( 30 mars, 2020 )

La défense de Paris (29 et 30 mars 1814) racontée par le général Dautancourt…

paris1814.jpeg Ce témoignage fut publié en 1894 dans le « Carnet de la Sabretache » et inclus dans un article portant le titre de :  « Le 1er régiment des chevau-légers lanciers polonais de la Garde Impériale ».

Le 14 mars 1814, après l’affaire de Reims, le général Dautancourt, malade depuis quelque temps, partit pour Paris afin surtout d’y presser l’organisation des éclaireurs polonais attachés à son régiment sous la dénomination de 3ème régiment d’éclaireurs de la Garde par le décret impérial du 9 décembre 1813, et dont une partie des quatre premières compagnies seulement était à l’armée. Le 28 au soir, le général de division d’Ornano, commandant les dépôts de la Garde, le chargea du commandement de la cavalerie disponible dans les mêmes dépôts. La force totale de cette cavalerie s’élevait à environ 800 chevaux. Le général Dautancourt avait fait partir dans la même journée, pour Claye, route de Meaux, un détachement sous les ordres du capitaine Zaiaczek. Ce détachement déduit, il ne restait qu’environ 660 chevaux ; mais dans la nuit du 28 au 29, la moitié de cette force fut détachée pour l’escorte de l’Impératrice. Il resta donc définitivement environ 320 à 330 chevaux composés de grenadiers, dragons, chasseurs, mamelucks et Polonais. Voici l’analyse des opérations de cette faible brigade extraite du rapport que le général remit au général de division Koch. Vers neuf heures du matin du 29, cette brigade prit position en avant de Pantin, à droite de la route de Bondy, ayant devant elle le chemin qui traverse cette route et le canal de l’Ourcq, pour aller de Noisy-le-Sec à Baubigny [Bobigny]. Des reconnaissances furent poussées sur Noisy, Rosny, Villemomble, etc. Le roi Joseph passa une heure après, se portant en avant. A son retour, le général d’Ornano qui l’accompagnait dit au général Dautancourt que les lanciers polonais qu’il avait envoyés la veille à Claye sous les ordres du capitaine Zaiaczek, au lieu de rentrer à sa brigade, avaient reçu ordre de rester à la division Compans. 

Vers midi, une patrouille ayant rapporté qu’on voyait de la cavalerie ennemie sur la route dites « des Petits-Ponts » et vers Le Bourget, la brigade passa sur la droite du canal et se forma en arrière de Baubigny [Bobigny]. Sa gauche communiquait avec une brigade de Polonais, dit « les Krakus », sous les ordres du général Vincent. On donna la chasse à de misérables cosaques qui poursuivaient des habitants à la campagne, conduisant à Paris leurs bestiaux et leurs meubles. Cependant une grosse colonne ennemie arrivait lentement par la route du Bourget : elle eut à peine dépassé le ruisseau  de Montfort qu’elle canonna assez vivement les deux brigades qui reçurent au même moment l’ordre de repasser sur la rive gauche du canal. Le général Vincent le repassa sur le pont de la route des Petits-Ponts au-dessous de Pantin et se porte en arrière. Le général Dautancourt le repassa par le pont du Moulin-de-la-Folie, traversa Pantin et se forma en arrière entre la route des Petits-Ponts et celles de Meaux, en face du pont, appuyant deux pièces d’artillerie qui la défendaient ; un peloton de tirailleurs  fut de nouveau poussé au-delà de ce pont. L’ennemi dirigea sur ce point quelques volées de son canon qui fit peu d’effet. Il n’y avait pas une demi-heure que la brigade était dans cette position lorsqu’elle reçut l’ordre de se rendre à La Villette. Elle y arriva par le pont qui traverse le canal près du bassin, à la nuit tombante. Elle établit ses bivouacs à la gauche de la tête du faubourg de La Villette, prolongeant sa gauche vers La Chapelle, en-deçà du canal de Saint-Denis. Le 30 mars 1814, à 7 heures de matin, elle était à cheval sur le même terrain, ayant à se droite quelques escadrons de cavalerie sous les ordres du général Roussel d’Hurbal. Le général Dautancourt reçut l’avis qu’il était placé sous ceux du général Belliard. Le feu était commencé entre les batteries de La Villette et celles de l’ennemi. Afin de connaître ce qui se passait dans la plaine, le général Dautancourt envoya un sous-officier avec cinq chasseurs sur le canal avec ordre de  pousser jusqu’à Saint-Denis. Pendant ce temps, la brigade manœuvra vers la route qui conduit de La Chapelle à cette dernière ville. La patrouille de chasseurs rentra au grand galop, après avoir déjà fait un léger détour pour éviter les tirailleurs ennemis qui se présentaient en-deçà du canal  et rapporta que le commandant de Saint-Denis l’avait chargée de dire au général qu’il lui était arrivé le matin six pièces de canon mais sans munitions et qu’il lui en fallait sur-le-champ.

