Accueil HORS-SERIE Un chouan (de passage) à l’île d’Elbe…

Un chouan (de passage) à l’île d’Elbe…

Commentaires fermés
0
63

Drapeau ile d'Elbe

« Si un aide de camp de Bruslart [Gouverneur royaliste de la Corse], Pivet de Boessulan, vint à Portoferraio, il y fut jeté par la tempête au retour d’un voyage à Livourne, et Lanet, autre aide de camp, affirme que Bruslart, apprenant que les Elbois lui reprochaient de vouloir assassiner ou empoisonner Napoléon, fut vivement affligé de cette accusation. Napoléon lui-même raconte que le mauvais temps avait obligé Boessulan.de relâcher à l’île d’Elbe et d’y demeurer quelques jours ; que le pauvre chouan voyait chaque matin la garde défiler à la parade aux airs de La Marseillaise et de Veillons au salut de l’Empire; qu’il s’écriait avec douleur que Portoferraio était une ville terrible où tout rappelait 1793; que lorsqu’on le rembarqua il jura de ne plus revenir »

(Arthur CHUQUET, « Le départ de l’île d’Elbe », Editions Ernest Leroux, 1921, p.56)

 

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Christophe
Charger d'autres écrits dans HORS-SERIE
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

Une lettre de Napoléon à Marie-Louise (24 février 1814).

[« Pour encourager Marie-Louise à ressaisir son père, Napoléon le représente comme brimé p…