• Accueil
  • > TEMOIGNAGES
  • > 1821-2021. A Sainte-Hélène, Napoléon devint, un temps, un écrivain anonyme…
( 26 avril, 2021 )

1821-2021. A Sainte-Hélène, Napoléon devint, un temps, un écrivain anonyme…

Napoléon le Grand

Considérant, après leur lecture, que certains épisodes racontés par le Dr  William Warden (1777-1849), chirurgien du « Northumberland » ( contenus dans la première édition du livre de Warden qui fut publiée en 1817, à Bruxelles, sous le titre de : « Lettres de Sainte-Hélène »)  sont inexacts, Napoléon veut y apporter un rectificatif et dicte, à partir du 13 mars 1817 et jusqu’en août de la même année, à  Montholon (et peut-être aussi à O’ Meara)  des « Lettres du Cap », non signée. Elles sont  toutes datées du Cap de Bonne-Espérance et adressées à une « amie » (faisant sans doute référence à l’ « ami » correspondant inconnu auquel sont adressées les lettres de Warden). L’Empereur dicte, certes, mais corrige et complète les éléments dictés. Cette correspondance est censée être l’œuvre d’un officier de marine de passage à Sainte-Hélène. Cette mise au point, qu’on parvint à faire sortir de  l’île clandestinement,  sera publiée dès 1817, à Londres chez Ridgway, dans une version traduite en anglais par Mme Bertrand, sous l’intitulé : « Letters from the Cape of Good Hope, in reply to Mr Warden, with extracts from the great work now compiling for publication under the inspection of Napoléon.». Deux ans plus tard, en 1819, elle paraît à Paris, en français, chez Plancher sous le titre de : « Documents particuliers en forme de lettres sur Napoléon Bonaparte, d’après des données fournies par Napoléon lui-même, et par des personnes qui ont vécu dans son intimité. » Ajoutons que ce n’est pas le comte de Las Cases qui est l’auteur de cette correspondance, comme supposé par certains historiens.

Il existe un cas similaire de lettres dictées ou inspirées très probablement par l’Empereur. Il s’agit des « Lettres de l’île de Sainte-Hélène exposant la sévérité inutile exercée à l’égard de Napoléon ». Cet ouvrage porte le nom du capitaine Dacre, commandant le navire l’Experiment.  Ce navire faisait partie des trois bâtiments chargés du ravitaillement (store-ship) de l’île, qui jetèrent l’ancre à Sainte-Hélène en mai 1817 : l’Ocean (capitaine Johnson), le Baring (capitaine Lamb) à bord duquel se trouvait le buste du Roi de Rome et enfin l’Experiment. Contrairement aux « Lettre du Cap » ce livre, composé de dix lettres (toutes datées de la rade de Jamestown et allant du 27 mai au 25 juillet 1817), fut publié initialement et uniquement en anglais, en octobre 1818. Le Dr O’Meara n’est peut-être pas étranger à cette publication, laquelle connaîtra une version française en 1822 (dans le tome V de la série intitulée : « Recueil de pièces authentiques sur le captif de Sainte-Hélène », Alexandre Corréard, Libraire)  On note que le général Bertrand, dans ses « Cahiers de Sainte-Hélène », à la date du  17 juillet 1817, écrit : « L‘Empereur dicte la première lettre Lettre d’un capitaine de store-ship » ce qui souligne le fait que Napoléon soit réellement l’auteur de cet ouvrage.

Christophe BOURACHOT

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ 1821-2021. A Sainte-Hélène, Napoléon devint, un temps, un écrivain anonyme… ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|