Ce rapport fut fait au général Belliard et par lui envoyé par un officier polonais au roi Joseph, sur la butte Montmartre. Il parut que l’ordre avait été donné d’envoyer trois caissons d’artillerie qu’on vit trop longtemps après être sorti de La Chapelle. Un bataillon d’infanterie fut envoyé pour les escorter et le général Dautancourt détacha pour le même objet le major Kozietulski, des éclaireurs polonais de la Garde, avec 80 chevaux. Mais il s’était écoulé un trop long temps pour toutes les allées et venues faites afin d’obtenir l’envoi de ces munitions et déjà elles ne pouvaient plus être introduites dans Saint-Denis. A la hauteur d’Aubervilliers, les éclaireurs donnèrent sur un gros corps ennemi qui, ayant passé le canal, coupait la route. Ils furent brusquement ramenés. Le général Dautancourt portait le restant de sa brigade à leur soutien. Mais il reçut l’ordre de demeurer en position, la gauche à la route. Les munitions rentrèrent ; le petit bataillon d’infanterie se replia lentement et en belle contenance ; une forte partie des éclaireurs de la brigade restèrent engagés en tirailleurs avec ceux très nombreux de l’ennemi. Vers midi, la cavalerie continua à manœuvrer par son flanc gauche parallèlement aux mouvements de l’ennemi. Elle se porte au-dessous de Clignancourt en avant de la ligne d’anciennes redoutes qui se trouvent dans la plaine (le général Belliard se trouvait sur l’une de ces redoutes). Les éclaireurs, les mamelucks et quelques chasseurs de la Garde étaient toujours aux prises avec la ligne des tirailleurs ennemis, qui, chargés, se retiraient sous la protection de leurs masses. On remarqua alors au milieu de nos tirailleurs plusieurs Parisiens, à pied, qui faisaient le coup de fusil d’une manière fort meurtrière pour l’ennemi. En manoeuvrant de la sorte, on arriva en avant d’une plâtrière située à gauche de Clignancourt et séparée de la montagne de Montmartre par un chemin qui conduit à Clichy. La brigade appuya sa gauche aux vignes qui bordent la route des Batignolles à Saint-Ouen. Les grenadiers à cheval, offrant sur ce lieu élevé un point de mire trop sûr aux coups d’une batterie de quatre pièces que l’ennemi avait placée dans la plaine près de l’embranchement de la route des Batignolles dans celle dite « de la Révolte », furent placés en réserve dans le fond, au-dessous et entre la plâtrière et la route. Cette batterie nous fit beaucoup de mal. A la vérité, le canon de Montmartre essaya de lui riposter de quelques coups en distance. Loin de lui en imposer, ce canon, mal servi devenait dangereux pour nos tirailleurs, lorsque deux pièces d’artillerie légère de la division du général Roussel, se plaçant entre cette division et notre droite, tirèrent avec une telle précision qu’en un instant elles forcèrent cette artillerie ennemie à se retirer. Ce ne fut que pour un moment. Cependant l’ennemi continuait lentement son mouvement vers le bois de Boulogne ; bientôt il parvint aisément à s’emparer des vignes qui se trouvent dans le triangle formé par les routes des Batignolles à Saint-Ouen et à Clichy et par celle de  la Révolte. Ces vignes, à défaut d’infanterie, ne furent disputées à la sienne que par les éclaireurs, les mamelucks et les chasseurs de la Garde qui furent forcés de les abandonner avec perte de plusieurs de ces braves qui s’étaient acharnés à les défendre avec une audace qui tenait du désespoir.

Au milieu de ces tirailleurs, le général Dautancourt eut à ses côtés un de ses adjudants blessé assez grièvement (il se nommait Pélissier, jeune officier français, sous-adjudant-major des lanciers polonais). Alors la position de la brigade n’était plus tenable. L’ennemi la fusillait à portée de pistolet. En ce moment, le maréchal duc de Conegliano envoya le brave colonel Moncey, son fils, prévenir le général Dautancourt des dispositions qu’il prenait à la barrière de Clichy, qu’il faisait fermer. Il fallait de l’infanterie: en vain le commandant de la brigade en demandait au général Belliard, on n’en avait point. Le feu de l’ennemi partant des vignes, celui de son canon, devenaient de plus en plus meurtrier. Quelques charges étaient demeurées sans résultat et si elles avaient fait éprouver quelques pertes à l’ennemi, elles avaient augmenté les nôtres dans une proportion accablante. La brigade se retirait cependant lentement, lorsqu’elle reçut l’ordre de se rapprocher de la cavalerie du général Roussel près de la plâtrière. Elle y appuya sa gauche et se forma le long du chemin qui, de cette plâtrière, conduit à Clignancourt.

