( 18 avril, 2020 )

Un cavalier dans l’Epopée: Victor Dupuy (III et fin).

Ombre 1

« Le 18 juin 1815, à quatre heures du matin, nous étions à cheval et vers huit heures, après avoir fait rafraîchir nos chevaux quelques instants, nous nous rendîmes sur le champ de bataille. Notre régiment fut détaché de la division et, avec trois escadrons de chasseurs, prit position à l’extrême droite, n’ayant pas d’ennemis devant nous. Le combat s’engagea à notre gauche sur toute la ligne. Dès midi, la panique s’empara de quelques régiments d’infanterie du 1er corps d’armée et le sauve-qui- peut y fut prononcé. Ils fuyaient dans le plus grand désordre, je courus à eux avec un peloton de hussards pour les arrêter. Voyant parmi les fuyards, un porte-drapeau avec son aigle, je lui dis de me la remettre; il l’avançait déjà pour me la donner, lorsque la réflexion me vint: « Je ne veux pas vous déshonorer, monsieur, lui dis-je, déployez votre drapeau, et portez-vous en avant, en criant avec moi, Vive l’Empereur ! » Il le fit sur-le-champ, le brave homme ! Bientôt les soldats s’arrêtèrent et dans peu d’instants, grâce à ses efforts et aux nôtres, près de trois mille hommes étaient réunis et avaient fait volteface. Cette fuite était d’autant plus étonnante et extraordinaire que l’ennemi ne poursuivait pas; mais par qui le malveillant sauve-qui-peut avait-il été prononcé ? On l’ignorait. Jusque vers quatre heures, nous restâmes paisibles spectateurs de la bataille. Dans ce moment le général Domon vint à moi; le feu des Anglais était à peu près cessé; il me dit que l’affaire était gagnée, que l’armée ennemie était en retraite, que nous étions là pour faire jonction avec le corps du maréchal Grouchy et que nous serions le soir à Bruxelles; il partit. Peu de moments après, au lieu de faire jonction avec les troupes du maréchal Grouchy comme nous nous y attendions, nous reçûmes l’attaque d’un régiment de hulans prussiens. Nous le repoussâmes vigoureusement et lui donnâmes la chasse, mais nous fûmes forcés à la retraite par le feu à mitraille de six pièces de canon, derrière lesquelles les hulans se replièrent. Le colonel Marbot avait été blessé d’un coup de lance à la poitrine, dans l’attaque des Prussiens. Attaqués alors par l’infanterie, nous nous reployâmes sur le centre en battant en retraite. Dans notre mouvement rétrograde, nous rencontrâmes le maréchal Soult, major général, qui nous fit placer près d’une batterie de la garde pour la soutenir; le canon ennemi nous fit quelque mal. Peu après, nous reçûmes l’ordre de nous porter en arrière, pour nous opposer à des tirailleurs prussiens. Jusque-là, nous pensions que la bataille était gagnée sur les autres points de la ligne; mais lorsque, arrivés sur la grande route, nous la vîmes encombrée de fuyards, nous fûmes détrompés. Nous cherchâmes d’abord à les rallier, mais cela fut impossible, il fallut faire aussi retraite, mais du moins, nous la fîmes en ordre, marchant à quelques centaines de pas sur le – côté de la route, jusqu’à ce que la nuit et les difficultés du chemin nous eussent forcé à y rentrer et à marcher pêle-mêle, avec les fuyards de toutes armes. Notre défaite était calculée à l’avance: des caissons dételés; dont les timons étaient enchâssés les uns dans les autres, avaient été placés de distance en distance en travers de la grande route, pour entraver notre marche et arrêter notre matériel et nos bagages. De larges fossés la bordaient; il fallut souvent faire mettre pied à terre à quelques-uns de nos hommes, pour en abattre les talus et pratiquer ainsi des passages. Après avoir marché toute la nuit, pendant laquelle quelques-uns des nôtres s’égarèrent, la brigade, ayant laissé la route de Charleroi, prit celle de Marchiennes, où, presque entière, elle passa la Sambre. Il tint à peu de chose, que les résultats de cette déplorable journée, ne fussent bien différents!. Le désordre était déjà dans l’armée anglaise, lorsque le corps prussien, s’étant dérobé au maréchal Grouchy, arriva sur le champ de bataille et ramena la victoire plus qu’échappée, aux Anglais. Sans cette marche adroite, le pont de Waterloo construit sur la Tamise, l’eût été sur la Seine du moins, d’après toute justice, on devrait voir sur ce monument la statue du général prussien !.

Nous étions seuls nous, à Austerlitz et à Iéna !!! Personne n’a le droit d’en revendiquer la gloire !!! »

(« Souvenirs militaires de Victor Dupuy, chef d’escadron de hussards, 1794-1816. Publiés avec une préface du général Thoumas », Calmann-Lévy, éditeur, 1892, pp.289-292)

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ Un cavalier dans l’Epopée: Victor Dupuy (III et fin). ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|