• Accueil
  • > Archives pour novembre 2019
( 30 novembre, 2019 )

Découvrez un blog dédié à celle qui incarna le rôle de l’impératrice Joséphine dans le film « Austerlitz » d’Abel Gance (1960)…

Publié dans INFO par
Commentaires fermés
( 30 novembre, 2019 )

Lettre du chef de brigade Lasalle au général Dugua…

Lasalle

Cette lettre a été publiée la première fois en 1895 dans le « Carnet de la Sabretache ».

REPUBLIQUE FRANCAISE Liberté  Égalité Armée d’ÉgypteSiout, le 24 fructidor an VII (10 sept.1799)

CHARLES LASALLE, chef de brigade, commandant le 22ème régiment de chasseur à cheval, au général de division DUGUA. 

Il ne me manquait plus mon Général, que le départ du général Bonaparte, pour me rendre le séjour de l’Égypte plus insupportable ; ma fois, ne partez pas, car je jetterai le manche après la coignée ou bien vous m’emmènerez avec vous ; vous aurez bien assez d’amitié pour moi pour m’adjoindre à votre voyage, dussé-je le faire en qualité de marmiton, métier que j’ai appris assez bien en faisant campagne. On parle ici diversement du départ de notre général ; les uns (et je crois que ce sont des sots) n’y vient que trahison ; d’autres, et c’est le plus grand nombre, l’envisagent comme un rayon de bonheur : ou, dit-on, il viendra du renfort, ou la paix se fera et nous retournerons dans notre chère patrie. Là où on parle de « patriotes », mais je soutiens que nul ne l’est, sinon les individus de l’armée d’Égypte. Je regrette infiniment de ne m’être pas servi de l’occasion du départ du général en chef pour écrire à ma mère et à mon amie. Comme je présume (autant qu’on peut le faire à cent lieues), que les communications avec la France sont plus faciles, je prends la liberté de vous faire passer un paquet pour la mère, que je vous supplie d’expédier s’il est possible ; puisse-t-il la consoler, puissé-je en recevoir réponse ! J’ai encore quelques-unes de ses anciennes lettres, dont j’ai usé les caractères à force de les lire ; je conserve aussi les vôtres ; j’ai toujours celles d’Italie, et je les relis toujours avec le même plaisir, parce que j’y trouve le témoignage de votre amitié à laquelle j’attache tout le prix inimaginable. Veuillez me la conserver et ne pas douter un instant de mon profond respect. 

Ch. LASALLE.

 P.S. J’embrasse Duguanon et lui souhaite plus de bonheur qu’à moi. 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 30 novembre, 2019 )

L’incendie de Smolensk…

smolensk.jpg

Stendhal a dit que l’incendie de Smolensk était un beau spectacle, si beau, si rare qu’à 7 heures du soir, et bien qu’il n’eut rien pris depuis 10 heures du matin, malgré la crainte de manquer le dîner, malgré les obus que les russes lançaient à travers les flammes, il alla « tout à fait au bord » et rentra dans son quartier trois heures après.

Encore fut-ce pour le trouver en feu ; les maisons voisines de la sienne étaient embrasées. Pour la préserver, on fit percer le toit en cinq ou six endroits et on y plaça, comme dans les chaires à prêcher, cinq à six grenadiers de la Garde qui battirent à grands coups de gaule les étincelles et les firent tomber. Cet incendie de Smolensk fit une vive impression sur la Grande-Armée. Ségur le décrit ainsi : « Lobau fit jeter des obus dans la ville. On vit alors s’élever de plusieurs points d’épaisses et noires colonnes de fumées, des lueurs incertaines, puis des étincelles. Enfin, de longues gerbes de feu jaillirent de toutes parts. C’étaient comme un grand nombre d’embrasements. Bientôt, ils se réunirent et ne formèrent plus qu’une vaste flamme qui s’élevait en tourbillonnant, couvrait Smolensk et la dévorait toute entière avec un sinistre bruissement ! » Bourgoing reconnaît que de tous les lieux qu’il vit en 1812, l’antique forteresse de Smolensk est peut-être celui qui resta le plus profondément empreint dans son souvenir à cause de la sublime horreur de l’incendie : « Ce vaste incendie avait produit un nuage si colossal qu’il avait la dimension de ces nuées d’orage qui envahissent près d’un tiers de la voûte céleste. En avant de ces jets de feu et de ces tourbillons de fumée se dessinaient les hautes murailles de la ville russe. D’immenses et sombres créneaux de brique rouge en festonnaient toute l’enceinte, et les plus lettrés de mes camarades comparaient cette vieille ville forte dévorée par les flammes à la ville de Troie, telle que se la représentaient leurs classiques souvenirs. »  Comme Bourgoing, le général van Dedem dépeint l’incendie de Smolensk en termes saisissants et, comme Bourgoing, il se rappelle l’Eneide. L’incendie de Moscou, dit-il, est la plus belle horreur qu’il ait vue, un spectacle unique, majestueux, imposant, et le 16 septembre, lorsque l’Empereur se réfugiait à Petrovski, durant toute la nuit, il contempla ce spectacle : « A plus de deux lieues, la lueur des flammes éclairait la route, et, en approchant, comme le vent était très violent, on les voyait ondoyer de m^me qu’une mer en fureur. » Mais l’incendie de Smolensk a peut-être frappé plus vivement le général hollandais : il lui sembla grandiose : « Le feu, à Moscou beaucoup plus étendu, avait quelque chose de moins poétique ; mais les murs élevés de Smolensk, les vastes tours au-dessus desquelles les flammes jaillissaient avec force, me représentèrent Ilion dans la fatale nuit que Virgile nous a décrit avec tant de beauté. » 

Arthur CHUQUET 

 

Publié dans JOURS D'EPOPEE par
Commentaires fermés
( 28 novembre, 2019 )

Trois épisodes de la campagne de France, d’après le témoignage du général Dautancourt.

Trois épisodes de la campagne de France, d’après le témoignage du général Dautancourt. dans TEMOIGNAGES 1814-300x194Après la bataille de Hanau et celle de Montmirail, nous retrouvons Dautancourt présent à Montereau, à Berry-au-Bac et à Craonne. 

Montereau, 18 février 1814.

Le général Lion, commandant les quatre escadrons de service près de l’Empereur, ayant été légèrement blessé le 14 février, à Vauchamp, le général Dautancourt fut appelé au commandement de ces escadrons le 15 au matin, à Montmirail, et quitta ainsi le commandement de la brigade des vieux dragons et vieux grenadiers. Ce fut  à la tête de trois de ces escadrons de service (les Polonais, les chasseurs et les dragons, l’Empereur ayant conservé près de lui les grenadiers) que le général Dautancourt passa le pont de Montereau le 18 février et déboucha dans la plaine, entre l’Yonne et la Seine, sur la route de Bray. Il y fut battu en front par une grêle de boulets et d’obus, tandis que l’ennemi, qui se retirait par la rive gauche de l’Yonne, le canonnait et le prenait en flanc et d’écharpe. Cette position n’était pas tenable longtemps. Mais il fallait manœuvrer pour donner à l’armée le temps de déboucher ; aussi les escadrons reçurent-ils ce feu avec le plus grand calme, malgré la perte de plusieurs braves, perte qui eût été plus considérable si le terrain humide n’eût englouti une forte partie des projectiles ennemis et surtout si son feu eût été mieux dirigé. 

Berry-au-Bac, 5 mars 1814. 

