( 17 août, 2021 )

1821-2021. Irascible et insupportable général Gourgaud !

Général-Gourgaud

Né en 1783, Gaspard Gourgaud, après un passage à l’Ecole polytechnique, devient officier d’artillerie. Il participe aux principales campagnes de l’Empire, de l’Espagne à l’Autriche. En 1812, il est présent en Russie, et à Moscou, il évite de justesse, l’explosion du Kremlin, sauvant du même coup la vie de Napoléon. Plus tard, après avoir traversé par deux fois à la nage la Bérézina pour effectuer une reconnaissance, il reçoit pour ce fait le grade de chef d’escadrons et le titre de premier officier d’ordonnance de l’Empereur (titre crée spécialement pour lui). Le 29 janvier 1814, en pleine campagne de France, à Brienne,  il sauve encore la vie de Napoléon en tuant (avec le général Corbineau)  d’un coup de pistolet à bout portant, un cosaque qui voulait attenter à la vie de Napoléon ! Après la première abdication de l’Empereur, il ne suit pas ce dernier à l’île d’Elbe et rejoint les rangs de l’armée de Louis XVIII.  Gourgaud se rallie à l’Empereur durant les Cent-Jours. Présent lors de la campagne de Belgique, il se bat à Waterloo. Nommé général de brigade et aide-de-camp de Napoléon, il suit l’Empereur à l’île d’Aix, dernière étape sur le sol français avant le voyage qui le conduira à l’île Sainte-Hélène !  A l’origine, Gourgaud ne figure pas sur la liste dressée, par le général Bertrand, de ceux qui doivent suivre le souverain déchu. C’est le capitaine Planat de la Faye qui y figurait et qui devait occuper les fonctions de secrétaire de l’Empereur. L’impétueux Gourgaud protesta avec tant de véhémence, s’emportant avec violence contre le malheureux Bertrand, que Napoléon lui-même dut calmer la chose en remplaçant Planat (absent à ce moment-là sur le navire le Bellérophon) par Gourgaud. Dès son embarquement sur le Northumberland, qui prend la mer vers Sainte-Hélène, le nouvel élu fait preuve d’un caractère difficile. Son animosité vise notamment le général de Montholon et sa femme. Sur l’île,  ce personnage va montrer tous ses travers. Il est jaloux de ses autres compagnons, en particulier du comte de Las Cases. Gourgaud est irascible, susceptible, et Napoléon s’en amusera plus d’une fois s’efforçant de le réconforter tel un enfant. De plus, il fait preuve d’un besoin illimité de reconnaissance, notamment sur le fait qu’il a sauvé à deux reprises la vie de l’Empereur ; en 1812, à Moscou et en 1814, à Brienne, lors de la campagne de France. Dans les souvenirs qu’il a laissés,  Gourgaud évoque des phases d’ennui, de tristesse, à la recherche d’une présence féminine. Aigri, cet officier est le seul des acteurs de la tragédie hélénienne à se plaindre presque constamment. Il à souligner le fait que tout le monde est son ennemi, car lui voudrait être seul sur l’île avec son idole : Napoléon !  Début février 1818, son attitude excessive va provoquer la colère de l’Empereur et… son départ ! En effet, Gourgaud provoque Montholon en duel ! C’en est trop ! Ecarté de Longwood le 13 février, il  quitte Sainte-Hélène  le 14 mars suivant, non sans avoir eu, au passage, un comportement curieux. Non content de révéler les moyens de correspondances secrets mis au point par les exilés, Gourgaud va crier haut et fort, à qui veut l’entendre, que Napoléon songe à s’évader ![1]  En 1840, il fait partie de l’expédition menée à Sainte-Hélène afin de rapporter le corps de l’Empereur en France. A cette occasion encore, Gourgaud fait preuve de sa susceptibilité et de son mauvais caractère. Il s’éteint en 1852.

Christophe BOURACHOT


[1] Arrivé à Londres, devant le sous-secrétaire d’état anglais Goulburn, puis devant le marquis d’Osmond, ambassadeur de Louis XVIII en Angleterre, Gourgaud déclare que l’Empereur a de l’argent, qu’il n’est pas malade et s’évadera quand bon lui semblera. A Lord Bathurst, secrétaire d’état à la Guerre et aux Colonies, Gourgaud dénoncera la bienveillance dont fait preuve le médecin O’Meara à l’égard de l’Empereur, ce qui accélérera son rappel en Angleterre en juillet 1818. Depuis de nombreuses semaines, les rapports d’Hudson Lowe avec O’Meara s’étaient détériorés, mais les bavardages de Gourgaud n’ont rien arrangé. Bien plus tard, le bouillant Gourgaud se bat en duel avec un autre général de la Grande-Armée, Philippe de Ségur, à propos de l’ouvrage que ce dernier fit paraître (en 1824, en 2 volumes) sur la campagne de 1812 et qui connut un grand succès auprès du public. Ségur est blessé lors cette rencontre. Gourgaud fait paraître en 1824 une réfutation de son ouvrage.

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ 1821-2021. Irascible et insupportable général Gourgaud ! ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|