• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 5 septembre 2019
( 5 septembre, 2019 )

Parce que Paris sera toujours Paris…

Publié dans INFO par
Commentaires fermés
( 5 septembre, 2019 )

Le vol durant la campagne de Russie…

Le vol durant la campagne de Russie… dans TEMOIGNAGES 06509433Durant la retraite les soldats, dit Pion des Loches dans ses mémoires, étaient devenus voleurs. Ils volaient à un camarade un reste de galette ou un morceau de cheval. Ils jetaient un malade à bas de sa monture pour lui prendre la bête et la dépecer à coups de sabre ; ce qui se faisait si vite qu’en un quart d’heure le cheval n’était plus qu’un squelette. Plus d’un officier se croyait suivi par son cheval et tout à coup il remarquait qu’il n’avait plus que les rênes passées autour du bras ; il se retournait ; le cheval était pris, découpé, partagé. L’habitude du pillage et l’égoïsme qui régnait avaient étouffé toute probité ; On volait l’argent, les bijoux, les vêtements. Il fallait tout porter sur soi, et encore ! On enlevait des fourrures sur le dos des chevaux  et la marmite sur le feu. La nuit, les voleurs se mettaient à crier  hourra et à tirer des coups de fusil pour faire peur à leurs compagnons et saisir sans danger ce que les poltrons abandonnaient. La manière dont on vole, dit le futur maréchal de Castellane, dans son « Journal », est horrible. On prit à Chabot, pendant son sommeil, son chapeau sur lequel il appuyait la tête. Même au pont de la Bérézina, des traînards profitèrent de l’embarras pour piller les voitures et enlever les chevaux. Même le pont franchi, le vol continua ; ceux qui venaient de passer furent dévalisés de vive force par des soldats du 1er corps  qui leur prirent leur porte-manteau.

Arthur CHUQUET

(« 1812. La Guerre de Russie. Notes et Documents. Troisième série », Fontemoing et Cie, Editeurs, 1912,  p.101)

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 5 septembre, 2019 )

Pierre-Alexandre Fleury de Chaboulon (1779-1835).

Mémoires Fleury

Âgé de trente-six ans, avait débuté comme auditeur au Conseil d’État. Sous-préfet de Château-Salins depuis 1811, il s’y était distingué lors de l’invasion de 1814, ce qui lui valut d’être surnommé par Ney « l’intrépide sous-préfet ». Décoré de la Légion d’honneur à cette occasion, chargé de galvaniser la résistance à Reims, il en devient sous-préfet pendant les quelques semaines qui précèdent la chute de l’Empire. La Restauration le laisse sans emploi. Désœuvré, brûlant de servir, il rend visite à Maret, vraisemblablement dans la première quinzaine de janvier 1815 et le met au courant  du projet qu’il a formé d’entreprendre le voyage de l’île d’Elbe. Maret, l’aurait incité à brosser de la situation en France un rapport très complet et, pour mieux l’accréditer, lui aurait confié un secret connu de l’Empereur et de Maret seuls. Fleury se met en route, mais au lieu de couper au plus court, il suit un itinéraire de conspirateur qui, en plein hiver, le mène de Milan à La Spezzia en traversant les Apennins par des chemins muletiers. Après mille péripéties rocambolesques dans les montagnes ; où il tombe malade, et sur mer, il parvient aux Mulini déguisé en matelot. Son voyage, qu’un courrier pressé accomplirait en une dizaine de jours, a duré un bon mois. Napoléon, deux soirs de suite, le reçoit secrètement. La première fois il lui pose des questions sur l’opinion publique, l’armée, la politique des Bourbons, le sonde sur ses chances de reprendre le pouvoir ; Fleury, s’appuyant sur l’opinion de Maret, l’encourage, agite le spectre d’une régence de Marie-Louise s’il ne se décide pas, dépeint la France lasse et impatiente de son retour… Le lendemain on envisage les réactions européennes ; la fatalité d’une rupture avec l’Angleterre. Soudain Napoléon se déclare convaincu par les révélations du sous-préfet. Il partir bientôt, « d’ici au 1er avril [1815] ». En attendant, que ce messager de la Providence aille prévenir ses amis, qu’il lui écrive en code l’état des régiments stationnés de la Provence à Lyon, mais auparavant qu’il fasse le crochet de Naples et obtienne un passeport pour rentrer en France sans être inquiété… Telle est la version donnée par Fleury de Chaboulon de ses conversations avec l’Empereur. Malgré les invraisemblances dont elle fourmille, Houssaye n’hésite pas à lui attribuer une importance historique : les arguments de ce fonctionnaire persuasif auraient transformé en projet, jusque-là vaguement ébauché, en plan d’exécution immédiat. Certes, Napoléon pendant les Cent-jours a prodigué à Fleury de Chaboulon des marques d’estime et de confiance : le poste de quatrième secrétaire à son cabinet, la rosette de la Légion d’honneur, surtout une mission confidentielle à Bâle pour tenter de déjouer les intrigues de Fouché et de Metternich. Ces faits témoignent d’une faveur certaine. Napoléon avait été sensible au zèle du jeune homme ; seul civil et seul fonctionnaire, entre tant d’officiers en quête de gagne-pain, à être venu jusqu’à lui, sans quémander, rien que pour l’honneur d’apporter des informations qu’il croyait inédites. «  (G. Godlewski, « Trois cents jours d’exil.… », pp.223-225). Dans ses « Mémoires », publiés la première fois à Londres, en 1819-1820, et qui comprennent 2 volumes, Fleury de Chaboulon fait preuve d’une « insupportable vanité ». Il y interprète d’une façon très personnelle les conversations qu’il aurait eues avec l’Empereur. Selon G. Godlewski, « pour développer plus librement sa propre apologie, il imagine un personnage fictif le colonel Z…, qui serait rendu à l’île d’Elbe et lui aurait remis pendant les Cent-Jours le manuscrit de ses entretiens avec Napoléon ». A noter enfin le fait qu’à Sainte-Hélène, Napoléon lira les « Mémoires » de Fleury de Chaboulon et les annotera copieusement. Il faudra attendre 1901, pour qu’une édition reproduisant les annotations de l’Empereur soit publiée.

C.B.

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
|