Le 5, la cavalerie de la Garde, toujours commandée par le général Nansouty, arriva devant Berry-au-Bac vers deux heures l’après-midi. Le chef d’escadron Skarzinski, qui combattait l’avant-garde des lanciers polonais, se précipita sur le pont défendu par une division de cavalerie ennemie et deux pièces de canon et l’enleva. La division de cavalerie de la Garde la suivit. L’impétuosité de l’attaque fut telle que l’ennemi ne put faire qu’une faible résistance. Il essaya cependant de se rallier au-delà de la Miette dans la plaine qui s’étend de la Ville-aux-Bois au grand Jusincourt. Mais, chargé de nouveau par le brave Skarzinski et voyant toute la division prête à fondre sur lui, il fut mis dans une déroute si complète que je ne crois pas qu’on ait jamais vu de cavalerie fuir avec un abandon aussi désespéré ; pendant plus de deux lieues que dura la poursuite, aucun de ces cavaliers ne fit mine de regarder derrière lui. Parmi les prisonniers se trouvait un prince russe, nommé Gagarin[e], qui déclinait son titre à tue-tête. Il est utile de faire mention ici d’un fait particulier au brave chef d’escadron Skarzinski, dans cette journée déjà si honorable pour lui. Après le passage de l‘Aisne et dans la chaleur de la poursuite, cet intrépide officier supérieur arracha des mains d’un Cosaque une lance très forte ; de ce moment il abandonna son sabre : jeune et très robuste, il ne se servit plus à son tour que de cette arme redoutable particulièrement dans une déroute semblable, et qu’il était connu dans le régiment pour manier avec une adresse et une dextérité surprenantes. Il assommait de coups de travers ces misérables fuyards, en perçait d’autres : imité en cela par quelques autres officiers, leur exemple enflammait les lanciers. La perte de l’ennemi fut grande. La route et ses côtés étaient couverts de lances et le général Dautancourt en fit ramasser beaucoup qui servirent à armer ceux de ses lanciers qui avaient eu les leurs cassés, brisées ou perdues. M.Skarzinski fut, en récompense de sa valeureuse conduite,nommé  baron de l’Empire et l’écu des armes qui lui furent accordées porte un pont dans un de ses quartiers. 

Craonne, 7 mars 1814. 

Le 7 eut lieu la bataille de Craonne. On sait que tous les corps de cavalerie de la Garde, toujours sous le commandement du général Nansouty, rivalisèrent dans cette belle journée, où l’infanterie ajoute, s’il était possible, à sa réputation. Les lanciers polonais, manoeuvrant sous le commandement du général Dautancourt, sur le plateau, à droite du chemin qui conduit à l’Ange-Gardien, et sous le feu de l’artillerie ennemie, perdirent des hommes et des chevaux. L’un de leurs chirurgiens-majors, M. Girardot, pansant des blessés en-arrière du régiment, eut la cuisse fracassée par un biscayen. On le transportait à l’ambulance, où l’amputation fut reconnue indispensable et opérée. S’apercevant qu’il passait devant l’Empereur, ce brave homme, qui avait fait toutes les campagnes avec le régiment, salua ce souverain d’une voix forte et du vivat accoutumé. Il fut nommé baron de l’Empire. 

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 28 novembre, 2019 )

Le général Bachelu

bachelu.gif

Gilbert-Désiré-Joseph Bachelu est né le 9 février 1777 à Dôle (Franche-Comté).Reçu en l’an II à l’école du génie de Metz, en qualité d’élève sous-lieutenant.Nommé capitaine en l’an IV, il fait la campagne du Rhin puis la campagne d’Egypte où il est nommé chef de bataillon en l’an VIII. Après son rapatriement, il passe colonel du génie et embarque pour Saint-Domingue. De retour en France, il exerce les fonctions de chef d’état-major du génie au camp de Boulogne de l’an XI à l’an XIII, où il devient membre de la Légion d’honneur le 19 frimaire an XII et officier de l’Ordre le 25 prairial. Le 12 nivôse an XIII, il prend le commandement du 11ème de ligne ; à sa tête, il participe à la campagne d’Austerlitz puis à celle de Dalmatie. Il est nommé général de brigade le 5 juin 1809, se distingue à Wagram et au siège de Dantzig, ville dont il est nommé commandant en second en 1811. Il obtient le titre de baron de l’Empire le 29 août 1810. En 1812, il fait la campagne de Russie, puis revient à Dantzig dont il assure la défense jusqu’au 1er janvier 1814.

Il est nommé général de division le 26 juin 1813. Revenu en France, il reçoit la croix de Saint-Louis le 19 juillet 1814. Au retour de l’île d’Elbe, Napoléon lui confie le commandement de la 5èmedivision du 2ème corps (général Reille).Il se bat aux Quatre-bras et il est blessé à Mont-Saint-Jean. 

Après le licenciement de l’armée de la  Loire, il est arrêté et condamné à l’exil. Rappelé en 1817, il est replacé à l’état-major de l’armée. Il est finalement admis à la retraite en 1824. Bachelu s’éteint le 16 juin 1849 à Paris.

Son nom est inscrit sur l’Arc-de-Triomphe de l’Étoile, côté sud. 

Capitaine P. MATZYNSKI

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
( 27 novembre, 2019 )

Le passage de la Bérézina ou un voyage dans l’enfer blanc…

 

06502480.jpeg

 

Du 26 au 29 novembre 1812, se déroula le dernier acte de la Campagne de Russie. Après avoir procédé à la réorganisation de ses troupes à Orcha, Napoléon apprend que les ponts de Borisov, enjambant la Bérézina sont aux mains des Russes. Il faut pourtant passer. L’Empereur ordonne alors un important mouvement de troupes au Maréchal Oudinot devant la petite ville de Borisov afin de tromper l’amiral russe Tchitchakov, puis charge le Général du génie Eblé de construire dans l’urgence deux ponts au gué de Studianka. Le passage des troupes s’effectue alors dans des conditions météréologiques extrêmes: si dans la journée le froid n’est pas excessif, la nuit la température oscille entre moins 20 degrés et moins 30 degrés…Trois batailles se déroulent autour des ponts. A Borisov, le Général Partouneaux et sa division se heurtent à Tchitchakov. Le Général Doumerc et sa cavalerie effectuent des charges héroïques sur la rive opposée de Studianka à Brill; enfin le dernier combat se situe aux abords même du gué de Studianka. Les 25 000 hommes qui constituaient le noyau dur de l’armée sont sauvés mais il fallut abandonner aux mains de l’ennemi autant de blessés et une très grande quantité de bagages. Le 26 novembre 1812, 9300 combattants passèrent sur l’autre rive; le 27 novembre, de nombreux corps d’armée passent devant l’Empereur en personne. Etonnamment, les Russes ne se sont pas encore montrés. La Division Partouneaux capitule le 28 novembre (à 7 heures du matin). 

Selon Alain PIGEARD, d’un point de vue stratégique, la Bérézina est une victoire française dans la mesure où l’armée russe avait pour objectif principal d’empêcher les français de passer cette rivière et qu’elle n’y réussit pas. 

Quelques chiffres:

Forces Françaises: environ 40 000 hommes.
Forces Russes: 84 000 hommes.

Pertes françaises: 2000 tués
7000 à 10 000 prisonniers plus la division Partouneaux,
soit 4000 tués, blessés et prisonniers.

Pertes Russes: Environ 10 000 tués et blessés et 3000 prisonniers faits sur la rive droite. 