C’est alors qu’il arriva à notre soutien un beau détachement de sapeurs-pompiers ; mais le moment opportun de retarder les progrès de l’ennemi était passé. Maître des vignes, il s’élança, parvint à cette même plâtrière et présenta une masse d’infanterie à portée de pistolet.  A la tête des chasseurs que commandait le chef d’escadron Laffitte, des Polonais et des mamelucks (les grenadiers et les dragons étant à gauche de la plâtrière opposés à d’autres forces ennemies), le général Dautancourt s’élança sur cette masse. Il fut ramené par son feu et celui de son artillerie. La cavalerie du général Roussel ne fut pas plus heureuse. Ce furent nos derniers efforts et nous y survécûmes !… 

Acculés sous Montmartre, dans le petit espace entre la plâtrière et Clignancourt, ne pouvant plus manœuvrer et foudroyés par le feu de l’ennemi, une partie de la cavalerie de ligne se retira par Clignancourt, tandis que le général Roussel, le général Dautancourt et le restant de ses braves opérèrent leur retraite en montant à Montmartre par un chemin rapide qui, quoique encaissé, les laissa encore un moment exposés au feu de l’ennemi. La brigade entra dans Paris par la barrière des Martyrs et se rallia sur le boulevard des Italiens. A dix heures, elle traversa silencieusement cette capitale de l’Empire, qu’elle abandonnait, et prit, vers minuit, position à Villejuif où elle bivouaqua. Pendant cette nuit, d’après un ordre du général Belliard, le général Dautancourt envoya un détachement de ses Polonais au pont de Choisy-le-Roi. 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 28 mars, 2020 )

L’adjudant-commandant Auguste Petiet et son témoignage sur 1814.

Immage d'illustration 2

                                                                                                                                                                                                  Image d’illustration.

Rédigé par Auguste Petiet (1784-1858), et curieusement non–inclus dans les deux éditions de ses « Souvenirs » qui ont parues respectivement en 1844 et en 1996, son récit permet au lecteur de suivre la progression d’une division de cavalerie légère lors de la campagne de France. L’adjudant-commandant Petiet est nommé le 7 novembre 1813, chef d’état-major de la division de cavalerie légère faisant partie du  5ème corps de cavalerie (ce dernier étant sous les ordres du fameux général de division Milhaud). A l’issue de la campagne d’Allemagne, Petiet arrive à Strasbourg le 21 décembre, avec sa division. En Alsace, appuyée par l’infanterie, elle affronte les premières troupes ennemies à Sainte-Croix-en-Plaine, durant les derniers jours de l’année 1813. Il est difficile se stopper la progression des troupes alliées déterminées. « Le 8 [janvier 1814], l’arrière-garde resta en position. L’ennemi occupait Épinal avec quinze cents cosaques, et Saint-Dié avec mille », note l’auteur. On se bat à Rambervilliers, à Saint-Dié. « La cavalerie légère évacua Baccarat le 13 [janvier 1814], à une heure du matin, arriva devant Lunéville sans être suivie, et n’ayant fait que traverser cette place, elle s’établit à Nancy, où elle avait été précédée par le 2ème corps », précise Petiet. Le 27 janvier 1814, les troupes françaises reprennent Saint-Dizier. L’Empereur est acclamé. « Les habitants, maltraités par les cosaques, l’appelaient leur libérateur. Napoléon descendit de cheval et défendit à ses gardes d’éloigner cette population qui se pressaient autour de lui », raconte l’auteur. Le 28, il traverse Montierender. « Le 29, au point du jour, toute l’armée, commandée par l’Empereur en personne, se porta sur Brienne. Le 2ème corps fit l’avant-garde ; le 5ème corps de cavalerie, précédé comme à l’ordinaire par la division [celle de cavalerie légère], marchait à la tête de la colonne ». Il s’en suit un récit détaillé de cette fameuse bataille.  Le 1er février, Petiet se bat à La Rothière. Il continue son récit en précisant que le 3, « la cavalerie légère se plaça dans le faubourg de Troyes… Le 5, le mouvement de retraite continua vers Nogent… Le 7, le corps du maréchal Oudinot, duc de Reggio, qui avait couché la veille à Romilly, revint sur Nogent, et la division forma l’arrière-garde soutenue par le corps du comte Gérard ». Le 13 février, il est à Nangis, puis se dirige sur Mormant. Un engagement assez vif éclata avec un corps de l’avant-garde austro-russe. Quatre jours plus tard, la cavalerie légère charge « dans la vaste plaine de Guignes à Nangis une ligne de quinze cents chevaux cosaques, lanciers et chasseurs russes, elle les culbute, laissant les dragons s’occuper de l’infanterie, et poursuit la cavalerie russe l’épée dans les reins… ».   Plus tard, le 31 mars 1814, la division arrive à Saint-Mammès, après avoir traversé Villeneuve-l’Archevêque, Pont-sur-Yonne et Moret-sur-Loing. C’est là que Petiet et ses hommes apprirent la capitulation de Paris. « Cette nouvelle répandit la consternation dans l’armée.. », écrit-il, avant d’ajouter que « Le 1er avril, la division [était] réduite à trois cent cinquante chevaux, c’est-à-dire, ayant à peine le cadre de ses régiments, par suite des combats continuels et de ses marches forcées… ». Le 5ème corps de cavalerie dont fait partie la division de cavalerie légère de l’adjudant commandant Petiet sera dissous le 21 juin 1814.

On trouve notamment à la suite de ce « Journal », le rapport du maréchal Victor sur la bataille de Brienne et un second sur le combat de Mormant; le rapport du fils du maréchal Kellermann et ceux des généraux Bordesoulle et Milhaud, sur ce même combat. 

C.B.

