( 2 février, 2020 )

L’Empereur menacé !

NN1

« Le ministre toscan Fossombroni l’avertit du danger. « Priez l’Empereur, disait Fossombroni à Pons, de bien se tenir sur ses gardes; votre devoir à vous autres est de veiller sur lui, car on veut le tuer. » Sûrement, il y eut, comme déclarent dans leur rapport d’avril 1815 les présidents du Conseil d’Etat, plusieurs assassins isolés qui tentèrent de gagner par le meurtre de Napoléon un salaire promis. Un Corse, nommé Pompeio, fut soupçonné ; on l’arrêta et on se contenta de le renvoyer. Un autre Corse, Thomas Ubaldi, manqua d’assassiner Napoléon, et le bruit courut qu’il était payé par Bruslart ; mais, appréhendé au corps, maltraité par la foule, délivré par la Garde impériale, il fut, lui aussi, renvoyé. Deux émissaires, dit-on, eurent ordre de quitter Paris au mois d’août pour immoler l’Empereur. Mais le général Filangieri qui se rendait alors en Italie, apprit leur prochain départ. Il passa par Coppet et alla voir Mme  de Staël, Mme de Staël qui repêchait volontiers, comme on sait, ceux qu’elle avait noyés, Mme de Staël qui s’était éprise de tendresse pour Napoléon et qui, à cet instant, adorait Murat, le nommait un héros et un ami de la liberté. Elle donnait une fête lorsque survint Filangieri. Dès qu’elle sut le projet d’attentat, elle envoya l’un de ses invités, le baron de Frangins, commandant en chef des troupes helvétiques, chez Joseph Bonaparte qui demeurait au château de Prangins, non loin de là, sur les bords du lac de Genève. L’émotion de Joseph fut très vive ; il l’a depuis exprimée dans un passage du poème qu’il composa sur son frère :

Mais la haine qui veille et se traine dans l’ombre,

Médite contre lui quelque entreprise sombre ;

Mais la haine, constante en son activité.

Quand il respire encor, ne peut être assouvie ;

On trouble son repos, on menace sa vie,

On voudrait l’effacer du nombre des humains.

Talma qui déjeunait avec Joseph, voulait partir sur-le-champ pour l’île d’Elbe, et Mme de Staël, elle aussi, paraît-il, revendiquait cet honneur. Joseph aima mieux envoyer Boinod, son cher Boinod, le courageux, l’intègre, le stoïque Boinod. C’était un ancien quartier-maitre trésorier de la légion des Allobroges et commissaire des guerres en 1793 pendant le siège de TouIon. Napoléon le nommait son ami et, de Paris, en 1795, lui mandait les événements. Il emmena Boinod en Italie et en Egypte ; il le qualifiait d’administrateur consommé et probe ; il le prêta au prince Eugène qui le fit intendant général de l’armée italienne et inspecteurs en chef aux revues. En 1814, après le désastre, Boinod s’était retiré à Aubonne. Il accepta la mission que Joseph lui confiait. « C’en est trop, disait-il à l’aîné des Bonaparte, il y a un Dieu vengeur ; avant un an, je vous ramènerai votre frère à Paris où nous nous reverrons. » Il se rendit à l’île d’Elbe. Le 12 septembre 1814, il arrivait à Porto-Longone où se trouvait l’Empereur. Un Elbois qui l’accompagnait, le devança, l’annonça : « Sire, il vient tout exprès pour vous voir et il est le plus vieux de vos amis ; il se nomme Toisot ou Poisot ou Noisot, je ne sais ; mais il est facile à reconnaître; de ma vie je n’ai vu un homme aussi sourd. — C’est Boinod ! », s’écria Napoléon. Il retint Boinod qui devint ordonnateur en chef des troupes impériales puis inspecteur aux revues de la Garde. Les deux émissaires qui venaient de Paris, abordèrent-ils à l’île d’Elbe ? On l’ignore. Napoléon prétendit que Bruslart voulait le faire assiéger dans sa villa de San Martine et par des hommes du bataillon corse et par d’autres Corses qui débarqueraient nuitamment sur une plage de l’le d’Elbe. Il accusa Bruslart d’avoir projeté de l’assassiner : « Nommer Bruslart gouverneur de Corse, disait-il à Campbell, c’est attenter à ma vie; cet homme n’a pas de relations avec la Corse ; il fut toujours employé dans la conspiration des Bourbons évidemment il n’a été choisi que pour me nuire; il a récemment quitté Ajaccio pour Bastia afin d’être plus près de l’île d’Elbe. » Il accablait Bruslart d’invectives l’appelait un sicaire de Georges Cadoudal, un misérable, un assassin, un buveur de sang. « Que Bruslart prenne garde, s’écriait-il; s’il me manque- je ne le manquerai pas ; je l’enverrai chercher par mes grenadiers et je le ferai fusiller pour qu’il serve d’exemple aux autres ! » Il ordonna que cinq cavaliers de service suivraient désormais sa voiture, fusils et pistolets chargés ; que son premier officier d’ordonnance Roul, muni de deux pistolets, l’accompagnerait constamment à cheval; que Roul commanderait ses escortes et de concert avec le commandant de gendarmerie placerait des gendarmes sur son passage. Les mesures de sûreté que Napoléon avait prises furent bientôt connues. Bruslart mandait à Paris que la surveillance exercée à Portoferraio  était très active, que tout annonçait l’inquiétude, qu’on faisait des rondes nit et jour, et Bory de Saint-Vincent, dans le Nain jaune, écrivait à la fin de janvier, non sans exagération, que Bonaparte, à qui l’on avait inspiré quelques craintes, ne laissait débarquer aucun étranger. »

(Arthur CHUQUET, « Le départ de l’île d’Elbe », Editions Ernest Leroux, 1921, p.57-61)

 

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ L’Empereur menacé ! ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|