Le capitaine Coignet témoigne…

Le 14 novembre, nous partîmes de Smolensk avec l’Empereur et la vieille Garde à huit heures du matin, pour Krasnoïe. Il arriva le 15 au soir, et attaqua Koutouzov le 17. Le même jour, il établit son Quartier général à Liadj, qu’il quitta dans la nuit avec son état-major. Il arriva avant le jour à Doubrowna et en partit pour Ortza le 19 novembre, au point du jour. Le 20 novembre au soir. il transporta son Quartier général à Baranui, sur la route de Borisov. Le 21, le mouvement général de retraite continua, et l’Empereur vint s’établir à Kokhanow. Les Russes nous serraient de près. Le 22, il apprit que les Russes venaient de s’emparer de la tête du pont et de la ville de Borisov. Il se vit forcé, par suite de cet événement d’exécuter le passage de la Bérézina, attendu qu’il était poursuit  par Koutouzov et Wittgenstein.  Le 24 novembre, l’Empereur vint fixer son Quartier général à Losnitza, et arriva le 26 à sept heures du matin à Studianka, village situé sur le penchant d’une colline qui borde la Bérézina et qui n’est éloigné de cette rivière que d’environ soixante toises. Pour arriver à cette belle position, il faut longer la Bérézina à droite et remonter trois lieues. Nous passâmes devant le grand pont que les Russes avaient brûlé; ce pont est sur pilotis, et ils n’en avaient brûlé que la moitié. Ils étaient de l’autre côté à nous attendre. Ils venaient, dit-on, de Turquie; ils avaient fait la paix avec le Grand Turc. Cette armée était de quatre-vingt mille hommes. Ils étaient dans des bois, en face de leur grand pont, à nous contempler. Mais ils étaient comme nous, dans la neige, sans échanger un seul coup de fusil. Nous étions déjà dans la misèr. À une heure de l’après-midi -26 novembre -le pont de droite fut achevé, et l’Empereur y fit immédiatement passer sous ses yeux le corps du duc de Reggio et le maréchal Ney avec ses beaux cuirassiers. Il nous avait rejoints au passage de la Bérézina. L’artillerie de la Garde passa avec ses deux corps et traversa un marais; heureusement, il était gelé et pouvait porter l’artillerie. Pour pouvoir gagner le village de Zaniwski, ils repoussèrent les Russes à gauche, dans des bois, et donnèrent le temps à l’armée de passer le 27 novembre.

La Bérézina. 

L’Empereur passa la Bérézina à une heure de l’après-midi, et alla établir son Quartier général dans le petit hameau de Zaniwski. Le passage de la rivière continua dans la nuit du 27 au 28. L’Empereur, avant de passer le pont de droite, fit appeler le maréchal Davout, et je fus chargé d’accompagner le maréchal pour garder la tête du pont et ne laisser passer que l’artillerie et les munitions; le maréchal à droite et moi à gauche.

Lorsque tout le matériel fut passé, le maréchal me dit :

« Allons, mon brave! tout est passé, allons rejoindre l’Empereur. » 

Nous traversâmes le pont et un marais profond. Heureusement qu’il était gelé et qu’il pouvait porter notre matériel, sans quoi tout était perdu. Durant notre pénible service, l’Empereur faisait de bonnes  affaires avec les Russes. Il les avait renversés à gauche, dans des bois, avec le corps du duc de Reggio, et le maréchal Ney avait taillé pièces les Russes qui remontaient pour nous couper la route.Nos troupes les avaient surpris en pleins bois, et cette bataille coûta cher aux Russes. Nos braves cuirassiers les ramenaient par mille, couverts de sang; c’était pitié à voir. Nous arrivions sur ce beau plateau, et l’Empereur passa les prisonniers en revue. La neige tombait si large que tout le monde était couvert. On ne se voyait pas ! Mais derrière nous il se passait une scène des plus effrayantes : à notre départ du pont, les Russes dirigèrent sur la foule qui entourait les ponts les feux de plusieurs batteries, qui firent sur ces masses effrayées un effroyable ravage. De notre position, on voyait la foudre tomber sur ces malheureux abandonnés, sans pouvoir leur porter secours. Ils se précipitaient vers les ponts, et les voitures se renversèrent. La confusion fut si grande que les hommes et les femmes se précipitaient sur les ponts et qu’ils se renversèrent dans la Bérézina et furent engloutis dans les glaces. Non, personne ne peut se faire une idée d’un pareil tableau! Combien de personnes de tous sexes et de tous âges restées sur la rive gauche ! Les ponts furent brûlés le lendemain matin à huit heures et demi. Cinq mille personnes périrent à la Bérézina, et un riche butin. » 

Un autre témoignage… 

Celui du wurtembergeois de Suckow. Ce dernier, au sein de la Grande-Armée, participe à la campagne de 1809 en Autriche et à celle de Russie. Lors de cette dernière, il se trouve dans une division wurtembergeoise, la 25ème de la Grande-Armée, rattachée au 3° corps sous les ordres de Ney. « Dès la première heure, nous entendîmes le canon dans le lointain. C’était notre arrière-garde, commandée par le Maréchal Victor et le Général Dombrowski, qui livrait aux Russes un combat des plus violents. Les grondements se rapprochaient sensiblement de nous, et ceci prouvait que nos défenseurs étaient refoulés. Le moment était donc venu de nous en aller, si nous ne voulions pas nous exposer à la honte d’être faits prisonniers.  L’artillerie ennemie accélérait de plus en plus son tir, et déjà ses projectiles venaient tomber autour de nous. J’adressai donc un bref adieu à mes Français, qui se mirent aussi en route dans la direction du pont vers lequel les fuyards, affolés et sans armes, convergeaient.  Avant d’atteindre la cohue énorme qui se pressait à l’entrée de celui-ci, je fus encore témoin d’une scène véritablement déchirante : Une voiture, que dans les circonstances actuelles on pouvait qualifier d’élégante, attelée de deux chevaux, arrivait à fond de train et essayait de traverser. Il y avait à l’intérieur une dame et deux enfants. Tout à coup un boulet russe, tombant au milieu de l’attelage, met l’une des bêtes en pièces. La mère saute à bas de la chaise de poste et, tenant les deux petits dans ses bras, supplie les passants de venir à son secours; elle prie, elle pleure, mais aucun de ces êtres fuyant, en proie à une terreur panique, ne s’occupe d’elle, ne veut l’entendre. Je l’ai seulement dépassée de quelques pas, lorsque je n’entends plus sa voix gémissante; je me retourne, mais je ne la vois plus; elle a disparu avec ses enfants ou plutôt elle a été renversée par le flot humain, écrasée et broyée par lui. » 

En savoir plus sur le sujet: 

Christophe BOURACHOT: « Les Hommes de Napoléon. Témoignages, 1805-1815″. Omnibus, 2011.

Alain PIGEARD: « Dictionnaire de la Grande-Armée ». Paris, Tallandier, 2002. 

Jean-Roch COIGNET: « Cahiers du capitaine Coignet ». Paris, Arléa, 2001. Présentés par Jean Mistler de l’Académie française. Avant-propos de Christophe Bourachot. (Un classique dont on ne se lasse pas !). 

 Colonel DE SUCKOW: « D’Iéna à Moscou. Fragments de ma vie, 1800-1812″. Paris, à la Librairie des Deux Empires, 2001 (Un témoignage peu connu mais de premier ordre…).

Sergent BOURGOGNE: « Mémoires. Présentés par Alain Pougetoux ». Paris, Arléa, 2002. (Un classique au même titre que les « Cahiers » du Capitaine Coignet…).