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
( 26 mars, 2020 )

Souvenir de la revue du 24 mars 1815, passée à Paris…

Revue

« Lorsque l’Empereur fut averti que tout était prêt, il parut à cheval et passa dans les rangs de ses soldats. Nous l’accompagnions; j’ai été témoin de tout ce qui s’est passé ce jour-là, mais pour en rendre un compte exact, il faudrait une autre plume que la mienne. Les soldats étaient ivres de joie, leurs schakos étaient au bout de leurs baïonnettes, et l’enthousiasme qui se manifestait en dehors des grilles, sur la place du Carrousel, où était le peuple, était sympathique avec la troupe. ers la fin de la revue, on vit arriver Cambronne à la tête des officiers du bataillon de l’île d’Elbe, qui portaient leurs anciennes aigles; l’esprit militaire en fut doublement exalté, et ces officiers, réunis aux troupes et aux officiers de toutes armes, qui s’étaient rassemblés spontanément, et qu’on nomma depuis le Bataillon sacré, défilèrent au son d’une musique guerrière qui jouait l’air « Veillons au salut de l’Empire » , cherchant ainsi à ressusciter les chants de triomphe et de gloire. Après le défilé, l’Empereur se plaça devant le pavillon de l’Horloge et fut aussitôt entouré par un nombre considérable d’officiers; là, diverses scènes remarquables se passèrent: des aigles, que ses soldats avaient conservées, lui furent présentées, et, s’en emparant, il les pressa sur son cœur en prononçant de ces paroles que lui seul savait rendre si émouvantes. C’est en parcourant ce cercle d’officiers qu’il me reconnut et que, s’avançant vers moi, il me décora de sa main. »

 (« Souvenirs sur le retour de l’empereur  Napoléon de l’île d’Elbe et sur la campagne de 1815 pendant les Cent-jours », par M. LEFOL,  Trésorier de l’Ecole militaire de Saint-Cyr, ancien aide-de-camp du général de division baron Lefol, sous l’Empire », Versailles, imprimerie de Montalant-Bougleux, 1852, pp.17-18).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 25 mars, 2020 )

Les lectures russes de Napoléon…

Les lectures russes de Napoléon… dans HORS-SERIE napoleonAvant de partir pour la Russie, Napoléon voulut connaître le pays. Nous le voyons demander à son bibliothécaire Barbier, au mois de décembre 1811, les livres les plus propres à le renseigner sur la topographie de la Russie et surtout de la Lituanie « sous le rapport des marais, rivières, bois et chemins », ainsi que tout ce qui a paru de plus détaillé en français sur la campagne de Charles XIII et sur les opérations militaires dont ces contrées ont été le théâtre. Au mois de janvier 1812, il demande une histoire de la Courlande et tout ce qu’il y a de topographique, de géographique et d’historique sur Riga et la Livonie. 

Au mois de mai, il demande des traductions manuscrites, faites au bureau de Mounier, d’ouvrages sur l’armée russe : l’ouvrage du colonel Wilson, l’ouvrage du capitaine prussien Plotho, et d’autres : ces traductions, dit-il, pourront lui être utiles « dans le voyage ». 

Arthur CHUQUET (« 1812. La guerre de Russie. Notes et Documents », 3ème série, Fontemoing, 1912). 

 

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
( 25 mars, 2020 )

Le COMBAT de FERE-CHAMPENOISE (25 mars 1814), d’après un RAPPORT du Général Baron DELORT adressé au MINISTRE de la GUERRE…

Le COMBAT de FERE-CHAMPENOISE (25 mars 1814), d’après un RAPPORT du Général Baron DELORT adressé au MINISTRE de la GUERRE...  dans TEMOIGNAGES 06513465

