• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 5 juin 2020
( 5 juin, 2020 )

Enlever NAPOLEON à l’ILE d’ELBE…

J’ai déjà évoqué sur « L’Estafette » les menaces sur la personne de l’Empereur lors de son séjour à l’île d’Elbe, de mai 1814 à février 1815. Voici une notice rédigée par Arthur Chuquet sur le même sujet. Elle porte le titre: « L’enlèvement de Napoléon ». Dans la seconde lettre, c’est le général Dupont, le vaincu de Bailén, alors Ministre de la Guerre qui écrit à celui qui a trahi tout le monde, excepté lui-même : le perfide Talleyrand…

« Le consul de France à Livourne, Mariotti, nommé à ce poste par Talleyrand, avait mission de surveiller, et, au besoin d’enlever l’Empereur. Le 28 septembre [1814], dans une lettre que Frédéric Masson à donnée (« Napoléon et sa  famille, tome X, p.393) il propose de gagner le lieutenant de vaisseau Taillade qui, moyennant une récompense, pourrit enlever Napoléon et le mener à l’Ile Sainte-Marguerite. Voici deux lettres de ce Mariotti relative à cette combinaison et publiées naguère par Auguste Fournier (Die Geheimplozei auf dem Wiener Kongress, p.219 et 226.) La première, écrite l’encre sympathique, fut adressée par Mariotti à Dalberg qui la déchira et la jeta au panier : mais les morceaux furent ramassés par un agent et recollés.

I. Mariotti à Dalberg. Livourne, 5 octobre 1814.

Monsieur le duc, j’ai adressé le 28 à Paris et le 30 à Vienne, un projet pour enlever le voisin. Ce projet est, à mon avis, le seul qui puisse réussir dans ce moment. Si le capitaine du brick [Taillade] entre dans nos intérêts, le coup est fait. J’ai proposé les moyens à prendre pour le sonder et le séduire. Quant à moi, je fais à présent partir quelqu’un de gênes avec des comestibles et de Florence par Piombino une femme avec des modes. Tout ce qui part d’ici est tellement suspect qu’on ne permet de rester que trois jours. Je fais tout pour réussir ; mais je suis écrasé de frais et je n’ai pas encore reçu une obole. Quand on veut attraper quelqu’un, il faut lui inspirer de la confiance, et nous avons fait le contraire, parce qu’il ne parait pas même encore que la France reconnaisse le prince de l’Elbe ; mais elle a redoublé les obstacles en rendant très difficiles nos relations avec l’île. J’ai des agents sur toutes les côtes, et de ce côté-là je suis tranquille. Le gouvernement toscan n’a pas de repos. Les prisons sont pleines d’individus suspects. Je désire savoir si cet essai réussit à votre gré, et si je dois continuer à m’en servir.

La seconde lettre est adressée par Dupont à Talleyrand interceptée par le cabinet secret de vienne qui n’a pas eu le temps de la copier dans le texte français ; on n’en a qu’un extrait en allemand, que nous traduisons ; mais Dupont n’a fait, il semble, que reproduire la lettre que l’on trouve dans Houssaye (1815, tome I, p. 170) et dans Masson, la lettre que Mariotti envoya le 28 septembre à Talleyrand et avait sans doute envoyée pareillement à Dupont.

 II. Dupont à Talleyrand. Paris, 15 octobre 1814.

Toutes les nouvelles qu’il reçoit de Porto-Ferrajo [Portoferraio] s’accordent sur ce point, qu’il est très difficile d’enlever Napoléon de son île ; surtout contre ceux qui viennent de France ou de Livourne. Il change toujours de logis et il compte sur son militaire et sur un revirement après le Congrès [de Vienne]. Mais Mariotti ne désespère pas de réussir à l’enlever. Napoléon va souvent sur son brick à l’île [de la] Pianosa. Il n’y a pas de maison et il dort à bord. Taillade commande le brick. Il est resté au service de Napoléon. Il est pauvre. Napoléon a, en outre, réduit encore son traitement ; par conséquent, mécontent. On pourrait facilement le gagner. Seulement il faut tâcher de trouver quelqu’un qui lui fasse cette proposition. »

(Arthur CHUQUET, « L’année 1814… », Fontemoing et Cie, Editeurs, 1914, pp.414-415).

Enlever NAPOLEON à l'ILE d'ELBE... dans TEMOIGNAGES grenadier-ile-delbe

Un « vieux de la Vieille » à l’île d’Elbe. En arrière plan, l’Empereur…

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
|