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 27 novembre, 2019 )

Officiers d’ordonnance de l’Empereur…

officiers ordonnance

« 6677. — Paris, 22 avril 1815.

Sont nommés nos officiers d’ordonnances : les sieurs.

Lariboisière, capitaine d’artillerie (1).

Saint-Jacques, capitaine d’artillerie (2)

Planat, capitaine aide-de-camp (3)

Amillet, capitaine du génie (4)

Lannoy, capitaine au 7ème  de ligne (5)

Résigny, capitaine aide-de-camp (6).

NAPOLEON. »

———–

1. Honoré-Charles Lariboisière, promu capitaine d’artillerie après la Moskowa, chambellan de l’Empereur (6 avril 1813), quitte le service après les Cent Jours avec le grade de chef de bataillon, mais devient pair de France en 1835 et sénateur en 1852. Il avait épousé Melle Elisa Roy qui laissa à la ville de Paris une somme de 2.600.000 francs pour améliorer l’hospice du Nord lequel reçut le nom d’hôpital Lariboisière.

2.François-Louis Saint-Jacques, né à Sedan le 3 février 1784. Elève à l’Ecole polytechnique, puis à l’Ecole d’application (21 février 1804), second lieutenant au l 1′ régiment d’artillerie (9 mars 1806), premier lieutenant au même régiment (24 décembre 1807). aide-de-camp de Sénarmont (12 septembre 1808).

3. Louis-Nicolas Planas, né à Paris le 3 mai 1784, soldat en 1806. Sous-lieutenant du train d’artillerie en 1800, lieutenant en 1812, capitaine en 1813, aide-de-camp de Lariboisière. puis de Drouot, puis d’Evain, rayé du contrôle de l’armée en 1816, admis au traitement de réforme en 1828, confirmé chef d’escadron eu 1831, et mis en solde de congé, puis (1834) en non activité, puis (1851) à la retraite.

4. Amillet, fils d’un médecin de Poitiers, capitaine en janvier 1810, envoyé à l’armée d’Espagne et attaché à l’état-major du général Lery, employé à Rochefort et à l’île d’Oléron, â Anvers, à Poitiers, puis, après Waterloo, à la commission du Gouvernement provisoire, mis en non activité (5 août 1816), remis en activité (17 janvier 1817), mis en congé avec demi-solde (19 octobre 1818). Admis au traitement de réforme (19 mai 1825), chef de bataillon et commandant du corps des sapeurs-pompiers de Paris (30 août 1830).

5. Lannoy ou mieux Delannoy  (Henri), capitaine au 7ème  régiment de ligne, était aide-de-camp du maréchal de camp Labédoyère qui, le 28 mars, avait dit de lui : « ses talents, son zèle, son dévouement à la personne de S. M. et le vif intérêt que je lui porte sont les motifs qui me le font attacher à ma personne ».

6. Marie-Jules-Louis d’Y de Résigny, né en 1788, élève à l’Ecole de Fontainebleau en 1805, sous-lieutenant au 7ème  chasseurs à cheval (1806), lieutenant (1811), capitaine et aide-de-camp du duc de Plaisance (1813), considéré comme démissionnaire (23 juin 1815), chargé de la formation d’un régiment de hussards (2 août 1830), chef d’état-major du général Colbert (5 août 1830), lieutenant-colonel du 6ème  hussards (21 août 1830), colonel du 1er  dragons (24 janvier 1832). Maréchal de camp (18 décembre 1841), retraité (11 octobre 1850).

(Notes d’A. Chuquet).

(Arthur CHUQUET, « Ordres et Apostilles de Napoléon (1799-1815). Tome quatrième », Librairie Ancienne Honoré Champion, Editeur, 1912, p.549).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 26 novembre, 2019 )

A propos de la bataille de Dresde…

Dresde 1813[27 août 1813] « La pluie empêchait l’infanterie de faire usage de ses armes et, durant toute cette journée, on n’entendit que le bruit du canon, et on n’employa d’autres armes que le sabre et la baïonnette. »

(Général Griois, « Mémoires, 1812-1813… »)

—————————

« Le 27 [août 1813] à six heures du matin, par un temps affreux, S.M. a attaqué l’armée ennemie  forte de cent dix mille [hommes] ; leur centre occupait une position réputée imprenable : ils ont longtemps tenu, mais les manœuvres de S.M. les ont découvertes ; les positions ont été enlevées à la baïonnette, à trois heures on en était maître, et le résultat connu était alors dix mille prisonniers, huit drapeaux, douze pièces de canon, deux généraux ; toutes les routes par où l’ennemi pouvait espérer la retraite étaient occupées par quatre-vingt escadrons commandés par le roi de Naples, et on devait s’attendre à des résultats plus  brillants encore.- La jeune Garde a fait merveille, plusieurs des généraux qui la commandaient ont été blessés, Tindal, Dumoustier  [ce général sera blessé d’un coup de biscayen à la jambe gauche, lors de cette bataille] et autres. Nos régiments de cavalerie se sont bien montrés. Le 23ème dragons a chargé sur des batteries [et] les a enlevé et les a conduites au palais ce matin. A neuf heures du soir les routes de Pirna, de Peterswald et de Freiberg étaient occupées par notre cavalerie. Ce matin on a annoncé que le roi de Naples avait dans la soirée et la nuit ramassé plus de onze mille prisonniers et seize pièces de canon. Il arrive à tous les instants des déserteurs et des prisonniers. L’Empereur a annoncé ce matin que les Autrichiens avaient perdu en blessés et prisonniers au moins près de quarante mille hommes et que le reste aurait la plus grande peine de se relever. »

(« Lettres inédites de Guillaume Peyrusse à son frère André », lettre datée de Dresde, 28 août 1813, pp.159-160)

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 26 novembre, 2019 )

Fréjus durant les Cent-Jours…

Lettre annotée par SIEYES 

Cette lettre est arrivée ce jourd’hui 22. Elle est écrite par un employé des Postes, Sieyès, écrite à son cousin P.An. [Pierre-Antoine ?] , aussi employé aux Postes, à Paris. M. Sieyès, conseiller à la Cour de Cassation  atteste l’authenticité de cette lettre, connaissant tous ces individus.Depuis le commencement de la Révolution, Fréjus a toujours eu une conduite modérée, mais ferme, et a été invariablement attaché aux vrais principes d’une sage liberté, sans aucun mélange d’exaltation reprochable : même dans le temps de la plus forte Terreur, il n’y pas eu une goutte de sang répandu, point de dénonciations, et on n’y a jamais souffert ce qui pouvait troubler la tranquillité publique. 

 Fréjus, le 14 avril 1815. 

Je ne sais, mon cher ami, par où commencer : depuis ma dernière lettre, du 4 mars, nous avons été témoins d’une si étonnante révolution, que nous oublions maintenant toutes les idées que nous avons eues depuis son débarquement, pour nous livrer entièrement à l’admiration et à la joie. Ce n’est qu’aujourd’hui que nous avons reçu des journaux de l’Empereur, quatorze numéros à la fois. A la nouvelle de son débarquement, Marseille se livra à des farandoles insensées, s’amusa à promener le buste du Roi en jetant les hauts cris, selon leur coutume, et ceux qui partirent ensuite n’arrivèrent pas à temps à Sisteron. Notre préfet fit proclamation sur proclamation ; on annonça qu’il [Napoléon] était bloqué près de Gap [Ce qui était faux] ; cela fut d’un très mauvais effet, puisque deux jours après, nous apprîmes son entrée à Grenoble. Les marseillais, fort sot, s’en retournèrent et tentèrent de couvrir leur honte avec le sang du prince Masséna ; il se sauva et fit établir son quartier-général à Toulon, qu’il fit armer sans délai. 