Monseigneur, 

Le général de division comte Pacthod n’ayant pas jugé à propos de faire à votre Excellence un rapport de l’affaire de Fère-Champenoise du 25 mars dernier, affaire dans laquelle sa division fut faite prisonnière de guerre, je ne peux me dispenser de le faire moi-même, pour rendre aux troupes sous mes ordres et à leurs chefs le justice éclatante qui leur est due ; dans aucune circonstance militaire, jamais le malheur n’a été honoré par plus d’énergie et d’intrépidité. La division Pacthod, forte d’environ 2.400 hommes, artillerie comprise, se réunit à Sézanne le 23 mars, dans la nuit, au général Amey dont la division était de 800 homes, et qui avait rallié à lui un convoi de 200.000 rations de pain et de 80 chariots de munitions de guerre. Le 24 au matin, ces deux divisions réunies se mirent en marche sur Bergère, où elles comptaient se réunir, d’abord, aux corps d’armée de MM. Les maréchaux ducs de Trévise et de Raguse [Mortier et Marmont], et ensuite à la Grande-Armée. Il ne m’appartient pas de développer ici les motifs tout puissants qui déterminaient à prendre la route de Bergère pour aller à Vatry, au lieu de suivre la route la plus courte, je dois me borner à parler du fait. Les troupes firent halte à dix heures et demie sur la route de Bergère à Vatry, à deux lieues de ce dernier point ; à onze heures moins un quart, j’aperçus plusieurs têtes de colonne dans la direction de Châlons, se dirigeant sur nous et perpendiculairement à la route où nous étions au repos ; je formai sur-le-champ ma brigade, forte de 1,200 hommes et composée d’un bataillon du 54ème régiment de ligne, du 1er régiment de gardes nationales de la Sarthe et du 3ème régiment provisoire de gardes nationales , formé d’un bataillon du Loir-et-Cher et d’un bataillon d’Indre-et-loire ; en même temps j’envoyai prévenir le général de division qui était à un demi-quart de lieue en avant sur la route, de l’approche de l’ennemi ; c’était l’armée de Silésie. A onze heures, sa cavalerie exécuta sur nos carrés trois charges consécutives qui furent repoussées avec la plus grande intrépidité. Cependant, toutes les masses de l’ennemi gagnaient du terrain et la cavalerie nous entourait ; dans cet état des choses, le général ordonna la retraite dans la direction de Fère-Champenoise ; à onze heures et quart, le mouvement commença au milieu d’une plaine immense sans bois, sans montagnes, sans accident de terrain qui pût donner quelque avantage à de l’infanterie contre de la cavalerie et l’arrêter dans sa marche, toujours rapide si elle est comparée à la marche de l’infanterie. A midi, l’artillerie tirait à mitraille sur nous en queue et sur les deux flancs ; à une heure, deux pièces gagnèrent notre tête. Elles étaient soutenues par une quantité innombrable de cavalerie ; c’est dans cette situation que, de toutes parts battus par la mitraille de l’ennemi, par derrière et sur nos flancs, et en tête par ses boulets, c’est dans cette situation, dis-je, que moins de trois mille hommes ont continué leur retraite sur Fère-Champenoise pendant quatre lieues, chargés tous les quarts d’heure sans jamais être entamés, toujours forcés de se faire jour au travers de la cavalerie, et de charger les pièces qui marchaient devant la tête. A cinq heures, à une demie-lieue de Fère-Champenoise, nous avons aperçu les hauteurs qui dominent cette ville couvertes de troupes de cavalerie, d’infanterie et d’artillerie ; dans le premier moment, nous nous étions livrés à l’espérance que ce que pourrait être les corps de MM. Les maréchaux ducs de Raguse et de Trévise, et nous nous réjouissions d’avoir opéré une jonction qui n’était pas sans gloire. L’illusion fut de courte durée. Les forces sur les hauteurs de Fère-Champenoise se multiplièrent tellement, qu’il n’y eut plus de doute que ce ne fût l’ennemi : d’ailleurs, la décharge d’une artillerie formidable, en éclaircissant les rangs, nous confirma de plus la présence d’un nouvel ennemi. La brigade sous mes ordres qui prêtait son flanc gauche à cette batterie ne fut pas ébranlée, et comme si elle eût acquis un nouveau degré d’énergie par l’imminence du danger, elle n’en marcha  que plus fièrement et plus serrée vers le nouveau point de direction que lui avait donné le général de division, pour gagner du terrain vers la droite et échapper, s‘il «était possible, à l’action des troupes qui couronnaient les hauteurs de Fère-Champenoise. C’étaient les armées russes, autrichiennes et prussiennes commandées par leurs souverains en personne ; la marche fut continuée sous le feu meurtrier de cette artillerie jusqu’à six heures un quart. A cette heure, ma brigade exténuée de fatigue, après avoir laissé sur le champ de bataille plus de 700 hommes, après avoir épuisé toutes les cartouches qu’elle avait consommées en repoussant de son feu plus de vingt charges de cavalerie à 50 toises, après sept heures enfin d’un combat à jamais mémorable, est tombée au pouvoir des trois armées combinées. Il n’est personne, Monsieur le Comte, dans ma brigade, qui n’ait fait au-delà de ce prescrit l’honneur le plus délicat : le bataillon du 54ème régiment et ses chefs ont soutenu la réputation qui appartient, à si juste titre, aux vieilles bandes des armées d’Espagne ; mais Monsieur le Comte, je ne saurais trouver d’expression à mon gré pour rende témoignage aux gardes nationales sous mes ordres, l’épithète de brave et d’héroïque dont tout le monde s’honore, est sans valeur, sans force et sans énergie, pour donner une idée juste et précise de leur conduite, c’est la valeur la plus impossible, en même temps qu’elle est la plus énergiquement active, selon qu’il faut recevoir la mort sans chercher à l’éviter, ou conserver sa vie pour prouver qu’on sait la défendre. Vous êtes juste et, s’il ne fallait se borner, je devrais citer sans exception tous les officiers de mes cinq bataillons ; il n’en est aucun qui n’ait mérité les regards du souverain ainsi que ses faveurs, mais par dessus tous les autres, je dois désigner à votre Excellence, M. le major Bergeron, commandant le régiment de gardes nationales de la Sarthe, et M. le major Durivoire, commandant le 3ème régiment provisoire composée d’un bataillon d’Indre-et-Loire.  Il est impossible de réunir à une connaissance parfaite de la guerre, à plus d’expérience, une bravoure plus froide, en même temps qu’entraînante pour les soldats.  Ce serait, Monsieur le Comte, soumettre leur sensibilité à une trop forte épreuve que de ne pas leur accorder un témoignage non équivoque de satisfaction ; je le sollicite pour eux de Votre Excellence, et vous prie, Monsieur le comte, d’agréer l’hommage de mon respect.

