( 20 janvier, 2020 )

20 janvier 1813…

Voici quelques extraits d’une longue lettre de Guillaume Peyrusse à son frère André. Rappelons que Peyrusse occupait alors les fonctions de Payeur du Trésor de la Couronne. Sa correspondance est un bon complément à ses « Mémoires » .

————————————————–

Posen, le 20 janvier 1813.

Mon Brave André, j’ai reçu dans le temps ta lettre du 16 décembre, et j’ai reçu hier ta lettre du premier janvier. Je te remercie bien sincèrement des vœux que tu m’adresses pour la nouvelle année… Jusqu’à Vilna, quoique nous eussions été harcelés tous les jours par les cosaques, mon affaire allait bien ; je m’étais fait aux hourras, je marchais péniblement, ayant les doigts des pieds un peu gelés. Je n’avais plus de calèche, il me restait mon fourgon, Je regardais Vilna comme la terre promise, je rêvais d’avance au plaisir que j’éprouverais d’être deux ou trois jours tranquille et de pouvoir me restaurer un peu. Mon rêve ne fut pas de longue durée. A la porte de la ville nos équipages furent attaqués. J’avais d’autant plus d’inquiétude ans le moment où l’on annonça la présence des cosaques que la porte de la ville était encombrée et qu’il ne paraissait pas y avoir de l’espoir d’entrer. La peur me donna des forces. Nous nous fîmes faire place, nous entrâmes à dix heures du soir morts de froid et de faim…Nous entrâmes. Le désordre était dans la ville. Le lendemain nous devions partir à midi, nous ne partîmes qu’à sept heures. Les cosaques avaient menacé les faubourgs. A dix heures nous arrivâmes à la montagne qui se trouve à trois lieues de Vilna [la fameuse côte de Ponari] ; elle est excessivement raide. Le verglas la rendait impraticable. Elle était en outre obstruée de voitures et de caissons renversés. Je passai la nuit à chercher des routes, à essayer des passages ; mes chevaux et moi nous ne pouvions rester debout. Le passage étant impossible, j’espérais que le lendemain il se désobstruerait. Ce jour fatal vingt-cinq degrés de froid m’anéantirent. Le refluement des fuyards qui échappaient aux cosaques, maîtres de la ville depuis neuf heures du matin, causa un affreux désordre ; l’encombrement augmentait, enfin il fut tel que rien ne put passer. Déjà les cosaques gagnaient la hauteur, emmenant avec eux du canon. Le roi [Murat, roi de Naples] consulté fit dire qu’il n’y avait pas un instant à perdre pour sauver tout ce qu’on pourrait à Sa majesté. Je reçois l’ordre d’enlever de tout mon fourgon tout ce que je pourrais, de le charger sur des chevaux et de gagner la hauteur de la montagne où l’on se ralliait. Je ne sais où je trouvais des forces. Je rompis de toutes parts des sacs que je trouvais sur des voitures ; je rompis mes caisses d’or, et je renfermai tout mon or, mes roubles, mes bijoux dans des sacs.

Je pris des hommes de la Maison [de l’Empereur], que je trouvai ; je leur donnai à chacun un cheval à conduire, je pris quelques effets et mis le feu à tout le reste, et me voilà cheminant à pied avec mon convoi. C’était des culbutes continuelles. La foule nous pressait ; nous nous sépara, et nous eûmes le malheur de ne pouvoir nous rallier que le  lendemain à quatre lieues de là. L’idée de n’avoir rien perdu me soutenait. J’en avais grand besoin. Nous fûmes harcelés jusqu’à Kowno. Ces diables d’enragés n’étaient pas content de la belle capture faite au défilé de Vilna. A Kowno, même embarras aux portes. Dispersion de mon convoi. Les uns entrent, les autres n’ont pas eu assez de force pour pousser la foule et pénétrer dans la ville. Je passai la nuit à la recherche des absents. Je les rallie. Le lendemain je partis de Kowno. Horrible embarras sur le pont. Je perdis mon domestique. Le soir à la couchée il ne me rejoignit pas. Deux jours après, j’appris, à n’en pas douter, qu’il avait été cosaqué avec presque tout ce qui était resté à Kowno. Il avait de l’argent à lui, trois mille francs et des effets à moi sur son cheval ; il aura voulu se défendre et il aura péri. J’arrive à Königsberg sans que mes inquiétudes n’aient jamais cessé. J’y passe une bonne nuit. Les autres furent plus agitée. On apprend la défection des Prussiens que je visitais tous les soirs me semblèrent aussi dangereux que les Cosaques. Je traverse la Vistule à Marienwerder. Je fus coucher à Naumburg ; le 13 à Bromberg. J’appris que les Cosaques venaient d’entrer le 12 au matin à Marienwerder, et forcer le vice-roi [prince Eugène] et le maréchal Victor à se porter sur Nenburg. Dans la soirée, j’appris qu’ils avaient été vus aux environs de Kulm à douze lieues de moi. Je fis mon paquet et partis dans la nuit très proprement pour Posen d’où je t’écris…

GUILLAUME.

(« Lettres inédites du baron Guillaume Peyrusse écrite à son frère André pendant les campagnes de l’Empire. De 1809 à 1814.Publiées par Léon-G. Pélissier », Perrin et Cie, 1894, pp.115-119).

20 janvier 1813… dans TEMOIGNAGES retraite-de-russie

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ 20 janvier 1813… ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|