Le 5, il passa les trois officiers pris à Antibes : ils avaient leur épée, mais ils étaient escortés de 25 à 30 soldats. C’était un dimanche : il faisait très beau, toute la ville était sur le grand chemin pour les voir. Au lieu de vouloir les assassiner comme à Cannes, nous les reçûmes très bien. Lagostena reconnut un capitaine de la Garde qui avait été son sergent-major ; Flori en reconnut un autre ; on leur donna des chemises et ils furent couchés au Muy, après avoir dîné. Les vingt grenadiers ou chasseurs de la Garde arrivèrent les jours suivants. On n’en connaissait que six ou sept à la fois. On était étonné à l’aspect de tels hommes ; j’eus le cœur navré en voyant mettre en prison les vainqueurs de l’Europe entière. Quelques personnes leur donnèrent secrètement de l’argent. Ils furent très contents de nous. Les officiers dirent qu’ils étaient débarqués 1300 en tout ; que l’empereur parlait de Fréjus sur le brick, et qu’il avait l’intention de venir aborder ici, mais le calme ne lui permit pas de pousser plus loin. Notre préfet, le marquis de Bouteillier, nous révolta tous quand il dit d’imiter la conduite qu’avait tenuela Vendée. Il ajouta même : « Si vous n’avez pas d’armes, allez en prendre dans les rangs ennemis ! » Chacun fut sourd à ces appels, on fit partir quelques hommes de force, mais ils n’allèrent pas loin. Nous sûmes indirectement la prise de Lyon. Un jeune officier de poste à Saint-Raphaël, cet hiver, se trouvant avec l’Empereur, à Lyon, écrivit à quelques messieurs de Saint-Raphaël. Les lettres furent arrêtées par le maire entre les mains du piéton et, comme il y en avait une pour le pauvre Féris, revenus des prisons anglaises, il fut pris, mené à Draguignan et mis en prison. Les autres s’échappèrent dans les bois, mais dix jours après, c’était le 3 de ce mois, quand le préfet lui donna la liberté en reconnaissant son innocence. Enfin, le 27 ou le 28, la nouvelle sourde de l’entrée de l’Empereur à Paris nous parvint. Tout le département restait tranquille, mais Fréjus ne pouvait plus se contenir, l’on parlait hautement. Enfin, le 2 de ce mois, un dimanche, il y eut un dîner chez le traiteur Delvox où l’on invita un capitaine venant de l’île d’Elbe, que l’on conduisait à Toulon. Après le repas, on sortit avec la cocarde tricolore, et l’on fit la farandole avec tambour et aux cris de « Vive l’Empereur ! » Le trembleur de M. Lacépède (le maire placé par le préfet et remplaçant Colle) assembla le conseil, où l’on dressa rapport de ce qui se passait dans la ville. Le lendemain 3, quand nos gens étaient à Saint-Raphaël, à se livrer  à la joie, le sous-préfet arriva avec une douzaine de gendarmes. A cette nouvelle, les habitants menacés coururent aux armes, enfoncèrent le dépôt de Saint-Raphaël, prirent les fusils et les cartouches et se retranchèrent au nombre de 60 au moins, sur la montagne de Saint-Sébastien : leur avant-poste était à Saint-Raphaël. Le sous-préfet convoqua le conseil, et MM. Pascal père et Grisole aîné furent désignés de suite vers eux pour leur dire de rentrer, avec promesse de n’être point poursuivis. Ils demandèrent à parler au sous-préfet : il s’y rendit sans escorte, et ne purent être d’accord. Ils demandaient Féris et la liberté de ceux qui étaient fugitifs. M. Colle parlementa le reste de la journée, et ils rentrèrent le soir. Le lendemain 4, l’on apprit que le préfet ramassait des soldats de la Garde nationale pour les envoyer ici, et qu’il avait envoyé la nouvelle de notre révolte au prince Masséna. MM. Vernet (adjoint au maire) et Grisole furent députés vers le prince. Alors nos gens, pour ne pas être surpris, furent campés bien armés dans l’enclos d’Augustin Grisole (à la porte de Fréjus), entourés de sentinelles. Pendant la nuit, ils avaient même six hommes au pont de bois (sur une rivière, chemin de Draguignan). Au retour de nos envoyés, ils rentrèrent et mirent la cocarde bas. Le préfet, cependant, pressait la rentrée des de deniers publics, mais on ne se pressait guère.

Le 10, dès le matin, Draguignan, fatigué d’attendre les nouvelles que le préfet retenait dans ses bureaux, fit la farandole avec la cocarde et cernèrent la préfecture. A quatre heures du soir, les officiers en demi-solde, appelés à  Draguignan depuis quelques jours, fatigués de cette incertitude, envoyèrent une députation au préfet. Pougnet (officier retraité) d’ici lui porta la parole en l’engageant à donner de suite sa démission.  Pour la tranquillité publique de Fréjus, il y consentait, quand le général Bertrand, chef d’état-major du prince Masséna, vint se saisir de sa personne et le fit partir pour Toulon.  Le 11, on se procura la proclamation de l’Empereur et celle des officiers de la Garde. Des individus les publièrent sur les places, on montra le buste de l’Empereur ; il fut porté en triomphe au bruit des cloches, des tambours et de la musique. On sortit un pavillon qui portait ces mots : « Fréjus toujours fidèle ». Fréjus, était menacé du feu, et certainement si l’affaire n’eût pas bien tournée, nous aurions payé cher notre dévouement ; Marseille nous aurait sans doute détaché une de ses phalanges. Ce ne fut que le 12 que l’Empereur fut officiellement proclamé ici. Le même jour, à dix heures, le pavillon tricolore a été arboré à Marseille. Les femmes ont dressé, hier, un arc-de-triomphe à la porte de M. Colle. Ce matin, nous lui avons fait une adresse pour le prier d’aller porter au pied du trône l’expression de nos sentiments. Saint-Raphaël a fait la même chose ; il a été, ce soir, réintégré maire : il part pour Paris au premier jour. Il devait y avoir, aujourd’hui, grand déjeuner au camp, mais la pluie l’a transféré dans la salle de l’ Evêché. Après un tour de ville, les cloches ont été furieusement ébranlées pour annoncer le Te Deum, et l’on a été chercher M. le Curé pour l’entonner ; il s’y est soumis.  Je sais positivement que, le 4 mars 1815, jour du départ de ma lettre, on les a toutes lues avant de fermer le courrier. Je te prie de me donner la certitude de cela. Mon paquet était-il bien cacheté avec le cachet de ta maman ? Si l’on rentre en campagne, je te prie de ne pas m’oublier ; je me suis ennuyé d’être ici les bras croisés. Il paraît que l’on va entrer en Piémont.

On annonce 1500 hommes à  Aix devant passer ici. Ne pourrait-on pas y être employé ? Je sais qu’il ne faut pas t’en dire davantage…

Le bruit court que le roi de Piémont est déjà en Sardaigne, et que le Pape s’est embarqué à Gênes pour l’Espagne. 

Texte publié dans la « Nouvelle Revue Rétrospective » en 1899. 

