( 19 septembre, 2019 )

MOSCOU après l’INCENDIE…

« 18 septembre. Nous quittâmes le château de Petrovski [Peyrusse avait suivi Napoléon et son entourage lorsque ce dernier quitta Moscou provisoirement le 16 septembre], et je repris, au Kremlin, mon logement auquel on arrivait par l’escalier des Lions.

19 septembre. Il me tardait infiniment de parcourir cette ville infortunée. Je visitai les quais dela Moskowa. Quoique la population eût entièrement disparu, néanmoins, il restait encore beaucoup de ces êtres malheureux que la misère force à regarder tous les événements avec indifférence. Privés jusqu’à ce jour d’un asile fixe, ils s’abritaient au milieu des décombres avec des planches à moitié consumées et y vivaient de pillage. On rencontrait errant dans les rues, une classe d’hommes la plus misérable de toutes, puisqu’elle racheta ses crimes par des crimes nouveaux : c’est celle des forçats auxquels on avait ouverts les cachots. Ils se signalaient par l’audace et la plus barbare cruauté. Munis de briquets phosphoriques, ils rallumaient l’incendie sur tous les points où il paraissait s’éteindre, se glissant furtivement dans les combles des grandes maisons, et échappant à toute poursuite au milieu du désordre et de l’embrasement. J’ai continué mes excursions. Le diamètre de cette ville immense est de près de sept lieues. MOSCOU après l'INCENDIE... dans TEMOIGNAGES Mosk-22sept18121-300x218

Cinquantre-trois rues principales dont plusieurs ont une demi-lieue de longueur, et près de quatre cents rues moyennes coupent la masse énorme de plus de vingt mille maisons. La ville est bâtie sur plusieurs collines et renferme dans son enceinte des parcs et jardins. La plupart des rues sont en montant et descendant. Cette situation vous fait voir une ville autour de vous, une autre à vos pieds, et une troisième sur la pente vis-à-vis.La Moskowa etla Jansa traversent la ville dans plusieurs sens. Au centre de la ville est le Kremlin. Cette forteresse qui a la forme d’un triangle parfait est célèbre dans les annales russes. Depuis sa fondation, elle n’avait jamais été prise ; du moins, une fausse tradition le faisait croire ainsi. Le Kremlin renfermait le palais du Czar, l’arsenal, la chancellerie et le palais du Sénat ; le Kitaï-Gorod (ville chinoise) : on appelait ainsi la bourse qui renfermait les marchandises du monde entier. Je suis descendu par le grand escalier, en face de la maison des enfants trouvés, monument moderne et d’un style sévère ; plusieurs ailes avaient été consumées. Beaucoup de blessés avait été la proie de l’incendie. Ala Bourse, toutes les boutiques étaient au rez-de-chaussée, sous des portiques. Chaque nature de marchandises avait son quartier. Cette immense enceinte ne renfermait plus que des décombres : on ne voyait que des bâtiments écroulés, des pans de murs noircis par les flammes, et des ruines encore fumantes. L’incendie avait commencé par ce quartier, et comme il avait trouvé beaucoup d’aliment, il ne restait que les murs. Tout avait été englouti dans ce gouffre de feu qui avait dévoré des millions de marchandises. Je suis rentré par la porte de l’arsenal, le pillage continuait encore ; les maisons que la flamme n’avait pas pu atteindre étaient enfoncées et mises au pillage.

22 septembre. Presque toutes les maisons de Moscou sont en bois. Avant de les construire, les architectes en exposent les modèles sur la place dite des maisons. Elles sont surchargées d’ornements d’architecture en plâtre stuqué. On aperçoit partout le faire italien. J’ai visité plusieurs églises ; les incendiaires avaient respecté ces monuments sacrés, plusieurs familles s’y étaient réfugiées, et chacune d’elles s’était établie dans une chapelle avec les meubles qu’elle avait pu arracher aux flammes. Je saluai avec respect ces victimes du malheur ; leur douleur était muette. Je vis des tableaux à fresque d’une composition bizarre. On voit le goût oriental régner à l’extérieur. Chaque église, outre son clocher principal dominant tous les autres, a quatre autres petits clochers en forme de tourelles. Un dôme sphérique en saillie domine tous ces clochers ; une double croix grecque et souvent un croissant au milieu de l’arbre qui la supporte, vient se finir par d’énormes chaînes aux dômes inférieurs. J’ai continué à errer toute la matinée au milieu des ruines, parmi les décombres, satisfait de pouvoir de loin en loin trouver quelques maisons échappées aux flammes.

23 septembre. Dans la nuit, le feu s’était déclaré dans l’hôpital Scheremotoff et dans le palais Orloff. L’étendue de ce palais était immense ; la beauté de l’ameublement répondit à l’élégance des jardins et du parc. Tant d’horreurs ne pouvait plus être tolérées. Il était impossible que Sa Majesté restât longtemps impassible spectateur d’une si horrible dévastation. Après les perquisitions les plus empressées, on s’empara de vingt-six incendiaires. Une commission fut nommée pour informer contre eux. J’ai visité le jardin botanique de l’Université ; il était abandonné. Le palais était converti en casernes ; c’est un édifice magnifique. Ce quartier n’avait pas été épargné.

24 septembre Dix incendiaires trouvés nantis de lances goudronnées ont été condamnés à mort ; ils ont avoué leur scélératesse et la mission qu’ils avaient reçue. Les seize restants ont été détenus comme n’étant pas suffisamment convaincus. Parmi les détenus, deux appartenaient à la bourgeoisie ; ils déclarèrent que le gouvernement russe, en ordonnant ce grand acte de barbarie, avait eu le double motif de ranimer l’énergie des habitants en entretenant dans le pays une haine violente contre nous et en nous rendant un objet d’exécration ; en outre, d’anéantir toutes les ressources qui auraient pu prolonger notre séjour, nous contraindre à une retraite plus prompte. Depuis le règne de Catherine II, Moscou était un objet de jalousie pour Pétersbourg et pour la Cour. Dans Moscou, la noblesse était sur un pied plus grand qu’à Petersbourg ; son esprit d’indépendance donnait de l’ombrage au Gouvernement. L’occasion d’anéantir cette ville rivale et de faire plier sous le joug de l’autorité cette noblesse frondeuse, a pu entrer comme motif secret dans une détermination où l’on doit admirer le dévouement le plus généreux et la plus haute énergie. J’ai visité le palais d’Astankina ; il est magnifique. Des incendiaires s’étaient introduits dans les combles et les souterrains et se disposaient à y mettre le feu ; mais les recherches de la police avaient pu le préserver. Il était debout au milieu des ruines ; mais une partie des jardins avait été desséchée par le feu. »

Baron Guillaume PEYRUSSE, « Mémoires ». L’auteur occupait (depuis début mars 1812) lors de cette campagne, les fonctions de Payeur du Trésor de la Couronne.


 

 

 

 

 

 

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ MOSCOU après l’INCENDIE… ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|