Paris, le 29 août 1814. 

 Le Général de brigade,  Signé : Baron DELORT.

 

Article paru dans le « Carnet de la Sabretache » en 1901. 

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 25 mars, 2020 )

Le général PIRE

Piré«L’Empereur me charge de vous témoigner toute sa satisfaction pour la belle conduite que vous avez tenue, pour le dévouement à sa personne et pour l’amour de la Patrie dont vous avez fit preuve dans ces dernières circonstances »

(Maréchal Davout au général Piré, Paris, 19 avril 1815).

Chargé au retour de Napoléon de l’île d’Elbe, de combattre les royalistes dans le Midi, Piré força le duc d’Angoulême à signer la capitulation de La Palud le 8 avril 1815.

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 23 mars, 2020 )

Les conseils de l’Empereur…

téléchargement

5 GESTES « BARRIÈRE »

Pour freiner le CORONAVIRUS…
1

PRÉVENTION. Restez chez vous !

2

MAINS. Lavez-les souvent !

3

COUDE.Toussez dedans !

4

VISAGE. Évitez de le toucher !

5

DISTANCES. Gardez-les !

Publié dans INFO par
Commentaires fermés
( 23 mars, 2020 )

Le général marquis d’Alorna…

ombre1.jpg

Nommé par Junot, le 22 décembre 1807, inspecteur général des troupes portugaises stationnées dans les provinces de Tras los Montes, de Beira et d’Estramadure, puis, le 15 février 1808, inspecteur général de l’armée portugaise dans tout le royaume, commandant en chef la Légion portugaise, employé en 1810 à l’armée du  Portugal, le marquis d’Alorna avait instamment demandé à faire la guerre dans le Nord. Il voulait, disait-il, — dans une lettre du 27 janvier 1812 — verser son sang pour l’Empereur, car l’Empereur étant le plus grand homme du monde, lui, marquis d’Alorna, voulait obtenir de l’Empereur au moins un regard d’approbation et la revanche des insultes que les Anglais avaient tâché de lui faire; il désirait, ajoutait-il, «prouver et à lui-même et à ses amis qu’il n’y avait pas encore de décrépitude ni dans son cœur ni dans sa tête.» Il fut nommé, le 21 mars 1812, général de division au service de France et, le jour même, Berthier lui ordonnait de se rendre à Mayence pour se mettre, le 10 avril, à la tête du 2ème escadron du régiment des chasseurs portugais qu’il conduirait, pour le 7 mai, à Francfort-sur-l’Oder. Durant la campagne, il commanda à Mohilew. Mais le 16 novembre, Berthier lui ordonnait de venir à Orcha arrêter les isolés; puis, le 18, de ramasser à Orcha autant de vivres et de munitions que possible; puis, le 20, d’évacuer Mohilew et de partir le 21, à 6 heures du matin, pour se diriger par le plus court chemin sur Borisov après s’être approvisionné de vivres pour vingt jours. Le marquis d’Alorna ne resta pas sur le sol russe; mais les misères de la retraite l’avaient épuisé. Et il mourut le 2 janvier 1813 à Königsberg.

A. CHUQUET

(« 1812. La guerre de Russie. Notes et Documents. Troisième série », Fontemoing et Cie, Editeurs, 1912, pp.327-328).

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
( 18 mars, 2020 )

Benjamin Constant…

Benjamin Constant

« Suisse à la Jean-Jacques [Rousseau], coureur d’aventures galantes,  passant à l’amour orageux avec Mme de Staël au culte platonique avec Mme Récamier, transformant en épanchements littéraires les phases de sa vie intime, cœur et esprit mobiles, imprégné du scepticisme et de l’incrédulité du dix-huitième siècle ; c’est le type de l’incohérence. Ses variations politiques lui ont valu une place d’honneur dans le dictionnaire des girouettes. Il soutint d’abord le Directoire, puis accepta d’entrer au Tribunat. Ses relations avec Mme de Staël combinées avec des intrigues politiques l’obligèrent à demeurer à l’étranger pendant le temps de l’Empire. Rentré à Paris en 1814, il mène dans les « Débats » une violente campagne royaliste. Rien ne peut donner idée de la fureur avec laquelle il fonça sur l’Empereur, exilé inoffensif pour le moment. Il faut citer quelques phrases qui paraissent incroyables de la part d’un écrivain dont le talent n’était pas sans charme ni délicatesse.  On venait d’apprendre le débarquement de Napoléon à Cannes [Golfe-Juan]. Chacun à Paris pensait que c’était là une aventure de casse-cou, sans lendemain.

