• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 12 juin 2020
( 12 juin, 2020 )

Paris, juin 1815…

Napoléon 6 semaines avant Waterloo« La Garde impériale étant partie pour la frontière , il ne restait plus à Paris que quelques bataillons de recrues qu’on exerçait avec une grande activité. L’Empereur était encore aux Tuileries, mais on ne doutait, pas que le soin qu’il semblait mettre à faire coïncider les grands évènements de sa vie avec quelques anniversaires de ses triomphes passés , ne le fit mettre en campagne au premier jour. Nous approchions en effet du 14 juin, anniversaire de Marengo et de Friedland. On avait bien jugé des intentions de Napoléon ; il quitta Paris le 12, et dans sa proclamation à l’armée, du 14 juin, en rappelant les deux victoires qui avaient signalé ce jour: « Alors, disait-il à ses soldats, nous fûmes trop  généreux, nous crûmes aux protestations de ces souverains que nous pouvions détrôner et qui n’ont reconnu notre grandeur d’âme qu’en conspirant éternellement contre la France. Pour tout Français qui a du cœur, s’écriait-il en terminant, le moment est venu de vaincre ou de mourir ! » Les boulets anglais ne lui accordèrent ni l’un ni l’autre. Ce fut quelques jours avant son départ, que je voulus voir tout à l’aise cette tête chargée alors des destinées du monde, ce Napoléon qui rendra si curieux à écouter, les vieillards pouvant dire à l’avide jeunesse qui les interrogera : je l’ai vu. On donnait aux Français la tragédie d’Hector, par M. Luce de Lancival; l’Empereur avait toujours beaucoup affectionné cette pièce à laquelle même il n’avait point été, dit-on , étranger. L’affiche ne portait point les mots: par ordre ; mais on assurait qu’il assisterait au spectacle. Comme on le pense bien, cette espérance avait attiré une grande affluence dans la rue de Richelieu. Là, les marchands de contremarques tenaient la dragée haute aux amateurs ; mais malgré l’état alarmant de mon budget d’étudiant, ce jour-là , je ne reculai devant aucun prix et je trouvai un honnête brocanteur qui voulut bien me céder un parterre pour 8 francs 50 centimes. Enfin séchant d’impatience et tremblant de trouver la salle pleine, je montai quatre à quatre les degrés et arrivai encore à temps pour choisir une place du côté opposé à la loge de l’Empereur. La salle était brillante et bien garnie. Bientôt elle fut trop petite, et les vétérans de la symphonie eurent la peine de céder l’orchestre à la foule, qui le prenait d’assaut. Dans l’incertitude de la présence de l’Empereur, on n’osait point commencer. Que faire en attendant ? On se prit à demander la Marseillaise aux pauvres diables de musiciens, qu’on venait de chasser de leur terrain officiel; on n’eut point de patience que le célèbre refrain ne partît de violons et d’altos qui sans doute l’avaient fait résonner aux oreilles de Messieurs du parterre , du temps de la République. On sait que l’orchestre du Théâtre Français est paraphé ne varietur depuis Philidor et Monsigny. La malheureuse Marseillaise fut exécutée sous le théâtre, et ses accents nous parvinrent par le trou du souffleur. L’Empereur n’arrivait point; il fallait peloter en attendant partie. Un jeune homme, placé aux premières galeries, avait tiré de sa poche un papier, et se disposait à chanter des couplets, en s’excusant sur sa vilaine voix quand on reconnut aux mêmes galeries Gavaudan et sa femme, que Paris savait être patriotes. On le pria donc de vouloir bien chanter les couplets en question; il accepta de fort bonne grâce, quoique là il ne fùt plus acteur, et les chanta ou plutôt les déclama avec une chaleur que partagea toute l’assemblée. C’était une chanson sur le débarquement du bataillon de l’ile d’Elbe, dont le refrain était: Rantanplan ! Tambour battant ! Je vois encore briller les yeux si beaux et si animés de Gavaudan, quand il fut au couplet où le chanteur annonce qu’il entend un sourd roulement apporté par la brise d’Italie. Là, Gavaudan s’arrête avec anxiété, il semble prêter l’oreille ; puis, se dressant, palpitant de joie et de surprise, il continue :

Je reconnais ce tambour

Qui du monde a fait le tour !

Rantanplan !

s’écria-t-il avec force, en frappant du poing sur le pourtour de la galerie. La salle entière fut électrisée par la pantomime de Gavaudan, qui fut couvert de bravos. Enfin de sourdes acclamations, qui nous arrivaient de la rue, nous firent connaître que l’Empereur entrait aux Français. Dans l’instant l’assemblée entière se leva, le regard attaché sur la petite loge à droite du théâtre, où allait apparaître le royal spectateur. Elle s’ouvrit; un chambellan abaissa le garde-vue, et Napoléon, debout sur le devant de la loge, salua le public avec cette simplicité digne et noble qui donnait à son visage une admirable expression de bonté. Il dut, ce soir-là, être satisfait de Paris; un enthousiasme unanime accueillit pendant toute la représentation d’Hector, les nombreuses allusions que renfermait cette tragédie. Talma jouait Hector, Lafon jouait Paris, et Mademoiselle Duchesnois Andromaque. Il y eut surtout un passage qui excita les plus vifs transports. Paris accourt annoncer qu’une apparition subite vient de frapper l’armée Troyenne; on a vu briller une aigrette depuis longtemps cachée sons la tente; un homme s’avance d’un pas de géant en tête des Grecs; la terreur le devance, on croit reconnaître Achille: c’était lui! ! Lafon dit si bien ce c’était lui! Que chacun se reporta sous les murs de Grenoble, au moment où l’Empereur apparut au 5me de ligne, s’avançant seul et à pied au devant des braves qui s’écrièrent : « C’est lui ! » Puis, dans cette pièce d’Hector, il était question d’Astyanax, de cet enfant, seul espoir de Pergame; l’imagination rapide des spectateurs quittait alors les rives du Xanthe et du Scamandre, et volait sur celles du Danube, trouver un autre Astyanx. Enfin l’enthousiasme fut au comble quand, en parlant d’Hector qui va combattre, un personnage s’écrie : Le plus grand des Troyens en sera le sauveur! Le parterre se leva, et les bras tendus vers Napoléon, il le chargea de justifier pour la France l’oracle qui avait menti  pour Troie. Oui, oui, s’écriait-on de toute part, « Bravo! Vive l’Empereur ! «  Napoléon, comme un acteur applaudi à outrance, ne put s’empêcher de témoigner sa reconnaissance; il se leva donc à demi, se pencha vers nous et paya nos vivat d’un sourire qui m’est resté éternellement gravé dans la mémoire: c’était la dernière fois que je devais le voir; il partit deux jours après. La confiance dans les armes françaises était extrême; il nous semblait que cette superbe armée que Paris venait de voir partir, si pleine d’ardeur, devait être invincible; aussi ce fut avec moins de surprise que de joie, que nous reçûmes la nouvelle du premier avantage remporté sur la coalition, sous les murs de Charleroi, le 15 juin. La lutte était enfin engagée ! »

(E. LABRETONNIERE: « Macédoine. Souvenirs du Quartier Latin dédiés à la jeunesse des écoles. Paris à la chute de l’Empire et durant les Cent-Jours », Lucien Marpon, Libraire-éditeur,1863, pp.263-268)

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
|