 

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 25 novembre, 2019 )

A l’île d’Elbe, Napoléon reste attentif à ce qu’il se passe en France…

NN1

« Napoléon lit à l’île d’Elbe non seulement des journaux et des brochures, mais des lettres particulières, les lettres qu’il reçoit et celles que reçoivent les soldats, les officiers, les fonctionnaires. Le chef de bataillon Malet ne recommandait-il pas à tous les grenadiers qui retournaient en France, d’envoyer des nouvelles à leurs camarades ? La police française s’efforçait d’intercepter ces messages, et Beugnot fit parfois de beaux coups de filet. Le 13 juillet [1814] ses agents prirent à Mme la générale Bertrand des papiers qu’elle portait à l’île d’Elbe, et peu après, lorsque la mère de Mme Bertrand, Mme Dillon, voulut envoyer à sa fille des bonnets brodés où elle cacha quelques lettres, Beugnot dit malicieusement à Mme de la Tour du Pin: « Prévenez donc Mme Dillon que Mme Bertrand n’a pas besoin de bonnets brodés.» Mais ce que Beugnot avait enlevé à la générale Bertrand était insignifiant et ce fut cette dame qui remit à Napoléon des lettres du prince Eugène. La correspondance de Paris avec l’île d’Elbe était organisée avec habileté. Elle passait d’abord par les mains du général Evain, chef de la 6ème division ou bureau de l’artillerie au ministère de la guerre; Evain l’adressait à sa soeur, directrice de la poste d’Angers, et Mlle  Evain la transmettait simplement au directeur de la poste de Toulon qui l’envoyait à Porto-Ferrajo. Deux personnes connaissaient le secret: le colonel de Caux, collègue d’Evain, chef de la division du génie, et Masséna. C’est pourquoi, dit-on, le maréchal fut, après les Cent jours, disgracié par  les Bourbons; ils lui reprochèrent d’avoir laissé le directeur de la poste de Toulon de communiquer avec l’île d’Elbe. Mais il existait d’autres moyens d’expédition. Tous les bateaux génois et elbois apportaient des lettres : Peyrusse assure que ses relations avec ses amis ne furent jamais interrompues, et Méneval, sous le couvert des négociants viennois, envoyait par Livourne et Florence tout ce qu’il voulait. Quant aux lettres qui partaient de l’île d’Elbe pour la France, elles passaient par Gènes et par la Suisse. Le plus souvent un bateau elbois les remettait à des courriers de Piombino ou bien l’Inconstant les portait aux stations postales de Civita-Vecchia, de Gènes et de Naples ou bien elles étaient confiées à des voyageurs. C’est ainsi que Napoléon correspondait avec le continent. Il a raconté qu’il reçut 5.000 lettres d’officiers et de soldats qui lui demandaient du service : 500 de France, 2.000 de Corse,  2.500 de Gênes, du Piémont et du reste de l’Italie ; tous, licenciés ou revenus de captivité connaissaient la France et rendaient compte de l’état des esprits. Les lettres que son entourage lui communiquaient, contenaient parfois des choses intéressantes ou instructives. »

(Arthur CHUQUET, « Le départ de l’île d’Elbe », Editions Ernest Leroux, 1921, pp.84-86)

 

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
( 24 novembre, 2019 )

Retour sur le 18 juin 1815…

Waterloo

« Mais revenons à notre journée du 18 juin. Croyant quitter pour toujours le colonel Marion, je rejoignis mon général à Wavres, où le combat, commenté depuis quatre heures, continua, avec une violence égale départ et d’autre, jusque fort avant dans la nuit. Le 19 juin, à une heure du matin, Napoléon expédia plusieurs officiers à Grouchy, pour lui annoncer la perte de la bataille de Waterloo, et lui ordonner de faire sa retraite, sur Namur. Le soir, le corps d’armée bivouaqua près de Gembloux; et, le lendemain, nous nous dirigeâmes sur Namur, suivi par l’ennemi, qui avait tenté en vain de nous dépasser, pour nous couper la retraite.

A trois-quarts de lieue de Namur près d’un village nommé Fallise, le général se doutant que nous allions être chargés par une forte colonne de cavalerie ennemie qui nous suivait de près, fit aussitôt former le carré à un régiment, au milieu duquel nous nous réfugiâmes; mais ce carré était à peine créé, que la cavalerie ennemie l’avait déjà attaqué avec un certain avantage, car sans un petit bois voisin où nos troupes se précipitèrent en désordre, ce qui empêcha les Prussiens de poursuivre leur succès, nous-étions sabrés impitoyablement. En nous ralliant de l’autre côté de ce bois, le général s’aperçut qu’il lui manquait deux canons que, dans notre fuite, l’on avait laissés embourbés au milieu d’un taillis; il donna l’ordre aussitôt qu’on allât les retirer, et je fus désigné, pour accompagner les hommes appelés à cette expédition. Après des efforts inouïs, inquiétés en même temps par ,des coups de pistolet que nous envoyaient les cavaliers prussiens, nous pûmes ramener ces deux pièces aux cris de joie de nos braves soldats. On se battait toujours, et la résistance fut opiniâtre; nous fûmes poursuivis à la baïonnette jusqu’à Namur, où l’engagement fut très acharné, et où nous perdîmes beaucoup de monde. Obligés de nous défendre jusque dans les faubourgs , nous fûmes poussés avec une telle vigueur jusqu’à la dernière porte de la ville, que cette retraite ressemblait à une fuite. On avait entouré cette porte d’énormes morceaux de bois garnis de paille et enduits de poix, auxquels on mit le feu à l’arrivée des Prussiens, ce qui les empêcha de nous poursuivre, heureusement pour nous, car l’ennemi eût eu beau jeu pour nous inquiéter dans notre retraite, attendu que nous étions resserrés sur une seule route, entre la Meuse et d’énormes rochers.

Bref, notre retraite s’effectua heureusement jusqu’à Paris, où notre corps d’armée arriva presque intact et sans avoir perdu une seule pièce de canon. » 

(« Souvenirs sur le retour de l’empereur  Napoléon de l’île d’Elbe et sur la campagne de 1815 pendant les Cent-jours », par M. LEFOL,  Trésorier de l’Ecole militaire de Saint-Cyr, ancien aide-de-camp du général de division baron Lefol, sous l’Empire », Versailles, imprimerie de Montalant-Bougleux, 1852, pp.35-36)

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 24 novembre, 2019 )

Une lettre du lieutenant Pierre de Constantin

Une lettre du lieutenant Pierre de Constantin dans TEMOIGNAGES 06-513471

« Au bivouac, à quinze lieues de Moscou, sur la route de Kalouga, le 15 octobre 1812.