Benjamin Constant écrit :

« Nous subirons sous Bonaparte un gouvernement de mamelucks. C’est Attila, c’est Gengis-Khan, plus terrible et plus odieux. Il prépare les ressources de la civilisation pour régulariser le massacre et pour administrer le pillage. Une année du règne de Louis XVIII n’a pas fait répandre autant de larmes qu’un seul jour du règne de Bonaparte. Je n’irai pas, misérable transfuge, me traîner d’un pouvoir à l’autre, couvrir l’infamie par le sophisme et balbutier des mots profanes pour racheter une vie honteuse. »

Cet article parut dans les « Débats » le 19 mars 1815. Le lendemain, Napoléon entrait aux Tuileries. Trois semaines plus tard, en avril, le « misérable transfuge » acceptait de l’Empereur une place de conseiller d’État. A cette absence de principes, Benjamin Constant ne joignait pas le courage. Quand il vit Napoléon à Paris, il se crut perdu. Il ne songea qu’à en finir avec la vie. Il se réfugia chez un ami et, déjà, il commença ses apprêts, certain qu’il ne ferait que devancer de quelques heures le châtiment. Une dépêche le mande aux tuileries, raconte Edgar Quinet. Il obéit, non sans crainte. Napoléon le reçoit d’un air riant. C’est à lui qu’il veut parler de liberté et de constitution ; c’est à  lui qu’il veut s’ouvrir.

« Et sachant qu’il s’adresse à un écrivain, c’est la liberté de la presse qu’il invoque. Il est pleinement converti sur ce point. L’interdire serait un acte de folie. Qu’au reste, Benjamin constant, lui apporte ses idées, ses vues ; il est  prêt à accepter ce qui est possible. Tout cela entremêlé de caresses et de sourires, comme en ont les maîtres du monde. Ces discours ne durèrent pas moins de deux heures. »

Benjamin constant se laissa facilement enguirlander. Pendant les quelques jours où Napoléon parut assuré sur le trône, il garda l’attitude du parfait courtisan. C’était, de part et d’autre, une comédie. Chacun savait qu’il reprendrait sa liberté et agirait selon sa vraie nature, dès que le spectacle aurait pris fin ; tout le monde, sauf peut-être Napoléon, savait qu’il serait de courte durée ! 

(A. PERIVIER, « Napoléon journaliste », Plon, 1918, pp.331-333.)

————

Benjamin Constant de Rebecque (1767-1830) a laissé des « Mémoires sur les Cent-Jours » (Pauvert, 1961), non dépourvus d’intérêt.

 

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
( 16 mars, 2020 )

Un air de révolution…

Napoléon à cheval.

« En débarquant de l’île d’Elbe, Napoléon s’était présenté aux Français non comme le vieil empereur venu pour reprendre le souverain pouvoir et l’appareil monarchique, mais comme le Premier Consul, le soldat de la Révolution, « l’homme du peuple ». Ses proclamations aux habitants des Basses-Alpes, des Hautes-Alpes, de l’Isère, commencent par ce mot : Citoyens. Sur toute sa route, il parle en tribun, dénonçant aux passions populaires les émigrés qui prétendent annuler les ventes des biens nationaux, les nobles qui veulent rétablir les privilèges et les servitudes féodales. A Grenoble, il déclare que ses droits ne sont autres que les droits du peuple et qu’il ne les reprend que pour arracher les Français au servage dont ils sont menacés: « — Je veux être moins le souverain de la France que le premier de ses citoyens. » A Lyon, il annonce qu’il reparaît pour défendre les intérêts de la Révolution; il proteste que le trône est fait pour la nation et non la nation pour le trône; il rend des décrets révolutionnaires, abolit les titres de noblesse, dissout la Chambre des pairs, bannit les émigrés, séquestre les biens des Bourbons. A Avallon, à Autun, à Auxerre, partout, ce sont les mêmes déclarations : « -Je viens pour délivrer la France des émigrés. » «-Je suis issu de la Révolution. » « — Je suis venu pour tirer les Français de l’esclavage où les prêtres et les nobles voulaient les plonger. Qu’ils prennent garde. Je les lanternerai. » Du golfe Juan à Paris, Napoléon se donne comme le chef de la Révolution, et c’est comme le chef de la Révolution qu’il est acclamé sur ce parcours de deux-cent-vingt lieues. Aux  »Vive l’Empereur! »  Se mêlent les cris: « Vive la liberté ! Vive la nation ! A bas les nobles ! A bas les prêtres ! Mort aux royalistes ! » A la rentrée de Napoléon aux Tuileries, à la réapparition des trois couleurs sur tous les clochers, l’effervescence révolutionnaire s’étend et s’accroît. La Marseillaise retentit des Alpes Cottiennes au cap Finistère. Des fédérations et des clubs s’organisent pour « défendre la liberté », « combattre l’inquisition des moines et la tyrannie des nobles », « maintenir les droits de l’homme menacés par la noblesse héréditaire, honte de la civilisation », « épouvanter les trahisons, déjouer les complots et terrasser la contre- révolution ». C’est la rhétorique de 93. Parmi ces fédérés, il y a beaucoup de vrais patriotes ; il y a aussi des néo-septembriseurs. Les fédérés de Toulouse promènent un buste de l’empereur en criant : « Les aristocrates à la broche! » Un fédéré lyonnais harangue ainsi ses camarades : « — Nous savons où sont les royalistes. Nous avons des baïonnettes, sachons nous en servir. » Molé dit à l’empereur : « — J’ai peur de la révolution menaçante, prête à vomir encore une fois sur la France la terreur et la proscription.  » A Bourg, à Nantes, à Rouen, à Lunéville, à Brest, à Bourges, à Rennes, à Dijon, on insulte, on menace, on maltraite les nobles et les prêtres. A Paris, même, on chante la Marseillaise et le Ça ira; il y a des bonnets rouges. Un jour, l’empereur traversant à cheval le faubourg Saint-Germain se voit entouré par une foule furieuse qui lui montre de ses poings levés les hôtels aristocratiques. « Une seule parole imprudente, dit-il plus tard à Las Cases, ou même une expression seulement équivoque de mon visage, et tout était saccagé. » Le 11 avril 1815, des bandes de populaire parcourent Saint-Brieuc aux cris de: Vive l’Empereur ! Les aristocrates à la lanterne ! « Des femmes ont éprouvé des accidents, » rapporte le commissaire de police sans préciser davantage. Le 25 avril, le bruit de l’assassinat de l’empereur s’étant répandu à Tarbes, cinq cents tanneurs et dinandiers s’assemblent pour attendre le courrier de Paris avec l’intention de « faire justice des royalistes » si la nouvelle se confirme. Après l’arrivée du courrier, le rassemblement se dissipe en criant : « Nobles, vous l’avez échappé belle, mais gare à vous! »A Bordeaux, en Bourgogne et dans le Dauphiné, les nobles redoutent d’être égorgés quand le premier coup de canon tonnera aux frontières. Une nuit, à Strasbourg, on pend à des lanternes trois mannequins avec cocarde blanche au chapeau et décoration du Lys sur la poitrine. Dans l’Isère, le château de Lissy est incendié, dans Seine-et-Oise, le château de Rosny. « On brûle un peu partout, » écrit Montlosier. Dans une commune de la Corrèze, les paysans démolissent le banc seigneurial de l’église, rétabli six mois auparavant, et en brûlent les débris sur la place publique. Le colonel Cuc écrit de Rodez: « On ne saurait comparer la journée du 5 avril qu’à celles qui ont signalé l’aurore de la Révolution. » « Il faut que le peuple fasse sentir sa force, » dit-on à Grenoble. A Dôle, les clubistes réclament la création de papier-monnaie et l’extermination des nobles et des prêtres.

