• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 18 décembre 2019
( 18 décembre, 2019 )

Mouvements de troupes…

Nap et son état-major

Un nouvel ordre de Napoléon au duc de Feltre, le général Clarke, Ministre de la Guerre.

[Pièce n°6306]. Paris, 17 décembre 1813.

Les 123ème, 124ème  et 125ème régiments s’agitent et donnent des inquiétudes. Ces régiments sont composés de cadres, [pour] partie de Hollandais, Français et Allemands, et les soldats de conscrits hollandais et [pour] partie de conscrits réfractaires français.

Une place importante comme Wesel est mal entre les mains de ces gens-là. Je pense qu’il est indispensable que ces trois régiments n’aient pour colonels, majors et chefs de bataillon que les anciens Français ; que six heures après avoir renvoyé de la ville les colonels, majors et chefs de bataillon qui ne seraient pas français et leur avoir donné ordre de se rendre à Paris, ils soient remplacés par le duc de Tarente [maréchal Macdonald] qui prendra les officiers dont il aura besoin dans les dépôts voisins, que, cette opération faite, on complète les deux premiers bataillons de chacun de ces régiments avec des réfractaires français ; qu’on place tous les Hollandais dans le cadres des troisièmes bataillons et qu’on fasse sortir ce 3ème bataillon en le dirigeant sur Namur.

Par ce moyen, au lieu de 9 bataillons, je n’en aurai que 6 ; mais tous composés de Français, et les trois autres seront sur Namur. Comme la Garde Impériale se trouvera sans cette dernière ville, sin on n’avait pas lieu d’être satisfait de la conduite de ce bataillon, on le désarmerait. Vous laisserez même le duc de Tarente maître, après la formation des troisièmes bataillons comme il a été dit ci-dessus, de les désarmer et de les envoyer dans l’intérieur. Tout cela demande beaucoup de sagesse et de modération. Voyez si vous avez dans vos bureaux des détails sur le nombre d’officiers français et hollandais qui existent dans les corps et si vous avez les mêmes renseignements pour les soldats. La conduite à  tenir dépend de ces données. Mais il est important qu’il n’y ait aucun esclandre à Wesel et si ces bataillons doivent être désarmés, il faut que cela ait lieu sur la rive gauche. Aussitôt qu’ils auront passé le fort Napoléon, à la première étape, on ferait venir deux colonnes de cavalerie pour les envelopper.

En résumé, il faut qu’il ne reste à ces régiments ni officiers ni soldats hollandais. Faites connaître au duc de Tarente l’importance que nous mettons à avoir des fusils, combien il est nécessaire de prendre les fusils de tous ces gens-là.

Je crois avoir déjà donné des ordres pour le désarment des troupes du grand duché de Berg. Je crois vous en avoir donné également pour le désarmement des Croates et des troupes étrangères. Je ne sache pas que cela soit encore exécuté.

(Arthur CHUQUET, « Ordres et Apostilles de Napoléon (1799-1815). Tome quatrième », Librairie Ancienne Honoré Champion Editeur, 1912, pp.379-380).

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 18 décembre, 2019 )

Encore quelques mots à propos du Retour des Cendres…

retourdescendres6.jpg

« Pendant près de vingt ans, Napoléon, qui mit six ans à mourir, dormit le grand sommeil dans l’île Maudite; mais, en 1840, arriva le prince de Joinville, sur la « Belle-Poule », que l’on avait peinte en noir pour sa funèbre mission, et qui garda depuis sa livrée de deuil. Les restes de l’Empereur, rendus à la France, s’acheminèrent vers les bords de la Seine, où l’attendait le mausolée le plus grandiose que jamais pût rêver un souverain.

Dans une lettre, rappelée par « Le Temps », le 4 mai 1869, Balzac, qui fut témoin du retour des cendres, écrivait ce qui suit :

Hier, 1.500.000 personnes dans les Champs-Élysées. Chose qui ferait croire à des intentions dans les effets naturels, au moment où le corps de Napoléon est entré aux Invalides, il s’est formé un arc-en-ciel au-dessus des Invalides. Victor Hugo a fait un poème sublime, une ode sur le retour de l’empereur. Depuis Le Havre jusqu’au Pecq, toutes les rives de la Seine étaient noires de monde et toutes ces popu lations se sont agenouillées quand le bateau passait.

C’est plus grand que les triomphes romains. Il est reconnaissable dans son tombeau : la chair est blanche, la main est parlante. Il est l’homme des prestiges jusqu’au bout ; Paris, la ville des miracles. En cinq jours, on a fait cent-vingt statues, dont sept ou huit superbes, cent colonnes triomphales, des urnes de vingt pieds de haut et des tribunes pour 100.000 personnes.

Les Invalides étaient tendus en velours violet parsemé d’abeilles. Mon tapissier me disait ce mot, pour expliquer la chose : « Monsieur, dans ce cas-là tout le monde est tapissier. »

(J. SILVESTRE, « De Waterloo à Sainte-Hélène… », Félix Alcan, éditeur, 1904, pp.303-304)

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
|