Ma chère sœur,

Après deux mois de date, ta lettre m’est parvenue et j’y réponds. J’avais cependant promis à maman, dans la lettre que je lui adressai le 3 septembre, que je lui écrirai aussitôt notre arrivée à Moscou ; mais des raisons m’ont empêché de le faire. Je la prie de ne pas en être fâchée. Depuis le 3 septembre, nous avons assisté à deux grandes batailles le 5 et le 7. Celle du 7 a été très meurtrière et décisive pour nous. Les détails ont dû vous être donnés par les journaux. Qu’il te suffise de savoir que notre corps d’armée s’y est couvert de gloire et a reçu des compliments. Le général [de] Grouchy, qui commandait ce corps [le IIIème corps de réserve de cavalerie de la Grande Armée], eut deux chevaux tués et fut blessé de deux balles et d’un biscaïen. Le général Thiry, commandant notre brigade [cet officier commandait depuis le 9 janvier 1812, la 1ère brigade de la division de cavalerieLa Houssaye, selon G. Six, tome II, p.495, de son « Dictionnaire.. »], fut blessé de plusieurs coups de sabre. Mon colonel eut deux chevaux tués. Sur dix-sept officiers de mon régiment qui étaient présents, dix ont été tués ou blessés. Quatorze chevaux d’officiers on été tués, parmi lesquels le miens est du nombre. Sur trois cents et quelques hommes que nous avions dans les rangs, cinquante-six ont été tués ou blessés, et soixante-dix chevaux de troupe sont restés sur le champ de bataille. En cela je ne parle que de mon régiment croyant inutile de te parler des autres qui font partie de notre corps d’armée. Dans cette journée, j’ai été distingué parmi mes camarades et, pour récompense, j’ai reçu le titre et la croix de chevalier dela Légiond’honneur, prix flatteur et qui me dédommage des fatigues, misères et disette que j’ai éprouvées et éprouve encore. Depuis le 7, le IIIème corps des Réserves dela Cavalerie a toujours été à l’avant-garde et, par conséquent, nous avons dû tous les jours avoir des affaires d’avant-postes, souvent même toute la journée. Depuis environ douze jours, les deux armées sont en présence sans tirer un coup de fusil. Nos vedettes sont à quarante pas de celles des Cosaques.

Hier, étant de garde, j’ai bu l’eau-de-vie avec des officiers cosaques. Cette tranquillité à laquelle nous ne sommes pas accoutumés nous fait croire qu’on traite de la paix. Dieu le veuille ! Car la campagne d’hiver serait très rude dans ce pays-ci. La glace et la neige commencent à se faire sentir. Que sera-ce donc à Noël ? Nous avons été bivouaquer aux environs des murs de Moscou plusieurs jours. Tu sais sans doute, que cette superbe grande et immense capitale a été pillée et réduite en cendres. A peine en reste-t-il encore quelques maisons isolées, entourées de jardins, et que les flammes ont respectées. Cette ville offrit beaucoup de ressources, mais presque toutes ont été dévorées par le feu.

Avant-hier, j’ai eu des nouvelles de mon frère. Il est à  Moscou et se porte bien.

Adieu, mon amie, ton frère t’assure de son éternel attachement.

P. de Constantin.

Embrasse maman pour moi ainsi que ton mari et ta fille. Ne m’oublie pas auprès des dames de Montsec, etc.

Mon adresse est, à présent que je suis légionnaire et chevalier : à M. le chevalier de Constantin, lieutenant au 23ème Dragons, dans la 6ème division de cavalerie de réserve, au IIIème corps des réserves de la cavalerie, à la grande Armée.

————

Pierre de Constantin, « Journal et lettres de campagne », in « Carnet de la Sabretache », n°299, juillet 1925. L’auteur était, depuis le 9 juin 1812, lieutenant au 23ème régiment de dragons.

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 24 novembre, 2019 )

Dans l’enfer !

 

Dans l'enfer ! dans TEMOIGNAGES Lincendie-de-Moscou-1024x907

L’extrait qui suit est tiré du témoignage du médecin Joseph de Kerckhove. Durant la campagne de Russie, il était attaché au quartier-général du 3ème corps (maréchal Ney).

« Le 15 [septembre 1812] au soir, des incendies partiels commencèrent à se manifester. Plusieurs d’entre nous  pensaient d’abord qu’ils étaient produits par quelque accident. Nos gens s’employaient avec zèle pour les éteindre ; mais ils étaient dépourvus de pompes à feu. Ils en cherchaient vainement partout : elle étaient toutes enlevées ou brisées. Ces incendies partiels se multiplièrent avec promptitude, le feu se montra soudainement et à la fois dans plusieurs quartiers de la ville, très éloignés les uns des autres… Le 16 au matin, profondément endormis des fatigues de la veille, nous fûmes réveillés par le mugissement et le sifflement des flammes et le fracas des bâtiments qui s’écroulaient autour de nous. Quel aspect d’horreur ! Quel lugubre spectacle frappe nos regards !…des flammèches et des brandons volent de toutes parts. L’incendie, aidé par un vent impétueux, répand ses fureurs avec la plus grande intensité, l’embrasement s’étend avec une effrayante rapidité aux plus magnifiques quartiers, qui tombent promptement en cendres : c’était un véritable déluge de feu… On avait de la peine à se sauver, on était presque partout exposé à être atteint par les flammes. Ceux des habitants restés à Moscou et cachés dans leurs maisons, en sortirent, étant chassés par le feu qui s’emparait de leurs asiles ; pétrifiés de terreur, frappés de désespoir, faisant retentir l’air des plaintes les plus lamentables, ces malheureux ne savaient où aller, ne savaient que devenir : ils étaient sans abri et sans secours !… Ici l’on voit des hommes et des femmes chargés de meubles et d’effets pour les soustraire aux flammes ; là des pillards dépouillent ces infortunés de leurs effets les plus précieux ; là une épouse ou une mère éplorée cherche en vain son mari ou ses enfants ; là des enfants, jetant des cris touchants, pleurent un père ou une mère ; là des femmes vertueuses, couvertes de haillons pour échapper à la brutalité que la circonstance favorise, d’enfuient à travers les flammes ; là une mère abandonnant à la rapacité de notre soldatesque sa maison et tout ce qu’elle possède, n’emporte avec elle que ses enfants pour lesquels seuls elle tremble ; là une femme nouvellement accouchée, toute exténuée de souffrance et sans forces, se lance de son lit de couche et croit avoir tout sauvé en sauvant le fruit de son amour et de sa douleur ; là un père infirme, soutenu par son fils, ne sait où fuir pour être en sûreté ; là un malade hors d’état de marcher est porté par un ami, un frère ou un fidèle serviteur ; là un vieillard, accablé sous le poids des années, erre à l’aventure, s’arrachant les cheveux maudissant nos armes et implorant le ciel de lui ôter le peu de jours qui lui restent ; là un malade expire au milieu des flammes sans consolation… Mais une horreur qui fait frémir d’épouvante et pour laquelle l’imagination chercherait vainement des couleurs pour les peindre, c’est lorsque l’incendie se communiquait aux hôpitaux, où il se trouvait au-delà de vingt mille blessés et malades, qui, pour la plupart, appartenaient à l’armée russe. Plus de la moitié de ces malheureux périrent dans les flammes… Ces infortunés, voyant l’embrasement approcher, jetaient d’une voix mourante les cris les plus douloureux ; ils rassemblaient tout ce qu’il leur restait de force pour implorer du secours, pour se dérober à la mort cruelle qui les attendait… Les uns expirèrent de suite et furent ensevelis sous les cendres ; d’autres se jetèrent par les fenêtres et furent meurtris ou se tuèrent dans leur chute ; d’autres se traînèrent sous les ruines et les débris fumants ; d’autres à demi-brûlés parvinrent à se traîner jusque dans les cours et les rues avoisinantes ; mais la vitesse du feu et l’écroulement des bâtiments firent promptement taire leur horrible gémissements et achevèrent les nus comme les autres… Lorsque l’armée française, après avoir gagné la bataille de la Moskowa, approchait de Moscou, Rostopchine fit ouvrir les prisons des galériens et de tous les malfaiteurs, et leurs accorda la liberté sous la condition de brûler la ville dès que nous y serions entrés. A cet effet, il leur fit distribuer des mèches sulfureuses et goudronnées, que l’on prétend avoir été préparées sous la direction d’un mécanicien anglais, nommé Schmit… Pendant le spectacle horrible de l’incendie et les scènes tragiques qui l’accompagnaient, tout occupés de notre propre conservation, si fortement menacée, nous ne songions qu’à nous procurer des provisions ; car nous ne pouvions guère compter sur d’autres subsistances que celles que nous parvenions à soustraire aux flammes. Quelle terrible circonstance ! L’on n’a jamais vu de confusion plus effrayante : le sifflement des flammes et le fracas épouvantable des bâtiments qui s’écroulaient, les ports que l’on enfonçait, les vociférations des ivrognes, qui fourmillaient partout, les imprécations naissant du butin que l’on se disputait, les cris de douleur et de désespoir, tout cela produisait, surtout dans la nuit, un effet qu’aucune plume ne saurait rendre. Notre soldatesque commit tous les dérèglements imaginables. Sa rapacité ne connut plus de bornes : dans tous les quartiers de la ville, le pillage le plus effréné se fit observer ; on vit entrer, au mépris du plus grand danger, dans les bâtiments embrasés pour chercher des comestibles, des vins, des liqueurs et des objets précieux, une foule de soldats, de vivandiers, de domestiques, de sous-employés, etc. Foule à laquelle, dans ce moment de désordre et de confusion, se mêlaient les mendiants de Moscou, des déserteurs russes, des prisonniers dont on ne s’occupait plus, et même beaucoup de ces forçats qui avaient incendié la ville. Ces rapaces Moscovites désignèrent à nos gens les endroits qui fournissaient le plus de prises à leur cupidité. Les pillards, pour la plupart dans un état d’ivresse, firent partout les fouilles les plus minutieuses : aucun lieu n’échappa à l’avidité de leurs recherches ; ils allèrent jusqu’à troubler la paix des tombeaux et profaner les cendres des morts ! C’est ce qui eut lieu au caveau des empereurs dans l’église du Kremlin. Le jour n’aurait jamais dû éclairer tant d’horreurs. »

