( 26 février, 2020 )

Les derniers jours de février 1814…

N1814

[Pièce n°6463]. [Suite au] Rapport du général Berruyer sur la ville de Soissons [à Napoléon].

Troyes, 25 février 1814

Renvoyé au ministre de la guerre [général  Clarke, duc de Feltre]. Donner des ordres pour que le pont soir fougassé ; que les auberges soient démolies; que tout ce qui est nécessaire à la défense de Soissons soit fait; que des bois soient coupés partout pour les palissades, etc.

——-

[Pièce n°6464] Napoléon au duc de Feltre.

Troyes, 26 février 1814.

Il y a 2000 hommes de gardes nationales à Meaux ; il faut leur envoyer des armes, les gibernes et les effets d’habillement nécessaires.

——-

[Pièce n°6465]. Napoléon au duc de Feltre.

Troyes, 26 février 1814.

Il est nécessaire que, désormais, tous les régiments de marche qui partiront de Versailles soient numérotés ; sans quoi il y aurait beaucoup de confusion sur la route. Le premier qui partira, après la réception de la présente lettre, portera le numéro 1er. Ne le faites pas partir qu’il ne soit au moins de 500 hommes.

(Arthur CHUQUET, « Ordres et Apostilles de Napoléon (1799-1815). Tome quatrième », Librairie ancienne Honoré Champion, Editeur, 1912 pp.465-466).

——————————

[Pièce n°2268].Lettre de Napoléon au comte de Montalivet, ministre de l’Intérieur, à Paris.

Troyes, 25 février 1814.

J’ai reçu votre lettre du 24. Les ordres pour les communications des villes, je vous les ai donnés. Je ne peux pas vous les donner dix fois.

Ce n’est que lorsque les horreurs que l’ennemi a commises seront bien connues que dans toutes les parties de la France où il n’a pas pénétré, mais où il peut pénétrer, on s’armera sérieusement.

——-

[Pièce n°2269]. Napoléon au maréchal Macdonald, duc de Tarente, commandant les 5ème et 11ème corps de la Grande armée.

Troyes, 26 février 1814, à 5 heures du soir.

Mon Cousin, d’après les nouvelles que je reçois que Châtillon a été évacué hier par l’ennemi, je pense que votre communication aura lieu dans la journée par la cavalerie. Il sera nécessaire de faire faire halte à vos troupes et de vous rapprocher par le plus court chemin de Bar-sur-Aube, afin de soutenir le duc de Reggio [maréchal Oudinot] et le général Gérard qui doivent y arriver aujourd’hui.

Vous écrirez au maire de Châtillon que je lui donne le gouvernement de la ville et que je désire qu’il m’envoie le nom de la personne à qui il convient de donner le commandant de la Garde nationale, afin que je le brevète. Ecrivez au maire que je désire que la portion qui fera le service d’honneur  auprès du congrès [celui de Châtillon] puisse être habillée et soit dans une bonne tenue.

Il est convenable que vous fassiez une proclamation que vous adresser à tous les habitants des départements de la Bourgogne pour qu’ils se lèvent en masse, arrêtent les isolés et tous les traînards de l’ennemi, interceptent les convois et qu’aussitôt qu’ils entendront le canon s’approcher, ils aient à couper les ponts et à tomber sur les derrières de l’ennemi.- Nous sommes rentrés dans Chambéry, Bourg, Mâcon, Chalon ; le duc de Castiglione [maréchal Augereau] s’approche de Dijon. Il faut rédiger cette proclamation avec toute l’énergie convenable.

Faites-moi connaître où est votre infanterie ce soir et où vous serez demain.

Blücher s’est porte du côté de Sézanne et le prince de La Moskowa [maréchal Ney] a passé le pont d’Arcis pour tomber sur ses derrières.

Je désire beaucoup que vous soyez à même de soutenir  les corps qui sont à  Bar-sur-Aube.-Réorganisez la Garde nationale à Bar-sur-Seine et [à] Musssy-l’Evêque et donnez-y toute l’impulsion possible. Nous sommes rentrés à Auxerre.

