( 8 mai, 2021 )

En souvenir de Sainte-Hélène !

l

En 1822, à Londres, eut lieu un incident opposant deux personnages qui s’étaient connus lors de la captivité de Napoléon. Emmanuel de Las Cases, âgé d’une vingtaine d’années,  apostropha Hudson Lowe le geôlier de Sainte-Hélène. Ecoutons-le.

Londres, 23 octobre 1822

Hier matin, je rencontrai Sir Hudson Lowe à Padington Green, vers les neuf heures du matin, au moment où il sortait de chez lui pour monter en fiacre. Une courte altercation eut lieu, à la suite de laquelle je ne pus m’empêcher de le frapper avec une cravache que je tenais à la main allant, monter à cheval. Je lui offris à l’instant une carte [1], mais il la rejeta à terre sans vouloir la lire  et monta dans son fiacre. Je lui en présentai un seconde, puis une troisième, qu’il rejeta pareillement ; sa servante, qui était sortie, avait ramassé les cartes, elle les rapporta dans la maison; Sir Hudson Lowe avait ordonné à son fiacre de partir et je continuai mon chemin. Peu de personnes connaissent les griefs que mon père et moi avons contre cet homme. A Sainte-Hélène, il nous arrêta avec les formes les plus brutales, tout-à-fait indignes de gens d’honneur; il nous garda pendant un mois au secret, nous traitant comme des criminels, j’étais alors fort malade, par suite du climat des tropiques. Les médecins représentaient que la seule chance de rétablissement qui me restât était d’être envoyé en Europe, dans mon climat natal.

Mais Sir H. Lowe n’y eut aucun égard, il nous envoya mon père et moi au cap de Bonne-Espérance, où nous fumes gardés sept mois, prisonniers, en conséquence de ses instructions. Cette captivité, l’éloignement de sa famille, de ses amis, de sa patrie, les peines morales qui en ont été la suite, ont causé à mon père des infirmités qui l’accompagneront jusqu’au tombeau. Après notre départ de Sainte-Hélène, sir H. Lowe employa tous les moyens que la calomnie peut fournir pour noircir le caractère de mon père et le rendre suspect à Napoléon et aux officiers de sa suite.

Lors des jours qui suivirent cet incident, le fils Las Cases, écrivit à deux reprises à Hudson Lowe afin de le rencontrer pour une franche explication.  N’ayant eu aucune réponse, le jeune homme s’en retournât en France, tout en précisant à Lowe qu’il se tenait à sa disposition que ce soit à Paris, à Ostende, en France ou en Belgique. L’affaire en resta là. Mais le 12 novembre 1825, à Passy, qui est à cette époque un petit village situé à l’ouest de Paris,  alors que le jeune Las Cases revenait de dîner chez son père il fut agressé par des inconnus. Il fut blessé de deux coups de couteau : un en direction de la région du cœur qui fut arrêté par miracle, par le portefeuille de la victime contenant un paquet de cartes de visite et l’autre plus grièvement à la cuisse droite.  Est-ce Hudson Lowe qui organisa ce guet-apens ?  On mena une enquête mais les coupables, deux hommes non-identifiés, dont un qui parlait mal le français d’après le fils Las cases, ne furent jamais identifiés. L’affaire en resta là [2].


[1] Carte de visite.

 2]  Selon la presse de l’époque, Hudson Lowe, hormis une chambre au Grand Hôtel de Paris (rue de Rivoli), loua un appartement, au 21, rue Franklin (tout près du lieu de l’agression), du 29 octobre au 11 novembre 1825.

 

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ En souvenir de Sainte-Hélène ! ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|