !

s-l500 (6)

« A Marseille, le 25 juin 1815 au soir, les troupes commandées par le général Verdier évacuent non sans peine la ville ; des soldats sont tués, quelques cavaliers s’échappent en criant « Vive l’Empereur ! » ; et la nuit venue, l’émeute royaliste se déclenche, la foule enfonce les portes des maisons habitées par des bonapartistes, jette le mobilier par les fenêtres et massacre les occupants : au bilan, une douzaine de morts. Le lendemain, c’est mieux ; après avoir tué onze personnes suspectes de républicanisme, une bande attaque le quartier où se sont installés les débris d’une colonie de mamelouks et d’orientaux venus d’Égypte à la suite de Napoléon ; on les poursuit dans les maisons où ils se sont réfugiés et on les égorge sous prétexte qu’ils auraient tenue des propos séditieux pendant les Cent-Jours ; des femmes, des enfants sont massacrés dans le fort ; une vieille négresse servante des mamelouks, sommée de crier « Vive le Roi ! » répond : « Non, Napoléon me fait vivre… Vive Napoléon ! » Jetée à l’eau et déjà blessée, elle s’enfonce, reparaît en criant : « Vive…,» une balle l’atteint, elle disparaît mais son bras s’agit un instant au-dessus de l’eau « comme si elle voulait achever par signe le cri commencé ». En vérité, on s’attendait peu à trouver là des fidélités aussi tenaces. Treize Égyptiens payèrent… Mais il n’y eut pas seulement des assassinats en série ; un vieux soldat aux cheveux blancs est froidement abattu « devant le café Ricard » ; ailleurs un père et son fils liés dos à dos servent de jouets au peuple qui les tue lentement, avec raffinement, à coups de bâton, de pierre, de crosse qui « font jaillir le sang de l’un sur l’autre » ; un notable Anglès-Capefigue, homme doux, inoffensif, mais ancien ami de Masséna, de Barras et du maréchal Brune, est  écharpé, traîné dans une écurie derrière sa maison où on l’achève à coups de sabre ; sa mère entend ses crois.-Un tambour de la Garde nationale se vante d’avoir avec son sabre donné « un bon tour de clé » dans le ventre d(‘un officier bonapartiste caché entre deux tonneaux… ; des farandoles s’esquissent autour des cadavre et dans le pays les 25 et 26 juin 1815 seront connus sus le nom de Jour[s] de la Farce ».

(J. LUCAS-DUBRETON, « Le Culte de Napoléon, 1815-1848 », Editions Albin Michel, 1959,pp.29-30)

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 4 septembre, 2019 )

Une lettre méconnue de Guillaume Peyrusse…

01024285.jpg

La lettre qui suit ne figure pas dans mon édition critique des  « Mémoires » de ce personnage, publiée en 2018,  ni dans le volume des lettres échangées entre Guillaume et André son frère, paru en 1894. Elle est extraite de l’ouvrage publié (par la société historique La Sabretache) en 1912 et intitulé « Lettres interceptées par les Russes durant la campagne de 1812 ». 

C.B. 

———————

A Leroux, agent de change, rue Bergère, n°14, à Paris. 

Smolensk, le 11 novembre 1812. 

Monsieur, je suis fâché que vous ayez donné connaissance à M. Chambellan [caissier d’André Peyrusse, frère de Guillaume] de l’envoi que je vous ai fait. Il en a parlé à mon frère et voici ce qu’il m’écrit : « J’ai vu avec bien de la peine que tu ne mets pas assez de mystère dans tes opérations et que les envois de fonds, que tu fais à M. Leroux et dont il a l’imprudence de parler, peuvent donner des préventions contre toi, quoique ces fonds t’appartiennent bien. Tu connaîs Chambellan. J’ai été le voir dans son bureau, et la première chose qu’il m’a dit : « Eh bien, je savais que votre frère fait là-bas de très bonne opérations, il vient d’envoyer à Leroux 20.000 francs qu’il a gagnés dans une opération. Il a écrit à Leroux que c’était le fruit de ses économies, mai  nous savons bien ce que cela veut dire, et s’il continue sur ce pied il n’aura certainement pas besoin de place. Au surplus, je le désire pour lui. Voilà ce qu’il m’a dit, mon cher, et tu peux penser ce qu’il doit dire aux autres, et quelle étendue il doit donner à ses sentiments de jalousie ! »  Je ne vous fais pas de reproches, mais je vous prie de ne plus dire à l’avenir ce que nous ferons ensemble. Je ne crains les observations de personne, mas je n’aime pas qu’on sache mes affaires, parce qu’on est toujours disposé à des préventions fâcheuses contre un comptable. Vous avez vu par les journaux que nous avons quitté Moscou le 19 octobre [1812]. Ce n’était p lus qu’un amas de ruines fumantes. En quittant, on a fait sauter le château impérial et mis le feu aux édifices que les flammes avaient respectés. Nous usons avec ces barbares de justes représailles. S.M. étant décidée à opérer la retraite pour aller hiverner en Pologne, a voulu avant de partir donner encore aux Russes la mesure de ses forces, elle a été à leur rencontre à Berowsk, les a chassés dans la ville de Maloïaroslavets, a enlevé leur position et, pendant soixante heures, leur a tué et mis hors de combat 8.000 hommes.

On a mis le feu à la ville et après cet adieu nous avons fait volte-face pour opérer notre retraite. Elle se fait en bon ordre malgré la dureté de la saison. Les cosaques nous suivent, mais on les éloigne à coups de canon.  J’ignore dans quelle ville de Pologne nous hivernerons ; je crains bien que ma rentrée à Paris ne soit pas prochaine. S.M. jouit d’une santé parfaite. L’armée, en opérant sa retraite, la voit tous les jours dans ses rangs. Nous ne faisons que 6 lieues par jour pour ne rien laisser en arrière. Tous les blessés, tous les malades sont transportés. Chacun en a pris dans ses voitures, nous en avons 32 dans notre convoi. 

Agréez l’assurance, etc. 

Guillaume PEYRUSSE. 

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
|