(Henry HOUSSAYE, « 1815. La première Restauration.-Le retour de l’île d’Elbe.-Les Cent-Jours », Perrin et Cie, 1893, pp.482-485).

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
( 15 mars, 2020 )

Le maréchal Berthier et le colonel Nicolas…

Le maréchal Berthier et le colonel Nicolas... dans TEMOIGNAGES 1814c

Le colonel Nicolas, du 11ème chasseurs à cheval- il devint en 1823 maréchal de camp -s’avisa de demander, à la fin de 1813, un congé au duc de Feltre [le général Clarke, Ministre de la guerre]. Il avouait naïvement qu’il voulait se rendre à Verdun, au dépôt, pour réorganiser l’administration de son régiment, mais qu’il profiterait du voyage pour aller, à six lieues de Verdun, revoir sa femme et ses propriétés et, pendant un mois, terminer des affaires très pressantes. Voici sa lettre.

Arthur CHUQUET.

« J’ai l’honneur de faire à Votre Excellence la demande d’une permission pour me rendre à mon dépôt à Verdun où ma présence est très urgente. Mon régiment ayant beaucoup souffert en campagne et étant presque détruit, il est indispensable que je me rende au dépôt pour en réorganiser l’administration. J’ajouterai à ces motifs que mon épouse et mes propriétés étant à six lieues de mon dépôt, je serais bien charmé de m’y rendre pour au moins un mois afin de terminer des affaires très pressantes, sans pour cela perdre de vue  les intérêts de mon régiment. »

Le duc de Feltre renvoya la  demande du colonel Nicolas à Berthier, major général, et il ajoutait que Nicolas avait eu peu de soin  de son régiment, que l’inspecteur comte de Nansouty ne faisait pas l’éloge du 11èle chasseurs. Berthier envoya au duc de Feltre la réponse suivante :

« Paris, 5 janvier 1814.

Je réponds à votre lettre du 4, relative à l’autorisation que demande M. le colonel Nicolas, de se rendre au dépôt de son régiment pour réorganiser les escadrons. Dans le moment actuel, où nous sommes en présence de l’ennemi, le poste d’honneur est aux escadrons de guerre. »

(Document extrait de l’ouvrage d’Arthur Chuquet : « L’année 1814. Lettres et Mémoires », Fontemoing et Cie, 1914).

——

Ce colonel Nicolas (Jean-Baptiste), né en 1773, mort en 1854, a fait l’objet d’une notice, à la page 646 du « Dictionnaire des colonels de Napoléon », de D. et B. Quintin (Éditions SPM, 1996).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 15 mars, 2020 )

Le maréchal Mortier…

Mortier

« Mortier m’a fait bien du mal en quittant le commandement de la Garde à Beaumont ; il connaissait tout ce corps. Si j’avais eu Lannes ou Bessières à la tête de la Garde, le malheur ne serait pas arrivé. Ce sera sûrement la faute de Mortier, à qui l’on aura écrit de Paris que Corps législatif conspirait. Le duc de Trévise [Mortier] est un brave homme, mais sa femme le mène »

(Napoléon au général Gourgaud, à Sainte-Hélène, 25 février 1815).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
12
Page Suivante »
|