(« Dernières lettres inédites de Napoléon 1er. Collationnées sur les textes et publiés par Léonce de Brotonne. Tome II », H. Champion, Libraire, 1903, pp.509-511).

——————————

Napoléon au maréchal Macdonald.

[Pièce n°2809]. Troyes, 25 février 1814.

Je vous réitère l’ordre que je vous ai donné hier de marcher sur Bar-sur-Seine. Lorsque vous y serez arrivé, jetez votre avant-garde sur la route de Vendeuvre et, si vous y entendez le canon, marchez-y avec votre corps d’armée. Le général Gérard a couché hier à la poste de Meignelot à 2 lieues et demi de Vendeuvre, point sur lequel il marche.

——-

Le maréchal Berthier au maréchal Macdonald.

[Pièce n°2812]. Troyes, 26 février 1814, 8 heures du matin.

 Nous sommes entrés à Vendeuvre. Le duc de Reggio [maréchal Oudinot] et le général Gérard marchent sur Bar-sur-aube. L’Empereur désire que vous vous approchiez le plus possible de Châtillon-sur-Seine. Vos n’y ferez pas entrer votre infanterie, mais seulement de la cavalerie. Vous y nommerez un commandant de la Garde nationale et vous y réorganiserez la Garde nationale pour garder le Congrès [de Châtillon]. Après cela vous vous rapprocherez de La Ferté-sur-Aube sans laisser aucune troupe de ligne à Châtillon.

——-

Le maréchal Berthier au comte de Plancy, préfet de Seine-et-Marne.

[Pièce n°2814].Guignes, 26 février 1814.

L’Empereur vient de porter son quartier-général à Guignes. Sa Majesté ordonne que vous retourniez dans le chef-lieu du département, à  Melun, où le général Allix reçoit l’ordre de se rendre.

Vous devez vous occuper sans délai à faire rétablir le pont.

——

[Pièce n°2315] Le maréchal Berthier au maréchal Macdonald.

Troyes, 27 février 1814, 9 heures du matin.

L’Empereur se porte aujourd’hui sur Arcis-sur-Aube avec la Vieille Garde, attendu que Blücher, Yorck, Wintzingerode et autres marchent sur La Ferté-Gaucher. Sa Majesté va tomber sur leurs derrières.

L’intention de Sa majesté est que vous fassiez partir sur-le-champ 500 chevaux et l’une de vos brigades d’infanterie avec un bon général pour prendre position à Troyes afin d’y garder les parcs et le quartier-général ; il n’est pas besoin que vous y envoyiez d’artillerie ; il y en a assez à Troyes.

Le général Sorbier reste à Troyes pour y prendre le commandement de la ville et veiller à la défense des parcs. Les troupes que vous enverrez seront sous ses ordres.

L’Empereur me charge de vous faire connaitre que, comme le plus ancien, vous aurez le commandement des troupes du corps du duc de Reggio [maréchal Oudinot], de celui du général Gérard et de la cavalerie du compte de Valmy [me fils du maréchal Kellermann] et du général Milhaud.

Prenez une bonne position en arrière de l’Aube en occupant Bar-sur-§aube par une bonne arrière-garde et soyez prêt à faire sauter le pont de Dolancourt; mais il ne faut pas le faire sauter sans nécessité afin de ne pas donner l’éveil à l’ennemi.

L’ennemi a tout préparé pour faire sauter le pont de Dienville. Vous n’aurez qu’à présenter quelque cavalerie pour décider l’ennemi à le faire sauter.

Il  faut que vous fassiez toutes les dispositions pour faire croire que l’Empereur est sur la ligne. Dans le cas où vous seriez en présence de l’ennemi, vous feriez crier « Vive l’Empereur ! ».

Correspondez tous les jours avec nous par Troyes et ne faites rien qui puisse donner à croire à l’ennemi que vous êtes sur la défensive, car Sa Majesté espère être de retour sous trois jours.

(Arthur CHUQUET, « Inédits napoléoniens. Tome second », E.de Bossard, Editeur, 1914-1919, pp.323-325).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ Les derniers jours de février 1814… ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|