( 12 mai, 2021 )

1821-2021. Fidèle et discret Louis Marchand

Marchand

En 1811, Marchand (né en 1791) entre dans la Maison impériale comme garçon d’appartement. Sa mère est la première des trois berceuses du Roi de Rome, fils de Napoléon. En avril 1814, après la fuite de Constant, valet de chambre de Napoléon, Marchand est choisi pour le remplacer.  Personne de confiance, il est présent à l’île d’Elbe, à Waterloo et suit l’Empereur dans son exil de Sainte-Hélène[1]. D’un dévouement sans bornes, discret et efficace, il tient un rôle primordial durant la captivité de Napoléon. Il fait partie de ceux qui veilleront l’Empereur durant sa terrible agonie et sera son exécuteur testamentaire. Il respecte la volonté de Napoléon en épousant la fille de l’un des  officiers ou soldat de sa Vieille Garde : Mathilde, fille du général Brayer[2]. Le fidèle serviteur de l’Empereur ne mourra qu’en 1876, dans la petite maison dans laquelle il se rendait parfois en villégiature, rue de la Cavée, à Trouville-sur-Mer.[3]

Daniel LEUWEN


[1]  A Sainte-Hélène, Marchand eut une liaison avec Esther Vesey (1800-1838), fille d’un soldat anglais basé dans l’île et d’une habitante.  Un fils naîtra de cette relation en juin 1817. Selon Albéric Cahuet (« Après la mort de l’Empereur. Documents inédits »), ce personnage « qui avait une vingtaine d’années en 1840, était devenu un fort mauvais sujet que l’on avait dû chasser de l’île et transporter au Cap ».

 [2] Dans son testament, Napoléon écrit : « Je lègue à Marchand, mon premier valet de chambre, 400 000 francs. Les services qu’il m’a rendus sont ceux d’un ami. Je désire qu’il épouse une veuve, sœur ou fille d’un officier ou soldat de ma vieille Garde. »  « Louis Marchand, revenu depuis peu de mois de Sainte-Hélène, fut introduit par Montholon dans la maison Brayer », écrit encore A. Cahuet dans son livre précédemment cité.

[3] Napoléon nomma Marchand comme son troisième exécuteur testamentaire et écrivit cette phrase : « J’institue les comtes  [de] Montholon, Bertrand et Marchand mes exécuteurs testamentaires ». Il n’en faut guère plus afin que Marchand interprète d’une façon particulière son nom dans cette phrase et s’imagine que l’Empereur lui donne le titre de comte !  « Napoléon n’a manifestement pas songé à parer son serviteur du titre de ses partenaires [Montholon et Bertrand]. La preuve en est qu’au cours du testament et des codicilles, il cite plusieurs fois « le comte Bertrand », « le comte [de] Montholon » et « Marchand, mon premier valet de chambre ». Pourtant, dès son retour en Europe, le jeune homme va se prévaloir de l’absence d’une virgule entre le nom de Bertrand et le sien pour affirmer que Napoléon l’a anobli. Il signe « comte Marchand » les lettres qu’il écrit aux membres de la Famille impériale et sous ce vocable qu’ils lui répondent affectueusement. Trente-cinq ans plus tard [en fait par des lettres patentes en date du 7 avril 1869], Napoléon III régularisera cette entorse à l’état-civil ; Horace de Viel-Castel, la plus mauvaise langue du Second Empire, l’avait déjà baptisé le comte de la Virgule. «  (G. Godlewski, in Revue du Souvenir Napoléonien, n° 314, novembre 1980).

 

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ 1821-2021. Fidèle et discret Louis Marchand ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|