(Joseph de Kerckhove, « Mémoires sur les campagnes de Russie et d’Allemagne (1812-1813) », Édité par un Demi-solde, 2011, pp.80-86).

 

 

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 23 novembre, 2019 )

« Les RUSSES se sont ralliés sous le CANON de SMOLENSK… »

Smolensk, 19 août 1812.

Mon cher père, je vous ai écrit de Witepsk. Depuis le 14 [août], Sa Majesté était à la poursuite des Russes qui évitaient tout engagement sérieux. Sept à huit cents prisonniers, onze pièces de canon et beaucoup de morts avaient été jusqu’à ce jour le résultat des petits engagements qui avaient eu lieu. Les Russes se sont ralliés sous le canon de Smolensk : ils étaient bien convaincus que, attendu que, dans le 17ème siècle, ils employèrent deux mois à faire le siège et que la place ne se rendit à leurs armes qu’après neufs assauts, nous emploierons au moins autant de temps. L’armée, la garnison, les habitants qui apparemment ne connaissaient pas M. de Vauban, étaient dans la plus intime croyance que la place était imprenable. Elle est à la vérité d’un accès difficile. Elle bat la grande route ; elle est environnée de ravins dans lesquels on ne peut pas être couvert. Des bois de quatre à cinq pieds de hauteur couvrent les ouvrages extérieurs. La ville est entourée d’une très épaisse muraille en brique et à créneaux comme la cité [allusion à la vieille ville de Carcassonne, dans l’Aude, d’où Peyrusse est natif]. Elle est flanquée de huit grosses tours où l’on peut établir de l’artillerie. Les portes sont masquées. L’intérieur de la ville est un sol très inégal, et plusieurs couvents sont établis sur des buttes et font un bon genre de batterie, de sorte que la ville peut-être prise et se défendre encore du haut des couvents. S. M. se fit rendre compte de la place dans la soirée du 15 ; le 16 il fit tâter l’armée par une nuée de tirailleurs qui pendant toute la journée firent un feu très soutenu, et aussi les ennemis ripostèrent très franchement. On essaya de pénétrer dans les faubourgs, mais on ne put s’y maintenir. La nuit arriva et suspendit la fusillade, qui dura jusqu’à onze heures du soir. Le lendemain, on recommença de plus belle. L’engagement devint général ; il y eut de fort belles charges. On tourna la ville dont le feu était très vif et très soutenu. Ces tiraillements ennuyèrent l’Empereur. Il somma la ville de se rendre. La réponse n’ayant pas été satisfaisante, on commença à la canonner et à faire pleuvoir sur elle une grêle de bombes et d’obus. Bientôt le feu s’étant manifesté dans le faubourg, gagna la ville. L’embrasement devint général et la ville fut toute en feu. Ce fut pour moi un spectacle horrible. Nous étions avec S. M. à six cent toises [environ 1km 160] de la place. La garnison ne pu tenir : elle commença à se décourager et à enlever son artillerie. Nos tirailleurs s’aperçurent que le feu se ralentissait, enfoncèrent les ports et pénétrèrent dans la ville à travers une grêle de balles, de boulets, de mitraille. Chaque maison était une forteresse : tout ce qui fut rencontré n’eut pas de quartier. Il y eut de la résistance sur les buttes de l’intérieur. Trois divisions formant la garnison repassèrent le pont en grand désordre, le brûlèrent, et purent se joindre au gros de l’armée établie sur les hauteurs de l’autre côté du Dniéper. Elles firent un feu continu sur la place et sur nos pontonniers qui commençaient à faire des préparatifs pour les ponts. S. M. entra hier à dix heures dans la place. Quatre ponts furent bientôt faits et jetés, malgré une pluie de mitraille, et le maréchal Ney passa malgré tout l’obstacle cette nuit et ce matin. Il a tourné la position des russes et les a rejetés sur la route de Moscou, où il les poursuit avec vigueur. Le feu est encore dans la ville et les faubourgs ; on fait tous ses efforts pour l’arrêter. La général a battu cette nuit pour que tout le monde se rendit à son poste et observer (sic) les progrès du feu.  Par prudence je suis sorti avec mes fourgons, et je me suis rendu au camp. La ville n’est qu’un monceau de cendres. C’est dommage ; elle était jolie, élégamment bâtie. Il y avait douze mille habitants que les russes ont amené (sic). On ne connaît pas encore les détails de ces trois journées. Je sais que le maréchal Ney a eu une balle dans la cravate qui lui a occasionné une forte contusion. Les Russes ont perdu beaucoup de monde. Pour enflammer leurs soldats, ils les avaient enivrés. Un de leurs généraux, qu’on croit [être] le gouverneur de la ville, a été trouvé mort sur la place d’armes. C’était là où il devait mourir, comme moi je dois périr sur ma caisse [allusion au Trésor impérial dont Peyrusse a la charge]. Nous ne sommes plus qu’à 85 lieues [environ 340 kilomètres] de Moscou. Nous présumons que nous ne tarderons pas à y arriver. Ce fameux Dniéper si chanté par les Grecs sous le nom de Tanaïs est bien peu de chose ici. Adieu mon cher père, je me porte aussi bien qu’on peut se porter en Russie. J’embrasse tous les miens. Bien des choses à Reboulh et à toute la famille. Je ne vous écrirai plus que de Moscou, et là je serai à mille lieues de vous.

Adieu.

Guillaume [PEYRUSSE] 

(« Lettres inédites du baron Guillaume Peyrusse à son frère André [et à son père], pendant les campagnes de l’Empire. De 1809 à 1814… par Léon-G. Pélissier », Perrin et Cie, 1894, pp.81-84).

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
123
Page Suivante »
|