• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 22 février 2020
( 22 février, 2020 )

Retour sur la campagne de 1815…

Retour sur la campagne de 1815… dans TEMOIGNAGES waterloo-2

Durant la campagne de Belgique, le colonel Rumigny était attaché à l’état-major du général Gérard (commandant le 4ème corps). Ce passage est extrait de ses « Souvenirs » qui furent publiés en 1921.

8 février 1824.

C’est au général [de] Bourmont que les Prussiens sont redevables de leur salut dans la courte guerre de 1815, dont la catastrophe a été si extraordinaire. Le 14 [juin 1815], notre quartier-général arriva à Philippeville ; le 15, au matin, Bourmont déserta. L’ordre de mouvement nous arriva à 8 heures. Nous marchâmes sur le Châtelet, où nous passâmes la Sambre. Les prussiens furent surpris ; certains affirmaient qu’ils ont été prévenus de grand matin, par l’arrivée de l’état-major du général [de] Bourmont, que l’Empereur marchait  sur Charleroi. Sans cela, nous entrions dans Namur le 15 au soir ; le 16, nous les écrasions au moment de leur sortie des cantonnements, et il est hors de doute qu’ils eussent été pris ou dispersés avant leur jonction. Aucun militaire de bon sens ne peut contester ce point. Quand on vint annoncer à Wellington, à Bruxelles que l’Empereur était ne marche sur Charleroi, il était au bal. Il n’en voulut rien croire. Il lui fallait au moins dix-huit heures pour réunir son armée. L’Empereur entrait donc vraisemblablement à Bruxelles au milieu de leur mouvement de concentration, pendant que notre aile droite tombait sur les Prussiens.

Ainsi la trahison nous a arraché la victoire, et le héros de notre siècle est allé  mourir empoisonné sur un rocher, après une agonie de quatre ans [de près de six ans], pendant laquelle le bourreau l’a torturé au moral et au physique.

Un officier fut envoyé au quartier-général du prince d’Eckmühl [maréchal Davout] à Savigny, quand l’armée marcha sur Orléans. Sa mission était de se rendre auprès du duc d’Otrante [Fouché, ministre de la police]. Il arriva chez le ministre à minuit, il était porteur d’une lettre annonçant que le prince d’Eckmühl avait chargé l’officier d’une communication verbale au nom de l’armée.

Le duc d’Otrante joua l’armée et l’officier fut tenté de lui passer son sabre au travers du corps. L’armée fut trahie, abandonnée, licenciée, et les ennemis, décorés du nom d’alliés, furent les maîtres de notre triste pays. Ceci se passa en 1815, après la capitulation de Paris, faite par le général Guilleminot, ainsi que par bourgeois, des Relations extérieures, le préfet de Paris, etc…

Je fus nommé par le prince d’Eckmühl pour accompagner les commissaires, mais les Prussiens m’arrêtèrent aux avant-postes et, à mon retour au quartier-général du général Vichery, je manquai d’être assassiné par des gardes nationaux qui me prirent, et qui regardaient tous les officiers supérieurs comme des traîtres.

 

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
|