( 28 mars, 2020 )

L’adjudant-commandant Auguste Petiet et son témoignage sur 1814.

Immage d'illustration 2

                                                                                                                                                                                                  Image d’illustration.

Rédigé par Auguste Petiet (1784-1858), et curieusement non–inclus dans les deux éditions de ses « Souvenirs » qui ont parues respectivement en 1844 et en 1996, son récit permet au lecteur de suivre la progression d’une division de cavalerie légère lors de la campagne de France. L’adjudant-commandant Petiet est nommé le 7 novembre 1813, chef d’état-major de la division de cavalerie légère faisant partie du  5ème corps de cavalerie (ce dernier étant sous les ordres du fameux général de division Milhaud). A l’issue de la campagne d’Allemagne, Petiet arrive à Strasbourg le 21 décembre, avec sa division. En Alsace, appuyée par l’infanterie, elle affronte les premières troupes ennemies à Sainte-Croix-en-Plaine, durant les derniers jours de l’année 1813. Il est difficile se stopper la progression des troupes alliées déterminées. « Le 8 [janvier 1814], l’arrière-garde resta en position. L’ennemi occupait Épinal avec quinze cents cosaques, et Saint-Dié avec mille », note l’auteur. On se bat à Rambervilliers, à Saint-Dié. « La cavalerie légère évacua Baccarat le 13 [janvier 1814], à une heure du matin, arriva devant Lunéville sans être suivie, et n’ayant fait que traverser cette place, elle s’établit à Nancy, où elle avait été précédée par le 2ème corps », précise Petiet. Le 27 janvier 1814, les troupes françaises reprennent Saint-Dizier. L’Empereur est acclamé. « Les habitants, maltraités par les cosaques, l’appelaient leur libérateur. Napoléon descendit de cheval et défendit à ses gardes d’éloigner cette population qui se pressaient autour de lui », raconte l’auteur. Le 28, il traverse Montierender. « Le 29, au point du jour, toute l’armée, commandée par l’Empereur en personne, se porta sur Brienne. Le 2ème corps fit l’avant-garde ; le 5ème corps de cavalerie, précédé comme à l’ordinaire par la division [celle de cavalerie légère], marchait à la tête de la colonne ». Il s’en suit un récit détaillé de cette fameuse bataille.  Le 1er février, Petiet se bat à La Rothière. Il continue son récit en précisant que le 3, « la cavalerie légère se plaça dans le faubourg de Troyes… Le 5, le mouvement de retraite continua vers Nogent… Le 7, le corps du maréchal Oudinot, duc de Reggio, qui avait couché la veille à Romilly, revint sur Nogent, et la division forma l’arrière-garde soutenue par le corps du comte Gérard ». Le 13 février, il est à Nangis, puis se dirige sur Mormant. Un engagement assez vif éclata avec un corps de l’avant-garde austro-russe. Quatre jours plus tard, la cavalerie légère charge « dans la vaste plaine de Guignes à Nangis une ligne de quinze cents chevaux cosaques, lanciers et chasseurs russes, elle les culbute, laissant les dragons s’occuper de l’infanterie, et poursuit la cavalerie russe l’épée dans les reins… ».   Plus tard, le 31 mars 1814, la division arrive à Saint-Mammès, après avoir traversé Villeneuve-l’Archevêque, Pont-sur-Yonne et Moret-sur-Loing. C’est là que Petiet et ses hommes apprirent la capitulation de Paris. « Cette nouvelle répandit la consternation dans l’armée.. », écrit-il, avant d’ajouter que « Le 1er avril, la division [était] réduite à trois cent cinquante chevaux, c’est-à-dire, ayant à peine le cadre de ses régiments, par suite des combats continuels et de ses marches forcées… ». Le 5ème corps de cavalerie dont fait partie la division de cavalerie légère de l’adjudant commandant Petiet sera dissous le 21 juin 1814.

On trouve notamment à la suite de ce « Journal », le rapport du maréchal Victor sur la bataille de Brienne et un second sur le combat de Mormant; le rapport du fils du maréchal Kellermann et ceux des généraux Bordesoulle et Milhaud, sur ce même combat. 

C.B.

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ L’adjudant-commandant Auguste Petiet et son témoignage sur 1814. ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|